Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes divisées

 | 
Véronique Bontemps
, 
Franck Mermier
, 
Stéphanie Schwerter

Partie 4. Réfractions urbaines

Femmes marginalisées et espaces urbains divisés dans Keiner liebt mich et Glück

Elisa Paolicelli

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction : déguisements féminins et divisions urbaines

Cet article se propose d’analyser le rapport entre la représentation des protagonistes féminines et la description de leurs espaces urbains marginaux dans deux adaptations cinématographiques allemandes : Keiner liebt mich (1994) et Glück (2012), réalisées par Doris Dörrie. Si le premier film adapte librement à l’écran le recueil de nouvelles Für immer und ewig: Eine Art Reigen (1991) de Dörrie, le deuxième est au contraire tiré de la nouvelle « Glück » (Verbrechen, 2009) écrite par Ferdinand von Schirach. Notre analyse de films s’ancrera dans une étude de l’usage de l’espace urbain par les protagonistes dont la marginalité est véhiculée par leurs « déguisements urbains ». Par ce terme, nous entendons l’apparence physique singulière des protagonistes à l’étude, et particulièrement leur façon de s’habiller dans l’espace public de leurs contextes urbains, ainsi que dans les intérieurs qu’elles habitent.

En particulier, dans Keine...

Auteur

Université de Valenciennes

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540