Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’intelligence du texte

 | 
Christoph König

9. Les paris de la langue. Les poèmes En voyage et Douze années de Paul Celan

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

C’est une dédicace sarcastique : « Für Peter Szondi, / bei (nicht zufällig) offenem / Fenster, (zufällig) in Paris / Sehr herzlich / Paul Celan1 » (« Pour Peter Szondi, / la fenêtre ouverte (pas fortuite) / à Paris (fortuitement) / Très cordialement / Paul Celan. »). De Celan, qui était originaire de Czernowitz et vivait depuis 1948 à Paris, Claude David a dit dans l’hommage que lui ont rendu les Etudes germaniques après sa mort en 1970 qu’il était le « plus grand poète français de langue allemande2 ». Dans la dédicace, Celan reprend la plainte exprimée par Szondi dans une de ses lettres précédentes : « À Paris, j’allais souvent rue de Longchamp, mais je savais que les fenêtres seraient fermées cette fois-ci 3 ». Le sarcasme vise l’espoir que Szondi a caressé jusqu’à la fin de sa vie : faire de Paris son « point d’existence » (Paul Valéry), avec les amis qu’il y avait, surtout Jean et Mayotte Bollack4. Celan fait la différence entre une ouverture nécessaire (donc « pas fortuite ») e...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540