Version classiqueVersion mobile

Querelles cartésiennes

 | 
Pierre Macherey

ANNEXE. Descartes, philosophe « français » ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Descartes et le « cartésianisme »

Descartes meurt le 11 février 1650 à Stockholm, ce qui met un point final à son œuvre, alors même qu’une partie importante de celle-ci demeurait encore inédite : L’homme, Le monde, les Regulae, la correspondance. À ce moment commence l’histoire du cartésianisme, dans lequel on peut voir l’ombre portée par la pensée cartésienne qui, en traversant les pays et les époques, a survécu à son auteur en se projetant à travers de nouveaux contours, et en réapparaissant sous des figures plus ou moins inédites, qui témoignent de son inépuisable vitalité, et de sa capacité à échapper aux limites de l’époque qui l’a vu naître en se relançant sans cesse avec une certaine marge d’imprévisibilité vers le présent, ce qui fait d’elle tout autre chose qu’un simple objet de commémoration. De la même façon, il y a une histoire du spinozisme, une histoire du kantisme, une histoire de l’hégélianisme, etc., ce qui a été généralement rangé sous la catégorie de « réception...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search