Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La calomnie. Un philosophème humaniste

 | 
Fosca Mariani Zini

Chapitre 2. L’art de la calomnie : peindre le faux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La représentation de la calomnie : politique et peinture

Parler dans l’oreille, prêter l’oreille

Dans le tableau de Botticelli, La calomnie1, un jeune homme demi-nu est traîné devant un homme couronné aux grandes oreilles dans lesquelles deux femmes, les ayant empoignées, chuchotent quelque chose. Que se passe-t-il ? Le jeune est amené de force devant un prince pour être jugé. De quoi doit-il répondre ? Nul chef d’accusation n’est patent. Le seul indice repérable est dans ce geste : parler dans l’oreille, prêter l’oreille. Voilà la calomnie : elle est tout entière dans ce chuchotement, dans le fait de souffler à l’oreille des accusations qui, tout en n’étant pas étayées par des preuves, deviennent persuasives, grâce à la crédulité de celui qui prête l’oreille. La calomnie n’est pas tout simplement une forme du mensonge : celui-ci implique un écart entre ce qu’on sait et ce qu’on affirme et n’engage que la personne même qui ment, sa propre crédibilité. La calomnie, par contre, consist...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540