Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La calomnie. Un philosophème humaniste

 | 
Fosca Mariani Zini

Chapitre 3. Malice et équité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Descartes : le désarroi du philosophe

Des difficultés à se faire comprendre

Pour Descartes, ce que nous concevons clairement et distinctement doit être admis comme certain. Même si cette assurance laisse en suspens la vérité de nos conclusions1, nous sommes toutefois portés à croire ce qui se présente clairement à nous. Cette croyance ou persuasion ferme est la même chose qu’une très parfaite certitude. Grâce à l’élimination progressive des représentations obscures et fallacieuses, la certitude atteint une conception légitime de l’effectivité du monde2. Dès lors nous ne craignons pas celui qui feint que nos croyances sont fausses3. Ce parcours est décrit nettement dans les Secondes Réponses où Descartes affirme :

Premièrement, aussitôt que nous pensons concevoir clairement quelque vérité, nous sommes naturellement portés à la croire. Et si cette croyance est si forte que nous ne puissions jamais avoir aucune raison de douter de ce que nous croyons de la sorte, il n’y a rien à recherche...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540