Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chartres

 | 
Arnaud Timbert

Deuxième partie. Construire la cathédrale

Le plomb dans la cathédrale de Chartres

Paul Benoit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La cathédrale de Chartres a, comme toutes celles construites aux XIIe et XIIIsiècles, fait largement appel au plomb pour sa construction1. La couleur verte née de la corrosion de la toiture de cuivre actuelle, ne doit pas faire oublier que, du XIIe au XIXsiècle, la couverture de l’église se composait essentiellement de plomb, ce plomb qui en fondant a largement contribué à étendre la destruction de la charpente en 1836. Cependant, si peu d’édifices religieux ont fait l’objet d’autant d’études que la cathédrale de Chartres, rares sont celles qui fassent même une allusion au plomb, sauf à signaler son rôle dans la propagation de l’incendie.

Pourtant, la documentation ne manque pas. En premier lieu, ce document capital que constitue la cathédrale elle-même qui, même si la toiture en plomb a disparu, donne les dimensions de cette couverture d’autant plus intéressante qu’Eugène Viollet-le-Duc a pu en 1835, quelques mois avant l’incendie, en examiner de près les éléments qui la composa...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540