Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intelligence du texte

 | 
Christoph König

6. Vers l’inexprimable. Les remarques de Wittgenstein sur le poème L’Aubépine du comte Eberhard de Ludwig Uhland

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le poème de Ludwig Uhland L’Aubépine du comte Eberhard a été composé en 1810 à Paris, au Café du Palais Royal. C’est l’un des poèmes de Uhland inspirés du cycle des légendes héroïques de la Souabe, mais il n’a pas connu la même fortune scolaire que beaucoup d’autres1. Le texte ne fait pas partie du canon des lectures de classe d’allemand. Pourtant, une remarque adressée par Wittgenstein à l’architecte Paul Engelmann en 1917 a fait de ce poème une pierre de touche du débat philosophique sur le Tractatus logico-philosophicus. Par qui a-t-il été le mieux compris ? Par les germanistes qui l’ont négligé ou par les philosophes qui en ont fait usage ? Dans les deux cas, c’est le caractère artificiel de la ballade idyllique qui est en jeu. Wittgenstein songeait-il à cette artificialité lorsqu’il réfléchissait sur « l’inexprimable » ?

Le poème de Uhland comme critique du souvenir

Graf Eberhards Weißdorn Graf Eberhards Weißdorn L’Aubépine du comte Eberhard
01 Graf Eberhard im Bart
Vom Württemberger ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540