Version classiqueVersion mobile

Essai d’un art universel de l'interprétation

 | 
Georg Friedrich Meier

« …mieux cultiver l’art universel de l’interprétation ». Le projet herméneutique de Georg Friedrich Meier (1718-1777)

Christian Berner

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vita1

Né le 29 mars 1718 à Ammendorf près de Halle, fils de pasteur, Georg Friedrich Meier résida toute sa vie dans la ville de Halle. Son Université, fondée en 1694 par Frédéric III, devait devenir l’un des plus importants centres des Lumières en même temps que du piétisme. C’est là qu’ont enseigné Christian Thomasius (1655-1728) et Christian Wolff (1659-1754), et c’est dans le prolongement de ce dernier que s’inscrit la philosophie de Meier. Éduqué tout d’abord par ses parents, Georg Friedrich Meier a poursuivi sa scolarité à Halle jusqu’en 1735, avant de se lancer, à l’âge de 17 ans, dans des études académiques. Il suivit les cours d’Alexander Baumgarten (1714-1762), notamment de logique et de métaphysique. En théologie, son maître n’était autre que le frère aîné d’Alexander, Siegmund Jacob Baumgarten (1706-1757). Ce dernier a joué un rôle déterminant pour la carrière de Meier, et les intenses liens intellectuels et d’amitié réciproque ont été essentiels. Après avoir été reçu Magi...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search