Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discours et (re)constructions identitaires

 | 
Thierry Guilbert
, 
Pascaline Lefort

Partie 2 : Identités linguistiques et professionnelles, des discours en opposition

La (non) reconnaissance des identités multilingues dans les politiques d’enseignement des langues : une comparaison franco-allemande

Núria Garcia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Quand l’école rejette la langue de l’enfant, elle rejette l’enfant. » (Cummins, 2001).

« L’institution scolaire est un puissant instrument politique dans la mesure où elle assure (en parallèle ou en concurrence avec des entreprises privées) des enseignements langagiers de masse. Les choix qui y sont opérés sont déterminants pour la légitimation des variétés linguistiques, selon par exemple qu’elles sont enseignées ou non, et selon les formes d’enseignement adoptées. » (Beacco & Cherkaoui Messin, 2010).

Les deux citations précédentes mettent en évidence le lien qui existe entre la construction des identités et les politiques d’enseignement des langues. La langue est en effet un marqueur identitaire puissant tant au niveau de l’individu qu’à celui de la communauté politique : si la langue est d’un côté l’expression d’une identité individuelle et d’une préférence privée, l’utilisation de la langue est également un acte collectif, que chacun dans un territoire doit partager. Ainsi, la l...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540