Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ordinaire du Politique

 | 
François Buton
, 
Patrick Lehingue
, 
Nicolas Mariot
, 
et al.

Seconde partie. L’encastrement biographique du rapport au politique : une expérience collective de recherche

15. Que faire des entretiens panélisés ? Restitution critique d’une expérience de recherche

François Buton, Patrick Lehingue, Nicolas Mariot et Sabine Rozier

Texte intégral

Présentation

Par F. Buton et P. Lehingue

  • 1 Les quatre coauteurs tiennent à remercier Éric Agrikoliansky, Paul Pasquali et Romain Pudal pour le (...)
  • 2 Ont participé à la première phase de cette expérience, outre les quatre coresponsables du présent o (...)

1Le compte rendu d’expérimentation qui constitue la seconde partie de cet ouvrage est livré sous une forme volontairement « éclatée », en valorisant davantage la présentation des « échafaudages » que le produit fini1. Il ne s’agit donc pas de fournir clefs en main une analyse définitive des redoutables questions que pose toute tentative de réencastrer biographiquement la variété des rapports – ordinaires ou pas – à la politique, aux politiques, au politique ou au vote (ces quatre formulations n’étant évidemment pas synonymes, et leur degré d’emboîtement, constituant à lui seul tout un problème). Notre désir est plus simplement de donner à voir quelques matériaux « bruts » tirés d’une expérience collective2 de décryptage d’une série d’entretiens approfondis semi-directifs et de laisser le lecteur juge des opportunités, mais aussi des coûts et des limites d’un tel dispositif.

Aux origines d’une enquête…

2Le point de départ de ce dispositif, il y a environ dix ans (nous étions alors deux ans avant les présidentielles de 2007), réside, comme c’est assez souvent le cas en sciences sociales, dans un agacement doublé d’une interrogation problématique.

3L’irritation – qui n’a malheureusement pas faibli depuis – avait trait à la position hégémonique qu’ont progressivement acquise les sondages d’opinion atomistiques dans les manières de faire preuve en sociologie politique et en sociologie électorale. L’idée, assez triviale, était donc de contourner autant que faire se pouvait cette « technologie royale » et de mener, à l’occasion des échéances présidentielles qui se profilaient, des entretiens approfondis panélisés, répétés auprès des mêmes enquêtés sur deux années, en vue de reconstituer leurs réseaux de sociabilité et leurs trajectoires sociobiographiques.

4La problématique très (trop ?) large qui nous inspirait était celle de l’encastrement biographique des préférences politiques et leurs ancrages socialement différenciés en évitant de ne considérer les agents sociaux que sous leur rôle (très fugitivement habité, et de moins en moins endossé) d’électeurs qu’on ne voudrait connaître qu’à l’aune d’hypothétiques orientations partisanes. Il s’agissait ici de briser le cercle consistant, en un tour de main inconsciemment tautologique, à expliquer telle orientation électorale par telle préférence partisane, sans que les principes ou « raisons » de ces dernières soient jamais explicités ou articulés avec les conditions d’existence quotidienne (héritées, vécues ou espérées) des individus. En clair, l’idée était de nous doter d’un maximum d’informations biographiques sur quelques enquêtés (une vingtaine), en ne nous contentant pas de la signalétique classique des instituts de sondages : âge, sexe, lieu de résidence et (au mieux) catégorie socioprofessionnelle.

5Les questions de l’inégale distribution de la compétence politique et de l’intérêt pour la politique, mais aussi de l’éventuelle redéfinition de cette compétence et des moyens de la mesurer, étaient également à l’arrière-plan de cette enquête ; nous intéressait encore le processus (inégalement prégnant) d’intéressement à la scène ou aux arènes électorales à mesure qu’on « entrait en campagne électorale ». Ce qui exigeait bien entendu d’interroger à intervalles réguliers nos enquêtés.

  • 3 L’idée première était même de trouver des électeurs atypiques, c’est-à-dire possédant des profils q (...)

6Chaque enquêteur avait la charge de suivre deux ou trois enquêtés, la sélection de ces derniers obéissant à un triple critère : outre le désir (toujours un peu vain ?) de diversifier au maximum notre groupe d’enquêtés donc de parvenir à un échantillon non pas représentatif mais au moins suffisamment contrasté (sous le rapport des propriétés sociales et de la proximité vs distance entretenue par rapport au champ politique institué3), on avait mis en avant l’accessibilité ou la disponibilité des enquêtés (nous devions pouvoir les « conserver » durant plus de deux ans et cinq vagues d’entretiens dont certains pouvaient excéder deux heures trente), et enfin une connaissance minimale de nos interlocuteurs (nous nous étions toutefois interdit d’approcher des « trop proches » – parents, conjoints, frères ou sœurs).

Cinq vagues d’entretiens

7À ce stade, il n’est sans doute pas inutile d’entrer dans le détail de ce dispositif d’enquête panélisée.

8Nous avions imaginé et avons réalisé cinq passages, dont la logique de progression – « en entonnoir » – était assez simple : du récit de vie à l’exposition aux stimuli électoraux et à l’expérience du vote, le questionnaire initial, passé deux ans avant l’élection, ne comportait que très peu de questions d’ordre politique ou électoral quand le tout dernier, réalisé deux jours après les deux tours des élections, interrogeait les enquêtés sur « leur vote » entendu comme choix d’un(e) candidat(e), mais également comme pratique plus ou moins ritualisée.

9Pour homogénéiser a minima les entretiens semi-directifs, des guides avaient été élaborés collectivement ; certains passages étaient « obligatoires » (cf. par exemple la « séquence des jeux » au deuxième questionnaire, et plus généralement les volets « politiques » des entretiens), mais chaque enquêteur, en fonction du type d’interaction nouée, de l’inégale familiarité qu’il entretenait avec « ses » enquêtés, des renseignements dont il disposait par ailleurs sur eux, des « digressions » observées, de la longueur effective de l’entretien voire de la lassitude légitimement éprouvée par plusieurs heures de dialogue, se réservait la possibilité de ne pas épuiser, à chaque passage, la totalité du questionnaire prévu – quitte à revenir, lors de passages ultérieurs, sur certaines questions biographiques laissées en suspens.

  • 4 Exemples de renseignements à collecter pour cette dimension : carrière, modalités d’entrée, conditi (...)

10Sous ces réserves, la première vague (début 2006), comme on l’a signalé, était pour plus des trois quarts centrée sur les trajectoires familiales, scolaires, résidentielles, professionnelles4, conjugales, etc. des membres de l’échantillon. Quelques questions en toute fin d’entretien portaient sur les pratiques de vote (participation plus ou moins intermittente, stabilité des choix électoraux), ainsi que sur trois sujets d’actualité à cette époque (diminution du nombre des tranches de l’impôt sur le revenu, entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, « émeutes » des banlieues).

11Outre le retour éventuel sur le précédent entretien (passages qui nous avaient semblé énigmatiques ou par trop parcellaires, questions non posées faute de temps), le deuxième questionnaire (fin 2006) tentait de compléter les informations biographiques du premier en s’attachant plus particulièrement aux réseaux de sociabilité, au volume et aux formes de capital social des enquêtés ; il tentait également de mieux cerner les représentations subjectives que chacun pouvait opérer de sa position dans l’espace social, voire de l’évolution et de la dynamique perçue de ce dernier.

12Une partie substantielle de ce deuxième questionnaire impliquait une séquence que nous avions (sans doute naïvement) présentée à nos enquêtés comme ludique. Elle comportait des tests de reconnaissance de photos de responsables politiques plus ou moins connus (Martine Aubry, François Bayrou, Tony Blair, Marie-George Buffet, Alain Juppé, Marine Le Pen, Laurence Parisot et Bernard Tapie), avec éventuelle identification de leur nom, de leurs fonctions, de leur institution d’appartenance, et enregistrement des sentiments que ces personnalités pouvaient susciter, à quoi s’ajoutait un recueil de réactions à un certain nombre de dessins humoristiques (Charb, Plantu) ou de photos ou dessins évoquant le problème de la solidarité, du racisme, de l’intensification des rythmes de vie, de la corruption, de la place des femmes dans la vie politique, du port du voile. Cette sorte de test projectif était destinée à capter des réactions politisant plus ou moins la situation, le troisième et dernier volet de ce dispositif (conçu comme le plus rébarbatif) consistant en une sorte de questionnaire à réponses courtes sur l’Europe, soit une technique d’interrogation résolument scolaire portant, de surcroît, sur un enjeu généralement considéré comme passablement ésotérique.

13Couplés à la poursuite d’indices permettant de reconstituer la biographie sociale des enquêtés, ces trois microdispositifs d’enquête nous semblaient présenter deux avantages qui, par la suite, se sont avérés très relatifs :

  • Sauf à ne considérer que les résultats agrégés d’enquêtes par sondages qui ignorent les sans réponses, les réponses mesurées et les questions cognitives, on sait qu’il est très difficile de faire « parler politique » des agents sociaux inégalement disposés à le faire dès lors qu’ils ne le font pas ou peu dans leur existence ordinaire, mais que la norme civique leur impartit voire les somme de sembler s’en acquitter. D’où la conception de ces dispositifs latéraux, approchant les rapports au politique de manière indirecte (jeu des photos, des dessins), que nous avions conçus comme diminuant le quantum de violence symbolique inhérent à toute relation enquêteur/enquêté dès lors qu’elle porte sur des exercices étranges ou étrangers aux préoccupations quotidiennes. En fait, il est apparu que, pour nombre de nos enquêtés, et singulièrement pour les moins impliqués, ces jeux n’en étaient pas et qu’ils ont été parfois appropriés de manière sans doute plus scolaire encore que les interrogations politologiques standardisées à questions fermées. En témoigne, par exemple, la récurrence des observations du type « je suis vraiment nul ! », « pour qui tu vas me prendre ? », « j’ai su mais je ne m’en souviens plus », « oh alors là, je sèche »… Tout aussi classiquement, d’autres enquêtés, mieux dotés scolairement ou socialement, s’autorisaient à énoncer le peu de bien qu’ils pensaient des dessins (forme et « contenu ») sinon de l’exercice (« c’est con, ce truc »). Mais les « jeux » ont aussi satisfait nos attentes pour certains enquêtés, comme celui dont nous allons parler dans les pages qui suivent.
  • En second lieu, ces « tests » nous semblaient pouvoir évaluer le degré de compétence politique « technique » (i.e. cognitive) des individus sous trois angles différents. Nous avons donc entrepris de construire une sorte d’échelle étalonnant nos enquêtés sous trois rapports pas nécessairement concordants, ces scorings étant destinés à comparer une mesure – sinon objective au moins objectivée – de la compétence des enquêtés à l’évaluation subjective que chaque enquêteur retire de son entretien ou de la lecture des entretiens des collègues. Les observations critiques des membres de l’équipe suggèrent, même si l’étalonnage statistique devient alors très périlleux, qu’il conviendrait systématiquement d’adjoindre à ces tests cognitifs une évaluation de la compétence statutaire et des procédés (inégalement partagés) utilisés pour s’auto-habiliter à « parler politique », ainsi que, dans une conception moins abstraite de la compétence politique, une appréhension de ce que parler politique veut dire plus attentive aux émotions et aux régimes discursifs de singularité. « Pourquoi, comme le suggérait l’une d’entre nous (SR), mesurer la compétence à l’aune de critères de rationalité mettant uniquement l’accent sur la capacité d’abstraction ou de refoulement de l’émotion ? » Une certaine conception de la compétence politique tend ainsi à accréditer l’idée que seuls les citoyens aptes à manier des catégories rationnelles et universelles seraient supposés « compétents », or cette vision ne rend que peu justice au point de vue, souvent plus localisé et contextualisé, de ceux (et de celles, notamment) qui sont situés du mauvais côté des rapports de domination, et dont la relation aux normes collectives s’ancre souvent dans des expériences de vie singulières, et non dans des préceptes abstraits.

14La fin de ce deuxième entretien était destinée à appréhender les premiers effets de la campagne, et indirectement l’intérêt pour la politique et le degré de solidité des orientations affichées auparavant.

15On passera rapidement sur la troisième vague qui, administrée à un mois du scrutin (mars-avril 2007), était presque entièrement consacrée à discerner les permanences et changements dans la hiérarchisation des enjeux et problèmes saillants aux yeux de nos enquêtés, à jauger leur intérêt pour la campagne et les vecteurs de circulation de celle-ci (sondages, médias, conversation entre proches), à cerner les modalités de la réception, plus ou moins oblique, et de l’appropriation, plus ou moins sélective, des produits politiques offerts (propositions des candidats, mais également présentation de soi de ces derniers, reconstitution du système des goûts et surtout des dégoûts des enquêtés vis-à-vis de ces personnalités et de ce qu’elles représentaient), enfin, à apprécier le degré de cristallisation des choix électoraux présents ou à venir.

16Les quatrième et cinquième vagues dans la semaine suivant les tours de scrutin présidentiel, enfin, se focalisaient exclusivement sur l’acte de vote et ses « à-côtés », indispensables mais souvent omis : vote seul ou en groupe, suivi (individuel ou collectif) et degré de connaissance des résultats, interprétation de ceux-ci, effets de verdicts, émotions ou indifférence soulevées par le résultat.

Sur quelques biais d’enquête

  • 5 Pour un exemple très partiel d’exploitation fondée sur les scorings évoqués supra, P. Lehingue, « F (...)

17Les matériaux recueillis se sont avérés extrêmement riches, ce dont le nombre de pages retranscrites (plus d’un millier) rend imparfaitement compte. Les agendas de recherche de chacun n’ont pas permis une exploitation sinon exhaustive du moins synoptique de ce corpus et, au grand regret de tous, l’exploitation est demeurée sérialisée, en fonction des centres d’intérêt de chacun5.

18On se contentera de signaler ici quelques problèmes, somme toute classiques, que soulève ce type d’exploitation collective :

  • Malgré l’unification des guides d’entretien (en grande partie garantie par le caractère collectif de leur élaboration), et l’homogénéisation des consignes de passation, les matériaux collectés demeurent hétérogènes, voire hétéroclites, ce qui tient :
    1. au degré différencié de familiarité des enquêtés avec l’univers politique (ainsi, sur le deuxième entretien, les durées de passation s’échelonnent entre vingt-cinq minutes et deux heures trente), même si l’hétérogénéité des cas retenus était attendue et même souhaitable ;
    2. au type d’interactions nouées, lesquelles dépendent, au-delà de la bienveillance réciproque, de la distance sociale « séparant » l’enquêteur des enquêtés, du degré de familiarité préalable avec l’enquêté, de la variété des rapports préalablement entretenus avec lui ou anticipés comme devant être poursuivis sur d’autres scènes de la vie sociale.
  • En situation d’enquête, la familiarité, même quand elle n’est pas poussée, s’avère parfois (mais pas toujours) être « un faux ami ». Le désir de faire bonne figure, de ne pas décevoir, d’être à la hauteur des attentes présumées de l’enquêteur, d’habiter le rôle du citoyen informé et attentif… : tous ces biais, qui caractérisent les sondages ordinaires, se retrouvent souvent ici (parfois affectés d’un fort coefficient multiplicateur), et ce, d’autant plus que la dotation en titres scolaires est vécue comme inégale. L’avantage de la familiarité réside cependant dans le fait que l’enquêteur est plus à même de repérer les efforts de l’enquêté pour épouser son rôle.
  • De même, quand l’exploitation est collective, on éprouve souvent de sérieuses difficultés à faire partager les « prérequis » de l’interaction, soit les informations et traces souvent indiciaires, que le couple enquêteur-enquêté a en commun, partage, qui vont donc sans dire et sans nécessité d’être explicitées plus avant. D’où la consigne donnée aux enquêteurs de rédiger des fiches à chaque entretien permettant de préciser pour les autres cet implicite commun au couple enquêteur-enquêté.
  • Dans la même veine, échappe souvent aux lecteurs n’ayant pas mené personnellement l’entretien, son « paratexte » (posture corporelle, hauteur et débit d’élocution, hésitations, soupirs, rires…), soit cet ineffable qui colore, modalise, met à distance, voire subvertit les propos effectivement tenus et dûment retranscrits. D’où les efforts demandés aux membres de l’équipe pour parvenir à la retranscription la plus « fidèle » possible.
  • Dans une optique longitudinale, les renseignements collectés lors de chacune des quatre vagues sont donc d’une teneur, d’une densité et d’une qualité très inégales d’un entretien ou d’un locuteur à l’autre. Toute enquête de longue haleine produit des effets sur le verbatim des enquêtés que nous avons essayé de maîtriser a minima, ne serait-ce qu’en en prenant collectivement conscience, lors du « débriefing » qui suivait chaque passation. Ce que l’on voudrait donc imputer à une quelconque dynamique sociale (par exemple, le processus de politisation par implication progressive à l’approche d’une échéance électorale supposée cruciale et décisive), est peut-être aussi (mais dans des proportions variables) à imputer aux dynamiques interactives très variées des entretiens successifs, c’est-à-dire à ce processus de familiarisation avec l’enquête, « d’apprivoisement » mutuel de l’enquêté et de l’enquêteur, ou au contraire à un scénario de distance de plus en plus grande et de crainte, à chaque passage renforcée, qu’une personne, qu’on est amené à revoir dans d’autres circonstances, ne vous jauge donc ne vous juge trop.

Max : portrait croisé par touches successives

19Après avoir mené une première expérience de décryptage collectif des entretiens passés entre NM et une jeune étudiante, nous avons choisi dans cette seconde partie de travailler en plus petit groupe sur un seul enquêté – que l’on a rebaptisé « Max » –, car il nous semblait non pas tant le plus riche que l’un des plus énigmatiques, en raison des divergences d’analyses que l’étude de son cas avait suscitées lors d’une première discussion collective de nos enquêtés.

20La question qui nous préoccupait à ce stade était celle de l’interprétation d’un matériau dit « qualitatif », sans l’aide et le réconfort que produit, en statistique, l’existence d’une batterie de procédures permettant de contrôler la qualité des inférences. Tout partait de trois motifs d’insatisfaction, partagés par l’équipe.

21Nous avions toujours été un peu contrariés par la pratique, quand il s’agit de rendre compte des entretiens, de la citation illustrative (la trop belle citation), souvent découpée ad hoc, et décontextualisée, et toujours censée en elle-même non pas tant illustrer un propos que fournir des éléments de preuve quasi irréfragables à l’appui de telle ou telle thèse. Se pose alors la question des critères de sélection de ces citations « choisies » (comme on le dit, en littérature, de morceaux), et de la probabilité qu’un autre chercheur, en en débusquant d’autres (non moins illustratives) parvienne à nourrir des interprétations toutes différentes. Ce sont donc nos manières de sélectionner des « bouts de texte » comme citation « probante » que nous souhaitions mettre à l’épreuve.

22Nous étions également un peu chiffonnés par la question de l’analyse secondaire de données qualitatives, c’est-à-dire par l’exploitation par des chercheurs de questionnaires ou d’entretiens conçus et administrés par d’autres chercheurs et, souvent, à d’autres fins. Les projets de mise en archives des entretiens passés par tel ou tel chercheur à l’occasion de tel ou tel projet sont stimulants en ce qu’ils offrent à l’analyse des matériaux supplémentaires. Mais précisément, ils supposent des conditions drastiques de conservation et de mise en perspective, bref de contextualisation, afin de pouvoir être correctement analysés. Dans tous les cas, ils exigent – ce que notre expérience collective tend à démontrer – une grande prudence dans l’interprétation (nous nous sommes souvent mutuellement « accusés » de sous- ou de sur-interpréter tel ou tel passage) et le rejet de toute forme d’inférence en termes d’explication « autonome » des pratiques par ce qu’en disent les locuteurs.

23Enfin, se posait la question (là encore, insoluble in abstracto) de la valeur et des limites d’un entretien « sec » (« one shot ») et, par prolongement, de la plus-value, mais aussi des nouveaux problèmes, souvent passionnants, qu’engendre la technique de la panélisation ou des entretiens répétés à intervalles réguliers auprès des mêmes individus : qu’est-ce qu’un nouvel entretien apporte de plus ? En quoi permet-il de compléter, de nuancer, d’enrichir ou d’infirmer un ensemble de conjectures ou la caractérisation sociologique d’un enquêté ? Plus crûment exposé, à partir de combien d’entretiens pouvons-nous considérer « en savoir assez » sur un individu pour parvenir à réencastrer biographiquement ses hypothétiques préférences politiques ? Ou, pour le dire dans les métalangages de la linguistique et de l’économie : à partir de quand peut-on parler de saturation du corpus ? Quand atteint-on une zone de rendements cognitifs franchement décroissants ?

24Pour « éprouver » ces problèmes, nous avons donc imaginé de « jouer sérieusement » en petit groupe de quatre, dont l’enquêtrice qui avait réalisé les entretiens avec Max :

  1. en nous focalisant sur un enquêté dont le parcours, les prises de position, la posture vis-à-vis de l’entretien, étaient à la fois assez bien renseignés (près de 6 heures 30 d’entretien au total, et un enquêté « bon client », prolixe, « facile ») et susceptibles d’interprétations diverses et même divergentes (notamment en termes de systèmes de valeurs, de rapport à la politique et au vote, de réseaux de sociabilité, d’importance de la socialisation primaire familiale, etc.) ;
  2. en procédant, pour chacun des entretiens avec Max, à la production et à l’envoi d’un travail d’interprétation individuelle par chacun (citations à retenir et points forts de l’entretien, typification sociologique de l’individu, recension des énigmes que son entretien suscitait), suivi d’une réunion collective où nous confrontions nos papiers respectifs et tentions de considérer ce sur quoi l’accord s’était ou non fait ;
  3. en faisant de chaque nouvelle réunion, dont le verbatim était enregistré comme matériau supplémentaire, le lieu non seulement du décryptage individuel puis collectif d’un nouvel entretien, mais également de la mise en perspective de cet entretien avec les précédents. En quoi cette deuxième (puis troisième, etc.) vague confirmait-elle ce que nous savions déjà ? Quels éléments nouveaux apparaissaient, que nous ignorions jusque-là ? En quoi ces éléments nouveaux, et la discussion collective sur ces éléments, étaient-ils susceptibles sinon de trancher, au moins d’éclairer rationnellement les conflits d’interprétation que nous avions au sujet de cet enquêté ? Y avait-il, au fil des entretiens et des discussions, réduction des différends entre enquêteurs ?

Plan d’exposition

25Il ne s’agit pas d’ériger cette méthode de décryptage à la fois collectif et incrémental en modèle. Le caractère passablement chronophage de cette expérience tout comme l’existence d’une communauté d’habitus scientifiques et de rapports amicaux entre les « exégètes » que nous étions, hypothèquent probablement sa généralisation. On voudrait plus simplement faire partager ici des matériaux d’enquête et, en diversifiant systématiquement les perspectives, contribuer à stimuler les réflexions sur les risques de sur- ou sous-interprétation de propos d’enquête recueillis ici et là.

26L’exposition de ces matériaux commence par le compte rendu, par Sabine Rozier, des conditions de sa rencontre avec Max, soit, il convient de le noter, un enquêté assez peu « familier », ce qui ne manquera pas de soulever nombre d’interrogations sur le « jeu » qu’il joue avec l’enquêtrice.

27Suivent les comptes rendus de l’analyse croisée des trois premiers entretiens (Max I, Max II, Max III), réalisés par les trois membres de l’équipe n’ayant pas réalisé l’entretien. Pour ouvrir le spectre des interprétations possibles, on s’est gardé – là encore volontairement – de trop homogénéiser ou « lisser » ces comptes rendus. Le deuxième (proposé par NM) est axé sur la discussion collective et les divergences d’interprétation que suscite l’entretien. Le troisième compte rendu (proposé par PL) insiste sur la question de la « saturation du corpus », soit sur ce que ce dernier entretien confirme ou infléchit par rapport aux deux précédents. Le compte rendu du premier entretien (proposé par FB) combine ces deux perspectives.

28Chaque compte rendu propose en outre différentes manières de présenter des extraits d’entretien. Pour des raisons évidentes de place mais aussi de confidentialité de certaines données sur Max, il ne nous a pas été possible de reproduire les quelque six heures trente d’entretien. Nous avons choisi trois types de présentations. Deux « blocs », longs extraits non coupés, pour le premier entretien ; des extraits en plus grand nombre, sur la totalité de l’entretien, mais selon une logique explicite et objectivée de découpage pour le deuxième ; le recours plus classique à un ensemble de citations « illustratives » dans le troisième.

29Sont ensuite livrés les « quatre » portraits qu’outre Sabine Rozier (SR), François Buton (FB), Patrick Lehingue (PL) et Nicolas Mariot (NM) ont réalisés à l’issue des séances collectives de décryptage. Chaque portrait est réalisé « en aveugle » (sans connaissance de celui que les autres ont pu brosser) et volontairement contraint par une logique de condensé (pas plus de deux pages).

30L’exposition se clôt par un bilan collectif de cette expérience un peu baroque, de ses apports mais également de ses apories.

La rencontre avec Max

Par Sabine Rozier

  • 6 Le prénom a été changé.

31J’ai rencontré Max6, en 2006, à l’occasion d’un rendez-vous pris chez moi, dans un appartement, à Paris, pour qu’un technicien vienne y installer une ligne Internet. La ligne du précédent opérateur dysfonctionnait. J’avais décidé d’en changer. Et c’est un garçon d’une trentaine d’années (que j’allais plus tard apprendre à mieux connaître), semblant avoir un carnet de rendez-vous assez chargé pour sa journée, qui est arrivé – s’empressant de faire des essais sur la ligne et décidant de changer un boîtier défectueux, en pestant contre les opérateurs téléphoniques qui ne proposaient pas un service dont la qualité était conforme à leurs promesses. On a brièvement discuté de tout et de rien, et on en est venus à évoquer son parcours professionnel. Il m’a expliqué qu’il était à l’origine technicien de formation. On lui demandait à présent de surtout faire du « commercial » et de vendre aux clients de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux services. Il découvrait quasiment la veille pour le lendemain son planning de la journée et avait, avec un autre de ses collègues, la charge d’un secteur assez vaste, qui couvrait plusieurs arrondissements. Il se disait content de ne pas être enfermé dans un bureau, et d’être assez autonome dans son travail.

32Loquace, vif, assez critique à l’égard de ses conditions de travail, il s’apprêtait à repartir, après avoir bu le café que je lui avais proposé, quand j’ai décidé de lui dire deux mots de ce que je faisais et de la recherche collective à laquelle je participais – sur ce que des citoyens pensaient de la politique. Je lui ai demandé s’il accepterait de me revoir et d’en discuter avec moi au cours des prochains mois. J’avais moi-même, au cours de mes études, travaillé plusieurs années dans l’entreprise dans laquelle il exerçait, je connaissais bien les conditions de travail des techniciens dont il faisait partie – même si, par la suite, je ne lui en ai rien dit, de crainte de troubler la relation d’enquête –, et, ayant un sentiment spontané de familiarité avec tout ce dont il m’avait parlé, j’avais déjà l’impression d’un peu le connaître. Il a accepté ma proposition, et m’a laissé son numéro de téléphone. Je l’ai recontacté quelques semaines plus tard, en lui donnant quelques précisions sur cette enquête. Puis nous nous sommes retrouvés, peu de temps après, dans un café (surtout fréquenté par des touristes, choisi pour sa facilité d’accès et son calme relatif) qui est devenu le lieu de nos futurs rendez-vous. J’ignorais alors tout de lui, sauf son statut professionnel. Et je subodorais, en raison de la tonalité critique de ses propos sur l’évolution des conditions de travail dans son entreprise, que la politique ne lui était pas indifférente et qu’il était plutôt de gauche. Nous nous sommes revus ensuite à trois reprises (en février 2006, octobre 2006 et avril 2007), pour trois interviews assez longues (2 h 10, puis de nouveau 2 h 10 et 1 h 40), complétées par un entretien téléphonique d’une vingtaine de minutes après le deuxième tour des élections présidentielles de 2007.

33Max avait pour habitude de garer sa camionnette juste devant le café. Une fois passées les premières minutes de fébrilité, au début de chacun de nos rendez-vous, les entretiens se déroulaient dans une relative décontraction. Il se pliait de bonne grâce à mes questions, y compris les plus personnelles, parlait volontiers de lui, de sa vie, de l’actualité, et d’autre chose. La politique l’intéressait. Et il ne semblait pas troublé par ces rendez-vous un peu particuliers. La chose mérite d’autant plus d’être soulignée que le fait d’être interviewé par une femme, quand on est un homme, n’est pas forcément très aisé. Car la dimension genrée de l’ordre social, qui exige tacitement des hommes assurance, maîtrise de soi et rationalité, les oblige – de manière certes contrastée en fonction de leur sensibilité aux normes de genre – à composer avec les attentes liées à leur sexe. Et quand ils sont invités à parler d’eux, et à aborder des aspects de leur vie personnelle, ils peuvent ainsi avoir l’impression que leur « moi » est menacé, et être conduits à compenser ce sentiment de vulnérabilité par diverses stratégies : un surcroît d’autocontrôle, une moindre expressivité émotionnelle, des tentatives de maîtrise de l’orientation de la conversation, une dénégation de la capacité de compréhension des enjeux par leur interlocutrice, une minoration de l’intérêt des questions posées, voire une sexualisation de la relation d’enquête… Dans le cas présent, il n’en a rien été – ou plutôt, je n’ai pas eu le sentiment qu’il en était ainsi ; un autre enquêteur de l’équipe a perçu les choses différemment (cf. la conclusion de ce chapitre). Pourtant, de nombreux aspects de la relation d’enquête auraient pu conduire Max à être sur la défensive : une situation relativement exposante publiquement (à cause de la présence de l’enregistreur) ; des questions portant sur sa vie privée ; une interlocutrice d’un autre statut, perçue comme une « intello » ayant fait de longues études. Mais – est-ce le sentiment de protection généré par l’anonymat ? Son intérêt pour les choses de culture ? –, il ne m’a pas semblé qu’il ait été embarrassé par la situation d’enquête. Tout au contraire. J’ai même eu le sentiment que cette situation l’encourageait encore plus à s’exprimer librement et à se confier.

34Je n’ai jamais revu Max après l’ultime entretien que j’ai fait avec lui au téléphone, en mai 2007. Ne disposant que de son seul numéro, et ignorant sa véritable identité (que je n’ai pas cherché à connaître pour préserver un anonymat qui semblait lui convenir), j’ai tenté de le recontacter par téléphone quelques années plus tard, en 2012, au moment où une nouvelle campagne pour les présidentielles battait son plein. J’aurais aimé savoir ce qu’il était devenu, si les projets qui lui tenaient alors à cœur s’étaient réalisés (nous les découvrirons plus loin), et s’il prêtait attention à la campagne du moment. J’ai laissé un message sur un répondeur à la voix standardisée (et lui ai envoyé un texto), en lui disant que j’aimerais avoir de ses nouvelles, et que l’équipe dont je faisais partie cherchait à savoir ce qu’étaient devenues les personnes que nous avions rencontrées en 2007. Je n’ai pas été rappelée. Et j’ignore toujours, à ce jour, s’il a vraiment eu connaissance de mes messages.

35Mais venons-en, à présent, aux comptes rendus – ici nommés « décryptages » – des trois discussions collectives que nous avons organisées, à la suite de nos lectures du premier, du deuxième puis du troisième entretien effectués avec Max. Ces lectures individuelles, et les séances de discussion collective qui ont suivi, où nous avons pu confronter nos interprétations du matériau, se sont déroulées à un rythme régulier, au cours des quatre derniers mois de l’année 2013.

Décryptage de la séance d’analyse collective du premier entretien

Par François Buton

36Avant la réunion, l’équipe avait adopté une grille d’analyse de l’entretien afin de tirer profit de l’exercice des lectures croisées. On s’était donné une liste de points d’ordre méthodologique et sociologique à examiner lors de la lecture des entretiens. Pour l’essentiel, il s’agissait de dresser un premier portrait sociologique de Max, de tenter une première objectivation de son rapport à la politique, de pointer les énigmes que Max soulevait afin de les interroger par la suite, de dégager les principaux points insuffisamment connus à l’issue de ce premier entretien, enfin de choisir deux ou trois citations particulièrement « parlantes ». Mais la pratique collective de la science s’écarte souvent des règles pourtant établies en commun : aucun des enquêteurs n’a vraiment respecté l’ensemble des consignes, sauf les plus simples (les manques et les citations).

37Il faut d’abord préciser que les quatre lecteurs de l’entretien sont dans des postures de lecture très différentes. PL avait déjà lu en 2007 un des entretiens de SR avec Max, à l’époque où chaque membre de notre équipe de recherche d’une dizaine de personnes avait reçu pour tâche de lire les entretiens réalisés par un autre : il était le lecteur de Max, et en a conservé des souvenirs parfois précis, qu’il mobilise plusieurs fois à l’appui de ses arguments. NM et FB sont des lecteurs naïfs en ce qu’ils lisent pour la première fois l’entretien in extenso ; aucun des deux n’a gardé le moindre souvenir des discussions collectives sur Max en 2007, à l’époque où il n’était qu’un cas parmi vingt-cinq étudiés. Enfin, SR est une lectrice très bien informée, puisqu’elle a réalisé l’entretien ; elle connaît notamment la suite de l’histoire, et de temps en temps évoque au cours de la réunion des éléments des deux entretiens suivants. Surtout, par définition, elle connaît bien, contrairement aux trois autres lecteurs, la relation enquêteur-enquêté qui préexiste à l’interaction, ainsi que les aspects les plus concrets de l’interaction elle-même. En l’occurrence, comme on vient de le voir, SR a choisi Max après l’avoir rencontré alors que celui-ci effectuait une prestation à son domicile ; l’ayant trouvé sympathique, volubile et intéressant, elle lui a proposé de participer à l’enquête, ce qu’il a accepté d’emblée. Comme le souligne PL, ces conditions de rencontre signifient que Max connaît le domicile de SR, et qu’il a pu vraisemblablement se faire une idée de son statut social d’universitaire et d’intellectuelle. Mais la réciproque n’est pas vraie : SR ne sait rien de la vie de Max hors ce qu’il raconte lors des entretiens, et ne peut donc pas contrôler ou même compléter les propos qu’il tient. Le point est important, car il éclaire en partie les discussions sur les limites à se donner dans l’interprétation du cas Max (on y revient).

38La connaissance des conditions mêmes de l’interaction est inégale. Les didascalies, peu nombreuses dans la transcription d’un entretien par ailleurs très long (plus de deux heures, 20 pages et 85 000 signes), ne suffisent pas aux trois lecteurs qui ne connaissent pas Max pour qu’ils se fassent d’emblée une image convergente de l’individu. Les discussions portent ainsi longuement sur l’explicitation par SR de ces conditions, et, du même coup, sur les difficultés, voire les apories d’une lecture non informée par la connaissance des éléments de l’interaction. Le fait que l’entretien ait lieu dans un café signifie ainsi que SR n’est pas allée chez Max : ce point apparaît comme important à NM et FB, qui considèrent que l’accès au domicile aurait apporté nombre d’éléments décisifs pour le comprendre ; d’ailleurs, l’identification même du type de domicile de Max, et même de sa trajectoire résidentielle, constitue un point aveugle (qui resurgira ultérieurement) des discussions lors de cette première réunion. Les autres points portent sur le déroulé de l’entretien et sur l’apparence de Max. Les lecteurs apprennent ainsi qu’il commande plusieurs bières au cours de l’entretien ; si SR ne tire aucun enseignement de ce fait, elle remarque cependant que Max est de plus en plus prolixe au fur et à mesure de l’entretien, ce qui a complètement échappé aux lecteurs. De même, alors que FB et NM imaginaient que Max parlait d’une voix lente voire traînante (projection peut-être due aux aspects « usage de drogue » et « goût pour la musique »), qu’il était habillé comme un « jeune », le « jeune » que, malgré ses 35 ans, il semblait encore vouloir être à certains égards, voire qu’il portait des dreadlocks, il apparaît au contraire, dans la description de SR, comme quelqu’un de bavard et même volubile, de très expressif et presque énervé dans sa manière de parler, vêtu de manière décontractée comme un trentenaire des classes moyennes parisiennes, auquel son métier impose d’allier confort et bonne présentation (paire de jeans et veston). Les lecteurs se lancent dans des suppositions hasardeuses, voire dans des jugements normatifs : alors que SR insiste sur le côté profondément attachant de Max, certains persistent à ne pas le trouver « sympathique » ou à le stigmatiser comme « dépressif », d’autres voient une tactique de séduction dans sa manière de se présenter, quand ils ne le soupçonnent pas tout simplement de bluffer, c’est-à-dire de se rendre intéressant, de se faire plus intellectuel qu’il n’est, de (se) raconter des histoires.

39Le point décisif est évidemment que tous s’accordent au bout du compte sur l’importance du paratexte pour l’interprétation de la transcription d’un entretien : celui-ci est non seulement situé spatialement (ici dans un café), mais aussi et surtout incarné par une apparence (et l’on songe à ces enquêtés pour qui se préparer à l’exercice éventuellement intimidant de l’entretien suppose aussi de bien se présenter, de se faire beau), des postures, une voix, et, last but not least, la manifestation de certains sentiments et émotions. C’est en effet cette dernière dimension qui sépare le plus l’intervieweuse des simples lecteurs. Si seule SR fait l’hypothèse que Max fait preuve d’une sensibilité exacerbée aux questions de vulnérabilité et d’injustice et une capacité à politiser ces questions, c’est non seulement parce qu’elle a bien sûr pu retrouver, dans la transcription, des éléments allant dans ce sens, par exemple la mise en relation de la situation de sa mère avec un système peu favorable aux petits travailleurs, mais c’est aussi, et peut-être surtout, parce qu’elle seule a vu les larmes dans les yeux de Max quand il abordait ce point. Plus généralement, elle seule est capable d’identifier (et de présenter aux autres lecteurs) trois moments de l’entretien où l’émotion a visiblement saisi Max. La prise en compte de ces moments, qui, outre les difficultés financières et de santé de sa mère, concernent d’une part la séparation d’avec sa petite amie, et d’autre part le sentiment d’humiliation ressentie à l’occasion de visites chez des clients très fortunés, voire célèbres, apparaît décisive dans les analyses ultérieures : elles confirment l’importance subjective de ruptures biographiques objectivement identifiables, ainsi que la spécificité du positionnement professionnel et donc social de Max, technicien prestataire de services, d’origine populaire, qui « ressent » très clairement (i.e., tout à la fois subit, perçoit et condamne) la domination des puissants. L’enseignement à tirer de ces constatations porte sur le soin à apporter aux didascalies dans le travail de transcription. L’indication des rires, si elle est loin d’être négligeable, ne suffit pas : pour affiner l’interprétation née de la seule lecture en seconde main d’un entretien, la description la plus dense possible du paratexte, c’est-à-dire des conditions de l’entretien et de tout ce qui fait des propos recueillis un discours incarné (postures du corps, ton de la voix : y compris ceux de l’enquêteur), apparaît nécessaire. L’équipe en était bien consciente, qui avait donné pour consigne en 2006 de compléter la transcription de l’entretien par une fiche présentant, en même temps qu’une première analyse, une description la plus à plat possible des conditions de l’entretien ; mais la relecture de 2013 a été délibérément pensée « en aveugle », donc sans revenir à la fiche.

40Lors de la réunion, SR déclare que Max ne lui a sans doute pas tout dit, même dans le deuxième entretien, à propos de son passé d’usager de drogue. NM s’étonne alors qu’elle sache que Max ne lui a pas « tout dit ». SR répond qu’un intervieweur « sent » quand l’interviewé cache des choses. L’anecdote est intéressante, car elle porte une fois encore sur la question lancinante du crédit à accorder aux dires de l’enquêté : faut-il s’en tenir à interpréter seulement ce qu’il dit, aux manières de raconter, ou essayer de lire aussi les silences et les manques, de dévoiler un sens caché derrière ce qu’il dit ? Faut-il se contenter de relever les liaisons effectuées par l’enquêté lui-même, ou peut-on prétendre identifier des liaisons qu’il ne semble pas voir ? La réunion aborde longuement ces enjeux, à propos précisément de la relation déjà évoquée entre, d’un côté, les difficultés de la mère et, de l’autre, la responsabilité du « système » social dans lequel on vit – donc une capacité de politisation. D’un côté, NM soutient qu’on ne peut faire aucun saut interprétatif en dévoilant des liaisons qui ne sont pas faites par Max, au motif que d’autres enquêtés, précisément, opèrent de telles reconstructions, et qu’il est abusif de les prêter à qui ne les fait pas. De l’autre, PL soutient que le travail du sociologue est précisément de ne pas seulement constater les articulations faites par les enquêtés, mais aussi de mettre au jour celles qu’ils ne semblent pas voir (« sinon à quoi on sert ? ») ; il constate d’ailleurs que c’est ainsi qu’on opère quand on met en relation une série de propriétés sociales de Max et son tempérament plutôt à gauche. SR soutient que l’interprétation conduit nécessairement à une surinterprétation contrôlée (« on ajoute du sens à ce que disent les acteurs »), dans la mesure où elle s’appuie sur quelques idées théoriques préalables, la sélection d’indices, des mises en rapport, etc. alimentées par l’analyse du matériau empirique. Il est intéressant de remarquer que c’est lors de cet échange que l’argument des « larmes dans les yeux » apparaît : SR peut témoigner, contrairement aux lecteurs, de l’importance du sujet pour Max et ainsi risquer l’interprétation qu’un lecteur ne s’autoriserait peut-être pas. Sans clore les débats, FB propose une distinction entre vie privée et vie publique, ou plutôt selon que les propos sont ou non contrôlables par d’autres sources. D’un côté, on doit ici faire entièrement crédit à l’enquêté quand son discours porte sur sa vie privée, d’autant plus que celle-ci, faute de familiarité préalable de l’enquêtrice et d’autres sources disponibles (par exemple l’observation du domicile), n’est connue qu’à partir de ce discours (on ne peut en aucun cas savoir si Max est effectivement loin d’avoir « tout dit »). Il s’agit alors de dresser un portrait qui respecte la version de l’enquêté, et se contente des articulations et liaisons qu’il effectue explicitement (et c’est le cas plusieurs fois chez Max). D’un autre côté, les propos sur les activités publiques dont les activités politiques (donc aussi bien le vote que les opinions sur les hommes et femmes politiques, mais aussi les relations de travail), à propos desquelles d’autres sources de connaissance existent, peuvent faire l’objet d’un autre type d’analyse, qui pointe les ambivalences, les manques, les contradictions, etc., voire peut contrôler les prétentions contenues dans le discours – c’était d’ailleurs l’un des objectifs de l’enquête auprès de familiers que de doter l’enquêteur d’un savoir de type quasi ethnographique sur l’enquêté. Il est encore possible et souhaitable d’extraire des propos recueillis en entretien différents indices de pratiques qui font plus ou moins système : PL souligne par exemple que la convergence des pratiques culturelles évoquées par Max autorise une interprétation plus fine de sa position sociale (employé, fonctionnaire, d’origine populaire, attaché au service public) comme marquée par la prédominance d’un capital culturel qui le prédispose plutôt à se situer à la gauche de l’échiquier politique.

41Ce que l’on apprend de l’enquêté est finalement limité à deux heures d’entretien dans le cadre d’une interaction largement inédite faute de familiarité préalable : les lecteurs insistent sur le fait que l’entretien est à la fois très riche et très pauvre. Très riche, car l’enquêté est un « bon client », à la fois objectivement (il est à un tournant de sa vie, donc disposé à faire preuve de réflexivité), et subjectivement (il prend plaisir à l’exercice de l’entretien, répond volontiers et longuement aux questions), grâce aussi à la relation de confiance que l’enquêtrice a réussi à instaurer. Mais très pauvre, si l’on garde à l’esprit qu’on est loin de pouvoir reconstituer les principales étapes de la trajectoire sociale antérieure (l’école, notamment, on y reviendra), et qu’on n’a pas accès aux conditions concrètes d’existence qu’une enquête ethnographique pourrait permettre d’objectiver, à partir du domicile privé ou du lieu de travail.

42Le portrait de Max dressé au final se dessine de manière relativement consensuelle : il s’agit d’un jeune homme « à la croisée des chemins », tant sur le plan personnel que professionnel. La trentaine bien entamée, il souffre d’un certain isolement même s’il met en avant ses relations amicales. En « gars du coin », provincial et de milieu populaire, il a hâte de quitter Paris et de changer de travail, même s’il est conscient des avantages de son statut de fonctionnaire. SR insiste sur l’importance de certaines valeurs (mérite, justice, solidarité, sensibilité à l’exploitation) et l’empathie pour ceux qui souffrent dans son discours, quand PL ou FB soulignent sa grande réflexivité (favorisée par la situation d’entretien) et le discours de classe d’un « petit ». NM souligne un désenchantement et une inquiétude face à l’avenir typiques des classes populaires. PL avance l’hypothèse d’une certaine cohérence de l’habitus chez Max, enfant de classes populaires attaché à sa petite patrie, au service public et doté de formes variées de capital culturel acquises par autodidaxie. On voit déjà ce que les portraits montreront par la suite : l’intérêt des lectures collectives réside dans la diversité des manières de lire, plus ou moins proches des données ou au contraire pré-informées par des concepts. Le portrait se construit à la manière d’un puzzle, les pièces apportées par chacun se complétant ; mais sont aussi en jeu des formes de persuasion étayées théoriquement (la lecture en termes d’habitus cohérent chez un autodidacte, par exemple), même si des formes moins rationnelles ne sauraient être écartées (mais elles demeurent bien plus délicates à objectiver dans un groupe relativement homogène et soudé).

43L’accord tombe aussi sur l’existence de moments charnières de la trajectoire de Max, d’abord le décès de son père alors qu’il est très jeune (début de délinquance adolescente, attachement très fort à la mère, crainte de transmettre la maladie à ses enfants, inquiétude pour soi), ensuite l’invalidité de la mère (qui l’inquiète énormément). On s’accorde encore sur la capacité de Max à observer, par son métier, différentes fractions du monde social, des plus riches aux plus pauvres, donc à disposer d’une connaissance concrète de ce monde (qu’on peut retrouver chez les artisans qui interviennent à domicile, mais avec, chez Max, une dimension très prononcée de service aux personnes) lui permettant de le décrire finement, d’en comprendre la structure (il y a une hiérarchie des classes sociales) et de s’y situer avec une grande précision.

44L’accord est beaucoup moins net sur le rapport de Max à la politique, que l’entretien, principalement biographique, permet seulement d’objectiver à titre provisoire. La compétence de Max fait débat (plutôt forte ou moyenne selon les critères légitimes de la politique comme activité ?), tout comme son positionnement politique (vraiment à gauche, mais sceptique face aux gouvernants, voire ancré chez les Verts pour lesquels il dit avoir voté, ou bien assez flou, et suffisamment « anti système », opposé aux « gros » et aux « politiques » pour voter un jour pour le FN ?). « Son capital culturel le prémunit-il contre le vote à droite ? » demande avec un brin de naïveté l’un des membres de l’équipe. Le rapport très clientéliste aux élus et l’importance de la politique locale sont relevés, comme l’étonnement face au goût revendiqué pour les enjeux géopolitiques – et la recherche de raisons à ce goût qui surprend voire épate (a-t-il « révisé » avant l’entretien ? ou bien entend-il les informations à la radio dans son véhicule de travail ?). À titre d’hypothèse, la compétence est aussi rapportée au milieu professionnel, très syndiqué, mais dont il parle peu. Au terme de la discussion sur ce premier entretien, l’équipe demeure incapable de présenter une hypothèse claire sur l’encastrement biographique du rapport au politique de Max, perçu certes comme plutôt compétent, mais aux préférences électorales très floues.

45Les phrases retenues par chacun n’obéissent pas à la même logique. Le procédé est en partie artificiel, en raison du nombre restreint de phrases qu’il fallait retenir (3 ou 4) : plusieurs des phrases sélectionnées par les uns ont été remarquées et commentées par les autres. L’exercice interroge cependant l’argument scientifique de l’exemple significatif (donc la démonstration par illustration : quel « morceau d’empirie » choisir dans 80 000 signes ?), comme celui, rhétorique, de la belle citation (donc la démonstration par le choc esthétique, par la sidération : la phrase choc). Certains ont retenu des passages qui permettent de faire une sorte de portrait synthétique de Max. Soit, par exemple (PL), son rapport au soi (« je m’en suis bien tiré au final »), son rapport au travail (« j’aime bien les résidentiels parce qu’on vient chez eux pour les dépanner et que l’osmose est pas la même qu’avec un professionnel ») et son rapport à la politique (« il faudrait quelqu’un de neutre qui ne soit ni à droite, ni à gauche », etc.). Ou, plus orienté vers le rapport à la politique (FB) : la représentation d’un « nous » français (« nous on aime bien avoir à une sécurité à très long terme »), le rapport aux élus (« ma mère (…), elle me dit : “Mais écris !” »), et les discussions politiques (« ma mère elle coupe vite, au niveau politique on n’en parle pas trop. Je dirais qu’on en parle plus avec mes amis »). D’autres retiennent des phrases qui révèlent des valeurs ou des positions, des sortes d’épiphanies d’un système de représentations d’une part, de pratiques d’autre part. Dans le premier cas, des valeurs (« l’argent ne fait pas le bonheur » ou « je me suis battu pour le concours ») complètent des indicateurs de position (« ma mère elle en a chié », ou « plus je vieillis plus je m’y intéresse ») (SR) ; dans le second, des valeurs (« il y a trop de séparation entre les classes ») accompagnent des pratiques scolaires (« en sortant de l’école j’étais incapable de dire “voilà la République a fait tel truc” ») et politiques (l’incertitude des votes passés « je crois que j’avais abandonné ») (NM). Dans cette dernière perspective, la citation indique une distance à la politique (pas sûr de sa pratique de vote) et une faible compétence (le terme « abandonner » n’est pas légitime pour décrire la pratique électorale).

46Les manques de l’entretien, qui pourraient être comblés par les suivants, concernent d’abord la socialisation adolescente et l’expérience scolaire (NM, FB), les groupes primaires notamment amicaux (FB, PL), les engagements (FB), l’expérience dans les milieux interlopes et les effets de l’expérience de la dépendance aux drogues (SR), ainsi que les positionnements politiques des proches (SR).

Deux extraits du premier entretien avec Max. 8 février 2006

47Ce premier entretien, on l’a dit, est avant tout d’ordre biographique – recueillir des histoires de vie – mais il comporte aussi, à la fin, une première série de questions sur le rapport à la politique. Le premier extrait choisi ne porte pas sur les grandes ruptures biographiques dans la trajectoire de Max, mais évoque son rapport à son métier, en milieu d’entretien. Il s’agit d’un extrait in extenso, sans aucune coupe, afin de restituer la chair de l’entretien, les blagues et les rires, le ton débridé de Max, dans une transcription qui entend rendre lisible l’échange oral sans pour autant le réécrire complètement. L’extrait donne ainsi à voir des éléments du rapport de Max au travail, au métier et ses transformations, à la hiérarchie sociale (le haut comme le bas), aux idéaux de reconversion, à l’argent, à l’espace géographique (Paris versus la province).

Je suis fonctionnaire moi [il exerce dans une entreprise anciennement publique qui recrutait autrefois des fonctionnaires]. Je suis rentré avec le dernier concours pour avoir le statut de fonctionnaire en 95 ! J’ai fait un an d’apprentissage et au bout de un an, tu es titularisé. Je suis passé dans un genre de séminaire pour faire un sermon comme quoi j’acceptais d’être fonctionnaire et de servir l’État [rires]. Moi j’y ai eu droit et après ils ont fermé la boutique et hop plus de fonctionnaires !
– Donc tu as fêté ton 11e anniversaire déjà…
Non c’est au mois de mai là.
– D’accord. Et le boulot t’a plu ?
Au début oui mais après j’ai vite déchanté parce que déjà, il faut s’adapter à Paris, et quand tu viens à Paris et que tu viens d’un village je dirais de même pas de 1 000 habitants, c’était le cas quand j’y suis arrivé il y a 30 ans, c’est pas facile. Là on est à 1 700 donc tu vois, ça m’a fait tout drôle. Mais j’aime bien moi, j’aime bien voyager, ça ne fait pas peur les grandes villes, je m’adapte et je m’y suis fait. Mais bon il y a un mode de vie qui n’est pas le même qu’en province. Il y a un Marseillais, un jour, il m’a dit : « À Marseille, une seconde est une seconde, à Paris, avec une seconde tu en as déjà fait deux ». Donc ça veut tout dire : on vit à 200 à l’heure, et si tu ne suis pas le mouvement, tu vas te faire klaxonner et tout. Donc ce côté-là, speed et tout, moi je m’y suis fait. Mais ça marque au niveau santé, ça fait vieillir plus vite. Tu ne vois plus passer les semaines, les années défilent, tu te dis : « Oh la la »… donc maintenant je me suis motivé pour me remobiliser et trouver un autre job parce que [mon entreprise], je l’ai pas fait par vocation hein. C’est parce que c’était l’époque qui était comme ça, il n’y avait pas trop de boulot en province, il n’y en a toujours pas aujourd’hui… J’ai eu l’opportunité de réussir le concours alors voilà comment j’en suis arrivé là. Bon maintenant comme ils veulent virer du monde… le problème là c’est qu’on a un ultimatum chez nous, on a jusqu’en 2009-2010 pour pouvoir faire un mouvement dans l’Administration. Après je pense qu’ils vont nous changer de statut. Après, quand on sera sous un autre statut, ça sera comme une vraie boîte privée, le patron nous dira : « Voilà tu fais ça sinon je te vire ». Point barre.
– Vous devrez changer votre statut de fonctionnaire contre autre chose ou alors aller voir ailleurs ?
Ouais. Ou alors peut-être qu’ils avaient parlé à l’époque de Raffarin – il vient de chez moi, lui, de Charente, ils avaient pensé à une chose… d’ailleurs j’ai pas de bol au niveau hommes politiques ou femmes politiques parce que Raffarin il était de ma région et maintenant j’ai Ségolène Royal qui joue la royaliste, on va dire, qui est la présidente de ma région Poitou-Charentes, donc je ne sais pas ce que ça va donner au niveau de tout ça. Je sais que ma mère, elle me prend un peu la tête : elle me dit « Mais écris ! Écris ! ». Je l’ai déjà fait pas mal de fois, à des députés, à l’Assemblée, donc je ne sais pas si je vais lui écrire pour appuyer ma demande et pour essayer de trouver un job. Peut-être.
– Tu m’as dit : « Au début le boulot me plaisait ». Parce que maintenant il ne te plaît plus ?
Oui au boulot je découvrais le métier, ça me plaisait au début mais à force il y a une certaine routine. Bon maintenant dans mon métier il y a Internet, ça, ça me plaît. Il y a de l’évolution, mais il faut encore avoir une formation adaptée, adéquate et puis prendre le temps d’aimer faire ce que tu fais… parce que maintenant on est quand même passé à une logique… on a plus de bons vieux abonnés dans la fonction publique, maintenant on les néglige un peu, c’est des clients comme les autres. Maintenant, c’est « rendement ! », « production », « saturation » : on parle de chiffre maintenant, on ne parle plus du bien-être des gens et de service. Voilà. C’est pour ça que ça, ça me… j’aime pas. Parce que on rend toujours service quelque part mais on les oblige à faire… Par rapport aux prestations, il y en a qui n’étaient pas payantes et maintenant il y a en a qui le sont : les dérèglements, les coups de vis à passer, il y a toujours un petit truc derrière, la hausse des consommations, bref il y a des choses qui me dérangent. Enfin je vais pas rentrer dans les détails au niveau de mon métier mais tu sais on travaille beaucoup sur des chaînes avec tel service et tel service : s’il y en a un qui n’est pas là, qui ne répond pas, la continuité ne va pas bien se faire. Et là ils n’assurent pas. Au niveau des formations des CDI et des CDD [dans mon entreprise], ils sont comme dans les grosses boîtes : ils aiment bien prendre des CDD pour boucher les trous quand il y a besoin et après ils les jettent quoi. Bon c’est un peu triste parce que le petit jeune tu lui apprends le boulot, tu le lui fais découvrir et quelques mois après il va tout perdre donc c’est ça que je n’aime pas moi. Et puis bon au bout de 10 ans, aussi, j’ai envie de voir autre chose. Moi je me dis que maintenant on n’est plus à se dire : « Ben tiens j’attends la retraite pépère dans le même boulot ». Ma grand-mère et ma mère me disaient ça. Maintenant il faut se reconvertir à 30, 40 ou 50 balais…
– Et l’idéal pour toi ça serait de te retrouver où ?
Ah ben moi je faisais de l’animation déjà. J’ai le BAFA. J’ai fait des colos, des camps, des centres aérés, j’ai pas mal voyagé avec ça. Et je fais de la musique pour mon plaisir à côté, pour mes loisirs, et j’aimerais trouver une activité là-dedans tu vois tout en gardant le statut : trouver un boulot dans l’animation socioculturelle, sociale, dans la petite enfance…
– Tout en gardant ton statut
Voilà. Je quitterais [mon entreprise] mais je serais intégré dans une autre fonction publique. Voilà. Parce que moi à la base, l’important c’est que je garde mon statut parce que je me suis quand même battu avec le concours, j’ai quand même donné 10 ans de ma vie à Paris et ça m’emmerderait qu’on me dise : « Ben tiens, c’est fini… ! » Parce que nous, le problème c’est qu’on n’a pas droit au chômage : on n’a droit à rien si on est viré ou autre. Mais ce sur quoi je voudrais revenir par rapport à Raffarin et à l’époque où il était Premier ministre c’est qu’ils avaient parlé, mais je ne sais pas où ça en est, ils voulaient faire une caisse comme pour les chômeurs, mais spécialement pour les fonctionnaires. Parce que nous comme on n’a droit à rien, ils ne peuvent pas nous couper du statut et en mettre des milliers dehors – parce qu’on est des milliers quand même c’est une grosse masse salariale les fonctionnaires ! – ils ne peuvent pas nous mettre à la rue sans rien : donc par rapport à ça je ne sais pas où ça en est. Ils en avaient parlé, mais c’est toujours pas fait. Donc je pense que le statut va encore perdurer un peu mais je ne sais pas… je sais qu’il faut quand même se dépêcher si on veut bouger et vite se reprendre en main. Les gens qui s’occupent des mobilités, ils t’accompagnent mais c’est tout… Je sais qu’il y a une dame, elle travaille aux RH : elle regarde les postes via un Intranet et quand il y a un poste qui correspond à ma demande, à ma recherche, et aussi à ma région, elle me dit – parce que moi je demande ma région ! je ne vais pas changer de métier et rester ici : ça, ça ne m’intéresse pas. Même si je ne vais pas directement dans ma région, si déjà j’arrive à avoir un pied en province, ça sera bon après pour pouvoir bouger ailleurs…
– Oui parce que tu peux te rapprocher de ta région.
Oui voilà. Après oui. J’ai même demandé le Sud-Est, même jusqu’aux Pyrénées tout ça… mais bon je ne peux pas me lancer non plus… il faut que je sois sûr que ça me plaise : faut vraiment que le truc me botte parce que moi, aller au boulot le matin, moi… si j’ai pas envie d’y aller… bon
– Et tu te verrais où dans l’animation culturelle : t’as une idée plus précise ?
Ben oui faire de l’animation par rapport à des jeunes. Je ne sais pas moi tu vois leur apprendre la musique, des chants, des jeux, un peu de culture, c’est assez varié. Ce genre-là quoi. Quelque chose où il y a un lien avec la culture : faire des activités avec des matières premières comme le bois, la terre… J’ai une amie qui travaille la terre et tout. J’en ai déjà fait. Et puis les gamins ils s’éclatent, ils s’expriment : ce serait des métiers d’expression par rapport à la jeunesse. C’est dans cette optique-là.
– Ça peut être dans une collectivité…
Oui ou alors par rapport à une mairie ou une préfecture oui c’est ça. Ou alors je l’aurais bien fait ça, j’aurais bien travaillé par rapport aux personnes âgées. Il va y avoir beaucoup de besoins de services parce que la France vieillit. On m’a déjà proposé, mais bon je me vois mal moi taper la belote [rires] et au niveau musical, animation, je ne suis pas sûr que ce sera le même délire.
– Une chanson douce à la guitare [rires]
Oui mais bon je sais que c’est un secteur où ça va se développer : il y aura pas mal de besoins. Mais je préfère les gamins, je m’éclate plus, j’arrive mieux à rentrer dans leur monde. Une fois j’avais une section, c’étaient les plus petits, à partir de 3 ans et j’arrivais, je me mettais à quatre pattes à leur niveau puis je rentrais dans leur monde, il y avait une osmose et moi j’aimais bien. Et les gamins, sans dire que j’étais un excellent animateur, eh bien, ils s’éclataient bien. J’aimais bien les activités. C’était de l’éveil ça m’intéressait bien. Donc moi par rapport à ça, ça me brancherait bien. Bon moi il faut donc que je trouve la situation géographique, puis après le poste, le profil. Et puis après tout rentre en compte : le salaire, etc.
– Et [dans ton entreprise] le salaire… euh les gens sont bien payés ?
Les gens ils croient que [dans l’entreprise]… ils croient que dès qu’on est fonctionnaire on roule sur l’or. Mais faut pas croire ! il n’y a pas que des cadres, des cadres sup et des ingénieurs ! Moi je suis technicien. Après il y a des gens basiques, dans les bureaux. Ce sont quand même des gens… ils sont là parce qu’ils ont aussi passé des super concours. Moi quand je vois ce que je gagne par rapport à la population moyenne, je me dis, c’est de la folie ! Déjà, les loyers sont chers. Et encore, moi je suis aidé. Moi j’ai un 40 mètres carrés eh bien je paye 2 300 [francs], ce qui est rien ! Les 40 mètres carrés à Paris c’est au moins 4 000-5 000, voire plus selon les arrondissements. Moi je tourne en moyenne à 12 000 francs par mois eh bien c’est limite avec tout ce qu’on a à payer ! Je paye des impôts, c’est pas possible le montant ! T’as pas intérêt à faire un gros crédit ou à faire trop d’écarts. Moi bon j’ai la chance de ne pas avoir de voiture à payer, pas d’essence : j’ai la voiture de mon boulot, bon je suis pas censé l’utiliser pour ça, mais je peux me balader, faire des courses, emmener des amis. Mais par contre quand je veux revenir en province chez moi – et pourtant j’ai un abonnement – je paye 80 euros un aller-retour ! Donc tu ne peux pas faire ça tous les jours. Donc des fois je me le fais une fois par mois, des fois pas, des fois deux… donc à l’arrivée, à la fin du mois, c’est pas évident [Le serveur nous sert nos bières – il commente]. Ça c’est un métier que je ne ferai jamais de ma vie ! Tu fais des horaires pas possibles, t’es payé comme un chien. Enfin entre guillemets. C’est pas pareil partout. Mais moi j’ai pas mal d’amis qui sont dans la restauration comme serveurs, c’est l’horreur. En plus ils te changent comme une serpillière, ils s’en foutent…
– Ouais les patrons font ce qu’ils veulent.
Ben ouais. C’est pas marrant pour les jeunes…

48Le deuxième extrait, ci-dessous, intervient au moment où l’enquêtrice décide d’orienter l’entretien sur le rapport au politique (l’entretien sera ensuite conclu par quelques questions d’actualité, non reproduites ici). Il rend compte, là encore sans aucune coupe, de propos sur les hommes politiques, les pratiques de vote et les « préférences électorales », selon la logique de recueil propre à l’entretien « semi-directif » : l’enquêteur pose des questions, fait parfois des relances, répond éventuellement aux questions de l’enquêté, anticipe les réponses de celui-ci. On remarque que Max s’avère moins disert sur ses pratiques électorales passées que sur de « grandes » idées sur « la » politique ou « les » politiques (publiques). Les premières vont tellement sans dire que Max n’y insiste pas : il ne se souvient plus de ses votes aux précédentes élections présidentielles, et ne semble pas trop savoir où vont ses préférences électorales. Comme par compensation, il dresse un portrait idéal du professionnel de la politique à l’écart des magouilles, et aborde longuement ce que devraient être des politiques équitables à l’égard du peuple.

– Et dans ta famille, on discutait politique ? Ta mère était intéressée par ça ?
Non… enfin avec ma mère on en parle depuis 2002, depuis le deuxième tour. Avant on en parlait mais on ne se comprenait pas, on s’engueulait… on n’était pas trop d’accord. Parce que ma mère, elle avait tendance à trop revenir sur le passé : « Moi à l’époque… nous on faisait comme ci comme ça. » Et moi je lui disais : « Mais on ne peut pas revenir comme ça, à l’heure qu’on est, on ne peut pas faire comme à ton époque ! » On peut changer, modifier les choses mais on ne pourra jamais faire pareil. Donc c’était chaud. Mais ma mère elle a compris maintenant. Donc on n’en parle plus trop. On en a beaucoup parlé quand Raffarin qui était de notre région était Premier ministre. Maintenant il y a Ségolène Royal donc on en parle aussi mais moins.
– Et elle aimait bien Raffarin ?
Non non… Disons qu’il faut voir ce qu’ils ont fait de bien et de concret et ce qu’ils ont fait de pas bien. Pareil avec Ségolène Royal. Pff… On en parle beaucoup mais moi, dans la région, je vois plus ce qu’elle n’a pas fait que ce qu’elle a fait. On verra bien par la suite.
– Et qu’est-ce qu’elle disait ta mère parce que tu disais qu’il y avait des bisbilles avec elle, que vous n’étiez pas sur la même longueur d’ondes…
On s’engueulait par rapport à je ne sais pas moi… à Sarkozy ou autre. C’étaient pas des sujets bien définis en général. C’était par rapport aux lois qu’il voulait faire passer ou des choses comme ça, ou par rapport aux événements. Mais on ne s’est jamais trop pris la tête. Parce que ma mère elle coupe vite : « Allez hop on n’en parle plus ! on passe à table ! » [rires]. Voilà. Au niveau politique on n’en parle pas trop. Je dirais qu’on en parle plus avec mes amis. On s’est bien pris la tête l’année dernière avec le référendum là. Je voulais savoir… toi t’étais pour ou t’étais contre ?
– J’ai voté contre.
Oui… ben moi aussi. Mais je me suis pris pas mal la tête. Avec mes amis, on a souvent parlementé. Ma copine du ministère elle était pour. Mais elle voyait ça de son côté, depuis son boulot, la culture. Elle, elle voyage. Et par rapport à tous les ministères et tout, elle trouvait que c’était mieux que ça passe. Et moi quand j’ai lu la loi Bolkenstein là et tout j’ai dit : « Non ça c’est pas bon ! ». C’est affreux ce qu’on nous prépare. En plus on n’est même pas sereins et bien équilibrés entre nous, je ne vois pas comment on peut faire une Europe solide ensemble. Moi je pense que l’Europe, elle peut exister, mais pas dans ces conditions, elle est mal répartie, mal… Il y a trop d’abus aussi. C’est pas normal ! Dans tous les partis politiques, il y a des abus. C’est magouilles et compagnie. On est bien placés pour le savoir. Chirac, quand je pense qu’il a été réélu avec ce qu’il a fait, c’est impensable ! Et puis dans d’autres pays, il y a les paradis fiscaux et tout ça. Ça, c’est pas normal non plus. Il y a plein de choses qui ne vont pas. Donc moi j’avais voté non.
– Et t’as toujours été inscrit sur les listes électorales ?
Non non. Moi j’ai commencé à voter en 95.
– D’accord. 95 c’est le moment où tu montes à Paris.
Oui.
– Donc t’avais voté à Paris.
Non je crois que j’avais voté chez moi parce que j’étais encore inscrit là-bas.
– Et t’es toujours inscrit là-bas ?
Non parce que je me suis inscrit à la mairie du 18e. Et en 2002 oui j’avais voté…
– Et tu t’intéressais à la politique avant de t’inscrire sur les listes électorales ?
Non mais je voulais que ma voix soit reconnue. Parce que je me suis dit : « Si tu votes pas et que pourtant tu aurais bien aimé donner ta voix pour telle ou telle chose » eh bien je me suis dit : « Tiens, même s’il n’y a aucun des candidats qui me plaisent, j’irai quand même voter. » Je pense que c’est quand même important maintenant. Même s’il n’y a aucun candidat qui te plaît, au moins tu auras fait ton choix.
– Et est-ce que tu te souviens de ton premier vote, la première fois que tu as voté ?
Non.
– Non…
Je crois que j’avais voté Verts mais je ne sais pas… peut-être pour les présidentielles au premier tour. Y’avait eu…
– Jospin…
Jospin oui…
–… et Chirac, c’est ça ?
Et Chirac oui. C’était la première élection puisqu’il a été réélu en 2002. Mais j’avais voté ni pour l’un ni pour l’autre. J’avais voté Verts.
– Et au deuxième tour ?
Je crois que j’avais abandonné.
– Et tu te souviens de tes autres votes ?
Ben le problème c’est qu’en 2002 j’avais pas trop eu le choix, j’allais pas voter Front national mais je n’étais pas non plus pour Chirac. Mais j’ai voté pour lui.
– Et au premier tour, tu te souviens ?
Au premier tour [hésitant]… je crois que c’était les Verts aussi.
– T’es plutôt Verts ?
Je dirais pas que je suis à fond Verts mais j’aimerais bien que ce parti soit plus gros, plus représenté. Mais moi, ce qui me tue, c’est qu’ils ne sont même pas d’accord pour faire un parti alors qu’ils défendent le même. Que ce soit à droite ou à gauche. Je sais pas, quand je vois toutes ces magouilles, il n’y a rien qui m’attire…
– Rien du tout ?
Ce que je n’aime pas, c’est toutes les promesses qu’ils font, « votez pour moi » tout ça, mais qu’ils ne tiennent pas après. En tout cas je pense que chez nous en France on est les rois pour ça, que tu remontes à l’époque Mitterrand ou avant… Donc souvent on nous dit : « On fera ci, on fera ça » et souvent à l’arrivée, ils ont tenu deux choses sur dix. Donc c’est ça : ils n’appliquent pas leurs promesses. C’est un peu le jeu du théâtre. Donc ça m’a déçu et un peu énervé. Je me demande un jour si on verra quelqu’un de sincère et de libre. À la rigueur, maintenant, je dirais que je ne suis ni pour la droite ni pour la gauche, ni pour les extrêmes mais si on mettait quelqu’un au pouvoir que personne ne connaît, une sorte d’énarque de je ne sais pas où, mais pas quelqu’un qu’un parti a engendré, eh bien ça me plairait plus. Il faudrait quelqu’un de neutre qui ne soit ni à droite ni à gauche, ni trop penché là-dessus mais qui soit équitable avec le peuple. Bon, après, moi je pense qu’il n’est pas né. Mais je vois plus les choses comme ça.
– Équitable avec le peuple, c’est-à-dire ?
[Il regarde l’heure et dit d’un ton plus vif et pressé] C’est-à-dire d’un côté, on voit ce qu’il propose comme sujets, comme solutions, ce qu’il est prêt à faire et puis d’un autre côté, on voit ce qu’il applique, ce qu’il arrive à résoudre, les gros problèmes qu’il y a chez nous. Chez nous il y a des problèmes de chômage, d’insertion des jeunes, de formation… tout ça, il y a les personnes âgées et d’autre chose. Et même sur les réflexions qu’ils ont, les propositions qu’ils font, tu vois il y en a même qui ne sont pas… par exemple mettre un radar tous les 200 mètres je ne trouve pas ça très intéressant ! Même la réflexion sur la drogue, on en parlait tout à l’heure, je trouve débile de ne pas dépénaliser – mais sans légaliser quand même, comme dans certains pays d’Europe. Quand les choses ne sont pas interdites, tu n’es plus tenté de passer outre, tu n’y penses même plus trop. Moi je m’en souviens, quand tu es gamin, on te dit de ne pas y aller et tu vas quand même voir. Un truc qui ne serait pas interdit mais sans être vraiment légalisé. Moi je vois les choses comme ça. Je suis sûr que ça serait un plus. Et puis ça serait bien pour les gens qui ont des problèmes de santé, pour les sans-log… les SDF qui ne font rien… Moi ça me dégoûte de voir cette répression ! Là récemment l’autre jour j’ai croisé dans le 15e une bobo, elle était énervée parce qu’elle voyait que le Samu social donnait des tentes aux SDF. Non mais ! Moi je trouve ça dingue, tout ça parce qu’elle ne voulait passer dans une allée où il y avait une tente ! Et ça que la pauvreté existe encore comme ça de nos jours en France, ça c’est spécial, toute cette pauvreté. Je trouve aussi que les médias fonctionnent mal. Ils disent des choses et ça aboutit à des rumeurs et après ça les gens ne savent plus quoi penser ! Et puis c’est là que les gens disent tout et rien, c’est là que ça dérape et que tout est lancé et c’est le chaos parce que les gens y croient. Et puis il y a les prix aussi, moi ça me rend dingue. Depuis qu’on est passé à l’euro, on a vu la différence. Si on mettait les prix en francs, les gens ils diraient : « Mais on est où là ? » Quand tu vois que la baguette elle est presque à 10 balles… Les vieux s’ils revenaient, ils seraient plus qu’étonnés. Ça aussi le passage à l’euro, c’est une belle connerie. Moi je comprends pas pourquoi on ne pourrait pas faire du commerce avec notre monnaie respective. On l’a fait avant et ça se passait très bien. En plus moi j’adorais collectionner les pièces à l’étranger. Quand j’allais en Hollande, je gardais des florins, quand j’allais en Italie des lires, en Espagne c’était sympa et ainsi de suite. Et ça, ça me prend la tête. Et le pouvoir d’achat, pour toi il est resté tel qu’il était mais la vie a augmenté. T’as l’impression que tu ne peux plus rien avoir. Parce que un euro ça reste un euro. Mais pour nous. Tu sais comment je l’ai remarqué : c’est parce que des fois je donnais un ou deux francs à des gens qui font la manche. Et un jour j’ai donné en euros, un ou deux euros. Et puis je me suis dit après : « Mais mince je viens de lui donner 10 à 15 balles ! » C’est là que je me suis rendu compte de la valeur de l’argent. Et là quand quelqu’un m’accoste et me dit : « T’as pas 50 centimes ? », je lui dis : « Mais attends, 50 centimes, c’est pas 50 centimes, c’est trois francs et des bananes ! » Donc elle est là la différence.

Décryptage de la séance d’analyse collective du deuxième entretien

Par Nicolas Mariot

49Le deuxième entretien, réalisé le 18 octobre 2006 dans un café de la place de République à Paris, repose sur un guide tout aussi précis que le premier. Il comptait sept points successifs. Le premier devait permettre de « combler les trous » du précédent en revenant sur des éléments biographiques absents ou trop rapidement abordés, notamment la question du réseau amical et celle des éventuelles appartenances associatives ou partisanes. La deuxième section du guide d’entretien invitait à enchaîner du côté des perceptions subjectives de la trajectoire biographique et des positions successivement occupées au sein de la famille. Enfin, les cinq derniers points, dans une logique typique de celle des enquêtes de sociologie électorale mais à l’aide de tests originaux, cherchaient à connaître l’intérêt de l’enquêté pour la vie politique, sa capacité à en parler, ses connaissances en la matière, son passé d’électeur (notamment à propos des débats sur le référendum européen de 2005), enfin plus précisément à cerner le degré de son attention pour la campagne électorale de 2007. On a choisi, pour ce compte rendu, de rester au plus près du déroulement des discussions, sans nécessairement synthétiser des points sur lesquels nous sommes revenus à différents moments. En conservant ainsi les flottements et hésitations, il s’agissait de restituer la logique évolutive des prises de position de chaque intervenant et la progressive formation – le cas échéant la transformation – de leurs jugements.

La campagne de 2007 (PL)

Il n’est peut-être pas inutile de rafraîchir la mémoire des lecteurs en rappelant les protagonistes du scrutin présidentiel de 2007, lequel fait suite aux deux mandats de J. Chirac. Pour une bonne part, l’attention médiatique (largement « informée » par les sondages pré-électoraux) se concentre dans un premier temps autour du duel entre les deux « nouveaux » candidats : N. Sarkozy, investi par l’UMP et dont le passage au ministère de l’Intérieur a été très (re)marqué (cf., entre autres short cuts mémorables, la répartie sur le nettoyage au karcher des cités), et Ségolène Royal, longtemps en tête des intentions de vote et investie par les adhérents du Parti socialiste qui la préfèrent à L. Fabius et D. Strauss-Kahn. Durant la campagne, N. Sarkozy, épaulé par ses deux scripteurs (H. Guaino et P. Buisson), saura adroitement combiner un discours d’ouverture à gauche (visite dans des usines, références à Jean Jaurès, exaltation de la valeur travail…) et d’emprunt aux thématiques frontistes (priorité à la sécurité, création d’un ministère de l’Identité nationale et de l’Immigration…) qui finiront par marginaliser (« siphonner ») le capital électoral de J.-M. Le Pen, pourtant parvenu au second tour en 2002. C’est précisément sur le « spectre du 21 avril » et les réflexes du vote utile qu’il engendre que peut s’appuyer S. Royal, par ailleurs chantre des débats participatifs et assez souvent victime d’un machisme plus ou moins discret, dont on retrouvera l’écho chez notre enquêté. Durant les mois de janvier et février 2007, émerge la thématique du « troisième homme », F. Bayrou, déjà candidat en 2002, se positionnant sur une posture « niniste », et dont plusieurs sondages assurent qu’il talonne la candidate socialiste. L’offre est exceptionnellement dispersée à la gauche du PS avec pas moins de six candidatures, soit, dans l’ordre d’arrivée : O. Besancenot (« le Petit facteur », comme le surnomme Max), M.-G. Buffet, A. Laguiller, J. Bové, D. Voynet et G. Schivardi. La concurrence est moindre à droite, avec, outre N. Sarkozy, Ph. de Villiers (souvent évoqué par Max) et « le candidat des chasseurs », F. Nihous.

  • 7 Sur les impensés que renferme ce « jeu innocent », cf. infra, 3e « décryptage ».

50La séance collective autour de ce deuxième entretien débute par un petit jeu7 : les trois non-interviewers peuvent-ils réussir à deviner, au regard de ce qu’ils savent désormais de Max (deux entretiens retranscrits et attentivement décortiqués), quels ont finalement été ses choix électoraux lors des élections présidentielle et législatives ? PL est le premier à se lancer. Il hésite entre Voynet, Royal et Bayrou au premier tour (avec un débat entre commentateurs, NM pensant que D. Voynet n’était plus candidate en 2007 quand PL soutient, avec raison, qu’elle l’était). NM avance le choix suivant : Bayrou au premier tour, Royal au second. PL commente alors : « Oui le coup de la gifle [de Bayrou à un jeune qui lui faisait les poches], ça a dû lui plaire. » Et après une hésitation : « Et puis il est de gauche ce mec. Royal au second tour. » L’intervieweuse surenchérit : « Oui on peut même dire qu’il a un ethos de classe chevillé au corps. » PL confirme en jugeant ses « positions sur la laïcité très construites et cohérentes ». Un mini-débat s’engage lorsque NM ajoute qu’elles lui semblent parfois « proches de celles des militants “apéro saucisson”. » PL et SR refusent vivement que l’enquêté puisse être rangé dans ce camp. FB pense que c’est possible. Lui refuse d’abord le jeu du pronostic mais demande : « Est-ce qu’on est sûr qu’il vote au second tour ? » Tout le monde s’accorde sur une probable abstention aux législatives. Finalement, FB s’avance autour de Buffet puis Royal. PL change pour Voynet puis Royal. Au final, aucun des trois n’a vu totalement juste : Max a voté Bayrou au premier tour, puis s’est abstenu au second.

51À partir de là, la discussion collective consiste pour l’essentiel à commenter les réponses de Max aux tests projectifs et aux questions concernant ses connaissances politiques. Elle se structure autour de deux thèmes : comment qualifier les compétences politiques de Max d’une part ? Jusqu’à quel point peut-on faire un lien entre les éléments de sa biographie d’une part, et ses préférences et choix politiques d’autre part ?

52La question de la juste qualification des compétences de Max prend rapidement la forme d’une opposition. NM juge en effet que la principale information apportée par ce second entretien concerne justement la compétence politique manifestement très poussée de Max, si l’on en juge autant par ses commentaires très structurés sur les photos et caricatures (« il a un avis ») que par sa capacité à reconnaître les portraits d’hommes politiques et à situer ceux-ci. Par rapport à d’autres enquêté(e)s de la même vague pour lesquels ce deuxième entretien s’apparentait à un long calvaire, Max est à l’évidence beaucoup plus « classiquement » compétent. NM ajoute encore qu’au regard de cette compétence, il est surpris de voir Max en apparence tout seul dans sa vie, notamment sans aucune appartenance associative, quelle qu’elle soit. Max, conclut-il, « a l’air perdu à Paris ». Enfin, il souligne un décalage a priori surprenant entre les lectures de Max (notamment en matière de « relations internationales »), ses connaissances sur le référendum (il a lu le texte et s’est informé), sa capacité à discuter longuement son auto-positionnement politique ou le cas des « oubliés » des politiques actuelles d’un côté, et de l’autre des développements convenus sur le « tous pourris », ou encore des passages très hostiles aux étrangers, notamment lorsqu’il parle des élèves sans papiers (« on a l’impression qu’il enfile tous les poncifs », « de temps en temps il dérape un peu »). FB confirme que « sur le voile et le drapeau, il est très premier degré ».

53La discussion rebondit alors sur ce thème de l’apparente contradiction (du moins du point de vue de la science politique) entre sa curiosité pour les milieux sociaux différents du sien, sa connaissance du monde politique, et les jugements parfois caricaturaux qu’il peut tenir par ailleurs. PL avance qu’il a indubitablement une bonne connaissance des hommes politiques, au sens où il les reconnaît tous, « mais est-ce que cela va plus loin ? » ajoute-t-il. Le débat se focalise sur ce que serait le fait « d’aller plus loin ». NM redit combien Max est « bon », et demande alors : « Mais si Max ne l’est pas, ou pas vraiment, qu’est-ce que ce serait qu’un individu bien informé et compétent politiquement ? » PL suggère que Max « se plante complètement » dans sa réponse sur la directive Bolkenstein, SR et FB rétorquant qu’au contraire, il se « débrouille plutôt bien, ne dit pas n’importe quoi », NM demandant : « Mais qui saurait vraiment répondre à cette question ? » Finalement, PL reconnaît que certes Max a un score très élevé en termes de « reconnaissance » du personnel politique, mais il se demande ce qu’on peut faire d’un tel score. « J’étais plutôt déçu de ce que nous disait notre test, notamment sur les dessins. » Il suggère un décalage entre la compétence affichée par Max pour ce qui concerne les portraits d’un côté, et la pauvreté relative de ses développements sur les dessins. SR remarque qu’elle aurait dû relancer plus activement.

54FB intervient alors pour relativiser cette fois y compris les réponses de Max en termes de reconnaissance des hommes politiques. Il juge ses compétences « assez faibles », mais précise immédiatement : « Mais c’est parce qu’on ne met pas la norme au même endroit. » « Il sait reconnaître les mecs, mais ce n’est pas cela qui compte », ajoute FB. PL commente : « C’est quand même un problème, on est quatre politistes, et on n’arrive pas à être d’accord sur cette question. » « Mais c’est parce que moi j’ai un biais scolastique par rapport à mes enquêtés, répond FB, j’avais des enquêtés très compétents. » Par comparaison, il remarque que Max a tendance à « très vite familiariser » les hommes politiques en leur donnant des surnoms, en évoquant des traits personnels : « ce bon vieux machin », etc. « Il ne connaît pas bien les partis, mais il les situe localement, d’où ils viennent, c’est ça la clé qui m’intéresse. » Cette question de la familiarité comme mode d’appropriation paraît centrale. FB pense que Max, parce qu’il regarde beaucoup les « Guignols de l’info », lit le Canard, etc., « aurait adoré le jeu chinois » (SR acquiesce). « Quasiment pour tous il a un commentaire animalier », ajoute-t-il. Max semble développer ici une vision populaire du monde politique, avec beaucoup de moqueries, une vision du bas vers le haut. Bref, il lui semble qu’il y a indubitablement confirmation de ce qu’il pensait : « Un des intérêts de relire des entretiens comme cela, c’est que ça te met en face de tes croyances. On se rend compte qu’on n’aime pas avoir tort, qu’on n’aime pas reconnaître s’être trompé. Ce serait intéressant de voir quand, dans nos discussions, on est revenu sur nos avis initiaux. » PL dit oui mais en même temps on avance avec la discussion : « Par exemple sur la compétence je ne sais plus trop où j’en suis. »

55À l’invitation de SR, FB maintient son jugement d’une compétence finalement assez « faible » chez Max : « Il a les curseurs grossiers, mais ne pas savoir qu’Aubry est PS… » ; « il sait à peu près, il familiarise et “péjorative” très vite ». Surtout, « il ne connaît pas toutes les fonctions ». SR l’arrête pour infirmer la proposition : au contraire, Max en sait beaucoup des postes occupés, par exemple que Juppé est maire de Bordeaux, RPR et ancien Premier ministre. « Et c’est tout », ajoute FB. « C’est déjà pas mal », reprend SR. PL est quant à lui surpris que Max ne sache pas que Martine Aubry était ministre du Travail, avec les nombreux débats sur les 35 heures. Il revient sur le contraste entre les propos « tous pourris » et autres poncifs (« il faut tous les virer ») d’un côté, et des développements très structurés notamment sur la laïcité, de l’autre. « Ça pose un énorme problème », ajoute-t-il, parce que si on juge sa compétence à sa valeur faciale, « il est bon », il reconnaît bien, et en même temps dès qu’on lui demande un discours sur ces mêmes hommes politiques, il est tout de suite quasi poujadiste. Ainsi dans son cas, « son poujadisme apparent n’est pas l’arme des faibles, des peu compétents », souligne PL : « Il a la posture des gens qui n’ont pas beaucoup de compétences, alors que sur d’autres sujets il est très structuré. » FB abonde dans le même sens : « Il a un côté cerveau reptilien. Ça lui revient, il retrouve les noms des hommes politiques, mais il s’en fout, ça ne lui sert à rien. » « S’il sait tout cela et qu’après il ne va pas voter, à quoi ça lui sert ? C’est quand même un drôle de truc. » On revient alors sur le fait qu’il est un des rares enquêtés à reconnaître Laurence Parisot, ce qui apparaît « assez bluffant ». Mais, ajoute FB, il n’en fait pas grand-chose, en tout cas dans le contexte de l’entretien. Même chose, poursuit-il, avec l’exemple Greenpeace : quand SR lui demande s’il pourrait s’investir dans la vie associative, il semble se souvenir qu’il y a un local de l’association près de chez lui, mais c’est manifestement un effet de bonne volonté vis-à-vis de l’intervieweuse. Un pur effet de l’entretien. Idem avec l’abstention : voulant faire plaisir, il répond quand même quelque chose, et sous une forme intéressante (« je ferai peut-être une abstention »), possibilité qu’il assimile à un vote comme un autre, et alors même, très probablement, qu’il n’a encore aucune idée précise de ce qu’il fera. Il a un rejet populaire de la politique comme quand il dit : « Il faudrait des gens cultivés qui sortiraient du peuple directement » ou quand il raconte espérer rencontrer un jour Tapie « pour qu’il lui donne un tuyau ». Ce type de rapport « décomplexé » à la politique « m’étonne et me bluffe complètement », ajoute FB. Bref, sa compétence affichée serait le reflet de son rapport très investi à l’entretien plus que d’un intérêt marqué pour la politique.

56NM revient encore à la charge en jugeant que les commentaires sur sa compétence sont « sévères ». Ainsi, Max sait dire pour Bayrou qu’il est UDF, mi-gauche mi-droite, centriste : « Ça correspond tout à fait à quelqu’un qui sait juger avec les catégories ordinaires et officielles de la vie politique. » Il sait reconnaître de même Tony Blair, le lier à George Bush, etc. Et même Parisot, dont il sait qu’elle est présidente du MEDEF. Du coup, NM soulève la question de savoir à quoi ressemblerait un enquêté qui répondrait « bien ». FB et SR rétorquent que ce n’est pas une question de bien ou de mal, NM jugeant que précisément si, les jugements émis sont, ici et comme toujours en la matière, emplis de normativité. « La définition implicite qu’on donne est celle de la compétence politique classique », reconnaissent conjointement NM et FB. « Nos tests de compétence politique ne sont pas gages de grand-chose », commente PL : « Mais si », répondent les autres en chœur, « ils sont gages du minimum. » « Il y a 4 ans, on était sur des positions à front renversé », s’amuse PL. De nouveau, la discussion repart sur la question des conséquences pratiques de cette compétence. « Il a des convictions très fortes », rappelle SR. FB rétorque quant à lui que ce savoir ne sert aucunement ses « intérêts objectifs » : il sait reconnaître les portraits, « mais ce n’est pas cela qui compte ». « De fait, on est tous persuadés qu’il aurait pu voter autre chose », ajoute PL. Les autres acquiescent. « Mais en même temps », précise PL, ce qu’on sait de lui « limite l’espace des possibles » : il peut voter Voynet Bayrou, Royal. NM coupe : « Mais non, il pourrait aussi voter Sarkozy. » Les autres infirment, notamment au motif qu’il a un ethos de classe très fort, manifesté notamment par une « haine des riches », mais également en raison de son statut de fonctionnaire, très important pour lui. FB poursuit : « Moi, je pense qu’il pourrait voter Marine Le Pen en 2017. » « Oui bien sûr », disent NM et SR, sur le principe : « virez les tous ». NM ajoute : « Ce printemps il pourrait glisser un bulletin FN, s’il allait voter, ce qui est improbable. »

57Par rapport à ces jugements différenciés concernant la compétence de Max, l’accord est général pour souligner combien ce deuxième entretien apparaît au moins aussi dense et intéressant que le premier sur le plan biographique. Tous notent leur intérêt et leur relatif étonnement devant la violence du long développement final dans lequel Max raconte son internement forcé. « Quelles sont les conséquences biographiques de l’épisode ? » demande NM. Comment Max peut-il encore accorder une quelconque confiance aux institutions ? Les enquêteurs s’accordent sur la « césure », la « brisure », la « crise » que constitue l’épisode (il y a un avant et un après, Max le répète) et sur son importance vis-à-vis de l’employeur, puisque c’est lui qui est à l’origine du placement. Tous notent une nouvelle fois la solitude de Max telle qu’elle est révélée par l’événement. On revient sur la discussion précédente, où le même FB, rappelle PL, présupposait une sociabilité amicale forte chez Max. FB convient, au regard de ces nouveaux éléments, s’être a priori trompé sur point. SR regrette n’avoir pas plus creusé sur ce thème de l’amitié, des groupes primaires.

58La discussion s’engage alors à la fois sur les liens qu’il est possible d’établir entre sa vie, ses connaissances, et ses pratiques électorales. FB observe que Max ne parle jamais de ses relations amoureuses, SR reconnaissant qu’elle ne l’a pas suffisamment questionné sur le sujet. NM insiste sur le fait qu’on sait quand même beaucoup de choses « assez intimes de sa vie », même si peu sur ses relations amoureuses effectivement. PL remarque une forme de désajustement très marqué entre les éléments biographiques de l’entretien, très riches, et d’un autre côté le caractère haché et décousu des questions (passages obligés) proprement politiques. Il juge que c’était une erreur. NM et FB rappellent alors que l’objectif de l’entretien était justement de mettre en lumière et « à la question » l’artificialité des questions de sondage. « On savait très bien que ça allait faire drôle aux enquêtés », dit FB. Le dispositif visait à montrer cela : de ce point de vue, l’entretien confirme sans surprise cet aspect des choses. « Le rendement cognitif n’est pas terrible », reprend PL. Et du coup, il semble que l’articulation soit très faible, ou du moins difficile à établir, entre les éléments biographiques de Max et son vote : « Plus on en sait, plus c’est difficile de faire le lien » ; « la richesse de l’entretien, notamment l’épisode de l’internement, ne nous aide pas beaucoup pour comprendre ses rapports à la politique », ajoute-t-il. NM et FB objectent alors que vote et rapports au politique ne peuvent ici être confondus. SR relativise ce constat d’une articulation problématique en soulignant combien le rapport à sa mère, qui ne vote plus pour des raisons contingentes, permet de comprendre beaucoup de choses du lien de Max au vote, ou mieux à l’abstention, y compris au second tour de la présidentielle.

59PL insiste lui aussi sur l’apport des passages intimes de ce deuxième entretien. La discussion se prolonge du coup sur cette question du lien entre biographie et jugement « politique ». PL et FB soulignent tous les deux la vision « panoptique » qu’a Max de la société, et notamment des classes sociales, reliant cet aspect à son métier qui le conduit à rencontrer des gens et des milieux très divers. PL note combien les universitaires, à la différence de beaucoup d’autres métiers, sont loin de partager une telle vision élargie du monde social. SR confirme, tous deux ajoutant que cette observation très large « nourrit et conforte » (plus que ses lectures ?) un fort ressentiment de classe, très notable quand il évoque les appartements huppés où il installe Internet. C’est très important dans ses dispositions politiques. « Son métier fait de lui une sorte de cueilleur d’opinions » (FB), et c’est pour cela qu’il peut avoir des idées « très contradictoires » ; « il n’est pas si cohérent que cela ».

60PL revient alors à l’articulation entre entretien biographique et rapport au vote. Il note que Max se plie certes à nos demandes lorsqu’on l’interroge, produisant des réponses, mais au fond tout cela est tout à fait périphérique dans sa vie. Et de poursuivre : « Et la conclusion qu’on en tire, c’est qu’il s’en moque du vote, ça n’a finalement que peu d’importance pour lui. » NM répond qu’il ne faut pas s’en étonner : cela confirme simplement, une fois de plus, combien le vote est une pratique qui peut être parfaitement désinvestie. « Le travail d’articulation d’une trajectoire biographique avec l’intérêt pour la politique se concrétisant éventuellement par tel ou tel vote devient compliqué », ajoute PL. « C’est une belle conclusion ! » ajoute NM. FB s’étonne de l’évidence avec laquelle Max peut énoncer « qu’une voix, ça s’échange » : le caractère naturel de ce rapport « instrumental » au vote, alors qu’il est normalement mal vu, est très important. Et du coup effectivement, il n’a aucun problème à dire qu’il peut ne pas aller voter. PL revient alors sur son « ethos populaire » avec des études arrêtées tôt et une socialisation familiale qui le prédispose au cynisme politique et à un rapport instrumental au vote.

61La discussion se termine, un peu décousue, à propos des phrases retenues. PL cite : « Je suis moyennement du peuple », « je vois de tout, je suis dans le contraste total » (parlant de la vision panoptique que lui offre son travail), « j’ai des amis qui sont assez cultivés, enfin qui ont fait pas mal d’études » (pour le côté autodidaxie), « Mme Royal si elle fait rien pour moi elle aura pas ma voix » (« je ne sais pas quoi faire de cette phrase », ajoute PL). FB ajoute : « Des gens cultivés qui sortiraient du peuple directement », « je vais peut-être faire une petite abstention » et « je veux garder un cordon ombilical » (avec l’entreprise dans laquelle il travaille). SR souhaite enfin qu’on revienne sur la place de la « dissimulation », du thème du complot dans l’entretien, pas notée par les autres. Elle souligne combien le fait qu’il se soit « fait avoir » (après avoir fréquenté des milieux aux marges de la légalité) a changé sa vision du monde, l’a incité à être plus méfiant, etc. Cet aspect de sa trajectoire personnelle rejaillit fortement sur la façon dont il juge les hommes politiques : « Je suis plus clairvoyant », dit-il. Elle rappelle également ce sur quoi on manque d’informations : la socialisation culturelle familiale et surtout sa trajectoire scolaire précise et la manière dont il l’a vécue. La discussion se clôt sur les différentes manières, finalement très variées, de mener l’entretien (avec plus ou moins de relances, etc.). PL demande à entendre la voix de Max. Chacun s’accorde sur le fait que ce second entretien apporte encore énormément. Même si FB regrette que le dispositif n’ait pas été plus standardisé.

Extraits du deuxième entretien avec Max : 18 octobre 2006

62Au départ, chacun des trois grands entretiens principaux menés par SR avec Max devait faire l’objet du même traitement : être coupé pour ne plus représenter, dans l’optique de la publication, qu’un total maximal de 6 à 8 pages. Autre principe : les coupes réalisées devaient l’être, si possible, en supprimant des réponses entières, avec l’idée que la cohérence sociologique d’un entretien impose de ne pas trop le « charcuter ». Le pari n’a été tenu que pour ce second entretien, et encore incomplètement puisqu’il a fallu découper au sein même de certaines réponses pour arriver à la taille demandée sans sacrifier des passages qui nous paraissaient essentiels.

63À l’origine, l’entretien représentait un ensemble de 25 pages, soit 95 600 signes. Il a été réduit à environ un tiers du total initial. Les coupes sont signalées et « mesurées » en gras entre crochets par l’intermédiaire d’un comptage des mots et de leur équivalent en nombre de signes ou de caractères. Il s’agit de donner une idée, même approximative, de l’importance plus ou moins grande de ce qui a été supprimé (une courte phrase ou plusieurs réponses sur une à deux pages).

64En procédant à ce type d’exercice, en constatant sa difficulté, l’idée est de bien faire ressortir à quel point il est mutilant, comme on le fait souvent, d’utiliser dans le cadre de « démonstrations sociologiques » ce type d’entretien en réduisant un échange long et structuré à quelques paragraphes voire quelques phrases. Que fait-on exactement quand on procède ainsi ? En quoi l’exercice a-t-il valeur probatoire ?

65Les principes généraux qui ont guidé le travail de sélection ont été les suivants :

  • conserver une vue d’ensemble de l’entretien, donc ne pas enlever une partie entière mais couper régulièrement dans le texte en tâchant de préserver la cohérence globale, le rythme et la direction de l’échange enquêteur/enquêté.
  • dans ce but, enlever prioritairement et « en bloc » les questions « annexes » au sein d’un même thème, c’est-à-dire celles demandant à l’enquêté un approfondissement de développements déjà abordés dans les réponses précédentes.
  • ensuite, enlever un certain nombre de réponses aux « tests de connaissance » imposés par le guide d’entretien et qui sont commentés dans nos échanges (typiquement, on ne garde pas chacune des réponses de l’enquêté à la série de photographies où il doit reconnaître et situer des personnalités politiques ; idem pour la série de questions sur l’Europe).

66Pourtant, là également, ce contrat « scientifique » de découpe de l’entretien n’a pas été entièrement respecté. Le long extrait qui suit, initialement réduit à 34 280 caractères (espaces comprises), une fois les coupes réalisées suivant les principes qui viennent d’être énoncés, a finalement été encore amputé, au moment de la relecture finale, de sa dernière partie (cf. infra) représentant les 13 dernières questions posées. Nous avons en effet jugé qu’elle était trop intime et que, malgré l’anonymat, Max s’y trouvait exposé par ses propos. C’est donc ici le souci de confidentialité qui est venu, in fine, compliquer encore la question de la restitution du matériau d’enquête. Pourtant, celle-ci, on le constate, l’était déjà passablement.

  • 8 Nom d’un personnage (agent du FBI) d’une série télévisée qui passait alors à la télévision.

– [Je lui mets le micro]
Oh ça fait Agent spécial Mulder8 ! [rires]
– C’est bon ? [je résume ce dont on avait parlé la dernière fois]
Je ne l’ai pas passé le bac en fait c’était sur 2 ans, c’était en alternance, mais comme j’ai passé la première année le concours des XXX et que j’ai été reçu et, évidemment je n’ai pas pu continuer, ce n’était pas compatible. Soit je continuais mes études, soit j’allais à XXX. Mais comme c’était le dernier concours, tu vois… Aujourd’hui il n’y a plus de concours pour devenir fonctionnaire, donc j’ai eu la chance.
[Fin de réponse : 131 mots, 670 caractères ont été coupés, supprimés]
– Alors tu m’avais aussi dit que tu avais des perspectives de reconversion professionnelle, et comme tu aimes bien travailler auprès des enfants, tu envisageais…
Eh bien là, j’ai un projet, enfin je fais un projet, j’en suis au début, donc je fais des petits dessins… Tu vois c’est comme un puzzle, ça se construit petit à petit, et là il faut que je voie des gens, par exemple le maire de mon village de P. pour voir s’il y a moyen d’implanter un site, un lieu, il faut aussi que je voie la chambre de commerce pour les subventions, pour monter mon dossier… Il faut que j’envoie un double à la fameuse madame Royal, Ségolène, parce que c’est la présidente de ma région. Donc si elle fait rien pour moi, eh bien elle n’aura pas ma voix. De toute façon, elle ne l’aura peut-être pas sans ça…
[Fin de réponse : 90 mots, 527 caractères coupés]
– Et tu as des potes qui sont avec toi sur ce projet-là ?
Non moi, disons que je suis la personne qui crée le projet, il faut que je monte le dossier, donc j’ai pas mal de papiers à remplir, qui concernent le financement, les prêts, l’argent que tu comptes investir, etc. et après, comme moi je veux garder un cordon ombilical avec XXX je vais essayer de faire en sorte qu’ils me subventionnent. Parce que ça coûte super cher et je ne veux pas me séparer de mon employeur. Moi je veux faire un espace où tu peux prendre un verre, t’arrêter, manger quelque chose et, si tu veux, regarder quelque chose sur Internet : tu auras à ta disposition non pas un ordinateur simple avec une connexion Internet de base comme c’est le cas dans n’importe quel cybercafé, mais toutes les dernières technologies que XXX met sur le marché. Quelque chose qui ressemble un peu à ce qu’ils font dans les boutiques XXX.
– Ils ont l’habitude de financer ce genre de projet ?
Non mais comme je t’ai dit, ils veulent nous pousser à partir, parce qu’on est trop nombreux et ils proposent un projet qui s’appelle « essaimage », c’est un projet que tu peux monter en collaboration avec XXX, et eux, ils subventionnent le projet.
[Bloc de 5 questions/réponses : 804 mots, 4 379 caractères coupés]
– Donc ça a vachement mûri ton projet depuis la dernière fois !
Oui et moi au départ mon projet, c’était de me barrer quelque part… De trouver une ouverture. Mais mon objectif, c’est de quitter Paris, tout en gardant mon statut de fonctionnaire. Je ne vais pas me barrer comme ça parce que sinon je n’aurais rien, j’aurais passé pour rien 10 ans de ma vie ici. Et franchement ça use ! Moi je pense que j’ai perdu au moins un an ici tellement c’est usant. Moi je les vois quand ils viennent ici, ils n’ont qu’une envie les gars c’est de repartir. Ils ne comprennent pas qu’on puisse rester ! Mais sinon quand tu ne travailles pas, quand tu viens en touriste, c’est super. Moi j’aime bien ! Aller chiner, faire les disquaires, faire les brocantes… C’est super !
[Une question/réponse : 95 mots, 512 caractères coupés]
– Et tu as une petite table de mixage ? Tu viens avec ?
Oui, c’est ça ! J’ai carrément des Flycases, ce sont des valises avec les platines intégrées, la table de mixage, les enceintes, l’ampli, les disques, et tout. J’avais [??] pour faire la soirée chez eux et on s’est éclatés tout le week-end, jusqu’au petit matin ! Oui la musique, toujours…
[Bloc de 2 questions/réponses : 364 mots, 1 890 caractères coupés]
– Je voulais revenir sur ton goût pour la géopolitique, tu sais, on avait beaucoup parlé la dernière fois, je voulais savoir comment ça t’était venu cet intérêt pour les ouvrages de géopolitique ?
Ça m’est venu comment ? Eh bien fait les médias, un petit peu, des gens autour de moi, parce que j’ai des amis qui sont vachement branchés là-dessus. On se fait des thèmes de discussions, parfois. C’est assez chaud parce qu’il peut y avoir des désaccords. J’ai un pote qui est fort en histoire, un autre qui est fort en géo, moi je ne suis formé ni dans l’un ni dans l’autre, mais ça va… Et puis après j’ai des amis tout simples, qui sont assez cultivés, enfin… cultivés… je veux dire qui ont fait pas mal d’études…
– Et vous discutez de quoi alors ?
Oh ben de ce qui se passe partout dans le monde !
– De l’Irak ?
Oui entre autres. Parfois, ceci dit, tu en as tellement marre d’en entendre parler tous les jours, tous les jours il y a des morts, que tu préfères parler d’autre chose… Il faut penser à autre chose aussi. Mais bon, oui, l’Irak, oui. Israël-Palestine aussi. Et puis aussi les faits divers, des trucs dont tu entends parler à la radio…, des trucs dont un client te parle : « Vous avez entendu parler de ce truc ? » « Ah non ! Et qu’est-ce qui s’est passé ? » Et le mec te paye un café avant de partir… C’est sympa… Internet aussi évidemment…
[Une question/réponse : 151 mots, 800 caractères coupés]
– Et est-ce que tu as déjà eu des engagements associatifs ? Est-ce que tu as déjà fait partie d’assoc’ ou de choses comme ça ?
Non.
[Fin de réponse : 131 mots, 712 caractères coupés]
– Et tu n’as jamais fait partie… tu n’as jamais monté, je ne sais pas, de groupes de rock ou d’autres choses ? ou fait des choses collectivement ?
Non… Mais « collectivement », si ! Je fais des sports collectifs ! J’ai tapé le bœuf avec des amis, plusieurs fois ! Mais ce n’était pas vraiment un truc concret, d’ailleurs, les meilleurs bœufs se font à l’improviste ! [Morceau de réponse : 4 lignes, 67 mots, 346 caractères] Mais sinon une assoc’ pure, non ! Mais c’est marrant ce que tu me dis, parce que, à côté de chez moi, il y a un bureau de Greenpeace. Et j’ai toujours voulu aller voir ce qu’ils faisaient. Discuter un peu de ce qu’ils font. L’environnement, ce qu’ils font… Mais je n’y suis jamais allé.
[1 question/réponse : 125 mots, 642 caractères coupés]
– Est-ce que tu serais tenté d’adhérer à un parti politique ?
Non je pense que ça ne sert à rien d’adhérer. Il n’y en a pas un qui tienne la route ! Franchement hein ! Là en ce moment, on n’en parle pas mal, à cause des élections, à cause des premiers débats… J’ai visionné vite fait DSK-Fabius-Royal. Eh bien… Je n’ai pas regardé longtemps !
[Fin de réponse : 58 mots, 287 caractères coupés]
– Tu as suivi le débat ?
Non… Je n’étais même pas chez moi hier, j’étais chez des amis, et c’est juste en partant de chez moi avant que j’ai un petit peu écouté le débat qui commençait… J’ai simplement regardé pendant cinq minutes.
– Et si tu devais t’engager dans autre chose, en dehors d’un parti, on évoquait Greenpeace tout à l’heure, est-ce qu’il y a d’autres assoc’ qui t’intéresseraient ? ou est-ce que ça ne te branche pas du tout ?
Bon non… je ne sais pas… Franchement… Je ne sais pas quoi dire…
[Bloc de 3 questions/réponses : 227 mots, 1 255 caractères coupés]
– Oui c’est en général… Mais concernant ta vie à toi, est-ce que tu as le sentiment que c’est mieux, que ça s’est dégradé ou que c’est resté pareil ?
Financièrement, pour moi, c’est mieux, puisque je gagne un peu plus d’argent qu’avant. Ça c’est un peu logique. Sinon, la vie en général… Bon… moi je vieillis, donc ce n’est pas toujours évident, mais oui, je trouve que ça se dégrade quand même… Quand je pense à la terre, à la pollution, on a beau avoir fait un traité de Kyoto, quand tu vois que les grandes puissances ne respectent rien ! [Morceau de réponse : 87 mots, 480 caractères coupés] On voit toujours les mêmes têtes ! Royal, on ne sait pas trop ce qu’elle nous propose vraiment parce qu’on ne la connaît pas assez. DSK, lui, il a quand même magouillé quand il était au ministère des Finances, il a quand même été mis à l’écart, ça on l’oublie trop vite ! Fabius, il a encore du sang sur les mains ! Tous ! Alors moi je serais d’avis pour que ce soit une égalité parfaite, pour que le peuple français soit bien représenté, je serais d’avis pour qu’on les vire tous ! Pas qu’on les mette à la poubelle, hein qu’on les mette au placard ! Et qu’on les mette pas aux postes de la présidentielle ou aux postes ministériels. Là on y mettrait des gens cultivés, évidemment, mais des gens qui sortiraient du peuple directement. Pas des gens qui ont fait des formations politiques, des grandes écoles pour bourrage de crâne, qui ont appris à bien mentir, à faire leur aveu, leur mea culpa, à revenir, à la Jospin ou la qui tu veux !
[Une question/réponse : 578 mots, 3 053 caractères coupés]
– Et si tu avais des enfants, est-ce que tu leur conseillerais de faire la même chose que toi, de faire le même parcours professionnel que toi ?
Oh non, parce que moi, ce n’est pas une vocation ! [morceau de réponse 38 mots, 246 caractères coupés] Mais non, moi, si j’ai un gamin, il fera ce qu’il aime. Il y a trop de gens, qui, dès la jeunesse, sont influencés par leurs parents. Tu le vois après.
[Bloc de 3 questions/réponses : 259 mots, 2 841 caractères coupés]
– Dans les années soixante, on parlait beaucoup de « classes sociales ». Est-ce que toi, personnellement, tu as le sentiment d’appartenir à une classe sociale ? Et si oui, ce serait laquelle ?
« Classes sociales »… ouais ouais… On a toujours parlé de la classe moyenne, après la classe ouvrière, et les bobos comme on dit maintenant ! Je ne sais pas, moi je me ressens plus comme « classe moyenne ». Je crois que c’est la majeure partie du peuple. « Classe ouvrière » : je ne sais pas combien ça représente de gens… Moi, étant fonctionnaire, je ne peux pas trop dire que je suis classe ouvrière. Par rapport à eux, j’ai quand même plus d’avantages. Donc disons que je me classe moyennement au niveau du peuple. [Rires]
– On parle souvent des gens qui sont plutôt favorisés ou des gens qui sont plutôt défavorisés. Toi, tu te situes de quel côté, plutôt du côté des favorisés, ou plutôt du côté des défavorisés ?
C’est un peu embêtant cette question. Si je dis « favorisé », on va dire : « Ah oui ! Tu as des avantages à cause de [ton entreprise], le téléphone et ainsi de suite… ! ». Et je dirais : « oui, mais bon, OK ! Mais quelque part, je l’ai mérité ! Je ne l’ai pas obtenu comme ça grâce à un coup de pouce ou un piston ! » Je dirais quand même « favorisé » quelque part… Mais ce n’est peut-être pas non plus justifié à 100 %.
– Et tes parents, tu les classes plutôt du côté du groupe des favorisés ou plutôt du côté du groupe des défavorisés ?
Moi je dis tout de suite : « Défavorisés ! »
[Bloc de 2 questions/réponses : 94 mots, 480 caractères coupés]
– Financièrement, est-ce que tu as le sentiment de t’en sortir très convenablement, convenablement sans plus, difficilement ou très difficilement ?
Ça dépend des mois ! [rires]… Tu peux répéter ?
– [Je répète la question]
On va dire convenable mais sans plus. Parce que bon, comme je te l’ai dit, tout dépend des mois que je fais. Si je me tiens à carreau, je vais passer un bon mois. Mais ça peut être l’inverse…
– Je vais te montrer maintenant des photos. Est-ce que tu peux me dire ce que tu en penses, ce que ça t’inspire, à quoi ça te fait penser ?
[rires] Mais je regarde comme ça ?
– Oui, et tu me dis ce que tu en penses… [Je lui montre la première photo, la vieille femme seule des Petits frères des pauvres]
Oui, ça c’est 2003. Ce sont les oubliés je dirais… Les oubliés… C’est une personne âgée qui attend du soutien. Rien que dans son regard, on sent qu’elle attend quelqu’un ou quelque chose, tout simplement…
– [Je lui montre le dessin suivant : « Tout va trop vite »]
Alors là je dirais que c’est Big Brother, tu vois, quand le monde speede, on ne sait plus où on va… C’est l’affolement total, général, on est trop dépendant des technologies nouvelles et du système. On se bouffe la santé. Il n’en peut plus là, tu vois. [Rires]
– Tu as le sentiment d’être là-dedans ?
À mon niveau, oui, quelque part… On est tous pressés ou même oppressés. Que ce soit du harcèlement moral ou même physique, il y en a ! D’ailleurs, j’ai entendu il n’y a pas longtemps parler d’une grande enseigne commerciale, je ne sais pas si c’était Auchan ou Leclerc, ils ont séquestré des gens pendant une heure dans une pièce dans le noir, sans eau, sans rien… parce qu’il les faisaient travailler, certains sans les payer, la nuit ! Ce n’était pas déclaré, les inspecteurs du travail sont venus pour vérifier, et ils les ont foutus dans une pièce dans le noir, le temps que les inspecteurs dégagent… Les inspecteurs sont sortis, mine de rien… Mais ils ont été se planquer. Et ils les ont vus. Le truc vraiment infâme…
– Mmmh. [Je lui montre la photo suivante, celle d’une fille manifestant avec un voile bleu blanc rouge]
Oh ben ça c’est pas mal ! Mais c’est bizarre… Je ne sais pas qui a pris la photo : c’est un montage ou quoi ? C’est pas mal mais bon, ça fait un peu tache quoi… Le drapeau français comme ça… Là, j’ai l’impression que c’est sa religion qui veut prendre le drapeau national sur notre territoire. Si tu fais ça là-bas, à mon avis ça ne se passerait pas aussi bien qu’ici.
– Alors qu’est-ce qu’elle t’inspire ?
Je trouve que c’est un peu blessant vis-à-vis de… je ne veux pas dire le patrimoine… mais de la République tout simplement. Parce que bon, on dirait qu’elle n’est pas vraiment d’origine française de souche, voilà ce qu’on peut dire… Là c’est comme si elle voulait imposer son truc en France. Franchement, moi je ne comprends pas ça. Il y a la laïcité et je ne comprends pas pourquoi on nous casse les pieds avec ça. Les histoires qu’il y a eu, enfin je ne sais pas trop ce que tu en penses personnellement, moi je n’ai rien contre, mais ils nous cassent pas les pieds à vouloir nous impliquer là-dedans. C’est vrai, on peut tout faire ici : porter une croix, porter une kippa, porter un voile… Tant qu’ils ne font pas chier, qu’ils ne cherchent pas à l’imposer, qu’ils ne parlent pas de leur religion – parce que maintenant c’est ça, les gens parlent de leur religion – ben ça va… Mais s’ils cherchent à faire le contraire, je trouve que ça ne va pas. [Morceau de réponse : 8 lignes, 137 mots, 720 caractères] Moi c’est pareil, je côtoie même des juifs qui me font pas chier et ça se passe très bien.
– Et tu as l’impression qu’ils font chier, les musulmans ?
Les musulmans eh bien… franchement quand tu regardes tous les problèmes qu’il y a depuis la création de l’État d’Israël, même avant, même après la guerre de 100 ans, il y a toujours eu plus de problèmes avec les musulmans qu’avec les cathos. Mais le problème, c’est les extrêmes. Tu as des musulmans qui sont très bien. Moi je suis allé faire le ramadan chez certains, ça m’a fait délirer ! Ils sont super conviviaux, ouverts, ils sont à fond dans le respect d’autrui… Donc je pense qu’il y a de tout dans toutes les religions. Des gens bien, comme des extrémistes. Chez tout le monde y compris chez les chrétiens, les orthodoxes, tout ce que tu veux… Voilà.
– [Je lui montre le dessin suivant avec les écoliers]
Oui eh bien là… il ne ressemble pas trop à Sarko… Moi ça me fait penser à l’actualité d’aujourd’hui quoi. Tous les problèmes qu’il y a aujourd’hui : quand ils voient la photo sur un CV maintenant, ils jugent trop sur la couleur de peau, la race et après ils regardent les autres qualités. Donc ça craint.
– Et « élèves sans papiers », ça t’inspire quoi ?
Eh bien, ce sont les élèves sans papiers… [Rires]. Moi je dis que ceux qui sont arrivés là, on n’a pas à les rejeter. Ils sont malheureux chez eux, ils meurent chez eux, sinon ils ne viendraient pas chez nous. Bon après il y a ceux qui viennent pour d’autres raisons, qui sont en transit… C’est vrai que ça fait un peu pitié de voir tout ça. Et puis après on critique l’Espagne, parce que c’est venu d’eux parce qu’ils en ont régularisé quelques milliers. À la rigueur moi je serais un peu de l’avis de Bayrou, non… c’était plutôt de Villiers qui disait ça : « Si on arrive à régulariser, à optimiser toute cette masse de gens, parce qu’il y en a plein parmi eux qui sont qualifiés, et s’ils parviennent à trouver un logement et à s’insérer dans la vie active moi je m’en fous qu’ils viennent de Bab-el-Oued ou d’ailleurs, du moment qu’ils rentrent dans la société. » Après il y a ceux qui ne veulent pas s’intégrer et ça c’est un problème. Ceux qui veulent garder tout ce qu’ils rapportent chez eux. Moi je trouve ça un peu bête. Je n’ai pas beaucoup voyagé dans le monde, mais je m’adapte. Quand je suis en Espagne, je fais un effort pour parler espagnol. Si je n’y arrive pas, je me débrouille pour parler en anglais. Et je fais l’effort de prendre les coutumes locales. Je mange plus tard par exemple. En Angleterre, c’est pareil. Pareil en Hollande ou en Belgique où j’ai été. Tu t’adaptes ! Moi je ne comprends pas les étrangers qui nous crachent presque au visage et qui disent : « Je fais ce que je veux ! » Les problèmes viennent de là après !
[Bloc de 36 questions/réponses : 1 623 mots, 8 141 caractères coupés]
– À part ça, pour toi, quels sont les problèmes les plus importants à résoudre ou à traiter en France aujourd’hui ?
Les problèmes les plus urgents ? À traiter, à résoudre ? Je dirais le logement, les gens qui ne mangent pas à leur faim ou qui ne mangent pas du tout, mais ça, ça a toujours été, par exemple les Restos du cœur que Coluche a faits, je trouve ça super ! [Morceau de réponse : 52 mots, 270 caractères coupés] Sinon il y a la misère, les gens qui habitent dans des logements insalubres. Les gens qui se font exploiter par les marchands de sommeil et il y en a un nombre incroyable à Paris, je m’en suis rendu compte, c’est affolant ! Et puis les gens qui sont sans défense, sans famille, qui font souvent de mauvaises rencontres. Des truands. Les marchands de sommeil et ainsi de suite.
– Et tu en rencontres dans ton travail ?
Des clients comme ça, bien sûr ! En plus je change de secteur. Je fais toujours le 20e, le 11e, 12e. Je fais aussi le deux le trois et le quatre.
– Tout ça !
C’est bien cool ! Avec toute la circulation qu’il y a dans ces quartiers ! Les gens aussi. Il y a le Marais. Les bobos. Il n’y a que les bobos par là. Ça change du tout au tout après quand tu reviens dans le 20e ou le 11e. Voilà. Donc je vois de tout. Je vois le mec qui va me faire chier en me demandant d’enlever mes chaussures parce qu’il ne faut pas salir son tapis qui vient d’Iran ou son marbre. Après moi je vais en voir un autre qui vit dans une chambre de bonne insalubre, qui a 50 francs dans sa poche mais il va me les donner en pourboire. Donc moi je suis dans le contraste total ! Il y a plein de choses à changer ! Sinon, parmi les choses urgentes, il y a la violence, la sécurité…
[Bloc de 4 questions/réponses : 831 mots, 4 299 caractères coupés]
– Et tu penses que Chirac il a fait des trucs positifs ?
Des trucs positifs, bon, à part la guerre en Irak, je ne vois pas… [Fin de réponse : 129 mots, 641 caractères coupés]
– Et les points négatifs dans ce qu’a fait Chirac ?
Les points négatifs… eh bien le passage à l’euro, moi j’aurais été contre. Et le traité de Maastricht aussi. Moi l’Euro j’aurais négocié ça autrement, je ne trouve pas que ce soit une bonne chose. De toute façon, tant que dans l’Europe, pays par pays, chacun n’est pas bien dans son pays, ça ne peut pas marcher ! Si tu mets 11 joueurs différents dans une équipe, et si eux-mêmes déjà au départ, ils ne sont pas très bien dans l’équipe dont ils font partie, s’ils viennent jouer avec les autres et qu’en plus ils ne se connaissent pas bien avant, eh bien ça ne va pas faire une équipe très soudée ! [Fin de réponse : 148 mots, 722 caractères coupés]
– D’accord et est-ce que tu es certain d’aller voter ?
Ah oui pour les présidentielles et les législatives. Oui, moi la dernière fois que j’ai voté, c’était sur la constitution eh bien la prochaine fois, ils se battent déjà d’ailleurs, ça va être pour la présidentielle.
– Et est-ce que tu sais déjà pour quel candidat tu vas voter aux présidentielles ?
Non c’est trop tôt…
– Et par rapport aux autres élections, celles d’avant, est-ce que tu penses que ton vote sera globalement le même ou qu’il peut changer ?
Eh bien je pense que ça va peut-être changer mais comme je te dis je ne sais pas trop où elles sont les listes et où sont les plus bons. Je vais attendre le mois de mai et je regarderai où ça en est.
[Bloc de 3 questions/réponses : 1 094 mots, 5 960 caractères coupés]
– OK, je passe du coq à l’âne : on avait un peu parlé la dernière fois du traité constitutionnel sur l’Europe, est-ce qu’on pourrait revenir un peu dessus ? Tu te souviens pourquoi tu as voté non ?
Oui c’était à cause de la loi Bolkenstein. D’ailleurs ils sont en train de la remoduler, j’en ai entendu parler il y a quelques mois…
– Et qu’est-ce qu’il y avait dans cette loi ?
Oh bien je crois qu’ils voulaient toucher au statut des services publics, ils voulaient changer tous les services publics dans les pays je crois que c’est ça [ton dubitatif].
– Et tu te souviens quand tu t’es décidé pour le vote sur l’Europe : c’était bien avant qu’on vote, un peu avant, au dernier moment ?
Disons que j’étais déjà fixé depuis un petit bout de temps. J’avais reçu le petit bouquin où ils expliquaient toute la Constitution, et j’en ai discuté avec des amis, dans des dîners ou ailleurs, j’ai épluché quelques trucs, j’ai lu ce qui m’intéressait et je me suis intéressé à la loi Bolkenstein comme ça notamment à tout ce qui était commerce interne au sein de l’Europe. Tout ce qui était importations et exportations, je l’ai épluché et c’est ça qui m’a donné un petit peu envie de dire non… Et comme ça moussait un peu… d’ailleurs il y a beaucoup de gens qui en ont parlé… au bureau et il y avait beaucoup de gens qui étaient pour et des gens qui étaient contre, ça a pas mal bataillé.
[Une question/réponse : 137 mots, 682 caractères coupés]
– Oui et comment expliques-tu que le non l’ait emporté ?
Alors je pense que c’est à la fois parce que les gens se sont intéressés à la Constitution en elle-même mais aussi je crois que c’est le non du ras-le-bol. On a voulu dire au gouvernement français « j’en ai marre ». Normalement ça aurait dû passer. En temps normal, ça serait passé et ça n’aurait pas basculé mais là on en avait marre.
[Bloc de 3 questions/réponses : 1 266 mots, 6 696 caractères coupés]
– Si je te dis Maastricht, ça évoque quoi pour toi ?
Maastricht, ça me fait penser évidemment à la Constitution, et puis aussi à la magouille, à l’argent, ça n’a pas l’air très sain tout ce qui se passe là-bas.
– Et est-ce que tu connais le nom des pays qui ont été les premiers à construire l’Union européenne ?
La France devait y être avec l’Allemagne. Après la Suisse je pense… Le Luxembourg évidemment. Après… les premiers premiers ? L’Italie peut-être ? Je sais que l’Espagne est venue après nous je crois… Après il y a tous les petits pays de l’Est qui sont venus après, je ne sais pas l’ordre… Et la Pologne et ainsi de suite.
– Si je te dis « la PAC » ça évoque quoi pour toi ?
PAC-P.A.C ?
– Oui, PAC : P.A.C.
Alors dans mon langage technique, PAC ça veut dire « pas d’accès » [rires]. La PAC…, ça me dit vaguement quelque chose… C’est comment à la fin ? ça veut dire « commun », « commune » hein ?… Et le P c’est « politique » et le A… « agriculture » non ?
– Oui…
Donc c’est la « politique d’agriculture commune ». C’est le côté agricole qui me revient ! [Fin de réponse : 91 mots, 472 caractères coupés]
– La directive Bolkenstein pour toi ça évoque quoi ?
Moi je te l’ai dit, c’est par rapport au statut de certains services publics. Et puis ça m’évoque un truc vite fait bien fait, vite torché, un truc qu’on nous a imposé et qu’on ne nous a pas proposé mais qu’on nous a imposé.
– Est-ce que tu te souviens de pourcentage de voix qu’a obtenu le non au traité constitutionnel européen ?
Euh… Il n’y a eu pas eu loin de 60 %, je crois, peut-être 58 ?
– Le résultat c’est 54-55.
Ah tu vois j’étais pas très loin, je savais que c’était bien au-dessus de 50 %.
[Bloc de 8 questions/réponses : 521 mots, 2 652 caractères coupés]
– Oui jusqu’aux urnes ! D’ailleurs vous n’êtes forcés d’y aller, vous verrez…
Moi je verrais, franchement, ça pourrait arriver que dans les dernières lignes droites avant l’élection, s’il y a rien qui m’inspire, va savoir… je ferai peut-être une abstention, je ne sais pas. Mais moi, je ne sais pas ce que tu en penses, mais comme on dit, une abstention, tu donnes quand même ta voix par rapport à celui qui potentiellement va gagner par rapport à l’autre, enfin peut gagner, je ne sais pas exactement, ou bien voter blanc, je ne sais pas…
– Ben abstention, ça peut aussi vouloir dire « je dis merde à tout le monde », « je suis satisfait de personne ».
Oui ça peut être ça.
[Bloc de 5 questions/réponses : 313 mots, 1 703 caractères coupés]
– Et puis l’idée ce serait de te recontacter entre les deux tours des présidentielles [je continue à expliquer].
Je sais pas si je voterai aux législatives. On verra.
[Une question/réponse : 401 mots, 1 967 caractères coupés]
– On avait parlé des enfants, tu me disais que tu aimerais bien avoir des enfants plus tard.
Mais là comme je t’ai dit, il faut que je trouve la bonne personne. Et puis, tu sais, ça me dérangerait pas d’adopter aussi. Ça, ça me plairait. Parce que j’ai un ami qui l’a fait, je l’ai vu récemment son petit XXX, quoi, c’est génial ! d’ailleurs grâce à ça, lui, il a pu avoir une fille derrière avec sa femme parce qu’elle avait un blocage psychologique qui faisait vraiment un blocage moteur quelque part pour son horloge interne. Le relâchement, plus de stress, t’es heureux quoi, donc c’est une super histoire ! Donc moi quand je vois ça, ça me ferait plaisir, d’avoir un enfant à moi, je serais le plus heureux des hommes. Même adopter, moi, ça me plairait bien, parce que y’a plein d’enfants malheureux partout sur terre, nous en tant que Français, on a quand même un potentiel de vie comparé à toute la misère du monde, une qualité de vie aussi, ça serait un geste, un truc. Bon après, y’a plein d’à-côtés, y’a plein de paperasses, c’est vachement dur d’avoir un gamin ! Moi mon pote il l’a eu au bout de… deux ans, trois ans, et ils l’ont eu vachement petit, jeune, il devait avoir une dizaine de mois même pas.
[Bloc de 8 questions/réponses et fin de réponse : 545 mots, 2 808 caractères coupés]

67À l’origine, la transcription coupée se poursuivait encore, jusqu’au terme de l’entretien, au long de 13 questions représentant 1 515 mots et 7 899 caractères. Comme indiqué plus haut, cette dernière partie des extraits, elle-même déjà tronquée en plusieurs endroits (pour un total de 1 152 mots et 5 834 caractères), a finalement été entièrement supprimée pour des raisons de confidentialité. Max y revenait sur des aspects intimes de la vie de sa famille, et racontait également en détail son hospitalisation forcée, déjà évoquée dans les analyses qui précèdent.

Décryptage de la séance d’analyse collective du troisième entretien

Par Patrick Lehingue

68Le troisième entretien, réalisé en avril 2007 (une dizaine de jours avant le premier tour de l’élection présidentielle) est, conformément à la logique d’entonnoir que nous avions adoptée, essentiellement consacré aux réactions que suscite la campagne électorale : intérêt, intensité des discussions, modalités d’information, réactions à plusieurs propositions « phares », évaluation des candidats, intention de vote…

69Le décryptage collectif de cet entretien est plus court, une partie de la réunion étant consacrée à une discussion sur l’architecture générale de cette présentation. Sans que l’impression de « saturation du corpus » prévale complètement, les éléments de surprise se font plus rares : de nombreux passages nous apparaissent donc comme autant de confirmations et il y a moins de différences d’interprétation entre nous quatre. On a donc volontairement choisi pour cette dernière présentation une mise en forme plus classique, à fin de comparaison avec les deux précédentes. Les conclusions tirées de cette troisième vague sont ainsi accompagnées de citations à statut illustratif, qui toutes ont été relevées au titre des extraits « les plus marquants » ou ont fait l’objet de discussions entre nous.

70Chacun est à nouveau frappé par la nature assez particulière que revêt l’interaction qui apparemment s’annonce mal (première phase prononcée par Max : « Moi ça me saoule déjà ») mais va quand même se prolonger durant 1 h 40, ponctuée de blagues et de rires (SR en décompte 14) ; l’enquêtrice, qui généralement n’a pas besoin de « relancer », éprouve même quelque peine à conclure un entretien dans lequel Max confirme son aisance et son agilité rhétorique. Du même coup, la longueur non anticipée de ce troisième passage rend l’entretien dense (NM), de plus en plus riche (FB) et confirme l’étonnante propension de Max à discourir sur tous sujets (NM).

71On est donc justifié de répéter auprès de la même personne des entretiens qui n’épousent pas nécessairement la loi des rendements décroissants, puisque chaque nouveau passage ajoute des éléments de compréhension nouveaux (2e point), en brouille d’autres que l’on pensait assurés (3e point), mais (assez heureusement) joue aussi comme confirmation d’éléments d’interprétations antérieures pour lesquels le consensus entre nous est désormais mieux fondé (1er point).

Confirmations et précisions

72Est ainsi confirmée dans ce troisième entretien l’attention systématique et réitérée portée aux gens vulnérables (veuves, personnes âgées à faible mobilité, précaires, quand il s’agit de citer des sujets qui le scandalisent, mais aussi dans la suite de l’entretien, et par probable allusion à ses expériences passées, jeunes usant de drogues douces mais expéditivement condamnés, contrôle au faciès des blacks et beurs quand il s’agit de condamner la politique de N. Sarkozy comme ministre de l’Intérieur…).

Les vieux comme les handicapés, je trouve qu’on les met trop de côté, trop à part. Ou alors on les met dans la dernière case : « Démerdez-vous ! »
Depuis qu’on est passé à l’euro, je trouve ça inadmissible et même catastrophique. Et encore je parle pour moi. En ce moment, j’ai un boulot à peu près fiable. Parce que maintenant on n’est plus sûr de rien. Mais pour les gens qui travaillent au mois ou les intermittents ou les stagiaires, le pouvoir d’achat, eh bien laisse tomber ! Un euro pour un bourge ça va toujours rester un franc, [mais ça le sera] pas pour la majorité des gens, c’est ça qui me chagrine.
C’est dingue (…) les gens fragiles, il faut les prendre dans un certain sens, faut leur laisser le temps d’appréhender, de comprendre ce qui va leur arriver dans leur future vie, si tu les matraques trop comme des robots, y’en a ils vont péter les plombs c’est sûr.

73Faisant à plusieurs reprises preuve d’empathie, Max apparaît (et se présente) de manière plus générale comme quelqu’un de serviable, en besoin de gratitude, de reconnaissance, de lien affectif (SR) : ayant aidé quelqu’un à traverser la rue, il confie : « Ça m’a fait plaisir pour la journée. »

74Liée à cette sensibilité au sort des petits (et souvent aux plus petits que lui), on retrouve, lors de ce troisième passage, l’indignation née du constat des injustices (FB), l’existence d’un ethos de classe (SR, PL) familialement hérité dont on peut trouver de nombreuses illustrations : fort ressentiment nourri contre les puissants (longue tirade contre son ancien PDG, se faisant installer pour 7 500 € de fibres optiques en sus de son parachute doré, information livrée par le Canard enchaîné que Max lit régulièrement), le CAC 40 versus les petits fonctionnaires, le PDG qui profite versus le salarié de base réglo ; le petit fonctionnaire qui paye ses impôts vs les puissants qui y échappent… À l’approche du scrutin, Max rejette N. Sarkozy pour sa politique sécuritaire qu’il juge aveugle, mais aussi (et peut-être surtout) en tant qu’il favorisera immanquablement les riches.

75– Seconde confirmation, la force de l’ancrage local, la primauté du groupe primaire familial et la dévotion portée à la mère. SR nous révèle que les rares moments d’émotion que laisse transparaître un jeune qui n’entend pas s’en laisser compter en entretien, surgissent quand il évoque la situation précaire de sa mère. La question générale du pouvoir d’achat comme enjeu politique national (Quelle est la question qu’il faudrait en France régler en priorité ?) appelle une longue réponse sur la pension de retraite de sa mère dont il rappelle également les vexations administratives subies un jour d’élection. Se manifeste de manière récurrente une très grande sensibilité au sort de sa mère et à son état d’esprit du moment. Le « ça me saoule » du début fait écho au « ma mère, ça la saoule » de la fin de l’entretien. Sa défiance vis-à-vis des socialistes (« les éléphants d’eau douce ») ne semble réellement compréhensible et argumentée qu’à l’aune des déceptions encourues par sa mère vis-à-vis d’élus socialistes locaux à qui il a été fait appel en vain pour un petit coup de « piston ». La sympathie exprimée envers Bayrou (cité spontanément quatre fois et qui est presque le seul homme politique à échapper à son ironie critique) est motivée par le fait que ce candidat aurait évoqué le sort des veufs et veuves ne disposant que de maigres pensions (SR).

76Parallèlement, l’opposition Paris/Province, homologue du binôme superficiel/authentique ou gros/petits structure nombre de ses réponses. Les jugements portés sur des figures politiques nationales (de Villiers ou Royal) le sont toujours au prisme de leurs réalisations (ou défaillances) locales en Vendée ou sur la région Poitou-Charentes dont il est originaire.

  • 9 Alors président du conseil général de Vendée.

– Et dans ce qu’ont proposé les candidats, est-ce qu’il y a des choses qui t’ont particulièrement plu ?
Alors il y a un truc, moi, je ne voterai pas pour lui de toute façon, parce qu’il a des côtés qui me plaisent moins, mais c’est de Villiers9 qu’a sorti, et ça c’est vrai, c’est vérifiable et c’est intéressant quand les gens ne baratinent pas trop les téléspectateurs. C’est de Villiers, il a pris sa région, c’est la Vendée, moi je connais bien parce que j’y vais souvent (…) Il [de Villiers] a un des taux de chômage les plus bas de tous les départements français. Il a réussi à remodeler le tourisme, à réaménager le territoire comme il faut pour ne pas être envahi et pour [qu’il n’y ait] pas de délocalisations. Eh bien je trouve que, quand il développait son bilan et sa campagne, il disait qu’il aimerait bien nationaliser ça à l’échelle de la France. Et c’est vrai que peu de gens connaissent ce qu’il fait, mais moi, sans trop voir ce qu’il fait, je connais des gens qui y habitent et qu’ils l’ont ressenti (…) Voilà.
Par contre Ségolène Royal qui est la présidente de ma région, je sais ce qu’elle a fait à peu près et quand j’en tire le bilan et que je compare, je trouve ça beaucoup plus négatif pour elle parce qu’elle n’a fait que pour son petit fief des Deux-Sèvres, à Melle. Et il y a eu des grosses délocalisations récemment, des licenciements de sociétés comme Aubade qui est connue mondialement et elle n’a rien fait. Quand elle est arrivée à la présidence, elle a aussi voulu essayer de privatiser le Futuroscope, qui est une grosse entreprise dans la région qui développe beaucoup le tourisme et des métiers différents dans les nouvelles technologies et tout… Donc elle n’a pas fait que des bonnes choses.

77– Troisième confirmation (mais beaucoup plus étayée dans cet entretien situé en pleine campagne électorale) : la démultiplication des énoncés anti-politiciens (parfois accoudés à la problématique des petits contre les gros).

Les gens en ont marre de cette politique malsaine. Dès qu’ils ont le pouvoir, ils se croient tout permis. C’est vrai que l’argent pourrit les gens, le pouvoir les pourrit. Les gens aisés, ceux qui ont des relations, des ficelles, des connaissances, ils ne sont plus tentés par l’honnêteté. Ils se disent : « C’est trop facile, je fais ce que je veux », ils roulent en Merco, ils ne travaillent pas, ils partent en vacances et ils se disent : « Les autres n’ont qu’à me lécher la main. »

78À de multiples moments, affleure la détestation des professionnels de la politique (« le pouvoir pourrit », « la politique est malsaine », « les politiques veulent leur pourcentage et du pognon ») avec de nouveau la thématique du mensonge versus sincérité (SR), de l’authenticité versus facticité déjà présente dans Max 1 et Max 2 (« il n’y en a aucun qui fait vraiment vrai », « c’est du dupliqué, de l’artificiel ») et la dénonciation récurrente de la duplicité des responsables politiques (mentent, magouillent, se chamaillent, beaux parleurs, font des promesses qu’ils ne tiennent pas). L’arène politique (spécialement en période électorale) est disqualifiée comme uniquement théâtrale, et la campagne ramenée à quelques slogans (« les : “je promets”, “vive la France !”, “Vive la République !”. Tout ça, les mensonges, les suppositions, les faire croire que… comme ça à chaque fois, chaque campagne c’est ça. ») et à des rituels longs (« vivement que ça soit passé parce que moi j’en ai déjà ras la casquette. Sérieux ! »), inutiles et coûteux (« tracts et affiches, ça sert à rien, en plus ça coûte très cher »).

79Pour autant, ce topo du « Tous pourris » qui, assez souvent présent chez les enquêtés, trahit, traduit et pour partie dissimule une méconnaissance des acteurs, des enjeux ou des règles, se double ici d’un réel intérêt pour la campagne, ses protagonistes et pour des propositions (qu’il énonce en début et fin d’entretien) visant à amender le système représentatif.

Moi je vais peut-être aller loin, mais je pense à ça depuis très longtemps je me dis qu’à côté de la photo du présidentiable, on devrait écrire son bilan en gros caractères avec les idées principales, et puis faire une clause c’est-à-dire que celui qui est élu et qui ne respecte pas [sa parole] on va pas le mettre à la Bastille mais bon on le sanctionnerait. Ça serait ça pour moi. Et les mecs peut-être qu’ils se tiendraient à carreau et ils feraient vraiment ce qu’on attend d’eux. Mais là je trouve que [la politique] c’est du théâtre ! Et puis on peut jouer en pourcentages. Si le mec il a fait seulement 50 % des projets qu’il avait promis, peut-être qu’il aurait une chance d’être réélu. Ou peut-être qu’on pourrait limiter les mandats comme aux États-Unis, les limiter à deux. Moi ça me paraît vachement important, je ne comprends pas qu’on ne l’ait pas déjà proposé.

80De manière sans doute plus convenue, Max penche pour une réconciliation œcuménique des points de vue ou encore ce qu’avec une belle inventivité lexicale, il nomme « une huile de synthèse », hors tout dogmatisme partisan, regrettant la non-candidature de J. Delors et plaidant pour une sélection des projets les plus novateurs.

Et puis quand j’entends les Verts ou Lutte ouvrière ou le Parti communiste, je les entends trop rester dans leur combat initial de l’époque, alors qu’il faut quand même écouter tout le monde, à droite, à gauche, au centre, aux extrêmes (…) On est sur le même bateau, il faut essayer d’avoir une polyvalence, je trouve qu’ils ont trop d’œillères dans leur parti. Et je trouve ça malsain. À l’époque où on est, il faut être ouvert à tout et arrêter le baratin, les Français en ont marre ! Tu as vu le résultat, en 2002, du deuxième tour, c’est la conséquence du ras-le-bol français ! Le référendum par la suite, moi je vois ça comme ça. Ou alors ils [au gouvernement] n’ont pas mis la bonne huile. Il faudrait de l’huile de synthèse… (…). Le problème c’est qu’il faudrait qu’on prenne chacune de ces idées qui sont bonnes chez chaque candidat et qu’on fasse une synthèse. Il faudrait faire un comme un Tetris, un puzzle, en prenant à chacun ses bonnes idées pour que la France aille mieux et s’insère mieux dans l’Europe.

81– Ce qui amène le groupe à débusquer une quatrième confirmation. Nous nous étions beaucoup interrogés lors des précédents entretiens sur le degré de « compétence politique » de Max, avérée dans sa dimension statutaire (il fait plus que s’autoriser à parler de…), plus compliquée à saisir dans sa dimension technique (quels types de connaissances ?). Les tests « ludiques » (proposés au second entretien) avaient « révélé » que Max était, sur les échelles de compétence que nous avions bricolées, l’un des plus avertis de nos enquêtés, voire, parmi les enquêtés faiblement diplômés, le plus informé, voire le « mieux classé ».

82Ce troisième entretien confirme de réelles connaissances voire un intérêt certain pour une campagne que par ailleurs il juge très sévèrement. Sur nombre de questions d’actualité, Max développe longuement, a un avis sur (presque) tous les candidats. Il dispose, sans toujours les rechercher activement, de moyens d’information différents.

Parfois j’écoute la radio si je tombe sur la station qui en parle. Mais je ne vais pas trop chercher l’information. Je ne vais pas allumer la télé et regarder les programmes en me disant : « Tiens je vais aller regarder une émission. » C’est aléatoire soit je tombe dessus soit je ne tombe pas dessus. (…) Moi je préfère les infos qui sont présentées de manière un peu ironique, à la manière Canard. Ce matin par exemple j’ai écouté Nova. Ils passent des petites infos. Ils ont parlé d’une échauffourée que Hollande aurait eue avec un conseiller par rapport à la campagne de Ségolène, comme quoi il voulait limiter ses déplacements par rapport à la campagne et Hollande au contraire a envoyé paître le gars en lui disant : « Non non il faut qu’elle y aille », ils ont un peu déliré là-dessus.
– Tu regardes le journal de temps en temps ?
Je regarde les Guignols mais pas tout le temps. Il n’y a pas tout le temps de bons sujets sur lesquels ils ironisent. Je regarde souvent Groland le week-end. Je tombe sur des trucs assez rigolos. Mais sinon l’info à la télé non. Je n’appuie jamais à 20 heures pour regarder TF1 ou Antenne 2. Non les 13 heures et les 20 heures c’est fini. Je ne regarde plus jamais ça.

83On relève (ce qui alimente sa posture souvent goguenarde) une prédilection pour les sources « décalées » (le Canard enchaîné qu’on lui prête, les Guignols de l’Info, Groland), mais il écoute aussi dans ses déplacements professionnels Nova et FIP (donc les bulletins d’infos), regarde des émissions ou documentaires sur Arte ou la 5 – mais pas systématiquement –, lit le Monde Diplomatique – de temps en temps – et surtout Courrier international acheté sur ses deniers tous les jeudis, et qu’il lit dans le train de retour vers le domicile familial tous les week-ends. Lecture « un peu étonnante » (NM) pour quelqu’un qui par ailleurs recourt assez souvent au jugement convenu du « tous pourris ».

84La dimension autodidactique de Max peut expliquer les rapports qu’il a avec l’enquêtrice, la volonté, en répondant de manière souvent volubile ou « hyperbolique » (FB), de ne pas s’en laisser conter par une enseignante (PL), la bonne volonté culturelle dont il témoigne fréquemment (FB) ; cette culture politique acquise « de bric et de broc », fait qu’on a du mal à le situer sur une échelle quasi scolaire de compétence politique.

85Si Max éprouve parfois certaines difficultés pour rattacher une proposition précise au candidat qui l’a formulée (ce qui, au passage, en dit long sur la réalité d’un vote sur enjeux, défini stricto sensu), il s’avère loquace et cohérent sur leur contenu. Attentif y compris aux sondages d’opinion (les fourchettes d’intention de vote qu’il fournit sont justes), il parvient sans embarras à répondre à la question (volontairement très ésotérique) sur la nécessité d’« aller vers une plus grande intégration européenne ». Il est de fait toujours un peu plus « court » sur les problèmes politiques internes et – paradoxalement, si on admet qu’elles sont ordinairement moins accessibles – beaucoup plus prolixe sur la politique extérieure ou comme il le dit, sur « la géopolitique », sphère qu’il envisage cependant de manière parfois paranoïaque.

Là récemment ils ont condamné des paramilitaires pour les atrocités qu’ils ont faites en Bosnie-Herzégovine, mais toutes les têtes pensantes, elles, elles sont restées protégées. Les Anglais aussi, ils accueillent les terroristes en puissance. Mais on n’en est où, tu sais toi ? Ce n’est pas normal ! Moi ça me rend dingue ! Peut-être que je lis trop de trucs qui parlent de ça et que ça me monte à la tête. – Tu lis quoi ? Je lis beaucoup de trucs sur la géopolitique, sur les religions et l’histoire. Là tu vois, je suis parti dans l’Égypte ancienne [rires]. J’ai changé de truc, mais tout ça j’aime vraiment. Quand je lis sur les religions ce qui se passe, par exemple aux États-Unis, c’est dingue, il y a un nombre de religions pas possible là-bas ! Il y a les mormons, les athées, les autres… J’ai lu un reportage [dans Courrier international, précise-t-il plus tard] sur les États-Unis là-dessus, c’était à propos des armes de destruction massive, j’ai lu que les Américains ils attendent l’Armageddon. Certains Américains disent : « On attend qu’il y en ait un qui fasse péter Israël » parce qu’ils pensent que ce sera le signe que le deuxième prophète va arriver sur Terre et que l’explosion d’Israël ce sera le signe de ça. Et les stars aux États-Unis, ce sont les gens de la CIA du Pentagone et de la Maison-Blanche. Quand tu lis ça, bon il y a peut-être du vrai, peut-être du faux, mais ça fait réfléchir sur la géopolitique. Quand tu regroupes après tes impressions et que tu te fais ta propre synthèse, et tu te dis : « Ça pue, ça pue vraiment ! »

86Le privilège donné à la politique-divertissement sur les débats politiques, qu’il n’écoute guère, nourrit une partie de son argumentaire antisystème, mais aussi permet de comprendre l’usage de short cuts percutants et dispensant de trop approfondir.

87L’hypothèse est soulevée par l’un d’entre nous (FB) d’une politisation artificiellement induite par le dispositif d’enquête qui conduirait Max à être (ou à paraître) de plus en plus intéressé à mesure que les entretiens se succèdent. Mais ce possible artefact peut être aussi provoqué par l’effet d’enrôlement et « d’effervescence routinisée » de toute campagne électorale présidentielle, à quoi s’ajoute un effet du milieu professionnel encore plus net (entre collègues, on discute, beaucoup, et souvent sur un ton ironique, de la campagne).

88On sent, cette fois plus que les fois précédentes, quelqu’un de sensible à un ensemble de micro-influences liées à l’intensification de la campagne. Micro-influences émanant à la fois de milieux relationnels proches (famille, collègues) et de sources plus lointaines (sondages, « beaucoup me disent qu’ils aimeraient bien faire monter un petit ») « avec un passage très lazarsfeldien » (FB), « dans lequel sont peut-être livrés les principes de son propre positionnement politique. » (SR)

Certains, j’ai remarqué, ils n’ont jamais été ni à droite ni à gauche ils ont toujours été en fonction de la situation, du climat, ou des tensions ou des gens qui sont proches d’eux. Moi j’ai souvent vu ça. Des familles entières qui votent soit à droite soit à gauche et qui se ne positionnent que par rapport aux gens qui sont autour d’elles, par rapport au chef de famille ou par rapport à quelqu’un qui tape plus fort que l’autre sur la table, quelqu’un qui dit : « Ouais moi demain je vais voter pour machin ! », ça influence vachement tout ça. Même l’entourage professionnel, quand les gens parlent entre eux, moi je pense que ça joue vachement ou bien l’entourage amical également joue vachement.

Nouveautés et approfondissements

89Ce troisième entretien étant axé sur la campagne, la perception des candidats et des programmes, c’est principalement sur ces dimensions que des éléments nouveaux apparaissent, qui autorisent à mieux comprendre les rapports à la politique et au vote de Max.

 

901) On réalise d’abord que Max est doté d’une compétence politique que chacun s’accorde à considérer désormais comme importante (avec des nuances qui demeurent sensibles dans l’évaluation de cette compétence parmi les quatre lecteurs), supérieure à la moyenne (en tout cas, de nos autres enquêtés), et peu fréquente chez un jeune ayant un bagage scolaire modeste (il réussit son concours d’entrée sans avoir passé le bac).

91Visiblement passionné par les questions de géopolitique, Max est cependant loin d’entretenir un rapport abstrait et en surplomb à l’univers politique. Son appréhension de la politique nationale se réalise principalement au prisme d’expériences biographiques traversées antérieurement et, comme on l’a déjà suggéré, d’expériences souvent ancrées localement et/ou familialement (SR).

Ma mère elle est tellement dégoûtée qu’elle veut raccrocher sa carte, ne plus jamais aller voter. Elle n’a rien eu ma mère avec sa retraite. Je ne sais plus d’ailleurs qui a parlé de ça, je crois que c’est Bayrou qui a dit qu’il voulait davantage aider les veufs et les veuves par rapport à leur retraite. Et ça c’est bien, parce qu’il y a beaucoup de vieux qui sont dans des situations très difficiles. Mon père il a quand même travaillé pas mal de temps [il est mort à 38 ans] mais elle n’a touché quasiment rien de sa retraite. Et elle a une retraite de misère. Elle a été payée comme une misère tout au long de sa vie. Là elle a encore moins. Et malgré que la maison est payée, elle a encore beaucoup de charges et elle n’a quasiment rien pour vivre et ça je trouve que c’est lamentable. Il y a plein de retraités qui vivent avec moins de 1 000 € par mois, c’est lamentable ! Des gens qui ont donné, qui ont créé, qui ont fait la croissance, qui ont payé aussi les retraites des autres, puis, pff… ! Je crois que Bayrou a un peu parlé de ça…

92Plus loin, blâmant le côté répressif de « Sarko » :

La répression sur la route aussi, je suis d’accord, mais faut quand même pas aller jusqu’à la tolérance zéro ! C’est incroyable ça ! Ma mère elle s’est faite gauler à 52 ou 53 km/heure, c’est misérable ! C’est quand même incroyable qu’on se mette à avoir un casier et qu’on soit traité comme des gangsters ! Ma mère elle est outrée de voir cette non-tolérance !

93Son « libéralisme culturel » (comme le surnomment les politologues qui construisent des échelles de valeurs) est assis sur son expérience antérieure de consommateur de drogues douces nous ayant confié lors du second entretien avoir failli sérieusement « déraper ».

C’est comme en ce moment on parle de la jeunesse, de la délinquance et de la drogue. Ils veulent tout mettre dans le même sac, à la fois les drogues douces et les drogues dures. C’est quand même incroyable qu’un pauvre jeune qui a fumé un simple pétard il se retrouve au placard avec les violeurs et des trafiquants de drogues dures. C’est incroyable, il n’a pas été jeune ou quoi ce mec [Sarkozy] ? Il n’a pas fait 68 ? La jeunesse, elle est aujourd’hui en dérive et aujourd’hui on paie les pots cassés de cette répression ! Il faudrait au contraire qu’on améliore le social, qu’on explique, qu’on dise même qu’il y a des bons côtés et puis qu’on montre les méfaits de ce que les jeunes peuvent prendre…

94De la même manière, son approbation de l’encadrement militaire des jeunes délinquants (proposition de S. Royal qu’il reprend à son compte malgré l’animosité qu’il porte à la candidate socialiste), approbation qu’on pourrait juger surprenante voire contradictoire avec le libertarisme dont il peut faire preuve dans d’autres domaines, renvoie sans doute partiellement à sa propre trajectoire de jeune provincial, trop tôt arraché à sa famille (« Je trouve qu’il y a trop de gens qui ont été pouponnés et n’ont jamais été seuls »), et plus lointainement, chez cet ancien orphelin de dix ans, à un fort besoin de « cadrage » (dont s’est acquitté sur le tard son oncle quand il « déconnait » trop à l’école), de confiance voire de remise de soi dans des institutions traditionnelles comme l’armée présentée non pas comme une institution totale ou coercitive mais comme émancipatrice, éducatrice, et creuset d’apprentissage de la citoyenneté (SR).

– Autre proposition de campagne : l’encadrement militaire des jeunes délinquants
Ah, ça je sais c’est Ségolène ! Eh bien moi je pense que ce n’est pas du tout un mal. À l’armée tu crois que tu vas avaler la poussière, cirer les pompes, nettoyer les chiottes. Mais en fait, l’armée, ce n’est pas seulement ça, c’est une éducation, c’est un enseignement au civisme aussi. Et je pense que ce serait bien qu’on enseigne aux jeunes les valeurs morales, je pense que ça serait bien. Ce n’est pas que l’uniforme militaire, l’armée, c’est aussi la capacité à se confronter… à être encadré… à comprendre que si tu fais une faute, il faut que tu la répares. Et puis je trouve qu’il y a trop de gens qui ont été pouponnés, qui n’ont jamais été seuls, qui ne sont jamais sortis de chez eux et qui font du tort à autrui. Je pense que c’est mieux que de mettre les jeunes en prison. Parce que en prison ils peuvent devenir des caïds. À Poitiers ils vont construire une nouvelle prison tellement que ça « dégueule » entre guillemets. Si tu mets un petit vendeur de barrettes avec un grand truand, le mec il devient vite délinquant. Ça, il faut l’éviter.

952) Il n’est pas certain que ce troisième entretien, pourtant centré sur l’échéance électorale présidentielle, dissipe toutes nos interrogations. Max concède, au détour d’une question, une socialisation politique plutôt orientée à gauche, moins du côté de sa mère, visiblement « dégoûtée » et que « ça saoule très vite », ou de sa sœur (qui vote comme lui, l’a toujours suivi, « sauf qu’elle a fait moins de conneries que moi »), que du côté des oncles qui l’ont en partie élevé à la mort de son père. Pour autant, aucun des candidats de gauche ne trouve grâce à ses yeux, sauf peut-être (après qu’on lui a posé la question d’un éventuel second choix), Besancenot, dont il doute pourtant qu’il soit réellement facteur. Les candidats d’extrême gauche ou du PCF et les Verts dont il nous avait confié dix-huit mois plus tôt être proche, suscitent au mieux de l’indifférence. Son animosité vis-à-vis des socialistes est forte, mais peu fondée sur une ligne politique ou une expérience gouvernementale qu’il n’évoque jamais ; ses griefs tournent autour de leur côté « éléphant » (rappelé trois fois durant l’entretien), sur la gestion par S. Royal de sa région d’origine, et à maints endroits sur un sexisme à peine latent, surtout quand le domaine réservé de Max (la géopolitique) se trouve mis en cause.

Ceci dit au PS, c’est pas mieux. Quand je vois Hollande qui se prend la tête avec les autres responsables de la campagne ; je trouve que ça fait un peu… et puis tout ça c’est malsain, Ségolène, bon d’accord c’est la postulante, mais derrière elle, il y a son mari – enfin je ne sais plus trop si c’est vrai parce qu’il paraît qu’elle bécote ailleurs –, mais je trouve malsain que le père de ses enfants il soit là derrière elle, on ne sait pas la place qu’il va prendre. Après il y a tous les éléphants du PS, tous ceux qui ont magouillé et qu’on a déjà vus 100 fois. Les gens en ont marre ! Moi je ne comprends pas qu’on n’ait pas institué des lois pour interdire à ces mecs-là de se représenter. Quand ils ont fait tant de postes et tant de mandats, on devrait leur interdire de se représenter. (…) Après pour les autres, Ségolène, je connais bien, elle est bancale (…)
– Et Ségolène Royal, on entend parfois dire qu’elle n’a pas la carrure pour devenir président, qu’est-ce que tu en penses ?
Eh bien oui je pense que ce n’est pas faux. Je ne prétends pas dire qu’elle n’a pas la carrure, parce que bon, c’est pas le problème, ils ne sont pas tout seuls ! Ils ont tous des soutiens, des oreillettes comme tous les présidents du monde. Regarde Bush, il a sa petite chienne, Condoleeza Rice, ce sont tous des marionnettes ! Et Ségolène aussi. Mais il y en a certains qui, oui, ont un peu plus la carrure (…) Ségolène je trouve qu’elle est limite. Or la politique étrangère et la défense c’est pas à prendre à la légère, on ne peut pas dire : « Au fait, quel est le bouton chéri [voix minaudante] ? C’est le rouge ou le bleu ? » [grands éclats de rires]. Mais je pense que ces questions restent très importantes. Et Ségolène, là-dessus, elle n’assure pas trop.

963) Peu de goûts et d’appétence électoraux donc, mais des jugements d’abord fondés sur des dégoûts autant sociaux que politiques (« En tout cas je sais que je peux déjà en éliminer pas mal. Déjà il n’y aura personne à droite, pas Le Pen, pas Sarko. »). Même si (par provocation ou écart distinctif ?), il peut concéder de bonnes idées à Philippe de Villiers, voire à Le Pen sur l’immigration choisie (qu’il lui attribue par erreur), Max exclut de voter pour eux, et, de manière plus générale, « pour le côté droit ». Il n’essaie pas de convaincre ses collègues ou voisins, mais ne se prive pas de leur dire que jamais il ne voterait pour ces trois candidats. N. Sarkozy qu’il rejette plus que J.-M. Le Pen, concentre toute sa détestation en raison de son style, de son action comme ministre de l’Intérieur, et du pressentiment qu’il deviendra le « président des riches ».

– Est-ce que tu essaies de convaincre tes amis quand tu discutes avec eux ?
Non je les convaincs pas mais j’aime bien dire par exemple que je ne voterai surtout pas pour Sarko ou Le Pen. Ça j’aime bien l’affirmer quand il y a moyen de le dire. Donc quand j’ai l’occasion de le dire eh bien je le dis. Je ne dis pas que je vais nécessairement voter pour untel ou untel mais je dis pour qui je ne vais pas voter. Je dis : « Ne votez pas pour lui il est dangereux ! ». En plus Sarko veut faire des trucs… j’ai l’impression qu’il veut davantage enrichir les grosses sociétés, les multinationales plutôt que les petits artisans. Je ne sais pas pourquoi il dit ça, mais il se plante complètement !

97Dans ce jeu de massacre qu’est l’énumération des candidats, seul F. Bayrou échappe à ses critiques (mais pas totalement à son ironie), mais il faut être très avisé ou connaître « le fin mot de l’histoire » (« révélé » au 4e entretien) pour deviner qu’il votera finalement pour lui, et plus encore pour comprendre ce choix tardif. Hormis la question précitée des pensions, on pourrait prudemment avancer comme hypothèses la dimension provinciale soigneusement cultivée du leader du Modem ainsi que quelques propriétés d’image (perçu comme moins professionnel, moins répressif, sans être laxiste, comme l’outsider qui déjoue des jeux politiciens joués d’avance…). L’honnêteté commande pourtant de rappeler que toutes ces imputations demeurent gratuites puisque jamais Max n’en a fait état, ne relatant par exemple jamais le fameux épisode de la gifle collée par Bayrou à un collégien lui faisant les poches.

 

984) Si le lecteur éprouve tant de mal à positionner l’enquêté politiquement (il s’était classé 2 sur une échelle gauche/droite de 1 à 7, ce qui ne nous révèle pas grand-chose), si devant son indécision électorale, on peine à prédire ce que sera son vote (ce qui de toute manière n’était pas le but de notre exercice collectif, même s’il a, comme souvent, donné lieu à quelques paris ludiques), c’est tout simplement que le vote n’est pas, pour Max, ce rituel électoral sacré, cet exercice d’arbitrage rationnel, cette mise en balance des coûts et avantages potentiellement induits par l’élection de tel ou tel que la littérature électorale ou civique se complaît parfois (quoique de moins en moins) à dépeindre. Faut-il le répéter, notre but n’était pas, en tentant de réencastrer biographiquement des rapports à la politique et des préférences, de prédire un vote final dont on voit bien ici qu’il peut être très contingent et n’engage en aucun cas toute l’histoire de Max, tant son rapport à la politique instituée est distant et lâche. Donnant, comme le fait observer SR, souvent le sentiment de parler de lui en parlant des autres (« les gens en ont marre… », « les gens sont dans une incertitude telle que ça les paralyse… »), Max multiplie les allusions à l’instabilité des convictions ou des déclarations des votants en évitant de se poser la question des siennes.

99Interrogé sur son expérience d’électeur, Max concède ne jamais avoir voté aux législatives (il est vrai qu’encore domicilié administrativement chez sa mère, il fait partie des mal inscrits). Il garde souvenir du référendum sur le TCE (pour lequel il a voté Non), a probablement voté lors des présidentielles de 2002 (Chirac au second tour), se dit certain d’aller voter en 2007 au premier tour (mais par procuration), hésite encore sur le second, est des plus circonspects sur sa participation aux législatives, dont il connaît pourtant la date.

– Est-ce que tu sais d’ores et déjà pour qui ou pour quel parti tu vas voter aux législatives ?
Non je vais déjà attendre les présidentielles.
– Et est-ce que tu penses voter dans le même sens pour les présidentielles et les législatives ?
Ah je ne sais pas, il faudrait déjà que je me renseigne pour savoir qui va se proposer pour les élections. Et en fonction de ça je verrai…
Plus loin, à la toute fin de l’entretien, et comme une confession : Parce que moi je t’avouerais, les législatives, en y repensant bien, je n’ai jamais voté aux législatives, moi ça fait plus de 10 ans que je suis à Paris, bon je t’avouerais, une fois que les présidentielles sont faites bon… je ne sais pas si je vais aller voter aux législatives (…) C’est pas évident pour les jeunes, moi je relativise.

100La clé de ce troisième entretien, beaucoup moins axé sur un récit de vie et plus électoraliste (d’où l’exorde en tout début d’entretien : « Moi ça me saoule déjà »), tient peut-être dans l’une des dernières répliques en réponse à une question sur l’intensité des conversations portant sur l’élection à venir : « Les collègues de boulot on en parle avant, mais après on en parle rarement. On ne dit jamais : “Moi j’ai voté ça.” Quand on l’a fait, on l’a fait et puis c’est tout. » (« vite fait, bien fait et rideau », comme le commente SR). Et comme en écho, au cœur même de l’entretien : « Si ça se trouve un dimanche on va m’interroger et je vais faire le contraire de ce que j’aurai dit », ou encore, lors du précédent entretien : « peut-être bien que je ferai une abstention » (ce qu’il « fera » du reste au second tour des présidentielles).

101Il faudrait, chez cet interlocuteur si prolixe et non avare de discours, s’interroger sur la prédominance de ce lexique du « faire » quand il est question de vote. Où l’on revient, par d’autres chemins, à l’adage (sociologiquement plus profond qu’on ne l’imagine) : le vote est une pratique (à condition qu’on consente à s’en acquitter) qui n’engage pas à grand-chose, qui va sans dire, et pas toujours mieux en le disant.

Des interprétations brouillées

102Quelques réponses aux questions de ce troisième entretien viennent quelque peu brouiller nos interprétations précédentes et posent de manière plus générale la question de la saturation du corpus (quand peut-on prétendre en savoir a minima assez pour oser une analyse ?). Elles sont essentiellement de deux ordres.

 

1031) Nous réalisons tardivement (ce qui mobilise près de 20 minutes de discussions) que Max habite dans un foyer de jeunes travailleurs (dépendant très probablement de son entreprise louant des studios peu onéreux à ses salariés les plus modestes), ce qui explique en partie nos hésitations sur le type de sociabilités (de voisinage, amicales) qu’il entretient et confirme le caractère assez précaire de sa situation financière. Du même coup, la situation d’isolement, que nous lui avions hâtivement prêtée au vu des précédents entretiens, cesse d’être aussi claire.

– Et de manière générale est-ce que tu discutes souvent des élections avec ceux qui t’entourent ?
Ça dépend avec qui. Avec des amis parfois on se prend vite la tête à propos de tel ou tel préjugé ou de telle ou telle idée. J’en parle un petit peu en famille et encore très peu parce que… Et puis les gens que je côtoie, on est tous quand même plus ou moins dans les mêmes idées et dans les mêmes espérances. On n’est pas trop divisés. Je n’ai pas beaucoup de potes FN, Verts ou LO. Pas de parti pris.
– Et avec tes voisins, tu en discutes aussi ?
Ben ouais mes voisins, ce sont des amis et des collègues. On se voit par le boulot ou dans notre immeuble, on se fait souvent des bouffes ensemble, parfois ça s’envenime et on se prend la tête pour des trucs ridicules [rires]. On se fait même des paris un peu bêtes. Là, j’ai deux amis, à cause d’un pari qu’ils ont gagné, ils vont en Angleterre le week-end prochain.

1042) On découvre dans ce troisième entretien des équivalences nouvelles (immigré = source de menace pour les emplois des Français), un hommage inattendu à la sincérité de J.-M. Le Pen ou Ph. de Villiers. La portée de ces propos prête à discussion, deux d’entre nous (FB, NM) se hasardant à avancer que, dix ans plus tard, Max pourrait être un électeur de Marine Le Pen, ce que réfutent les deux autres. Plus qu’à ce jeu toujours un peu dérisoire de rétro-prédiction, on doit noter que les propos tenus sont toujours ambivalents : ainsi par exemple, la critique de l’islam se fait au nom d’un idéal de laïcité argumenté, d’une connaissance de certaines formes d’intégrisme glanées dans Courrier international.

Et puis il y a la religion, il y a plein qui disent que ça remonte [il dira plus tard qu’il vient d’acheter un numéro spécial de Courrier international sur le thème de la religion] eh bien moi ça me prend la tête ! (…) Il ne faut pas que l’islam se mette à la place de la République. Il faut pouvoir pratiquer sa religion mais en respectant les lois (…) Et puis ces problèmes de religion c’est surtout le problème de l’islam. Toi tu as le droit de te convertir à la religion musulmane, mais si quelqu’un de la religion musulmane passe à une autre religion, il n’a pas le droit. C’est vraiment du délire ! Les fondamentalistes ce sont vraiment des fous ! C’est le wahhabisme qui a décrété ça, c’est un islam très très dur, en fait l’islam d’Arabie saoudite. C’est leur fief là-bas. C’est le fief de la famille Ben Laden. Et l’ont inséré en Iran, au Soudan et dans d’autres pays d’Afrique où c’est en train de se propager. Ce n’est pas bon. Par contre il y a d’autres pays qui sont très modérés comme le Maroc qui vient d’être attaqué par des attentats récemment, même aussi l’Algérie, ils ont toujours eu des extrémistes mais ils ont réussi à les contenir. Et tout ça ce sont des gros problèmes. Et à mon avis ça va devenir de plus en plus problématique. Moi quand je vois le bourbier dans lequel sont les Américains en Irak c’est incroyable ! En plus les musulmans, ce qu’il y a, c’est qu’ils se tuent entre eux, ils se foutent sur la gueule entre les chiites et les sunnites. Et dès que tu oses parler de ça, on te traite de raciste ! Qu’est-ce que tu veux dire… Celui qui va à l’église, il ne doit pas faire chier : il va à l’église et ne fait pas chier. Celui qui va à la mosquée, c’est pareil.

105Dans le même temps où Max ne s’offusque pas d’une politique « d’immigration choisie », il dénonce la chasse au faciès, et, sauf exceptions (toujours liées à sa crainte du chaos international), ne voit pas l’intérêt de la suppression promise de la binationalité.

La répression qu’on a eue avec Sarko comme ministre de l’Intérieur, eh bien ça effraie les gens, il fait peur, il a mal joué. Et y’en a beaucoup, anciennement du RPR, moi je ne suis pas du RPR-UMP ou de la droite, mais y’en a plein qui sont réticents et qui disent : « Attends ! il se la joue américain, il est à fond Scientologie, il accueille Tom Cruise alors qu’il le connaît juste de la télé, il a vu Top Gun… » Je trouve que c’est ridicule de s’appuyer comme ça sur une star. Donc au niveau du ministère de l’Intérieur, je trouve que la répression, il en faut, mais pas comme ça ! Elle est trop visible. Elle est trop dure. En plus, la répression est plus ou moins ciblée. Si tu as une sale tête, si tu es de couleur c’est encore pire, si tu es mal rasé ça peut mal se passer, si tu es mal fringué… on joue sur tout. Et puis les contrôles maintenant, on va prendre bientôt l’iris des yeux, ton empreinte géni… on y est ! Tu vois les films du futur qui disent : « Ça n’arrivera jamais. » Moi je dis : « Pourvu que ça n’arrive pas ! »

106Hypothèse qui pourrait expliquer nos difficultés (voire la vanité) à vouloir le « typifier » : une double socialisation en termes de systèmes de valeurs (province/Paris ; famille/profession) ; l’accès, jeune provincial monté à Paris, à des mondes sociaux nouveaux (visites professionnelles dans les beaux quartiers mais aussi dans de quasi-taudis) et à des expériences inédites (« socialisation par la fumette », ose l’un d’entre nous) et parfois douloureuses (cf. l’épisode de l’internement conté lors du deuxième entretien) qui lui fait alterner des prises de position traditionalistes voire réactionnaires (sur l’islam ou sur l’autorité, mais un discours moins lepéniste ou sarkozyste que « laïciste ») avec des déclarations par endroits « libertaires » (sur la drogue, la prison…) et souvent empathiques vis-à-vis de la souffrance des plus faibles.

107À l’issue de cette séance de décryptage collectif, nous décidons, sur la suggestion de SR, de brosser chacun, en « aveugle », un rapide portrait de Max (cf. supra), destiné à évaluer ce que chacun croit utile de mettre en valeur.

Le jeu du portrait

Par François Buton

108C’est au terme de la troisième réunion, donc après avoir lu les trois longs entretiens réalisés avec Max, les avoir commentés par écrit, et en avoir discuté pendant de longues heures, que notre collectif a eu l’idée d’un nouvel exercice – on devrait plutôt parler d’un jeu : que chacun présente Max en une page ou deux, de préférence sans rien relire, et que l’on puisse ensuite comparer ces pages d’écriture, afin de voir notamment si et où nos descriptions convergeaient. Il s’agissait donc de vérifier de manière presque expérimentale – les portraits étaient réalisés en aveugle, sans avoir lu ceux des autres – l’accord finalement réalisé entre les différents enquêteurs, au terme de plusieurs heures de travail, sur l’individu Max, et sur son rapport au politique. Nous supposions en effet que nos portraits allaient converger, pour l’essentiel, car les débats n’avaient fait apparaître aucun désaccord majeur. Allait-on pourtant découvrir des nuances significatives, des écarts ? Voyions-nous vraiment Max sous le même jour ?

109L’exercice n’avait rien d’évident et de facile. Il supposait un travail de sélection des informations pertinentes (que retenir de tout ce que nous avons appris ? quels sont les éléments les plus décisifs ?), le choix d’un ton (qu’est-ce qu’un « portrait » ? faut-il parler de soi ou au contraire neutraliser le point de vue subjectif ?), autant de pratiques d’analyse et d’écriture délicates quand l’on a appris à se méfier des illusions biographiques (Bourdieu) ou des modèles balistiques (Passeron). En outre, comme souvent dans nos expériences de recherche, l’écriture du portrait avait toutes les chances de faire apparaître des différences notables dans les manières d’aborder et de comprendre l’expérience elle-même (y compris ses objectifs), ainsi que dans les manières d’écrire. C’est que le collectif de recherche, aussi soudé et amical soit-il, réunissait des chercheurs profondément habitués à travailler de manière artisanale, non pas au sens où ils auraient travaillé de manière solitaire (au contraire, nous sommes tous habitués à travailler et même à écrire en collaboration), mais en ce que le travail individuel de récolte et d’interprétation des données est difficilement réductible à une activité soumise à des standards stricts (qu’on le regrette ou non, nous sommes tous très autonomes dans nos manières de travailler).

  • 10 Ici présentés dans l’ordre chronologique de leur restitution.

110Se donner ce nouveau jeu, c’était donc tenter de maximiser le travail collectif de l’enquête, en capitalisant sur sa dimension itérative et sur les différentes formes de réflexivité exercées en lisant et en discutant. On a donc choisi de poursuivre ici la présentation de l’expérience en livrant une succession de ces brefs portraits qui permettront aux lecteurs de confronter ce qu’ils ont déjà appris sur Max, ce qu’ils en ont retenu et compris, avec le « Max » que chacun d’entre nous croit avoir saisi – au terme de la lecture de l’intégralité des entretiens. Ce sera, espérons-nous, l’occasion de mieux le connaître, de dissiper interrogations et incertitudes, et d’accéder à une compréhension plus fine de l’enquêté. Voici ces quatre portraits10.

Portrait 1 (FB)

111Max est un homme d’environ 35 ans, célibataire, technicien (devenu) commercial qui travaille à Paris dans une grande entreprise ; fonctionnaire, il a été recruté sur concours sans être titulaire du bac. À l’époque de l’entretien, il habite dans un foyer de jeunes travailleurs à Paris. Son métier consiste à intervenir au domicile des clients pour installer des services, mais aussi proposer de nouveaux produits.

112Né dans une petite ville de Poitou-Charentes, il est d’origine modeste : son père, décédé quand Max avait 12 ans, était agent de maîtrise, sa mère assistante maternelle. Il a une jeune sœur, qui travaille dans une institution publique. La trajectoire biographique est marquée par quatre ruptures.

  • La mort très prématurée du père, d’abord. Max relie son adolescence turbulente à l’absence de père. La figure maternelle en est rehaussée, et les difficultés qu’elle connaît (problèmes de santé suite à un accident du travail, petite pension) nourrissent chez lui une forme de ressentiment social. Plus généralement, Max se montre très attaché à sa famille et à sa région. Le poids de l’ancrage local de cette première socialisation est évident (milieu populaire, attachement à la laïcité, sentiment d’un chez soi), même si des zones d’ombre demeurent (sur sa trajectoire scolaire, avant tout).
  • Deuxième rupture, la montée à Paris pour le travail, signe d’ascension sociale paradoxale (vie active comme fonctionnaire, mais coût de la vie, des transports), et surtout facteur d’isolement et lieu de nouvelles socialisations, à la fois professionnelle et « festive » (« mauvaises » fréquentations, consommation de drogues). L’exercice de son métier le dote d’une vision très large de la société dans sa diversité, qui informe une connaissance assez fine du monde social, et de sa propre position dans ce monde ; son milieu professionnel, fortement syndiqué et politisé, nourrit également sa curiosité, sans l’entraîner dans un quelconque engagement. Ses pratiques addictives prolongent son expérience du monde social, en lui faisant fréquenter un milieu dangereux, mais le sensibilisant aussi aux difficultés des jeunes de cité.
  • Ces pratiques entraînent surtout une troisième rupture marquante, quand Max connaît un internement psychiatrique suite à un « mauvais trip ». Le retour au foyer en congé maladie lui permet de mettre fin à son addiction, mais marque aussi son entrée dans la vie « régulière », plus sérieuse, voire ascétique, d’un trentenaire (économies, comportement « responsable »).
  • Une dernière rupture concerne sa vie sentimentale : Max est célibataire depuis plusieurs années (une séparation après une relation durable vers 25 ans) ; il conserve un côté adolescent, prêt à vivre toutes les expériences possibles.

113La série d’entretiens est caractérisée par une grande richesse due à la relation de confiance de plus en plus grande entre l’enquêtrice et Max, qui se traduit par une prolixité certaine, par une bonne volonté qui l’amène à jouer le bon élève voire à raconter n’importe quoi – l’alcool aidant. D’où parfois une certaine difficulté à tout saisir. Les entretiens ont lieu à un moment clé de la trajectoire biographique : Max se sent vieillir et s’approche de l’âge auquel son père est mort ; il est seul et supporte moins bien la vie à Paris ; il espère profiter d’opportunités de son employeur pour retourner travailler dans sa région d’origine.

114Le rapport à la politique de Max est celui, très déroutant à bien des égards, d’un autodidacte. Il est d’abord marqué par un ethos de classe assez fort : son sentiment d’appartenance aux petits contre les riches est au principe d’une opposition assez ferme à la droite classique et néolibérale, voire aux hommes politiques dans leur ensemble (notamment les socialistes passés par le pouvoir), ainsi qu’à leurs réformes (rejet de l’euro).

115Sur le plan de la compétence cognitive, Max se situe au-dessus de la moyenne de nos enquêtés. Il fait preuve d’une capacité à reconnaître les professionnels de la politique (sur le mode populaire du surnom péjoratif), et à les situer dans leurs fiefs électoraux, mais connaît mal fonctions et affiliations partisanes. Mais sa compétence sociale, telle que mesurable dans l’entretien, est forte : Max se sent à l’évidence autorisé à parler politique, et plus largement de tous les sujets, avec l’universitaire qui l’interroge.

116Il défend une conception ouvertement clientéliste du rapport aux élus (auxquels on est fondé à demander des faveurs directes). Au-delà du rapport à la politique au sens restreint, Max politise nombre de grands enjeux (géopolitique surtout, mais aussi environnement, crise du capitalisme) ou de problèmes de société (la délinquance des jeunes ou la répression de l’usage des stupéfiants).

117Cette compétence est nourrie par des échanges dans son milieu professionnel (très syndiqué, où on parle politique) et amical (mais on ne dispose pas d’éléments pour identifier finement ces relations amicales), mais peu dans le cercle familial (sa mère semble être dans une posture de retrait à l’égard de la politique). Elle est aussi nourrie par des lectures assez importantes d’une presse « alternative » (Courrier international régulièrement, le Monde diplomatique et le Canard enchaîné plus ponctuellement) et des médias décalés (les infos de Radio Nova ou Les Guignols de l’info).

118Ses comportements politiques sont caractérisés par l’absence d’engagement syndical ou associatif (dans un milieu professionnel très syndiqué) et par une participation électorale très intermittente. Telle qu’on peut la restituer à partir de déclarations, sa carrière électorale est en effet celle d’un mal inscrit d’origine populaire : bien que résidant à Paris ou près de Paris depuis plus de dix ans, il est longtemps inscrit dans sa commune d’origine ; il vote aux élections présidentielles (avec un souvenir assez flou de ses choix passés), mais quasiment jamais aux législatives. Le rapport au vote est globalement désinvesti : c’est quelque chose qu’on fait et dont on n’a pas à parler après.

119Son attention à la campagne de 2007 est assez soutenue, notamment à l’égard de l’évolution des sondages (deux mois avant le premier tour). Max rejette clairement Sarkozy, « ministre de la répression », Le Pen, mais aussi Royal, présidente de sa région et marionnette des « éléphants » socialistes. Il peine à faire part d’une adhésion pour un représentant politique (sa sympathie allait plutôt aux « hors système », comme Coluche ou Tapie). Son attention pour Bayrou semble ressortir de l’effet underdog (suivre le troisième homme qui monte). Il semble assez indifférent à l’extrême gauche.

120La question de la possibilité d’un vote FN est délicate à trancher. Max rejette Jean-Marie Le Pen et l’extrême droite, mais il défend parfois des positions opposées aux étrangers, très proches de la thèse de la préférence nationale.

Portrait 2 (NM)

121Je dois dire que, même après lecture de la série d’entretiens menés avec lui, j’ai toujours de grandes difficultés à me faire une représentation claire de Max. Je crois que cette « difficulté » vient de ce que j’ai du mal à ne pas juger assez incohérentes les différentes images que je me suis faites du personnage. Très souvent, il me semble voir en Max un jeune dans un corps de vieux, quelqu’un qui a des pratiques de loisir qui ne correspondent pas ou plus complètement à son âge : fumer du shit, collectionner des disques, faire la fête en s’occupant de la musique, etc. En raison me semble-t-il de son insistance à y revenir (bien qu’en fait, sa vie quotidienne soit sans doute aujourd’hui en partie éloignée de cela), Max incarne pour moi un « gars du coin » (au sens de N. Renahy) qui s’est perdu à Paris sans longtemps avoir renoncé à ses pratiques addictives de jeunesse.

122Évidemment, le fait qu’à 34 ans il ne vive pas en couple, n’ait pas d’enfant, et habite encore ou a longtemps vécu dans un habitat collectif type foyer joue à n’en pas douter un rôle majeur dans cette image d’adolescent tardif. De même ses retours réguliers en province, l’envie qu’il déclare de retourner vivre dans sa région d’origine renforcent évidemment l’image du « gars du coin ». Et en même temps, cette image est en partie contradictoire avec son statut de fonctionnaire et son activité professionnelle à la fois régulière et, d’après ce qu’il en dit, perçue comme variée voire souvent assez riche de découvertes de milieux sociaux bien différenciés. Il y a une sorte de contraste pour moi surprenant entre, d’un côté, le fumeur de pétards qui semble à la fois assez seul et perdu dans des embrouilles un peu minables et, de l’autre, l’enquêté bavard et souvent curieux du monde qui l’entoure, par ailleurs tout à fait « compétent », au sens classique du terme, en matière de vie politique.

123Bref : Max reste pour moi assez énigmatique sociologiquement. Peut-être est-ce là une conséquence de son éloignement de parcours scolaires tels que je les connais, ou plus précisément de son autodidaxie qui semble assez poussée ? En tous les cas, il est assez surprenant par son ambivalence. Assez fréquemment, et à quelques questions ou relances de distance dans le même entretien, il peut à la fois avancer des propos assez précis et développés sur le fonctionnement de l’Europe, ce qu’il a lu de la Constitution, ou les transformations du monde dans lequel on vit (cf. sa propension à commenter avec aisance les caricatures et dessins), et en même temps asséner un discours convenu sur les poncifs concernant les hommes politiques, voire des formes de racisme assez peu contrôlées, bien que, là encore, il n’apparaisse pas pour autant « démuni » (il reconnaît les hommes politiques, a un discours un peu tenu sur le voile, etc.).

124Je dois encore insister sur l’impression de grande fragilité que son parcours m’inspire. Il me semble que, sans son statut de fonctionnaire, il aurait pu basculer dans une situation de grande précarité. Globalement, et bien qu’il apparaisse très bavard et ouvert ou curieux des autres, Max semble très seul dans Paris, sans beaucoup d’amis, sans sa famille. L’épisode d’internement d’office depuis son lieu de travail est manifestement une expérience très forte qui l’a beaucoup marqué (on le serait à moins) et qui témoigne, à mon sens, d’une situation de souffrance sociale assez prononcée. Certes, sa famille et au moins un ami sont venus le voir, mais au final il semble qu’il ait dû surmonter assez seul cet épisode. Et le retour à la normale, à la routine du travail, s’il a pu constituer un évident filet de sécurité, témoigne également d’une sorte de réplication de l’identique, sans que les choses aient vraiment changé autour de lui. J’aurais tendance à dire, au final, que Max me semble assez malheureux et angoissé malgré sa volubilité dans les entretiens, sa volonté de faire des blagues, etc. En un sens, sa vie paraît un peu chimérique, comme en témoigne ce qu’il raconte de ses projets, a priori un peu improbables, de reconversion professionnelle.

Portrait 3 (PL)

125On pourrait, à la manière des signalétiques des instituts de sondages ou de la manière courante dont, dans nos travaux de recherche, on contextualise une citation, se contenter de résumer les propriétés de notre enquêté comme suit : Homme, 34 ans, technicien-commercial, Paris, niveau Bac.

126L’avantage évident de cette série d’entretiens semi-directifs étalés sur plus de deux ans est de démontrer que cette typification ordinaire occulte l’essentiel des singularités de Max.

127Sans doute pourrait-on alors allonger la série des attributs, et compléter la « carte d’identité » sociale de cet enquêté prolixe, par moments « hâbleur », et qui, durant les quelque six heures d’entretien qu’il a bien voulu accorder à l’une d’entre nous, a représenté la figure (« idéale » ?) de ce que dans l’univers journalistique on nommerait un « bon client ».

128Ce qui donnerait par exemple : Homme célibataire, fils d’une assistante maternelle et d’un agent de maîtrise décédé prématurément à l’âge de 38 ans, originaire d’une petite ville de Poitou-Charentes, recruté par concours à 19 ans, nommé en région parisienne, d’abord domicilié en banlieue puis à Paris où il réside dans un foyer de jeunes travailleurs, manifestant un intérêt soutenu pour la politique, plutôt orienté à gauche.

129Cette seconde « description » formellement plus précise, si elle ne répond évidemment pas aux énigmes que nous ont posées le récit de vie de Max et ses réactions à un certain nombre de questions politiquement plus ou moins orientées, permet au moins de circonscrire quelques-unes des ambivalences de ce « personnage » (entendu au sens non péjoratif de quelqu’un qui se met assez volontiers en scène) :

  • fonctionnaire bénéficiant comme tel d’un statut relativement protecteur dans une entreprise privatisée peu de temps après son entrée et qui accuse de plus en plus – et impose à ses agents – un référentiel marchand et managérial éloigné des valeurs du service public auxquelles Max demeure attaché.
  • Enfant, très tôt orphelin, issu de milieux populaires, très peu doté en titres scolaires après une scolarité « chahutée », mais qui va tout au long des entretiens se révéler très au fait de l’actualité, avec un penchant prononcé pour la géopolitique, et des pratiques culturelles assez peu probables au regard de son origine et de son parcours scolaire : lecture de Courrier international voire du Monde diplo, regarde Arte, s’avère l’un de nos enquêtés dotés du meilleur score sur des échelles de compétence politique cognitive.
  • Jeune provincial « monté » à Paris avec une connaissance pratique de plusieurs des espaces sociaux très contrastés qui caractérisent cette ville : milieu des drogués en banlieue, dont il a su se sortir après une expérience malheureuse et pour le moins traumatisante, dépannage au domicile de clients résidant dans les beaux quartiers, mais également dans les arrondissements les plus déshérités avec à chaque fois un coup d’œil aigu et une curiosité jamais assouvie ; parallèlement jeune homme se vivant souvent comme un déraciné, très attaché à sa région, où il retourne fréquemment revoir sa mère et sa sœur cadette, et pour laquelle il nourrit des projets (plus ou moins utopiques) de retour et d’installation dans une micro-entreprise socio culturelle.
  • Jeune homme très sociable (cf. la longueur des entretiens, et le ton volontiers enjoué ou blagueur qu’il adopte), vivant au milieu de ses pairs dans un foyer de jeunes travailleurs probablement lié à son entreprise ; en même temps, expérience conjugale malheureuse et sentiment d’assez grande solitude, mais pudiquement jamais concédée, sauf quand il évoque la difficulté de s’engager dans une relation durable du fait du risque de transmission d’une maladie héréditaire dont est mort son père.
  • S’agissant de ses rapports à la politique, posture de forte défiance par rapport aux responsables politiques, volontiers dépeints de manière ironique ou cynique ; quelques détestations (Sarkozy, Le Pen, mais également les éléphants du PS ou « Ségolène »). Porteur de valeurs fortement ancrées (une certaine haine de classe, une forte empathie pour les faibles probablement ravivée par la situation très précaire de sa mère très souvent citée, attachement à un idéal d’ordre, de justice et de laïcité), mais qui ne trouvent pas à s’incarner dans un quelconque courant, parti ou leader politique. Du même coup, rapports au vote très fluides (n’a jamais voté aux législatives et, bien qu’assez bien informé des programmes et des controverses, indécision la semaine précédant le premier tour des présidentielles de 2007 – il ne votera pas au second) qui reflètent très imparfaitement son intérêt et ses compétences en matière politique

130Il est difficile de prétendre caractériser quelqu’un en quelques lignes. C’est alors peut-être la période d’entretiens qu’il faut ici interroger, entendue non au sens étroit du terme (conjoncture préélectorale de 2006-2007), mais comme moment de la vie d’un individu où l’enquêteur, involontairement, offre à l’enquêté l’opportunité d’un détour réflexif sur ses expériences et d’une possible projection (ce à quoi, généralement, il se refuse).

131L’entretien est ainsi (ré)approprié par Max comme l’occasion (rare et chère) d’un retour (« je m’en suis plutôt bien tiré au final ») sur le parcours d’un « jeune » homme entre deux âges (« j’ai perdu les petits côtés festifs que j’avais, mais j’ai un autre regard sur la vie. Je suis plus posé »), qui se trouve (ou, mieux, se perçoit) comme à la croisée de nombreux chemins : conjugal avec la question de la maladie potentiellement héréditaire de son père ; professionnel avec l’évolution managériale de son entreprise et l’obligation de choisir un statut qui le marginalisera ; géographique (volonté de muter en province, voire de changer de métier ; se rapprocher de sa sœur et surtout de sa mère)… donc de quelqu’un d’assez déchiré, mais sans que l’on puisse parler d’habitus clivé et sans que l’intéressé verse jamais dans le misérabilisme quoique ayant connu pas mal d’expériences déchirantes. On doit aussi avoir conscience que cette série d’entretiens joue plus prosaïquement comme mode de réassurance ou de test d’une compétence largement autodidactique, auprès d’une universitaire devant laquelle il n’est pas question « d’abdiquer » (il s’agit ici implicitement d’éprouver la valeur de capitaux symboliques non certifiés par l’école, mais progressivement glanés et accumulés).

Portrait 4 (SR)

132Il s’agit d’un jeune homme (34-35 ans) d’origine modeste, célibataire, de formation électronique (niveau bac), qui travaille depuis 10 ans dans une grande entreprise à Paris, comme technicien, et aspire à retourner dans sa région d’origine, pour y poursuivre sa vie professionnelle et se rapprocher des siens – notamment de sa mère, à la retraite, veuve depuis l’âge de 40 ans (son père, agent de maîtrise, est mort de maladie à l’âge de 38 ans), ancienne assistante maternelle qui vit avec une petite retraite, et sa jeune sœur (30 ans), vivant en couple, qui travaille dans un organisme public.

133S’étant séparé de sa petite amie, restée au pays, au tout début de sa vie à Paris, il n’a eu depuis que de brèves aventures et vit actuellement seul dans un appartement dans l’est de Paris – cette solitude, qui lui pèse (« tu te sens super oppressé, très seul »), est rythmée par de fréquents allers-retours au « pays » et par des sorties avec des amis. Il a le sentiment d’avoir de la chance professionnellement (notamment parce qu’il bénéficie du statut sécurisant de fonctionnaire) et de s’être élevé socialement (« disons que je me classe moyennement au niveau du peuple »). Il voit les années passer et aimerait bien rencontrer quelqu’un et fonder une famille – même s’il appréhende d’avoir un enfant, car il est susceptible, lui aussi, soit de déclarer la même maladie que celle de son père, soit de la transmettre (au point qu’il envisage plus tard d’adopter).

134Au début de sa vie à Paris, désireux de connaître d’autres horizons, il s’est mis à sortir beaucoup, a essayé diverses drogues, et en est venu à fréquenter des milieux interlopes. Se présentant un jour à son travail dans un état second, il a été conduit aux urgences psychiatriques et a passé huit jours dans un hôpital dont il garde un souvenir douloureux. Contraint de s’arrêter de travailler, il est parti se « mettre au vert », pendant un certain temps, chez sa mère, avant de renouer avec son activité professionnelle. Cet événement a été, comme il le dit, un « tournant » dans sa vie. Jusqu’alors plutôt insouciant, aimant faire la fête, et accordant facilement sa confiance, il en est venu à être plus vigilant, et, explique-t-il, « plus posé ».

135Il présente des goûts culturels assez inattendus, au regard de sa socialisation familiale – donnant à penser que les entretiens, passés trop rapidement sur sa jeunesse et sa scolarité, n’ont peut-être pas tout livré du rapport à la « culture » qu’entretient sa famille. Curieux de tout, il aime mixer de la musique, chiner de vieux vinyles dans les brocantes et faire des sorties à moto. Mais il se passionne aussi pour la géopolitique, pour des dégustations de vins, regarde peu la télévision (et quand c’est le cas, préfère regarder la chaîne Arte, l’émission C dans l’Air, la chaîne Odyssée) et va volontiers voir des expositions – une de ses amies travaille dans un organisme culturel.

136En matière politique, il fait preuve d’un certain intérêt à l’égard de la politique (que prouve sa capacité à discuter de sujets d’actualité), doublé d’une certaine distance (« plus je vieillis, plus je m’y intéresse mais j’écoute d’une oreille ») et possède une assez grande compétence politique (il reconnaît quasiment toutes les photos de personnalités politiques qu’on lui présente, et est plutôt prolixe sur les questions d’actualité politique). Il oscille, dans son jugement sur les responsables politiques, entre des formules à l’emporte-pièce qui relèvent de la critique classique des professionnels de la politique (« politique malsaine », « mensonges », les « faire croire que », « c’est vraiment du théâtre », « les gens en ont marre », « ça nous saoule »), des appréciations sommaires, et des jugements plus sophistiqués. Il se positionne plutôt à gauche, tout en louant la capacité des responsables politiques (tels que De Gaulle, Delors et Bayrou) à défendre des options plus consensuelles (« il faudrait faire comme un Tetris, un puzzle en prenant à chacun ses bonnes idées », « il faudrait reconstruire sur de bonnes bases, sur de vraies valeurs qui représentent les Français », « il faudrait que ce soit quelqu’un de neutre »), et s’autorise à décerner, sur certains sujets, des satisfecits à des hommes politiques de droite (moins en raison de leurs prises de positions politiques qu’en raison de leur engagement politique local, dans sa région d’origine). Il a une vive conscience des écarts de statuts sociaux et des inégalités des conditions matérielles d’existence, probablement aiguisée par ce qu’il sait des conditions de vie de sa mère (« elle n’a quasiment rien pour vivre ») et par un travail qui le conduit à plonger, en se déplaçant au domicile des clients, dans des univers socialement très contrastés (des « bobos du Marais » aux immigrés exploités par les « marchands de sommeil »). Le monde social lui ainsi apparaît fortement clivé socialement (avec d’un côté, les « patrons », la « mondialisation des capitaux », et de l’autre, « les ouvriers »).

137Plus l’échéance des élections présidentielles se rapproche, plus il se fait l’écho de jugements politiques émanant de son entourage professionnel, amical (« beaucoup me disent qu’ils aimeraient bien faire monter un petit ») ou familial (« ma mère elle est dégoûtée par la politique »), ou de résultats de sondage (« Bayrou lui m’a impressionné parce qu’il monte vachement »), auxquels il semble sensible. Ces jugements prennent rétrospectivement un certain sens (il a voté Bayrou au premier tour des présidentielles et s’est abstenu au second), d’autant qu’il aura, à un moment, cette confidence, dans laquelle il semble livrer les ressorts de son positionnement politique : « Certains, j’ai remarqué, ils n’ont jamais été ni à droite ni à gauche, ils ont toujours été en fonction de la situation, du climat, ou des tensions ou des gens qui sont proches d’eux. (…) ça influence vachement tout ça. » Aussi peut-on se demander si une partie du décalage entre ses choix électoraux (Bayrou, abstention) et la teneur plus générale de son discours, ne résiderait pas dans la relation qu’il entretient avec sa mère (« on s’engueulait » sur les sujets politiques) et dans le rapport que sa mère – envers laquelle il éprouve une profonde gratitude et un vif sentiment de loyauté – entretient elle-même à la politique (« Ma mère elle est tellement dégoûtée qu’elle veut raccrocher sa carte, ne plus jamais aller voter »).

Trois points pour clore ces portraits

Par François Buton

138Pointer leurs points communs, d’abord, n’a évidemment aucun intérêt : ils n’ont pu échapper aux lecteurs, qu’on évitera de lasser en les reprenant (et que faudrait-il faire au juste ? une nouvelle liste ?). Une précision malgré tout : les portraits partagent la conviction que l’exercice est délicat en partie à cause du caractère incertain de ce qui se joue en situation d’entretien ; même si les entretiens répétés sont autrement plus riches que les entretiens réalisés en une seule occasion, il n’est pas évident de se contenter de verbatim pour caractériser sociologiquement et (donc) politiquement un enquêté, surtout quand ces propos ont été recueillis par d’autres.

139Souligner les modalités différenciées d’appropriation de l’exercice, en revanche, est déjà plus amusant : certains tentent de dresser un portrait le plus complet possible (« Max est… », « Il s’agit de… »), d’autres jouent avec les manières de faire un portrait (« On pourrait… »), d’autres encore assument la subjectivité et la liberté de l’interprétation du portraitiste (« Je dois dire que… ») ; certains semblent s’en tenir à la description des données recueillies, d’autres mobilisent des modèles interprétatifs. Il n’y a en fait pas de partage clair et définitif de notre petit groupe selon les oppositions assez classiques entre description et modélisation d’une part, objectivation ou subjectivation du point de vue analytique d’autre part.

140Insister, enfin, sur ce qui distingue chacune des contributions des trois autres, du moins proposer une interprétation sommaire de ces distinctions en cascade ! – faute d’écart majeur à signaler. Le portrait 1 fait preuve d’une ambition totalisante (en dire le plus possible avec le moins de signes possible) et mobilise le modèle dynamique des ruptures pour présenter ce qu’est Max, au moment de l’entretien. Le portrait 2, au contraire, assume le point de vue subjectif du chercheur confronté à une énigme sociologique et son empathie pour une vie « un peu chimérique », au détriment d’éléments sur Max. Le portrait 3 se distingue par le jeu de descriptions (au double sens du terme) qu’il propose, plus ou moins longues donc informées, des attributs de sondage à la présentation des nombreuses ambivalences du sujet. Le portrait 4, enfin, semble renouer avec la visée totalisante, mais en l’appuyant assez massivement sur des extraits d’entretien. Il est troublant que ce dernier portrait soit celui de la sociologue qui a réalisé les entretiens, donc recueilli la parole de Max – comme si seul le fait d’avoir vraiment échangé avec Max, l’avoir vu et écouté, autorisait à en reproduire d’emblée la parole, ou, proposition logique inverse, comme si le fait ne pas avoir échangé avec Max rendait moins évidente, aisée ou légitime, la sollicitation de ce qu’il a effectivement dit.

Retour sur une expérience collective. Quelques vignettes sur l’interprétation à plusieurs d’entretiens répétés

Par Nicolas Mariot et Sabine Rozier

141Même si nous savons bien que les enseignements tirés de ce dispositif de lecture croisée d’un même corpus d’entretiens sont loin d’être inédits – bien des chercheurs, avant nous, ont abouti à des conclusions similaires au terme d’autres expériences de recherche –, autorisons-nous quand même, en guise de conclusion, quelques remarques sur ce que nous a apporté ce travail.

Où l’on observe que les enquêteurs ne sont pas toujours sensibles aux mêmes détails mais que les lectures sont globalement cohérentes

142Partis, au terme du premier entretien, d’une vision assez contrastée de Max (oscillant entre celle d’un fumeur de joints un peu perdu, et celle d’un garçon ayant une vive conscience des inégalités de classe), on s’est finalement tous plus ou moins accordés, au terme du troisième entretien, sur un portrait de lui relativement convergent, même si, progressant davantage dans la connaissance de sa biographie, de ses humeurs et de ses jugements, l’enquêté ne nous est pourtant pas apparu, au terme de cette expérience, plus « lisible » et « limpide » qu’au début. Si le surcroît de connaissances acquis à son sujet a permis d’établir quelques certitudes relatives à sa trajectoire sociale et à son rapport subjectif à cette dernière, il a aussi eu pour effet paradoxal de renforcer nos doutes et nos interrogations sur bien des aspects (tels que son véritable intérêt pour le jeu électoral, ou son positionnement politique, etc.).

143Nous nous sommes ainsi accordés sur le fait que nous étions en face d’un jeune « provincial », monté à Paris, originaire d’un milieu populaire. Nos choix similaires d’indices en témoignent (personnalisation des hommes politiques ; point de vue parfois à coloration « poujadiste », insistance sur le rôle de la « chance » dans sa réussite professionnelle), tout comme notre sélection des mêmes « belles » et « bonnes » citations (« je suis moyennement du peuple », « je vois de tout, je suis dans le contraste total », « Mme Royal si elle fait rien pour moi, elle aura rien pour moi » « [il faudrait] des gens cultivés qui sortiraient du peuple directement » « je vais peut-être faire une petite abstention »). Déroutés bien des fois par nos lectures, et par la découverte de la complexité croissante de l’enquêté que nous apprenions à mieux connaître, nous nous sommes aussi accordés sur le fait qu’on était face à un individu difficile à classer, en raison de la diversité des systèmes de valeurs auxquels il avait été exposé ou des expériences marquantes qu’il avait pu traverser. Et sur le plan de son rapport au politique, nous nous sommes dit – après avoir un moment divergé sur ce point – qu’on était face à quelqu’un de plutôt compétent politiquement, même s’il nous semblait que ses jugements étaient fondés sur des sympathies ou des aversions moins « politiques » que sociales, que son rapport à la politique instituée était relativement lâche, et que son « choix » électoral final semblait être plus le produit d’événements contingents que d’un véritable arbitrage.

  • 11 Le fait que nous partagions globalement les mêmes schèmes d’analyse a sans doute contribué à réduir (...)
  • 12 Ce processus, consistant à « retrouver » chez l’enquêté des éléments résonnant avec ce que nous sav (...)

144À quoi tenaient nos (petites) divergences des débuts ? À deux choses : tout d’abord, à notre rapport subjectif aux données – rapport il est vrai insuffisamment exploré dans cette restitution d’expérience11 – tenant probablement à notre propre héritage familial, à la diversité de nos parcours de vie (de la « province » à Paris, par exemple), peut-être à certaines personnes de notre entourage auquel l’enquêté nous faisait penser12, à nos écarts générationnels, et à notre plus ou moins grande sensibilité à l’importance des relations intrafamiliales. Ensuite, ces divergences tenaient aussi à notre conception personnelle du travail interprétatif : certains estimaient que le matériau analysé était presque autosuffisant – et que nous ne pouvions nous autoriser à faire des rapprochements ou à construire des inférences à la seule condition que l’enquêté le fasse lui-même spontanément –, tandis que d’autres défendaient l’idée d’un nécessaire dialogue, étayé empiriquement, entre hypothèses théoriques préalables et analyse des données afin de faire « parler » le matériau. Il y avait probablement là, dans ces conceptions différenciées de ce qu’interpréter veut dire, opposant d’un côté une version plus « compréhensive » (privilégiant le sens accordé par les enquêtés à ce qu’ils disaient et faisaient) à une version plus « explicative » (s’autorisant à attribuer à leurs dires et à leurs actes un sens différent de celui qu’ils lui attribuaient), un élément pouvant éclairer nos divergences initiales.

145Mais si nos interprétations respectives de ces entretiens se sont, au final, révélées relativement convergentes, c’est aussi parce que nous partagions tous, peu ou prou, trois idées préalables. Première idée : nous ne pouvions comprendre le rapport au vote des individus qu’en le remettant à sa juste place (en d’autres termes, en ayant à l’esprit que cette pratique a généralement beaucoup moins d’importance pour les individus qu’elle n’en a pour les spécialistes de la politique). Et même si nous nous sommes parfois hasardés, sur un mode ludique, au jeu de la prédiction électorale, à partir des premiers indices glanés dans le premier entretien, nous n’avons jamais oublié, même si nous étions en présence d’un enquêté manifestant envers la politique un certain intérêt, qu’il était très certainement beaucoup moins « pris » ou « excité » par la compétition à venir que nous ne l’étions nous-mêmes. Deuxième idée : rompant avec l’inclination politologique des spécialistes de l’analyse électorale – ne voyant dans les votes que l’expression de croyances politiques ou de positionnements par rapport à une offre électorale donnée –, nous partagions la conviction que les individus engagent avant tout dans cette pratique quelque chose de leurs expériences passées et de leur rapport probable à l’avenir – que les variables de position et de pente sociales permettaient utilement d’éclairer. Troisième idée : conscients des limites d’un certain « sociologisme » qui tend à accorder, parmi les variables explicatives, une importance parfois excessive aux positions sociales (et aux poids des dispositions), nous étions également convaincus de la nécessité de réinscrire les pratiques étudiées dans leur contexte local de production – en étant notamment attentifs à l’impact des situations, notamment des micro-influences émanant des entourages familiaux, amicaux, et professionnels. Cette convergence du cadre analytique de départ a très certainement contribué au rapprochement de nos points de vue. Il est probable qu’il aurait été moins aisé si nos positionnements théoriques avaient été beaucoup plus contrastés.

Où l’on observe que les divergences d’interprétation des matériaux invitent à être prudent quant aux usages « scientifiques » des entretiens

146Nous l’avons dit, la discussion à plusieurs a ceci de fondamental qu’elle permet non seulement d’approfondir les interprétations des entretiens, mais surtout de mettre au jour les présupposés et prénotions portés par les enquêteurs eux-mêmes, et qui informent puissamment leurs lectures. Attardons-nous un moment, à titre d’exemple, sur l’une de nos plus vives discussions portant, au terme de la lecture du deuxième entretien, sur l’interprétation de la compétence de Max, telle qu’elle peut être mesurée par ses réponses aux tests de connaissances proposés (reconnaître et situer des hommes politiques, répondre à des questions sur l’UE). Après quelques minutes d’échanges, nous sommes tombés d’accord pour reconnaître à notre enquêté une compétence assez élevée par rapport à d’autres personnes interviewées : il reconnaît presque tous les personnages proposés, et parvient à développer des réponses souvent assez longues et structurées, y compris sur des sujets assez techniques. « Ça lui revient », « il a ça dans un coin de sa mémoire », dit l’un d’entre nous, soulignant l’effort que ce travail de remémoration requiert de la part de l’enquêté. Pourtant, malgré notre diagnostic convergent concernant la mesure de sa « compétence » technique, a surgi entre nous un désaccord à propos, pourrait-on dire, sur son caractère « opérationnel » : à quoi lui sert-elle donc ? « Le problème, ont souligné deux d’entre nous, c’est qu’apparemment cette compétence, cette maîtrise minimale, semble ne lui servir à rien. » On devine ici que la « compétence » ne se résumait pas, dans leur esprit, à une simple capacité à maîtriser les concepts, le lexique et les classements politiques (ou à se sentir autorisé à le faire), mais qu’elle désignait aussi, et surtout, la capacité de l’intéressé à avoir une claire conscience de ses intérêts. On voyait ainsi se dessiner entre nous un léger clivage : il y avait, d’un côté, ceux qui estimaient qu’un citoyen ne pouvait être jugé « compétent » qu’à la condition que sa connaissance des enjeux de la vie politique le conduise à s’interroger sur ses intérêts bien compris, et à fabriquer à partir de là une attitude minimalement raisonnée. Il y avait, d’un autre côté, ceux qui doutaient de la pertinence d’une telle conception de la « compétence », en estimant que les citoyens pouvaient s’identifier à des représentants (ou à une étiquette politique), et voter conformément à leurs aspirations, sans nécessairement avoir une claire conscience de leurs intérêts. En outre, ajoutaient-ils, ces intérêts bien compris pouvaient bien être fort éloignés de ceux que le chercheur était tenté de leur prêter… Quoi qu’il en soit, on perçoit ici à quel point les présupposés théoriques des chercheurs peuvent influer sur le sens d’une lecture et les conduire à des interprétations très différentes, même s’ils peuvent parvenir, sur certains points, à un accord minimal. On se rend ainsi compte qu’un même matériau peut être analysé très différemment par des chercheurs s’inscrivant pourtant dans un cadre théorique commun. Ce n’est certes pas une découverte. Mais il n’est pas inutile de le rappeler.

Où l’on observe que la répétition des entretiens est une bonne chose

147Le fait de mettre sur pied une série d’entretiens dits « panélisés » s’est avéré être une méthode très féconde. D’abord, elle invite à s’interroger sur le moment de saturation des connaissances : à partir de quand juge-t-on que l’on en sait assez d’une trajectoire biographique ? Évidemment, on peut toujours aller plus loin dans le détail et le raffinement, mais force est de constater qu’au bout de deux ou trois entretiens longs, l’enquêteur n’apprend plus que des détails supplémentaires, et l’enquêté a tendance à revenir sur les mêmes événements de sa biographie, ceux qu’il estime manifestement être les plus saillants. Cette réitération des éléments narratifs a le mérite de faire « preuve ». Elle confère à l’interprétation beaucoup plus de solidité que si elle s’appuyait sur des éléments plus ténus – même si peuvent parfois se nicher dans une unique allusion ou une remarque elliptique des éléments également lourds de sens. Un exemple : dans le cas de Max, les éléments biographiques qui paraissent structurants (le rapport à la province, aux drogues, la mort du père à 38 ans, l’isolement à Paris) sont très tôt présents et « reviennent » plus ou moins régulièrement – le deuxième entretien nous apprend que deux des grands-pères étaient paysans, ce qui n’est pas inintéressant, mais moins « probant » que les premiers éléments biographiques évoqués par l’enquêté. Par ailleurs les rencontres répétées contribuent à accroître la confiance et le crédit de l’enquêtrice, et permettent de mieux distinguer les sujets à propos desquels l’enquêté reste stable et ferme, de ceux sur lesquels il évolue (la question de savoir s’il faut accorder un crédit supérieur à ce qui est stable par rapport à ce qui s’avère flottant venant encore complexifier la situation). Chez Max par exemple, il nous a semblé collectivement que son ethos de classe paraissait très solidement constitué.

Où l’on observe qu’un entretien, même répété, même semi-directif, reste un entretien où l’on « force » la parole autant qu’on la sollicite

148Le deuxième entretien avec Max a bien mis en valeur ce phénomène classique. À plusieurs reprises, les questions posées lui semblent sans doute incongrues, notamment les relances concernant ses engagements, ou plutôt ses absences d’engagement. Ainsi, le passage où il dit ne pas exclure la possibilité de pousser la porte du local de Greenpeace, dans sa rue, ou celle où il évoque « la possibilité de faire une abstention » ont été lues comme des moments où il veut « faire plaisir » à l’enquêteur en faisant preuve de bonne volonté. Ici comme souvent, l’entretien met à la question et force une réponse là où, bien des fois, l’intéressé n’aurait jamais cherché à donner des raisons ou des explications à ses choix, ou n’aurait même simplement rien fait du tout. De façon plus globale encore, l’articulation, chez Max, entre vie personnelle et vie politique n’est pas spontanément opérée ou du moins l’est de façon très ténue. Sans doute ce type d’entretien panélisé montre-t-il combien la politique tient finalement peu de place dans la vie quotidienne de l’enquêté, et à quel point elle est peu investie. On peut avancer que Max attache peu d’importance à son vote, rituel pratique auquel il peut éventuellement sacrifier (« Quand on l’a fait, on l’a fait et puis c’est tout »), ce qui rend l’exercice de prédiction électorale assez aléatoire voire insignifiant.

Où l’on se rend compte que la proximité entre enquêteur et enquêté n’est pas toujours une bonne chose

149L’interprétation des entretiens avec Max donne lieu à une discussion qui revient sur le choix initial que nous avions fait d’interroger des « proches » afin d’éviter les effets trop forts d’inhibition ou de malaise, notamment lors des questions spécifiques sur la compétence politique (questions « de sondage » sur le modèle « êtes-vous tout à fait, beaucoup, un peu, pas du tout d’accord avec… ? », reconnaissance des photographies d’hommes politiques, invitation à discuter des dessins et des caricatures). Dans ce cas précis, était-ce vraiment une bonne idée ? Nous en doutons, en observant combien, surtout dans les entretiens 2 et 3, la confiance s’est installée entre l’enquêtrice et Max qui ne se connaissent pourtant pas. Si Max se livre tant, n’est-ce pas dû au fait que son anonymat est finalement bien préservé ? L’enquêtrice a rencontré Max fortuitement, parce qu’il est venu réparer sa ligne téléphonique à domicile. Il n’est ni un proche, ni encore moins un intime. Il accepte le jeu de l’entretien, mais jusqu’au bout l’enquêtrice ne connaîtra jamais son vrai nom. Les quatre interprètes s’accordent pour reconnaître que cet anonymat permet sans doute à Max de se livrer plus facilement, et autorise même ce dernier à « recadrer » l’entretien en lui assignant une dimension festive et ludique (« le trop beau client »). A contrario, la situation d’entretien peut représenter, pour des enquêtés plus proches (voisins, connaissances professionnelles ou de quartier), l’équivalent d’épreuves scolaires où ils se sentent jugés et, le cas échéant, remis en cause en raison de leur relative incompétence.

Où l’on a la confirmation que le mode de retranscription des propos retentit fortement sur l’appréhension du matériau par les lecteurs

150Revient constamment, dans les échanges autour du cas « Max », l’idée, défendue par l’un de nous quatre, que l’enquêté aurait « bluffé » et qu’il aurait eu le désir, plus ou moins inconscient, de séduire l’enquêtrice ou, du moins, de se « grandir » auprès d’elle. Cette interprétation n’est pas partagée par l’enquêtrice, qui n’a pas perçu les choses ainsi. Elle n’est pas non plus défendue par les deux autres enquêteurs, même s’ils voient dans certaines envolées de l’enquêté les traces d’un comportement quelque peu vibrionnant… L’enquêtrice voit tout simplement dans la prolixité et la spontanéité de Max (formules à l’emporte-pièce, blagues, etc.) la marque d’un certain franc-parler et d’un climat de confiance l’ayant probablement conduit à transporter dans le cadre de l’échange des manières de faire et de s’exprimer propres aux relations qu’il a l’habitude de nouer avec ses amis et ses proches.

151Cette divergence d’appréciation et de perception entre enquêteurs sur la nature de la relation d’enquête n’est toutefois pas inintéressante, et invite à s’interroger sur les éventuels effets des conditions de transcription des propos de l’enquêté. L’enquêtrice a en effet choisi de ne pas transcrire littéralement les propos de l’enquêté, mais de les restituer dans une forme aisément lisible (le « ouais ché pas » devenant un « ouais je ne sais pas »). Elle a omis volontairement certaines hésitations (« euh »), a supprimé certaines répétitions, n’a pas systématiquement indiqué les interjections (« hmm », « ah oui », « ah ? »), et s’est dispensée de certaines didascalies qui auraient permis au lecteur de mieux se rendre compte de l’humeur ou du comportement de l’enquêté durant l’échange. Mais, dans le même temps, afin de restituer la tonalité vigoureuse du propos de l’enquêté, elle l’a assorti d’une ponctuation tonique (usant de nombreux points d’exclamation). Le lecteur non averti découvre ainsi un propos peu soucieux des formes les plus légitimes d’expression, mais qui est largement adouci, lissé et « discipliné » par la transcription, tout en étant soutenu par une ponctuation énergique. Aussi peut-on se demander si les choix opérés au moment de la transcription n’ont pas contribué à créer de multiples microdécalages conférant au propos lu un caractère quelque peu factice – la conformité de la langue transcrite paraissant peu ajustée à la fois au contenu même du propos, et au rythme suggéré par la ponctuation. Ces écarts d’interprétation de la nature de la relation d’enquête montrent, une fois de plus, combien la segmentation des tâches de production et d’interprétation des données est dommageable à une analyse « réaliste » des matériaux, et plaident, lors des recherches collectives, pour une meilleure prise en compte des effets des techniques de transcription et d’écriture.

Où l’on observe que le fait de ne pas avoir vu et entendu l’enquêté prive les autres enquêteurs de beaucoup de choses

152Quand les enquêteurs de l’équipe qui ne connaissaient pas l’enquêté (trois sur quatre) ont découvert (ou redécouvert, pour l’un d’entre eux) la transcription du premier entretien, tous se sont sur le moment imaginé un enquêté assez différent de ce qu’il était : sachant qu’il était amateur de « fumette », le premier a supposé qu’il parlait lentement en se la « jouant » un peu ; le deuxième, surpris par sa loquacité, a pensé qu’il faisait preuve d’une certaine forfanterie ; et le troisième l’a imaginé plutôt déprimé. Lorsqu’à la toute fin de l’expérience nous avons écouté quelques minutes de la bande-son de l’un des entretiens, tous trois ont été étonnés de découvrir le son de sa voix (chaleureuse, gouailleuse), qui tranchait, de leur point de vue, avec l’image qu’ils s’en étaient faite. Ce décalage donne une nouvelle fois à penser qu’il est délicat de déléguer à d’autres enquêteurs que celui (ou celle) qui a rencontré les enquêtés le soin d’analyser et d’interpréter les matériaux. Et que si une telle éventualité ne peut être évitée – dans le cadre de recherches collectives s’appuyant sur des entretiens partagés ou dans le cas de l’analyse secondaire de données produites par d’autres chercheurs –, il est nécessaire que l’enquêteur de terrain livre à ses partenaires le maximum d’informations (paratexte, attitude, éléments de contexte) permettant à ces derniers de se faire l’idée la plus précise possible de l’intéressé, et des conditions de production du matériau analysé.

Où l’on constate (mais ce n’est pas une découverte) qu’au terme de plus de six heures d’entretien, l’enquêté conserve évidemment une part de mystère

  • 13 Dont le lecteur aura compris qu’elle est loin d’épuiser toute l’histoire de Max.

153En relisant rétrospectivement les entretiens à l’aune de ce que l’on sait de la fin (au moins électorale) de cette histoire13 (vote pour un candidat de centre-droit suivie d’une abstention alors que l’enquêté s’était initialement positionné « plutôt à gauche » sur une échelle gauche-droite), on est rétrospectivement tentés de lire dans certaines des remarques faites par l’intéressé – « ils parlent tous de la troisième roue [jeu de mots sur “Bayrou”], [c’est] le troisième homme auquel on s’attendait pas », « je ferai peut-être une abstention » –, des éléments permettant de prédire son positionnement futur. Et comme les allusions à son éventuelle indétermination sont fréquentes dans ses propos (par exemple : « si ça se trouve un dimanche, on va m’interroger et je vais faire le contraire de ce que j’aurai dit »), on en est venus à se demander si un aspect essentiel de son choix final (et de ses tergiversations préalables) ne nous aurait pas, sur le moment, échappé : en l’occurrence, le rapport qu’il entretient à sa mère. Sa mère semble en effet avoir baigné dans un milieu assez croyant, catholique – donnant à penser qu’elle éprouvait probablement une certaine sympathie pour l’un de ceux qui, parmi les candidats à la présidence, affichaient des valeurs chrétiennes. En outre, elle semble s’être soudainement désintéressée de la politique – à la suite, estime son fils, de l’attitude vexatoire d’un scrutateur lors d’une précédente élection ayant prétendu à tort qu’elle n’était pas inscrite sur les listes électorales. Humiliée, elle en aurait nourri une profonde lassitude, et un « dégoût » pour la politique. Le vote « Bayrou » puis l’abstention du fils – relativement inattendus au regard des jugements antérieurs exprimés par l’enquêté – prennent ainsi plus de sens quand on les rapporte à la relation entretenue à sa mère. Les chercheurs de Columbia avaient insisté sur le fait que les groupes primaires, notamment familiaux, constituaient un puissant vecteur d’appréhension du monde politique et que les conversations entre proches influaient sur le rapport des individus au « politique ». On en trouve ici une nouvelle confirmation, en découvrant un comportement de vote qui porte la marque de la relative hétérogénéité des réseaux relationnels auxquels appartient un enquêté qui tente manifestement de concilier l’attachement à son entourage amical et professionnel avec la fidélité due à ses proches. Mais là encore, il ne s’agit que d’une hypothèse qui aurait mérité d’être approfondie. On voit ainsi que la réalisation, sur la moyenne durée (ici plus de deux ans), d’entretiens semi-directifs, pour autant qu’elle permet d’analyser, de manière approfondie, le rapport ordinaire des enquêtés au « politique », laisse néanmoins dans l’ombre une large part de leurs singularités, et ouvre presque autant d’interrogations qu’elle permet d’y répondre.

Notes

1 Les quatre coauteurs tiennent à remercier Éric Agrikoliansky, Paul Pasquali et Romain Pudal pour leurs lectures de ce texte et pour leurs suggestions critiques.

2 Ont participé à la première phase de cette expérience, outre les quatre coresponsables du présent ouvrage, Julien Beaugé, Diane Delacourt, Franck Krawczyk, Christèle Lagier-Marchand, et Antoine Vauchez.

3 L’idée première était même de trouver des électeurs atypiques, c’est-à-dire possédant des profils qui nous semblaient rares, ce qui est, à certains points de vue, le cas de Max, que nous allons découvrir plus loin.

4 Exemples de renseignements à collecter pour cette dimension : carrière, modalités d’entrée, conditions de travail (pénibilité, rémunération, motifs de satisfaction ou de mécontentement, poids de la hiérarchie), évolution subjective du cursus professionnel (évolution du poste, et si c’était à refaire ? le conseilleriez-vous à vos enfants ?), sociabilité professionnelle (collègues, types et intensité des relations), conflictualité sur les lieux de travail.

5 Pour un exemple très partiel d’exploitation fondée sur les scorings évoqués supra, P. Lehingue, « Faut-il des compétences spécifiques pour s’exprimer sur l’Europe ? », in Gaxie D., Hubé N., de Lassalle M., Rowell J., (dir.), L’Europe des Européens. Enquête comparative sur les perceptions de l’Europe, Paris, Economica, 2010, p. 175-189.

6 Le prénom a été changé.

7 Sur les impensés que renferme ce « jeu innocent », cf. infra, 3e « décryptage ».

8 Nom d’un personnage (agent du FBI) d’une série télévisée qui passait alors à la télévision.

9 Alors président du conseil général de Vendée.

10 Ici présentés dans l’ordre chronologique de leur restitution.

11 Le fait que nous partagions globalement les mêmes schèmes d’analyse a sans doute contribué à réduire les divergences d’interprétation, voire a rendu possible le montage de cette expérience. Sans verser dans un quelconque narcissisme, elle aurait cependant, en bonne logique sociologique, dû s’accompagner d’une auto-analyse du groupe et du portrait social des enquêteurs.

12 Ce processus, consistant à « retrouver » chez l’enquêté des éléments résonnant avec ce que nous savons de personnes de notre entourage beaucoup mieux connues de nous (voire avec nos propres expériences de vie) est souvent un puissant – mais trop peu interrogé – « carburant » de l’interprétation.

13 Dont le lecteur aura compris qu’elle est loin d’épuiser toute l’histoire de Max.

Auteurs

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site