Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruire le Nord – Pas-de-Calais après la Seconde Guerre mondiale (1944-1958)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Philippe Roger

Table des matières

Michel-Pierre Chélini et Philippe Roger

Introduction

1. Acteurs et enjeux régionaux de la Reconstruction du Nord – Pas-de-Calais

1. L’État et l’administration face à la Reconstruction

Jean-Marc Guislin

Les parlementaires du Nord et du Pas-de-Calais face à la deuxième Reconstruction (1945-1958)

I) Les parlementaires du Nord – Pas-de-Calais aux commissions de la Reconstruction et des dommages de guerre
A) 19 députés
B) 14 sénateurs
II) L’action des députés du Nord – Pas-de-Calais à la commission de la Reconstruction et des dommages de guerre
A) Au temps des deux Assemblées constituantes
B) Sous les 3 législatures de la Quatrième République
III) Les principaux thèmes abordés par les parlementaires
A) Le sort des sinistrés
B) La dénonciation des inégalités et des scandales
C) Les multiples critiques adressées au MRU
D) Les problèmes généraux
E) Le souci du concret et de la proximité
Conclusion
Jean-Marc Guislin

Le conseil général du Nord et la seconde Reconstruction (1945-1958)

I) Les moyens du conseil général pour participer à la Reconstruction
A) Un département partiellement dévasté
B) Une assemblée départementale engagée
C) Fonctionnement et attributions du conseil général
II) L’action du conseil général du Nord
A) Démarches auprès de l’administration, encouragement des initiatives locales, participation financière
B) De nombreux vœux
C) Des doléances régulièrement formulées
III) L’écho de la politique nationale
A) L’école (Langevin-Wallon)
B) Un contexte de guerre froide et de divisions politiques
C) Un intérêt marqué pour des sujets riches d’avenir
Conclusion : les bilans de la Reconstruction dans le Nord d’après le conseil général
Philippe Roger

Le préfet, le conseil général du Pas-de-Calais et la Reconstruction de 1945 au milieu des années 1950

I) Des attributions entrelacées ?
II) Le préfet et le suivi de la reconstruction
III) Le conseil général, entre réflexion et action
A) De 1945 à 1947, l’assemblée départementale consciente de l’importance des difficultés, s’interroge sur l’imbrication des questions de reconstruction et de logement
B) Cette session extraordinaire se tient le 7 juin 1948. C’est le moment fort de la réflexion du conseil général
C) Après la session du 7 juin et jusqu’à la fin de l’année 1951, le conseil général évoque surtout la priorité qu’il conviendrait d’accorder aux écoles mais aussi les difficultés concrètes de la reconstruction qui peuvent quelquefois paraître insurmontables
D) En 1952 et 1953, la réduction des crédits provoque le mécontentement des conseillers généraux
Conclusion
Serge Curinier

Les communistes, le charbon et la reconstruction (1944-1947)

I) Le PCF à la Libération : des objectifs et des obstacles
II) « La bataille du charbon »
A) Mobiliser les mineurs
B) D’importantes résistances
C) Les réactions du PCF
III) Le tournant de 1947

2. Redresser l’économie, améliorer les conditions de vie

Michel-Pierre Chélini

Les étapes de la reconstruction matérielle du Nord – Pas-de-Calais (1945-1958)

I) Deux départements gravement affectés (1944)
A) Des dommages humains à la fois plus étendus et moins définitifs qu’en 1914-18
B) Les sinistres matériels : plus de 180 000 immeubles, un des plus forts taux de France
C) 1945 : entre le tiers et la moitié de la production de 1938
II) Un lent redémarrage, 1945-48
A) Un cadre centralisé pour la reconstruction régionale
B) Les étapes nécessaires et préalables : « la reconstruction des ingénieurs » (1945-48)
C) Une reprise économique progressive entre 1945 et 1948
III) La reconstruction s’efface devant la construction (1948-1956/58)
A) L’indemnisation publique : environ la moitié de la valeur constante des biens
B) Le rôle décisif des architectes et des entreprises du bâtiment
C) Une insertion moins dynamique dans la croissance (années 1950)
Conclusion
Marie-Christine Allart

La reconstruction agricole du Pas-de-Calais : continuité ou rupture ?

I) Des problèmes matériels omniprésents
A) Les destructions
B) Un contexte de pénurie
II) Deux objectifs : ravitailler les ménages et lutter contre le marché noir
A) Livrer la production ?
B) Assurer l’approvisionnement
III) L’échec de la reconstruction modernisatrice
A) Le maintien d’un travail traditionnel
B) Le retour des structures traditionnelles
Conclusion
Thibault Tellier

Les enjeux de la seconde Reconstruction des villes du Nord (1945-1952)

Introduction
I) Gérer l’urgence et la pénurie
A) Un bilan extrêmement lourd
B) Un sentiment d’injustice ressenti par les villes nordistes
II) Les nouvelles orientations du MRU et leur application locale
A) Façonner l’avenir urbain de la région
B) Favoriser la rationalisation urbanistique pour relancer l’économie
III) Les acteurs de la reconstruction
A) Les acteurs institutionnels
B) La mobilisation des CIL et des associations locales
Conclusion
Olivier Chovaux

Reconstruire les corps et les esprits au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : l’enseignement de l’éducation physique dans les écoles élémentaires de l’académie de Lille (1944-1958)

Introduction
I) Une éducation physique médicalisée au service du « redressement des corps » ?
II) Un éclectisme préjudiciable à la reconstruction des corps ?
III) Une éducation physique scolaire « velléitaire » ?
Éléments de conclusion

2. Une réelle diversité locale des reconstructions urbaines

1. Le littoral

Les grandes villes

Frédéric Debussche

Le logement dans la reconstruction de Boulogne-sur-Mer : un axe directeur et des expérimentations

I) Un nouveau plan d’urbanisme
A) Le plan « Berrier »
B) L’arrivée de Pierre Vivien
C) Chronologie
II) La conquête de nouveaux secteurs d’habitation
A) Les quartiers de compensation
B) La reconstruction des quartiers sinistrés : le quartier Saint-Pierre, le centre-ville et les quais
III) Des nouveaux logements
A) Les « Quatre-Moulins »
B) L’opération Montplaisir
C) Le parc de la Liane
D) L’opération Gambetta, les 4 « buildings »
E) La cité « Transition »
Laurent Buchard et Marc Coppin

Calais-Nord, une reconstruction contrariée (1945-1953)

I) Une longue réflexion mais des hésitations locales (1945-1948)
A) « Calais, ville malade » : une réflexion antérieure à la guerre
B) Un nouveau plan
II) Une première reconstruction de style régional (1948-1950)
A) Les premières réalisations
B) Le mécontentement du MRU
III) Le choix d’une reconstruction « moderne » (1951-1953)
A) Une rupture architecturale avec la nomination de Clément Tambuté
B) La réaction des Calaisiens
C) L’adoption finale d’un plan contesté par le conseil municipal
Conclusion

Stations balnéaires et villes moyennes

Kelly Sénéchal

La reconstruction de Berck

I) Guerre et destructions
A) Berck pendant la guerre
B) Bilan des destructions
C) Avant de reconstruire, déblayer et déminer
II) L’organisation de la Reconstruction
A) Le plan de 1947
B) Les démarches liées à la Reconstruction
C) Les demandes de reconstructions
III) La Renaissance de la station balnéaire
A) La construction de l’esplanade : une nouvelle identité pour la ville
B) Plaire aux touristes
C) La fin des hôpitaux ?
Conclusion
Rudy Havez et Alexandre Pazgrat

La reconstruction du Portel : un aménagement difficile

I) Le temps du provisoire, une première solution pour répondre à une crise plurielle
II) Un nouvel urbanisme difficile à imposer
III) Du remembrement à la construction définitive
Conclusion
Gaëtan Saitzek

La reconstruction du Touquet Paris-Plage

I) De la station des 4 saisons à la ville la plus minée de France
II) La perle, les bombes et le paradis perdu
III) La réhabilitation de la station, un chantier sous le regard du Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU)
IV) Les particularités de la reconstruction au Touquet Paris-Plage
Conclusion

2. L’intérieur

Philippe Roger

Douai et Lille de la seconde Reconstruction à l’aménagement urbain

I) Les débuts de la seconde Reconstruction
A) Un lourd héritage
B) L’ampleur des destructions provoquées par la Seconde Guerre mondiale
C) Les acteurs de la Reconstruction
D) Déblayer les gravats, loger les sinistrés
II) Les projets de reconstruction
A) À Douai, le plan Petit ; à Lille, priorité à Fives
B) Des réactions globalement négatives dans les deux villes
C) Les démêlés de la municipalité douaisienne avec Eugène Claudius-Petit, du plan Petit au plan Chomette
D) Les problèmes d’infrastructures et les questions financières
III) Deux défis : le logement et l’aménagement urbain
A) À Lille, les ambitions du plan Leveau
B) Résoudre la crise du logement par une transformation profonde de la ville
Conclusion
Christophe Lefevre

La reconstruction de Lens (1944-1946)

I) L’organisation de la reconstruction
A) Les acteurs
B) Le déblaiement
C) Le plan d’urbanisme
II) Les principes de la reconstruction
A) La santé
B) Les transports
C) L’évolution sociale
D) L’instruction
III) Des exemples concrets
A) Les méthodes de reconstruction
B) Le centre-ville
C) La reconstruction privée
Conclusion
Jean-Marie Richez

Vicissitudes d’une lente reconstruction de centre-ville, Valenciennes (1940-1960)

Introduction : l’incendie et la destruction du centre-ville de Valenciennes en mai 1940
I) Le temps de la guerre 1940-1945. Un plan marqué par l’idéologie de la Révolution nationale
A) Valenciennes, choisie par André Muffang, commissaire à la reconstruction, comme l’une des premières villes sinistrées à reconstruire
B) La reconstruction de la ville est perçue comme un moyen d’achèvement de la Révolution nationale
C) Le plan Laprade reconnu d’utilité publique le 24 juin 1943 et prorogé à la sortie de la guerre
D) Le plan Laprade, une reconstruction de la ville en « atelier »
E) Le projet régional du Grand Valenciennois
F) Les premières initiatives pendant la guerre : les études concernant l’assainissement et le remembrement
G) Le plan fonctionnaliste de Laprade est définitivement adopté après-guerre. Des immeubles sans affectation individuelle (ISAI) contre l’acceptation du plan n° 8
II) Le temps du provisoire : 1945-1947. Période au cours de laquelle on pense les principes de la reconstruction en en fixant le cadre
A) Une Administration qui évolue : du CRI au MRU
B) L’attente des sinistrés : les choix de l’État
C) Le rôle des architectes valenciennois dans la Reconstruction de la cité
D) Les acteurs locaux de la reconstruction
III) Le temps du lancement des premiers grands chantiers 1948-1954
A) Les vœux des sinistrés du centre-ville de Valenciennes contrariés dès le départ par l’intransigeance du MRU
B) Un premier démarrage des travaux en avril-mai 1948. Les multiples obstacles à une rapide reconstruction
C) Les premières reconstructions
IV) La période 1954-1960. Le changement d’option et l’influence de l’école progressiste de Le Corbusier. Un seul mot d’ordre : en finir avec la reconstruction dès 1960
A) La nomination de Vergnaud, la modification du plan primitif d’Albert Laprade
B) La fin de la reconstruction à tout prix
Conclusion : l’ambivalence de la reconstruction
L’inauguration de l’hôtel de ville par le général de Gaulle, le 26 septembre 1959 consacre la reconstruction du centre vie de Valenciennes
Le plan d’utilité publique de 1943 de Laprade, seul document juridiquement valable durant 25 ans
Nil Favier

La reconstruction de l’arrondissement de Saint-Omer

I) Un conflit particulièrement destructeur
II) Les priorités et les contraintes préalables à la Reconstruction
A) Les structures administratives
B) La reconstruction des infrastructures est privilégiée
II) La reconstruction économique
III) Une reconstruction urbaine de grande ampleur
A) L’élaboration des plans d’urbanisme
B) La gestion financière des principales communes
Conclusion
Michel-Pierre Chélini et Philippe Roger

Conclusion générale