Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intelligence du texte

 | 
Christoph König

4. Sur l’interprétation du sonnet de Rilke Ô viens et va

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rilke a composé dans un temps très réduit, en quelques jours seulement, au mois de février 1922, un double cycle de 55 poèmes qu’il intitula Les Sonnets à Orphée. Le titre est l’expression d’une dédicace. Les sonnets s’adressent « à » Orphée, au cœur de la tradition poétique antique, mystique et orphique. Rilke se réfère à trois récits des Métamorphoses d’Ovide qu’il reprend dans ses poèmes : le récit d’Ovide qui chante Orphée tué par les ménades et dont la tête et la lyre seront charriées intactes par le fleuve Hébron jusqu’à la mer ; puis l’histoire des animaux et des arbres qui se rassemblent autour du chanteur ; enfin, la descente aux Enfers d’Orphée qui veut aller chercher son épouse Eurydice1. Rilke insère une seconde dédicace au début des sonnets. Ils portent le titre « Écrit en manière de tombeau / pour Wera Ouckama Knoop » (« Geschrieben als ein Grab-Mal für Wera Ouckama Knoop »). Rilke évoque ici Wera, une jeune danseuse morte à dix-neuf ans2. Tous deux, la danseuse et Orp...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540