Version classiqueVersion mobile

Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques

 | 
Sylvie Fol
, 
Yoan Miot
, 
Cécile Vignal

Introduction

Sylvie Fol, Yoan Miot et Cécile Vignal

Texte intégral

1La dérégulation des marchés dans le cadre d’une économie post-fordiste et le passage à un régime capitaliste d’accumulation flexible ont rendu le capital de plus en plus mobile (Castells, 1999 ; Harvey, 2000 ; Soja, 2000). Remettant en cause les logiques d’ancrage des investissements, cette mobilité accrue du capital est associée à la mise en mouvement des individus, soumis à des exigences croissantes de flexibilité et d’adaptabilité. La mobilité apparaît ainsi comme une des valeurs constitutives du « nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski, Chiapello, 1999). Les individus sont de plus en plus jugés sur leur mobilité, leur capacité à se déplacer sans se laisser arrêter par les frontières, qu’elles soient géographiques ou sociales. Cette double exigence d’une fluidité maximale des capitaux et de la force de travail, qui s’accompagne d’une valorisation positive de la mobilité (Orfeuil, 2000 ; Rousseau, 2008), donne à celle-ci une place croissante dans les rapports sociaux (Borja, Courty, Ramadier, 2014). L’injonction à la mobilité se manifeste désormais dans tous les domaines, qu’il s’agisse des déplacements quotidiens, de la mobilité professionnelle ou de la mobilité résidentielle, dont il sera question dans cet ouvrage.

2Le champ d’étude des mobilités résidentielles s’est développé en France, au cours des années 1980, en cherchant à comprendre la place des mobilités et des immobilités résidentielles dans l’évolution des trajectoires sociales et les transformations des territoires (Grafmeyer, Authier, 2008). L’ambition de cet ouvrage est d’analyser dans quelle mesure les mobilités résidentielles contribuent au creusement des inégalités territoriales (a) et des inégalités sociales (b), afin de discuter de la place des politiques publiques dans les processus de mise en mobilité des habitants des territoires populaires (c). En effet, la question des inégalités ainsi que la place des politiques publiques méritent d’être interrogées au regard d’une décennie passée qui aura vu se développer une crise du logement et des dispositifs de mobilités forcées dans le cadre des opérations de rénovation urbaine (Lelévrier, 2010a).

 

3(a) Les processus de mobilités résidentielles tendent à accroître les inégalités entre les différentes agglomérations françaises et au sein des bassins d’habitat. À un niveau interrégional, dans un système économique où, dans les pays développés, la compétitivité territoriale se joue de plus en plus en fonction des capacités d’innovation (Maillat, Perrin, 1992), la captation des ménages mobiles les plus qualifiés devient un enjeu de développement des territoires. Se dessinent ainsi des politiques locales d’attractivité résidentielle (Miot, 2012). Cependant, cette logique de mise en concurrence et de captation renforce les inégalités. Les territoires les plus en difficultés déclinent économiquement et voient leur population baisser (Fol, Cunningham-Sabot, 2010) tandis que certains territoires semblent connaître une croissance économique et démographique cumulative (Davezies, 2008 ; Alexandre et al., 2010), d’autant plus que les mobilités de longue distance sont marquées par une prédominance des catégories sociales supérieures (Baccaïni, 2007). À l’échelle des bassins d’habitat locaux, les mobilités résidentielles peuvent renforcer la concentration des difficultés sociales dans certains quartiers ou au contraire accroître les profils socialement valorisés d’autres espaces, en fonction de la place qu’ils occupent dans la hiérarchie résidentielle et économique (Lévy, 1993 ; 2003). La mobilité résidentielle peut apparaître, dans ce cadre, comme un processus de filtrage socio-spatial (Bourne, 1981 ; Berger, 2006).

 

4(b) La mise en mouvement des populations est, dès lors, structu­rellement sélective socialement. Le monde connexionniste décrit par Boltanski et Chiapello (1999) impose de se déplacer sans arrêt afin de tisser de nouveaux liens, de répondre à des injonctions à l’autonomie, de se soumettre aux politiques de gestion qui évaluent les individus en fonction de leur mobilité. Or la valeur attribuée à la mobilité suppose pour les individus un accès à des ressources qui sont très inégalement réparties. Si les différentes formes de mobilité exigent en effet des ressources économiques (Urry, 2007), les modes d’appropriation de l’espace permis par la mobilité dépendent également d’une multiplicité d’autres ressources et en particulier de la maîtrise de codes et de règles, inégalement distribuée en fonction des positions sociales (Haumont, 1993 ; Rémy, 2000). De fait, le « nouveau mode de spatialisation » (Berthelot, 1996 ; Rémy, 1996) induit par la mobilité n’est pas accessible à tous et, inversement, les individus, en fonction de leur position sociale, ne sont pas concernés de la même manière par l’augmentation des mobilités. Celle-ci ne peut donc se comprendre en considérant seulement les individus dont la position se renforce et « en pensant que l’expérience de quelques personnes hypermobiles va progressivement se diffuser, même sous des formes atténuées » (Rémy, 2000). Au contraire, en matière de mobilité, qu’elle soit quotidienne (au sens des déplacements de la vie de tous les jours) ou résidentielle (au sens du changement de lieu de résidence), les déterminants sociaux continuent de jouer un rôle majeur (Fol, 2009 ; Authier, 2010). La mobilité fait même l’objet de stratégies très marquées sur le plan social. Anne-Catherine Wagner (2010) montre que les classes dominantes se distinguent par leur « capacité à constituer leurs déplacements en ressources sociales » et par « un certain usage social de cette mobilité » plutôt que par leur plus grande mobilité géographique. Si la mobilité est de manière générale génératrice de ruptures, de pertes de repères et de déracinement, ces effets sont largement atténués pour les classes dominantes, qui parviennent à se ménager des espaces de circulation protégés où ces ruptures sont euphémisées. Elles réussissent ainsi à maximiser les profits sociaux de la mobilité en les combinant avec des ressources liées à la familiarité et à « la capacité à se retrouver chez soi dans différents lieux » (Wagner, 2010). À l’inverse, pour les classes populaires, la mobilité peut représenter une contrainte voire une injonction.

 

5(c) La place des mobilités selon les milieux sociaux se construit également dans leur rapport aux politiques publiques. S’imposant comme modèle et comme valeur dans les discours politiques, la mobilité serait porteuse d’un cercle vertueux entre capacité de mouvement, insertion et richesse, celle-ci étant associée à l’intégration sociale, tandis qu’à l’opposé, il existerait un cercle vicieux entre immobilité et exclusion spatiale et sociale. Ainsi, les « pauvres » seraient dans l’incapacité de se projeter dans l’avenir et donc de développer des stratégies leur permettant d’être mobiles (Jouffe, 2007) alors même que la mobilité serait devenue l’un des moyens privilégiés d’échapper au confinement et au repli qui, aux yeux de certains auteurs, caractérisent les pratiques de ces « pauvres » (Donzelot, 2004 ; Le Breton, 2005). Pour combattre ce risque d’enfermement, les pouvoirs publics cherchent donc à développer des incitations fortes à la mobilité, qu’elle soit quotidienne ou résidentielle (Fol, 2009 ; Lelévrier, 2010a ; Féré, 2011). Dans ce nouveau contexte politique, où l’individu porte la responsabilité de son insertion (Castel, Duvoux, 2013), la mobilité est un outil important de son employabilité. Ainsi, la mise en mouvement des classes populaires se traduit en premier lieu dans les politiques de Workfare, qui se sont généralisées depuis le milieu des années 1990, sur la base du principe de « l’activation » et du caractère conditionnel des aides sociales (Barbier, 2013). Elle correspond aussi aux injonctions à la mobilité résidentielle, devenue nécessaire pour conserver son emploi lors du déménagement d’entreprises et des plans sociaux qui l’accompagnent (Vignal, 2005). Elle est, enfin, considérée comme un moyen, pour les individus vivant dans les espaces les plus déshérités, d’échapper aux effets néfastes de l’enfermement à l’intérieur du quartier et donc aux « effets de quartier ». C’est dans cette perspective que des politiques de déségrégation fondées sur le relogement des ménages « pauvres » à l’extérieur de leur quartier d’origine ont été mises en œuvre dans plusieurs pays (Bacqué, Fol, 2007).

6Cependant, ces politiques axées sur l’incitation voire l’injonction à la mobilité des classes populaires vont de pair avec deux formes d’impensés. D’une part, elles passent sous silence le fait qu’une part des classes populaires est historiquement issue des migrations régionales et internationales d’ouvriers et paysans du XIXe et XXe siècles (Noiriel, 1988). Sont alors gommés de l’analyse les rapports sociaux dans l’espace urbain et au travail qui ont, à la fois, mis en mobilité la main-d’œuvre ouvrière et forcé son ancrage dans les quartiers populaires. Elles ignorent également les mobilités contemporaines réellement mises en œuvre par les classes populaires (Pan Ké Shon, 2009 ; Miot, 2012). D’autre part, tenant peu compte des coûts que représente cette mobilité pour des classes sociales dont les ressources sont en grande partie fondées sur la proximité, elles négligent la dimension de l’ancrage, qui, pour les classes populaires, peut constituer une véritable stratégie (Fol, 2009 ; Rénahy, 2010). Pourtant, loin de se limiter à un enfermement subi, l’ancrage local des classes populaires peut être aussi une manière pour elles de se constituer des ressources. Dans un univers très contraint par la rareté du capital sous toutes ses formes, les classes populaires ont à leur disposition des ressources limitées dont elles usent différemment selon leur trajectoire. L’ancrage, comme la mobilité, font partie de ces ressources. Alain Tarrius (1992, 2000) a montré comment la mobilité peut être une ressource bien maîtrisée, y compris par des individus qui ne font pas partie des groupes dominants. De même, Camille Schmoll (2004) analyse, à travers l’exemple des commerçantes tunisiennes circulant entre Naples et leur région d’origine, comment la mobilité de ces femmes leur permet de conquérir des pouvoirs financiers et de décision, ainsi que de nouveaux territoires. La thèse d’Yves Jouffe (2007) montre que les « précaires » peuvent être mobiles et déploient des stratégies à cet effet. À l’inverse, dans le cas des salariés soumis à la délocalisation de leur entreprise étudiés par Cécile Vignal (2005), ceux qui sont le plus attachés à leur réseau familial ou amical se sentent potentiellement plus menacés par l’idée de mobilité. Pour ces salariés, qui sont généralement les moins qualifiés, le réseau de parenté joue le rôle de filet de sécurité et ils préfèrent choisir (sous la contrainte) de rester pour maîtriser cet enracinement et le rendre acceptable plutôt que subir la migration. Si les populations dominées ne peuvent contrecarrer leur domination, cela ne signifie donc ni absence de choix ni enfermement dans « une logique de survie qui pousserait à ne considérer que les nécessités immédiates » (Jouffe, 2007, p. 534). Ainsi, le rapport au territoire des classes populaires relève d’une tension entre proximité, migration et mobilité qui tend à privilégier la première, dans le cadre de pratiques tendant à tirer le meilleur parti des ressources locales et de l’ancrage. Ces stratégies et formes de résistance sont pourtant largement ignorées par les politiques publiques et c’est donc l’une des dimensions que cet ouvrage voudrait contribuer à mettre en lumière.

 

  • 1 Territoires Villes, Environnement et Société (EA 4477), Université Lille 1 - Sciences et Technologi (...)
  • 2 Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques (UMR 8019), Université Lille  (...)

7Ces débats mettent en perspective les échanges d’une journée d’étude organisée, le 2 décembre 2010, par les laboratoires TVES1 et le CLERSE2 de l’Université Lille 1-Sciences et Technologie ainsi que par la Ville de Roubaix. Le présent ouvrage rassemble des travaux de sciences sociales (géographie, urbanisme, sociologie, science politique) issus de cette journée ou sollicités a posteriori. Focalisant la réflexion sur l’habitat et le territoire, l’ouvrage analyse la construction sociale de la mobilité résidentielle et la place des politiques publiques urbaines dans les processus de mise en mobilité des habitants des territoires populaires. Il vise à comprendre, en premier lieu, les déterminants des stratégies et contraintes résidentielles et à mettre en lumière leur sélectivité socio-spatiale, afin de discuter ensuite un type de mobilité résidentielle très spécifique, celui qui est induit par les politiques de rénovation urbaine des quartiers populaires. Face à des politiques qui cherchent de plus en plus à mettre en mouvement les classes populaires, il analyse les pratiques de ces dernières au regard de l’ancrage, envisagé à la fois comme une ressource et une stratégie.

8En préambule, l’article de Jean-Yves Authier dresse un état des lieux des connaissances en matière de mobilités résidentielles et de trajectoires résidentielles, deux champs de recherche fortement investis en France depuis une trentaine d’années. L’utilisation du terme de « trajectoires » renvoie selon lui à l’idée que les mobilités ont un sens et que la succession des positions résidentielles s’enchaîne selon un ordre intelligible (Grafmeyer, Authier, 2008). Mettant en évidence une diversification et une complexi­fication des trajectoires résidentielles, Jean-Yves Authier analyse les différentes dimensions qui structurent ces trajectoires : familiales, professionnelles, politiques et contextuelles. Cette dernière dimension inclut l’influence des contextes locaux, qui déterminent le choix d’espaces socialement marqués. En retour, les choix résidentiels ont des effets sur les dynamiques territoriales et peuvent contribuer à remodeler les territoires. Ces relations croisées entre mobilités résidentielles et transformations territoriales sont au cœur de la première partie de l’ouvrage.

Les mobilités résidentielles et leurs effets territoriaux : des stratégies socialement et spatialement sélectives

9La première partie de l’ouvrage porte sur la double construction, à la fois sociale et territoriale, des mobilités résidentielles. En effet, celles-ci sont différenciées selon les classes sociales : les classes moyennes et supérieures sont réputées plus mobiles que les classes populaires, et si certains ménages bénéficient d’un éventail assez vaste de choix résidentiels, d’autres sont cantonnés à des localisations beaucoup plus contraintes. Certains travaux ont mis en évidence la manière dont les « choix résidentiels » sont construits : Bourdieu (1990) a ainsi montré comment, en matière d’accession à la propriété, l’offre « contribue à imposer une manière particulière » de répondre au besoin d’habiter, tandis que Bourdieu et Saint-Martin (1990) ont mis en avant les facteurs structuraux permettant d’expliquer les « choix » résidentiels, les systèmes de préférences étant déterminés, pour chaque ménage, par le volume et la structure du capital possédé mais aussi par la trajectoire sociale.

10Les mobilités résidentielles des ménages sont également différenciées selon les territoires et elles contribuent à définir des espaces, villes ou quartiers, plus ou moins « attractifs » pour les ménages. Leurs choix résidentiels constituent donc un enjeu territorial en ce qu’ils participent aussi bien des processus de périurbanisation que de ségrégation socio-spatiale et de dévalorisation des banlieues périphériques ou des quartiers anciens dégradés. De ce point de vue, dans la lignée de travaux antérieurs (Lelévrier, 2010b), l’ouvrage montre que les mobilités résidentielles sont déterminées par les territoires mais aussi combien elles conditionnent et transforment le devenir des territoires.

11Cette première partie rassemble ainsi des travaux qui révèlent, à partir de données quantitatives ou qualitatives, le creusement des inégalités sociales et territoriales en matière de choix résidentiels. Dans un contexte de crise du logement, les inégalités de mobilité touchent les ménages de façon très différenciée. C’est ce que montre le premier chapitre, par Jean-Claude Driant, qui vise à mesurer les effets de la crise des années 2000 sur les choix résidentiels des ménages et illustre les contraintes croissantes pesant sur les ménages les plus modestes dans l’accès au logement. Il met en évidence une progression des inégalités sociales liées au statut d’occupation du logement au détriment de l’accession à la propriété des classes populaires. Ainsi, la mobilité résidentielle reflète tout particulièrement la progression des inégalités sociales dans un contexte de crise.

12Dans le second chapitre, François Cusin donne une lecture territoriale des mobilités résidentielles interrégionales, illustrant les inégalités croissantes produites par les mobilités de longue distance. Alors que l’attractivité des territoires est devenue un enjeu majeur des politiques urbaines dans un contexte de compétition entre les villes, ce chapitre montre que la métropolisation est un vecteur important mais pas unique de la capacité des villes à faire venir et retenir les habitants. À partir d’une typologie des villes et de leurs dynamiques urbaines, François Cusin met en évidence des formes de polarisation sociale et de spécialisation résultant des mobilités résidentielles, qui distinguent fortement les territoires. Les mobilités résidentielles jouent ainsi un rôle de révélateur des différences d’attractivité des territoires français mais elles contribuent également à leur marquage social.

13La contribution de Marie-Paule Thomas, qui constitue le troisième chapitre de l’ouvrage, est une approche des mobilités résidentielles par les modes de vie. Prenant de la distance par rapport aux approches qui privilégient les facteurs structuraux des « choix » résidentiels (à l’instar de celle de Bourdieu évoquée plus haut), elle met l’accent sur des déterminants plus « sensibles » et personnels, relevant de préférence en termes de « styles de vie ». La personnalisation des choix résidentiels correspondrait ainsi à un processus plus large d’individualisation, qui, sans remettre en cause totalement les déterminants sociaux, les combine avec des déterminants liés à la vie quotidienne et aux représentations des ménages.

Une mobilité sous contraintes dans les politiques de rénovation urbaine ?

14Dans une seconde partie, l’ouvrage interroge la place des mobilités résidentielles dans les politiques publiques. Les mobilités résidentielles sont devenues le levier de différents types de politiques. Elles visent, par l’incitation au déménagement, tantôt à remplir des objectifs de mixité sociale dans l’habitat, tantôt à remplir des objectifs d’accès à l’emploi et à des ressources professionnelles et scolaires, tantôt à faciliter l’accession à la propriété des ménages. La mobilité résidentielle est donc désormais un objectif et un outil des politiques publiques à part entière. Elle répond à des enjeux de mixité sociale et de déconcentration des catégories populaires (Lelévrier, 2010a), de retour à l’emploi (Vignal, 2003) ou de développement territorial fondé sur l’attractivité résidentielle (Alexandre et al., 2010 ; Miot, 2012). Au fil des travaux empiriques réunis, l’action publique urbaine est donc interrogée à la fois au regard des trajectoires des ménages directement concernés et de ses impacts sociaux et territoriaux. Cette deuxième partie discute plus particulièrement des effets des opérations de rénovation urbaine sur les trajectoires résidentielles des ménages des quartiers pauvres depuis 2003.

15Dans la continuité de ses travaux antérieurs (Lelévrier, 2010a, 2010b), le chapitre de Christine Lelévrier montre que les démolitions engagées dans le cadre de ces opérations entraînent pour certains habitants des opportunités résidentielles mais qu’elles sont, pour beaucoup, à l’origine de mobilités forcées, socialement et résidentiellement peu porteuses. Alors que la rénovation urbaine avait pour objectif d’introduire de la mixité sociale dans les quartiers concernés par la politique de la ville, ce chapitre analyse ses effets sur les trajectoires sociales et résidentielles des habitants contraints au déménagement. À partir d’une étude approfondie du vécu des changements résidentiels des habitants de sept quartiers franciliens, Christine Lelévrier identifie trois types de trajectoires. Elle montre que les mobilités induites par la rénovation urbaine peuvent être subies ou au contraire l’occasion, pour certains ménages, de se saisir des opportunités résidentielles qui leur sont offertes, notamment dans le cadre de stratégies d’ancrage.

16Les stratégies d’ancrage dans le quartier sont également l’une des dimensions mises en évidence par le chapitre d’Émilie Saint-Macary. Enquêtant sur des opérations de rénovation urbaine menées au Havre, à Mantes-la-Jolie et au Blanc-Mesnil, elle démontre que tant les choix résidentiels des habitants des quartiers rénovés que les stratégies de commercialisation des promoteurs privés appelés pour créer une offre de logements nouvelle contribuent à réserver ces logements dits de « diversification » aux habitants déjà présents dans le quartier. Ainsi, l’objectif de mixité « exogène » poursuivi par les acteurs nationaux de la rénovation urbaine, consistant à faire venir des ménages plus aisés dans les quartiers rénovés, est battu en brèche par les stratégies des acteurs locaux. C’est donc une mixité plus « endogène » qui se réalise, par l’ancrage dans le quartier de ménages en ascension sociale, qui l’auraient quitté en l’absence d’une offre de logements correspondant à leurs besoins.

17Le chapitre de Joël Meissonier analyse les interactions entre le processus de relogement et les mobilités quotidiennes. À partir d’une enquête qualitative auprès de ménages relogés dans le cadre du Projet de Rénovation Urbaine de Tourcoing, il montre comment un déménagement, lorsqu’il n’est pas volontaire, vient affecter les conditions de déplacements des individus, transformer le rapport au territoire, et créer des ruptures dans les liens de sociabilité. Le déménagement, tel qu’il est organisé par les pouvoirs publics, n’est jamais neutre en termes de vie quotidienne, et malgré les dispositifs d’accompagnement social, provoque des effets différenciés selon les ressources dont disposent les ménages. Certains ménages, notamment les plus âgés et ceux disposant des plus faibles ressources, semblent éprouver les plus grandes difficultés tandis que pour les ménages plus favorisés, et en particulier ceux disposant d’une voiture, le déménagement apparaît moins perturbateur.

18En contrepoint de ces résultats de recherche, deux articles viennent clore cette deuxième partie en donnant la parole à des praticiennes. Sophie Lauden-Angotti fait état des conclusions d’une enquête de grande ampleur menée par l’Union Sociale pour l’Habitat sur les relogements dans le cadre de la rénovation urbaine. Elle confirme que la rénovation urbaine entraîne des mobilités résidentielles de proximité (la plupart dans le quartier ou dans la même commune) et n’aboutit pas à un renouvellement de la population des quartiers rénovés. Elle montre également que le relogement peut être à l’origine d’opportunités résidentielles et que des mobilités, même contraintes, peuvent aboutir à de meilleures conditions de logement, notamment lorsque les acteurs locaux de la rénovation urbaine mettent en place des formes de suivi « rapproché » des ménages relogés.

19L’article d’Elise Gassiat Henu constitue un regard sensible sur l’évolution de la prise en compte de « l’humain » dans « la Politique de la Ville » depuis les dispositifs « Grand Projet Urbain / Grand Projet de Ville ». Cette contribution montre les apports et les limites de la réorientation des politiques publiques vers la rénovation urbaine. Si celle-ci permis de faire sortir les bailleurs de leur isolement dans les pratiques de peuplement, il demeure qu’elle a fait évoluer la « Politique de la Ville » vers une approche principalement urbanistique, délaissant encore plus fortement les réflexions sur l’insertion sociale des habitants. Ces derniers apparaissent encore plus qu’avant comme « un continent inconnu », nécessitant d’interroger les modalités de construction et de conduite des futurs dispositifs de la « Politique de la Ville ».

20Finalement, cette partie révèle les décalages des politiques publiques entre les intentions et leur mise en œuvre et pose la question du renouvellement des catégories d’action publique, notamment en direction des classes populaires. Elle met en évidence, en creux, les impensés des politiques publiques, objet de la troisième partie.

Des mobilités contraintes aux ressources de l’ancrage : les impensés des politiques publiques

21Cette troisième partie, directement liée aux questions finales de la deuxième partie, approfondit l’analyse des politiques dans lesquelles la mobilité s’est imposée comme un moyen d’action sociale et urbaine. Censées permettre aux individus comme aux territoires d’être intégrés aux normes de la société, ces politiques sont souvent génératrices de nouvelles ségrégations socio-spatiales alors que l’ancrage résidentiel des populations locales et des classes populaires reste un impensé. Ainsi, les différents travaux présentés dans cette partie montrent comment l’ancrage résidentiel est un support de ressources familiales, sociales, économiques, particulièrement significatif dans les milieux populaires et immigrés. Les différents chapitres interrogent, en filigrane, le nécessaire renouvellement des catégories d’action en matière de mobilité résidentielle. Il s’agit à la fois de considérer les effets de fragilisation de ces politiques mais aussi de considérer les ressources de l’ancrage dans les territoires pauvres. Il apparaît aussi indispensable de penser l’ensemble de la mobilité résidentielle non plus comme un simple mouvement ou un parcours mais comme une trajectoire sociale porteuse de sens, comme le suggère Jean-Yves Authier dans le préambule de l’ouvrage.

22Le chapitre de Cécile Vignal analyse en quoi l’ancrage local peut constituer une ressource pour les habitants vivant dans les territoires désindustrialisés. À partir d’une synthèse d’enquêtes sociologiques conduites depuis les années 1950, elle montre comment l’ancrage local, historiquement constitué comme une des dimensions du rapport salarial, demeure l’expression ambivalente d’une capacité des classes populaires à organiser l’accès au travail, l’accès au logement, à l’aide familiale et amicale nécessaires à la vie quotidienne. Ces formes contemporaines d’appartenances localisées des classes populaires révèlent ainsi la place du territoire de résidence comme appui de certaines mobilisations collectives et comme une des modalités de résistance à la domination.

23Le deuxième chapitre de cette partie, par Sylvie Fol et Yoan Miot, analyse plus particulièrement les politiques de rénovation urbaine menées par des villes connaissant un processus de déclin urbain. Cette contribution montre les décalages existants entre les « cibles de diversification sociale » attendues par les collectivités locales et les dynamiques explicatives de la perte d’habitants. En effet, l’analyse, fondée sur l’étude de trois projets de rénovation urbaine en quartiers anciens, révèle le rôle central joué par le déménagement des classes populaires dans les processus de déclin démographique des territoires et, plus particulièrement, le rôle des mobilités résidentielles d’accession à la propriété. Ainsi, la contribution montre que si l’ancrage des classes populaires, notamment celles qui sont en ascension sociale, peut constituer une source de mixité endogène pour les territoires les plus fragiles (rejoignant ainsi les conclusions d’Émilie Saint-Macary dans la deuxième partie de l’ouvrage), ce processus n’est pas du tout pris en compte par les politiques publiques.

24Enfin, le dernier chapitre, par Martin Omhovère, constitue une analyse des pratiques sociales et spatiales d’habitants dans un quartier populaire de Montpellier. Analysant très finement ce quartier, qui fait l’objet d’un projet de rénovation urbaine, l’auteur montre comment ce territoire, fortement investi par les populations immigrées, est constitutif de ressources sociales de proximité, qui leur permettent d’accéder à l’emploi formel ou informel, d’économiser les ressources économiques et d’entrevoir une ascension sociale progressive.

25Ainsi, ces dernières contributions, discutant le paradigme de la mobilité comme objectif des politiques publiques, montrent comment celles-ci viennent parfois heurter les dynamiques sociales propres aux classes populaires et les fragiliser. En somme, l’ouvrage, à travers la question des inégalités territoriales et sociales produites par les mobilités résidentielles et les politiques publiques qui leurs sont liées, tente d’ouvrir le débat sur la place à donner à l’ancrage résidentiel dans les territoires populaires.

Bibliographie

Alexandre H., Cusin F., Julliard C., 2010, L’attractivité résidentielle des agglomérations françaises, Chaire Ville & Immobilier, Université Paris-Dauphine, 52 p.

Authier J.-Y. (dir.), 2010, État des lieux sur les trajectoires résidentielles, PUCA, 85 p.

Baccaini B., 2007, « Les flux migratoires interrégionaux en France depuis 50 ans », Population, 1, pp. 143-160.

Bacque M.H., Fol S., 2007a, « Effets de quartier : enjeux scientifiques et politiques de l’importation d’une controverse », in Authier J.Y., Bacque M.H., Guerin-Pace F., (dir.), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, p. 181-193.

Bacque M.H., Fol S., 2007b, « L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction », Revue Suisse de Sociologie, Vol. 33, n° 1, p. 89-104.

Barbier J.C., 2013, « Pour un bilan du Workfare et de l’activation de la protection sociale », in Castel R., Duvoux N. (dir.), L’avenir de la solidarité, Paris, PUF, La vie des idées.

Berger, M., 2006 « Périurbanisation et accentuation des logiques ségrégatives en Île-de-France », Hérodote, 2006/3, n° 122, pp. 198-211.

Berthelot J.M., 1996, « Mobilité et ancrage », in Hirschhorn M., Berthelot J.M., (dir.), Mobilités et ancrages. Vers un nouveau mode de spatialisation, Paris, L’Harmattan, Villes et Entreprises.

Boltanski L., Chiapello E., (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 843 p.

Borja S., Courty G., Ramadier T., « “Mobilité” : la dynamique d’une doxa néolibérale », Regards Sociologiques, n° 45-46, 2012, pp. 5-10.

Bourdieu P., 1990, « L’économie de la maison », Actes de la recherche en sciences sociales, no 81-82, p. 2-96

Bourdieu P., DeSaint-Martin M., 1990, « Le sens de la propriété », Actes de la recherche en sciences sociales, no 81-82, p. 52-64.

Bourne, L. S., 1981, The Geography of Housing, Arnold, London, 288 p.

Castel R., Duvoux N. (dir.), 2013, L’avenir de la solidarité, Paris, PUF, La vie des idées.

Castells M., 1999, Fin de millénaire [L’ère de l’information - 3], Fayard, Paris, 492 p.

Davezies L., 2008, La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses, Seuil, 113 p.

Donzelot J., 2004, « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, n° 303.

Fere C., 2011, Concilier accès à la mobilité pour tous et mobilité durable. La prise en compte des inégalités d’accès à la mobilité dans les politiques urbaines de l’agglomération lyonnaise, Thèse de doctorat en urbanisme et aménagement, Université Lyon 2.

Fol S., 2009, La mobilité des pauvres, Paris, Belin.

Grafmeyer Y., Authier J.-Y., 2008, Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, coll. 128, 128 p.

Haumont A., 1993, « La mobilité intra-urbaine, rétrospective et perspective », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 59-60, p. 109-118.

Harvey D., 2000, Spaces of hope, Edinburgh, University Press, Edinburgh.

Jouffe Y., 2007, Précaires mais mobiles. Tactiques de mobilité des travailleurs précaires flexibles et nouveaux services de mobilité, Thèse de Doctorat, École Nationale des Ponts et Chaussées.

LeBreton E., 2005, Bouger pour s’en sortir, Paris, Armand Colin.

LelevrierC., 2010a, « La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concentration ? » Espaces et Sociétés, n° 140-141, p. 59-74.

LelevrierC., 2010b, Action publique et trajectoires résidentielles. Un autre regard sur la politique de la ville, Mémoire d’habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris Est - Créteil.

Maillat, D., Perrin, J-C. (éds), 1992, Entreprises innovatrices et développement territorial, GREMI (Groupe de recherche européen sur les milieux innovants), Institut de recherches économiques et régionales, Neuchâtel, 264 p.

Miot Y., 2012, Face à la décroissance urbaine, l’attractivité résidentielle ? Le cas des villes de tradition industrielle de Mulhouse, Roubaix et Saint-Étienne, Thèse de doctorat, Université de Lille I.

Noiriel G., 1988, Le creuset français : Histoire de l’immigration XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil.

Orfeuil J.P., 2000, « L’évolution de la mobilité quotidienne », Synthèse INRETS, n° 37.

PanKeShon J.L, 2009, “Residential Mobility Trends in France, 1973-2006: New Estimates”, Population-E, Vol. 64, N° 4, pp. 687-703.

PanKeShon J.L, 2010, « The Ambivalent Nature of Ethnic Segregation in France’s Disadvantaged Neighbourhoods », Urban Studies, Vol. 27, n° 8, p. 1603-1623.

Remy J., 1996, « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », in Hirschhorn M., Berthelot J.M., Mobilités et ancrages. Vers un nouveau mode de spatialisation ? Paris, L’Harmattan.

Remy J., 2000, « Métropolisation et diffusion de l’urbain : les ambiguïtés de la mobilité », in Bonnet M., Desjeux D. (dir), Les Territoires de la mobilité, Paris, PUF, p. 171-188.

Renahy N., 2010, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usage d’une notion », Regards sociologiques, n° 40, p. 9-26.

Rousseau M., 2008, « La ville comme machine à mobilité. Capitalisme, urbanisme et gouvernement des corps », Métropoles, 3, pp. 181-206.

Schmoll C., 2004, Une place marchande cosmopolite, Dynamiques migratoires et circulations commerciales à Naples, Thèse de Doctorat, Université Paris X.

Soja E., 2000, Postmetropolis : critical studies of cities and regions, Blackwell, Oxford.

Tarrius A., 1992, Les Fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan.

Tarrius A., 2000, Les nouveaux cosmopolitismes : mobilités, identités, territoires, Paris, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Urry J., 2007, « Des inégalités sociales au capital en réseau », Revue Suisse de Sociologie, Vol. 33, n° 1, pp. 9-26.

Vignal, C., 2003, Ancrages et mobilités de salariés de l’industrie à l’épreuve de la délocalisation de l’emploi. Configurations résidentielles, logiques familiales et logiques professionnelles, Thèse de doctorat en urbanisme, aménagement et politiques publiques, sous la direction de Férial Drosso, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, IUP, Créteil, 654 p.

Vignal C., 2005, « Logiques professionnelles et logiques familiales : une articulation contrainte par la délocalisation de l’emploi », Sociologie du Travail, n° 47, p. 153-169.

Wagner A.C., 2010, « Le jeu de la mobilité et de l’autochtonie au sein des classes supérieures », Regards Sociologiques, n° 40, p. 89-98.

Notes

1 Territoires Villes, Environnement et Société (EA 4477), Université Lille 1 - Sciences et Technologies.

2 Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques (UMR 8019), Université Lille 1 - Sciences et Technologies.

Auteurs

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search