Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discours et (re)constructions identitaires

 | 
Thierry Guilbert
, 
Pascaline Lefort

Partie 2 : Identités linguistiques et professionnelles, des discours en opposition

La construction de l’identité professionnelle des journalistes à l’épreuve de la narrativité syndicale : entre verrouillage symbolique et inachèvement

Magali Prodhomme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on interroge la littérature qui porte sur le « journalisme », on est d’abord frappé par la difficulté des auteurs à désigner ce qu’est un journaliste. Il est « celui qui ne pratique pas d’autre métier que le journalisme ; celui qui écrit dans un journal ; celui qui vit de son métier ; qui n’est pas un salarié intellectuel ordinaire ; le journalisme n’est pas une salle d’attente ; le signe distinctif du journaliste est d’être attaché à un journal… ». À cette lecture, on n’hésite entre le tropisme et la tautologie. Si l’on se tourne vers la loi du 29 mars 1935, qui a donné un statut légal aux journalistes, la circonspection reste entière : « Le journaliste professionnel est celui qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs publications »1. Outre le glissement sémantique du terme « professionnel », c’est-à-dire « celui qui fait profession de » et qui va désormais désigner celui qui est légitime dans l’exercice du métie...

Auteur

IEP-Université de Rennes 1, CRAPE-Arènes (UMR 6051)

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540