Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La calomnie. Un philosophème humaniste

 | 
Fosca Mariani Zini

Conclusion

Texte intégral

  • 1 C’est en revanche à une restitution de la valeur dogmatique de la tradition que vise H. G. Gadamer, (...)

1En suivant le philosophème de la calomnie, nous avons repéré la liaison étroite entre le souci nouveau de respect de l’intention des auteurs, qui apparaît fortement au XVe siècle, et l’essor des disciplines philologiques, à commencer par la critique textuelle, puis l’herméneutique. Le changement d’attitude est lourd de conséquences. La tradition n’est plus, ou de moins en moins, perçue comme une source d’autorité, mais comme la communauté des auteurs transmis, dont on cherche à restituer l’intention spécifique de signification, antérieurement et indépendamment de la vérité de leurs discours. La prise en compte d’une interprétation authentique, telle qu’elle commence d’apparaître dans le travail de Valla ou de Poliziano, mine de facto l’idée d’une tradition comme auctoritas, en tant que modèle normatif1. La tradition textuelle devient ainsi un espace critique, où s’affrontent des lectures différentes, qu’il faut savoir évaluer et dont il faut restituer la légitimité.

2Toutefois, ce mouvement, que l’on peut poursuivre jusqu’à l’époque des Lumières, où l’intentio auctoris et la prise en compte de la ratio circumstantiarum sont généralement acceptées comme des critères herméneutiques, n’est pas le seul. La perspective révélée par la calomnie n’appelle pas seulement une réponse de la raison et de l’équité morale, à partir de l’analyse de nos passions « tristes » (malice, jalousie, remords), mais pose aussi la question du langage et de son obscurité constitutive. La calomnie n’est pas tant un phénomène isolé, due aux mauvaises intentions, qu’une possibilité constitutive de notre usage de la langue. La condition de possibilité de la calomnie réside, en fait, dans les difficultés propres à l’expression de la pensée dans la langue et aux nombreux obstacles de la compréhension et de la communication. C’est cette évolution que nous avons cherché à restituer : la calomnie définit pour les humanistes l’exigence de restituer l’authenticité des textes du passé, en luttant contre leur falsification volontaire ou involontaire, tandis que Descartes se heurte à la calomnie de ses détracteurs vivants, qui fait apparaître les difficultés à se faire entendre et comprendre, malgré la clarté des idées exprimées et l’adéquation de la conscience avec elle-même.

3La conviction croissante à l’âge classique dans le contexte des guerres de religion, puis développée par l’Aufklärung, que la logique employée pour exprimer de manière adéquate ses propres pensées et la logique pour comprendre les pensées d’autrui impliquent des dispositifs différents, conduit à situer dans la calomnie l’expression des obstacles propres à la communication de ce qui est effectivement dit et de l’intention de dire. La langue, par son usage historique et individuel, n’est pas le moyen transparent de la pensée, mais un élément essentiel dans la mise en forme de ce qu’on conçoit et un dispositif formidable de détournement de ce qu’on veut vraiment dire. La malice s’engouffre dans la brèche ouverte par la césure constitutive entre ce qu’on dit et ce qu’on veut dire.

  • 2 L’aria, « La calunnia è un venticello » pour basso, mise en musique par G. Rossini dans Le Barbiere (...)

4Dans cette évolution, le tableau de Botticelli fait voir, par son ekphrasis, que la calomnie, comme philosophème, n’est pas tant un concept isolé qu’un réseau d’éléments de nature diverse, doué d’une étonnante constance anthropologique : une réflexion sur les passions mauvaises, notamment sur la malice, l’envie, la malveillance et leurs remèdes moraux ; une analyse de la croyance, de la crédulité et de la confiance, en tant qu’attitudes cognitives et émotives fondamentales dans le commerce avec autrui ; une analyse des rapports entre l’intention de comprendre de ce qui est pensé et ce qu’est dit ; un examen de la falsification du discours d’autrui et de l’inquiétante facilité de ce geste2.

Notes

1 C’est en revanche à une restitution de la valeur dogmatique de la tradition que vise H. G. Gadamer, qui fait jouer en quelque sorte l’herméneutique, comprise comme détermination ontologique, contre la critique, rattachée à un subjectivisme « moderne » ; cf. H. G. Gadamer, Wahrheit und Methode, Tübingen, 1960.

2 L’aria, « La calunnia è un venticello » pour basso, mise en musique par G. Rossini dans Le Barbiere di Sivilia (1re représentation à Rome, le 20 février 1816) offre une véritable phénoménologie musicale des dispositifs de la calomnie, qui commence par les pas feutrés de la médisance pour éclater en un coup de canon qui tue le pauvre calomnié.

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site