Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intelligence du texte

 | 
Christoph König

5. Les poèmes tardifs de Rilke et le français de Valéry

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une faute de grammaire

Dans le Sonnet à Orphée II.28, la construction au génitif « einer jener Tänze » dans l’énoncé

Du, […] ergänze […] die Tanzfigur zum reinen Sternbild einer jener Tänze, darin…
Toi, […] complète […] la figure de danse en pure constellation de l’une de ces danses, où… (v. 1-14)

est une faute de grammaire. L’article indéfini au génitif est au féminin alors que Tänze (les danses) est masculin. Les éditeurs du texte et ses interprètes ont réagi de différentes manières face à cette faute. Ernst Zinn, en qualité de philologue éditeur du texte, ne l’a pas corrigée, mais en tant qu’interprète, il a ajouté qu’il s’agissait « manifestement d’un lapsus »1. Son édition maintient cette difficulté et ne retient pas la conjecture proposée par Hermann Mörchen dans son interprétation d’ensemble du cycle de sonnets (contre la décision éditoriale de Zinn). Mörchen fonde son interprétation sur la formule grammaticalement correcte eines jener Tänze2. Quelle importance revient à la gramm...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540