Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Éthique et le soi chez Paul Ricœur

 | 
Patrice Canivez
, 
Lambros Couloubaritsis

Chapitre VI. Paul Ricœur et l’éthique aristotélicienne

Patrice Canivez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. L’éthique de Ricœur. Une reprise critique de l’aristotélisme

Dans Soi-même comme un autre, Paul Ricœur développe une herméneutique du soi qui dégage les différentes figures du sujet à partir des formes de langage dans lesquelles il se dit et agit. Sa réflexion porte d’abord sur la manière dont on parle du sujet humain, puis sur la façon dont il parle de lui-même. Elle conduit à une analyse de l’identité narrative et à une théorie du sujet agissant, puisque l’action se dit sur le mode spécifique du récit. Mais cette théorie implique également une philosophie morale que Ricœur développe dans les études 7 à 9 de son livre.

Cette philosophie repose sur une distinction fondamentale entre éthique et morale. La préoccupation qui définit l’éthique en tant que telle, c’est la « visée d’une vie accomplie ». Celle qui définit la morale, en revanche, c’est « l’articulation de cette visée dans des normes caractérisées à la fois par la prétention à l’universalité et par un effet de contrainte »1...

Auteur

Professeur à l’Université Lille 3. Directeur de l’Institut Eric Weil. UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage »

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540