Version classiqueVersion mobile

Discours et (re)constructions identitaires

 | 
Thierry Guilbert
, 
Pascaline Lefort

Partie 1 : Identités politiques et discours collectifs

Comment ne pas exprimer une identité collective. L’exemple d’Europe Écologie-Les Verts

Guillaume Coton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’identité collective est à la fois une notion centrale dans l’analyse des mobilisations collectives et le sujet d’un grand nombre de controverses sociologiques sur sa définition, sa portée et ses limites. Mais, que le concept soit théorisé de façon minimale comme un sens partagé du « nous » (Snow, 2001), ou plus spécifiquement comme un partage de propriétés objectives ou encore que l’on préfère parler d’image sociale (Avanza et Laferté, 2005), il est largement admis que pour un mouvement militant l’identité collective représente une ressource déterminante, à la fois pour recruter des adhérents, pour être reconnu comme un acteur politique légitime, et pour opposer au public une image claire et lisible. Il est cependant plus rarement envisagé qu’une organisation qui, à l’instar d’Europe Écologie-Les Verts [EELV], occupe une place importante dans la compétition électorale et dans la galaxie militante, n’investisse pas ou n’investisse que mollement dans la construction de sa propre ide...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search