Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intelligence du texte

 | 
Christoph König

9. Les paris de la langue. Les poèmes En voyage et Douze années de Paul Celan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est une dédicace sarcastique : « Für Peter Szondi, / bei (nicht zufällig) offenem / Fenster, (zufällig) in Paris / Sehr herzlich / Paul Celan1 » (« Pour Peter Szondi, / la fenêtre ouverte (pas fortuite) / à Paris (fortuitement) / Très cordialement / Paul Celan. »). De Celan, qui était originaire de Czernowitz et vivait depuis 1948 à Paris, Claude David a dit dans l’hommage que lui ont rendu les Etudes germaniques après sa mort en 1970 qu’il était le « plus grand poète français de langue allemande2 ». Dans la dédicace, Celan reprend la plainte exprimée par Szondi dans une de ses lettres précédentes : « À Paris, j’allais souvent rue de Longchamp, mais je savais que les fenêtres seraient fermées cette fois-ci 3 ». Le sarcasme vise l’espoir que Szondi a caressé jusqu’à la fin de sa vie : faire de Paris son « point d’existence » (Paul Valéry), avec les amis qu’il y avait, surtout Jean et Mayotte Bollack4. Celan fait la différence entre une ouverture nécessaire (donc « pas fortuite ») e...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540