Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Éthique et le soi chez Paul Ricœur

 | 
Patrice Canivez
, 
Lambros Couloubaritsis

Chapitre V. Paul Ricœur et la question aristotélicienne du temps

Lambros Couloubaritsis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Temps scientifique et temps non-scientifique

L’étude du temps en Physique IV constitue un événement majeur de l’histoire de la pensée, ne serait-ce que parce qu’elle est la première approche scientifique du temps1. Cette étude réussit à fixer le temps dans l’ordre de l’intelligibilité et à lui assurer sa fonctionnalité en science. Mais en soumettant le temps au mouvement, comme il le fait d’ailleurs pour le lieu, Aristote verrouilla pour ainsi dire la question scientifique du temps à l’intérieur d’un cadre limité, bien que pluriel du fait qu’il y a divers types de mouvement en fonction de trois modes de l’étant : qualité, quantité et lieu. De plus, comme l’ousia exprime tantôt (pour le monde sublunaire) la génération et le périssement et tantôt (pour le monde supralunaire) le transport circulaire (premier mouvement), il multiplie la diversité dans l’ordre du mouvement, et donc dans l’ordre du temps. En renversant cette conception du mouvement grâce au prin­cipe d’inertie, Galilée ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540