Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intelligence du texte

 | 
Christoph König

2. Limites de la mise en cycle. Les notes de Friedrich Schlegel Sur la philologie : un point d’aspect du roman Lucinde

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Friedrich Schlegel, figure centrale du premier romantisme allemand, a été le premier à réfléchir sur les conditions de possibilité d’une proximité entre poètes et philologues : celle-ci fut en effet déterminante pour son œuvre, aussi bien d’auteur que de philologue, mais aussi pour les créations conçues dans un esprit apparenté au sien. Le terme adéquat de Wissenschaftskunst (« art de la science1 ») est de son invention. Les expérimentations de Schlegel s’inscrivent dans le cadre de son commerce personnel avec la discipline philologique déjà constituée. Les activités critique, philologique et poétique peuvent ainsi être réunies dans cette œuvre. Au moment précis où poésie et philologie entrent en conflit, Schlegel développe d’emblée un art de la réflexion sur ce conflit qui demeure aujourd’hui encore à peu près sans équivalent. On connaît Schlegel pour son roman Lucinde (1799), ses Fragments de l’Athenäum, ses analyses des œuvres de Lessing et surtout de Goethe, ses études puis – pl...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540