Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs de sciences humaines et sociales en débat

 | 
Sophie Richardot
, 
Sabine Rozier

Chapitre 5. Au-delà du PIB ? Sur quelques enjeux d’une controverse scientifico-politique dans le contexte français (2008-2010)

Frédéric Lebaron

Texte intégral

  • 1 Voir Jean Gadrey, Florence Jany-Catrice, Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte (...)

1En demandant en février 2008 à Joseph Stiglitz, Amartya Sen, Jean-Paul Fitoussi et un groupe d’économistes et de chercheurs en sciences sociales de réfléchir à de nouvelles mesures des « performances économiques et du progrès social » pour pallier les insuffisances du PIB, le président de la République a contribué à légitimer une entreprise déjà ancienne de construction d’indicateurs « alternatifs » de bien-être, qui avait gagné en visibilité avec l’Indicateur de développement humain (IDH) du Programme des Nations Unies pour le développement, au début des années 1990 et s’est accélérée dans la période récente avec les travaux menés à l’OCDE, la Commission européenne, dans des think tanks et dans le monde académique, notamment autour de ce que l’on appelle désormais « l’économie du bonheur »1.

2Le fort écho de la commission Stiglitz, dont la publication du rapport a donné lieu à une opération de lancement officielle et très médiatique, a rendu plus aigües certaines tensions qui entourent le projet de nouveaux indicateurs du « bien-être », des « performances économiques » ou encore de la « soutenabilité » : s’agit-il, par exemple, d’étendre le principe de « monétarisation » à la sphère non-marchande pour intégrer les « dégâts du progrès », ou de relativiser les mesures monétaires de la richesse au profit d’autres unités de compte ? Cette contribution interroge certains des enjeux de la commission Stiglitz et, plus largement, prend pour objet les diverses facettes du mouvement actuel visant à promouvoir de « nouveaux indicateurs de richesse ». Nous nous concentrons plus particulièrement sur les divergences qui traversent cet espace et sur les éventuelles résistances que suscite un tel mouvement dans divers secteurs (la statistique publique, les « partenaires sociaux », le monde des économistes professionnels, etc.). 

  • 2 Une première version de ce passage de notre texte a été publiée dans Savoir/Agir, dans la rubrique (...)
  • 3 Sur la naissance de l’IDH, E. Stanton, « The Human Development Indicator : A History », Working Pap (...)
  • 4 Voir le site Web officiel de la commission : http://www.stiglitz-sen-fitoussi.fr/fr/index.htm.

3Le rapport de la « Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social » dite « commission Stiglitz-Sen-Fitoussi » ou plus souvent « commission Stiglitz », nommée par le président Nicolas Sarkozy en février 20082, illustre la consécration tardive de la quête de meilleures mesures de la richesse et de la performance qui s’était fait jour dès les années 1970, en France avec les « indicateurs sociaux » promus par Jacques Delors (Gadrey et Jany-Catrice, 2016), et avait gagné en visibilité au début des années 1990 avec le lancement de l’indicateur de développement humain par le PNUD3. À l’occasion de la publication du rapport en septembre 20094, puis sous la forme de deux ouvrages publiés aux éditions Odile Jacob en novembre 2009 (Stiglitz, Sen, Fitoussi, 2009a et 2009b) des hauts responsables politiques, administratifs français et étrangers et des personnalités scientifiques mondialement reconnues ont conclu qu’il était nécessaire de transformer profondément l’appareil d’enregistrement statistique dans les domaines socio-économique et environnemental. Il s’agit de surmonter les limites des systèmes de mesure actuels, en modifiant des modalités de mesure des « performances » jugées profondément défaillantes, légitimement contestées, et inadaptées aux enjeux contemporains.

4Les limites du Produit intérieur brut (PIB), pour la plupart d’entre elles connues de longue date et sources d’une littérature scientifique déjà abondante (par exemple Méda, 2008), sont le point de départ de ce constat : centré sur la production, cet indicateur décrit de plus en plus mal les revenus et leur évolution, notamment du fait de la mondialisation des économies ; il considère comme contributions à la richesse des dépenses « défensives », comme la reconstitution de l’environnement dégradé par une pollution ou les dépenses pour les prisons ; il ne tient pas compte de la production des ménages, largement non monétaire ; il mesure mal celle du secteur non-marchand, estimée par les coûts de production ; son calcul repose sur des « imputations » diverses (on attribue une dépense de logement aux ménages propriétaires), mais partielles ; il est fondé sur la notion de moyenne et non sur celle de dispersion.

5Selon la commission, l’ensemble des systèmes de comptabilité nationale mis en place après la deuxième guerre mondiale doit dès lors être profondément repensé. Les institutions statistiques publiques sont appelées à mettre en œuvre, à relativement brève échéance, des changements notables dans l’architecture intellectuelle sur laquelle ils ont été construits : leurs dispositifs d’enquête, leurs instruments de mesure et autres indicateurs doivent profondément évoluer pour corriger les défauts qui viennent d’être rappelés.

6En matière de politiques publiques, ce changement doit rendre possible une meilleure évaluation des performances économiques et sociales à différents niveaux et favoriser ainsi la mise en œuvre de stratégies plus adaptées et conformes aux attentes des citoyens. Les « décideurs » publics doivent eux-mêmes se saisir des innovations et les appliquer dans leur activité concrète ordinaire : ils constituent le public-cible explicite du rapport.

7Le discours du président de la République le jour du lancement, particulièrement ambitieux et grandiloquent, contribue à donner un caractère officiel à ce changement :

  • 5 Nicolas Sarkozy, Grand amphithéâtre de la Sorbonne, lundi 14 septembre 2009, repris dans Stiglitz, (...)
  • 6 Le contraste entre l’offensive de communication autour du rapport Stiglitz et le faible écho des ra (...)

« Une formidable révolution nous attend. Chacun d’entre nous désormais le pressent. Cette révolution ne s’accomplira pleinement que si elle est d’abord une révolution dans les esprits. (…) La statistique, la comptabilité, reflètent nos aspirations, la valeur que nous accordons aux choses. Elles sont indissociables d’une vision du monde, de l’économie, de la société, d’une idée de l’homme, de son rapport aux autres. Les prendre comme données objectives, extérieures à nous-mêmes, incontestables et indiscutables, c’est sans doute rassurant, confortable, mais c’est dangereux. (…) Pendant des années on a dit à des gens dont la vie devenait de plus en plus difficile que leur niveau de niveau augmentait. Comment ne se sentiraient-ils pas trompés ? (…) Pendant des années, les statistiques ont affiché une croissance économique de plus en plus forte comme une victoire sur la pénurie, jusqu’à ce qu’il apparaisse que cette croissance, en mettant en péril l’avenir de la planète, détruisait davantage qu’elle ne créait. (…) Derrière la religion du chiffre, derrière tout l’édifice de nos représentations statistiques et comptables il y a aussi la religion du marché qui a toujours raison (…) Si le marché avait la bonne réponse à tout, cela se saurait. Si le marché ne se trompait jamais, cela se verrait. (…) Le marché n’est pas porteur de sens. Il n’est pas porteur de responsabilité. Il n’est pas porteur de projet. Il n’est pas porteur de vision. Les marchés financiers encore moins. »5 Pour le président de la République française, le rapport est donc l’occasion d’une véritable « révolution culturelle », conduisant à s’éloigner de mesures exclusivement marchandes que la crise aurait définitivement disqualifiées. Il annonce d’ailleurs que « le débat sur les conclusions de ce rapport, la France l’ouvrira partout (…) Elle inscrira l’étude de ce rapport au programme de toutes les écoles d’application de sa fonction publique »6.

  • 7 Joseph Stiglitz a été économiste en chef à la Banque mondiale jusqu’en 2000, avant de recevoir le p (...)
  • 8 Amartya Sen, « Nobel » en 1998, enseigne à Harvard. Théoricien du développement, du bien-être et de (...)
  • 9 Jean-Paul Fitoussi est l’artisan de la commission Stiglitz et sans doute l’auteur ou l’inspirateur (...)
  • 10 Elle est intitulée Synthèse et recommandations.
  • 11 Pour une présentation des enjeux de la comptabilité (privée) environnementale : Jacques Richard, «  (...)

8La décision de mandater Joseph Stiglitz7, aux côtés d’Amartya Sen8 et Jean-Paul Fitoussi9, pour faire un ensemble de propositions en la matière, peut être considérée comme la victoire quelque peu paradoxale d’un mouvement multiforme, qui semblait il y a encore quelques années voué à rester aux marges des institutions, avant de s’imposer successivement, de façon limitée, dans différentes organisations internationales (ONU, OCDE, Banque mondiale…). La crise a contribué à donner plus de force aux promoteurs de cette « rénovation » statistique : l’introduction du rapport10 indique explicitement que « certains membres de la commission pensent que cette dernière confère [à leurs recommandations] une urgence accrue » (p. 9). C’est en particulier ce qu’exprime dans sa préface le président de la République, qui voit dans la crise un révélateur de l’inadéquation des outils statistiques actuels. Le texte publié par les trois économistes pour présenter la philosophie du rapport (intitulé « Essai sur la mesure ») va encore plus loin en ce sens, considérant que la crise est même pour une part le produit d’une déficience des instruments de mesure, thématique qui rejoint un mouvement plus vaste de critique des indicateurs comptables11 et financiers.

Encadré 1. Un mouvement multiforme et de longue durée

  • 12 « The Institute for Innovation in Social Policy devotes its full capacity to the analysis and publi (...)

Le mouvement des « indicateurs alternatifs » (selon un des labels couramment utilisés) correspond tout à la fois à des travaux réalisés dans certains organismes publics, ONG et par des chercheurs regroupés dans des centres indépendants. Il a progressé par « vagues » successives dans des secteurs dispersés, sans coordination ni cohérence globale, sans dénomination commune et avec un assez faible degré d’institutionnalisation.
La notion d’« indicateurs sociaux » se cristallise dans les années 1960-70 aux États-Unis, en premier lieu au sein du monde académique, avec la publication de plusieurs ouvrages puis, à partir de 1974, d’une revue intitulée Social Indicators Research. Jacques Delors et un groupe d’étudiants de l’ENA importent ce mouvement scientifique en France en 1967-1968, en travaillant à proposer des « indicateurs sociaux » dans le cadre du plan français, au sein duquel Jacques Delors est fonctionnaire. Cette caution politico-administrative donne une visibilité médiatique au mouvement, même si celui-ci s’efface de l’espace public avec la crise de 1973-1974. Le mouvement est alors à nouveau surtout discuté dans les revues académiques. Il faut attendre le début des années 1990 pour voir apparaître l’indicateur de développement humain au sein du PNUD (ONU), après des années de discussions internes autour du choix des meilleurs indicateurs de développement et de la nécessité d’une mesure synthétique, auxquelles participent des économistes comme Mahbub ul Haq et Amartya Sen.
À la fin des années 1990, des entreprises indépendantes émergent à l’intersection des universités et de certaines ONG. En France, le BIP40 est l’une des plus connues, et aussi des plus critiquées (notamment par la statistique publique officielle). Au Canada, le Centre for the Study of Living Standards (CSLS)/ Centre d’étude des niveaux de vie, connaît un grand succès avec l’Index of Economic Well-Being (Andrew Sharpe and Lars Osberg), souvent présenté comme très « innovant », notamment parce qu’il met l’accent sur la notion d’« insécurité économique » parmi d’autres dimensions. Des chercheurs et des acteurs associatifs se regroupent. L’OCDE, le BIT, dans une moindre mesure la Banque mondiale, rejoignent le PNUD dans un mouvement qui affecte désormais certaines des principales organisations internationales, au sein desquelles le discours néo-libéral est devenu dominant. L’OCDE publie ses premiers indicateurs sociaux en 2001, mais sous la forme d’un tableau de bord et non d’un indicateur synthétique. Les organismes de statistique publique nationale commencent à être également concernés.
Parallèlement à ce mouvement localisé dans les franges les plus « critiques » des organisations internationales, l’« économie du bonheur » se développe dans le monde des économistes académiques, à la suite des travaux d’Easterlin. Ils sont principalement centrés sur l’étude des relations entre richesse (PIB) et bien-être ou du « bonheur ». Le tournant vers l’économie du bonheur de la recherche académique devient plus net dans la deuxième moitié des années 2000 et contribue à marginaliser quelque peu les travaux de recherche en sciences sociales les plus en vue dans les années 1990, comme les tentatives issues d’ONG (en France le BIP), ou de centres indépendants comme l’Institute for innovation in social policy (Miringoff, États-Unis) ou le Centre for the Study of Living Standards (CSLS, Canada)12.

Les grandes lignes du rapport : ambition et technicité

9Le texte du rapport conjugue deux traits qui peuvent sembler, à première vue, contradictoires : ambition et technicité. Il se présente à certains égards comme un « manifeste » et contient une forte dimension programmatique. Les recommandations et de nombreuses formulations qui le parcourent en appellent vigoureusement à de nouvelles pratiques : « un effort majeur devra aussi être réalisé… » ; « il convient de prendre en compte… » ; « il est nécessaire de tenir compte… » ; « consacrer des moyens statistiques aux domaines dans lesquels les indicateurs disponibles demeurent insuffisants », etc. Si les demandes adressées aux appareils statistiques restent relativement vagues, elles sont néanmoins nombreuses, impliquent un investissement public important et sont présentées comme des inflexions majeures qui doivent permettre des changements sociaux et politiques notables.

  • 13 La publication aux éditions Odile Jacob consiste en deux ouvrages, dont le premier, rédigé par les (...)

10D’autre part, le rapport est à la fois long (la version française comptait 324 pages d’un texte très dense13) et souvent technique, voire ésotérique, juxtaposant concepts et indicateurs empruntés à des cadres théoriques parfois contradictoires ou en tout cas bien distincts. De nombreux développements, en particulier dans la première partie consacrée au PIB, y sont relatifs à l’amélioration de la comptabilité nationale (Fourquet, 1980 ; Desrosières, 2008). Projet bureaucratico-scientifique bâti après la guerre, confronté à de nombreux problèmes (ou « anomalies »), celle-ci devrait ainsi tendre à se développer et s’enrichir toujours plus pour intégrer la réponse à ces problèmes, fût-ce au prix d’une perte en simplicité et en cohérence. Sans renoncer totalement à l’usage du PIB, le rapport prône par exemple un usage accru des revenus et de la consommation réels des ménages, éléments déjà présents dans la comptabilité nationale, mais encore mal mesurés. Il vise donc à recentrer la représentation de l’économie sur la réalité de la consommation et des revenus, y compris sur leur distribution inégalitaire (qui vient cependant en second, après la mesure « de tendance centrale »), aspects que tend à gommer une représentation centrée sur la seule production globale. Ce premier point remet en cause partiellement une vision « productiviste », qui a jusque-là innervé les différents courants de l’économie politique et de la pensée économique, mais au profit d’une conception qui reste monétaire et en partie « consumériste » ou « utilitariste ».

11Insistant à plusieurs reprises sur le principe d’équivalence (un service identique pour un ménage ne doit par exemple pas être comptabilisé différemment selon le statut juridique, public ou privé, de son producteur), le rapport en appelle à une meilleure mesure des services non marchands (notamment ceux de santé ou d’éducation) dont les ménages retirent un bien-être pour l’instant largement ignoré par la statistique officielle. Dans le même esprit, il s’agit de développer les comptes de patrimoine à tous les niveaux, et de soumettre les bilans ainsi construits à des « tests de résistance » fondés sur diverses hypothèses de valorisation, « là où il n’existe pas de prix du marché ou lorsque ces prix sont soumis à des fluctuations erratiques ou à des bulles spéculatives » (p. 15). Les difficultés de la mesure monétaire du patrimoine, dans un sens étendu, ouvrent donc un immense chantier pour les comptables nationaux. La vision que développe le rapport donne plus d’importance aux services publics non marchands et à la richesse qu’ils produisent, à l’activité domestique, et à l’ensemble des variations de stock qui affectent l’activité sur la durée. Il propose donc une représentation plus intégrée de l’ensemble de l’activité sociale, moins strictement « économique » ou « économiciste », vision qui correspond plus à celle développée de longue date dans les sciences sociales (sociologie, anthropologie, science politique, etc.).

  • 14 C’est ici qu’apparaît une percée récente des problématiques de mesure du bonheur « subjectif » issu (...)

12À propos de la « qualité de la vie », qui fait l’objet de la deuxième partie, les développements portant sur les trois cadres conceptuels présentés comme les plus « utiles » pour l’analyse de ce problème (mesures du bien-être subjectif14, théories des « capacités » et des « allocations équitables ») renvoient aux théories ou travaux économiques correspondants, qui sont représentés au sein de la commission par leurs principaux promoteurs. Le rapport tente de convaincre le lecteur de leur utilité « opérationnelle ». Les difficultés méthodologiques et le manque de données fiables sont, le rapport ne le cache pas, les obstacles principaux à la connaissance scientifique dans ce domaine : on dispose de peu ou pas de données trimestrielles ou a fortiori mensuelles homogènes portant sur les conditions de travail ou sur le bien-être subjectif. Le rapport prône ainsi la multiplication des enquêtes pour mesurer des réalités jusque-là restées à l’état peu objectivé : on retrouve là une préoccupation présente depuis le début du mouvement des indicateurs sociaux. Un autre élément à souligner est le centrage du rapport sur la perception subjective de l’activité ordinaire par les citoyens, mesurée par des enquêtes sur l’emploi du temps auxquelles sont intégrées des questions d’attitude, dans la lignée des travaux de Kahneman sur l’« indice U » (« unpleasant »), indicateur d’insatisfaction construit sur la base d’une évaluation subjective détaillée des activités quotidiennes.

13Les indicateurs présentés dans la troisième partie consacrée à la « soutenabilité » sont des constructions intellectuelles abstraites relevant d’une sophistication interne à la comptabilité nationale, comme c’est le cas de l’épargne nette ajustée (ENA), issue des travaux de la Banque mondiale, notamment à partir de recherches menées par le « Nobel » Kenneth Arrow, membre de la commission. Dans un rapport de 2004, la Banque évalue l’« épargne intérieure nette » pour la quasi-totalité des pays du monde (Stiglitz, Sen et Fitoussi, 2009b : 325 et s.) On part de l’épargne brute mesurée par la comptabilité nationale, de laquelle on déduit la consommation de capital des actifs produits, ce qui permet d’obtenir une épargne nette. On ajoute à cette valeur les dépenses éducatives, mesures de l’investissement en capital humain. On déduit une estimation de l’épuisement de diverses ressources naturelles, calculée à partir de la rente tirée de ces ressources, ainsi qu’une estimation des dommages résultant de la pollution globale au dioxyde de carbone. Les données issues de l’ENA sont, de façon peu intuitive au premier abord, très favorables à la Chine, où l’épargne brute est très élevée. Les variations de l’ENA ne fournissent pas d’estimations radicalement différentes de celles de l’épargne brute. Surtout, cet indicateur vise à monétariser la notion de soutenabilité, ce qui s’est avéré l’un des points les plus problématiques et controversés des travaux de la commission et de sa réception. Entre la version d’étape et la version finale, les formulations ont été assouplies et nuancées, devant les réactions publiques très critiques de certains membres, influencés par les théories de la décroissance et le courant écologiste (en particulier Jean Gadrey15).

14De nombreux diagnostics critiques sont contenus dans le rapport : ainsi, par exemple, de l’incapacité du PIB, centré sur l’évaluation marchande, à mesurer non seulement le bien-être, mais même les performances économiques, que le produit intérieur net ou, plus encore, les revenus réels des ménages approchent avec plus de précision. Le contre-exemple américain utilisé par Stiglitz (un PIB qui augmente alors que les ménages ne voient pas leurs revenus progresser) est le plus parlant, et il est aussi hautement symbolique : c’est le « modèle américain » qui est ainsi explicitement détrôné de son statut dominant. De même, la description des limites criantes de la statistique publique en matière d’objectivation de la qualité de la vie : manque d’enquêtes, de données comparables, de mesure de la perception positive ou négative du temps vécu par les individus, etc. Enfin, le caractère peu satisfaisant, contradictoire et faiblement unifié de la batterie des indicateurs actuels de soutenabilité, qui ne peuvent être seulement monétaires, mais doivent aussi être « physiques », et qui devraient mesurer des variations de stocks pour se rapprocher de l’idée de soutenabilité : la consommation actuelle ne doit pas affecter les possibilités de consommations futures. Le rapport, sur ce point, aboutit à une vision modérée et pragmatique, en prônant un usage limité d’indicateurs physiques et monétaires.

Encadré 2. Les recommandations du rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi

• Recommandation n° 1 : dans de l’évaluation du bien-être matériel, se référer aux revenus et à la consommation, plutôt qu’à la production.
• Recommandation n° 2 : mettre l’accent sur la perspective des ménages.
• Recommandation n° 3 : prendre en compte le patrimoine en même temps que les revenus et la consommation.
• Recommandation n° 4 : accorder davantage d’importance à la répartition des revenus, de la consommation et des richesses.
• Recommandation n° 5 : élargir les indicateurs de revenus aux activités non marchandes.
• Recommandation n° 6 : la qualité de la vie dépend des conditions objectives dans lesquelles se trouvent les personnes et de leurs « capabilités » (capacités dynamiques). Il conviendrait d’améliorer les mesures chiffrées de la santé, de l’éducation, des activités personnelles et des conditions environnementales. En outre, un effort particulier devra porter sur la conception et l’application d’outils solides et fiables de mesure des relations sociales, de la participation à la vie politique, de l’insécurité, ensemble d’éléments dont on peut montrer qu’il est un bon prédicteur de la satisfaction que les gens tirent de leur vie.
• Recommandation n° 7 : les indicateurs de la qualité de la vie devraient, dans toutes les dimensions qu’ils recouvrent, fournir une évaluation exhaustive et globale des inégalités.
• Recommandation n° 8 : des enquêtes devront être conçues pour évaluer les liens entre les différents aspects de la qualité de la vie de chacun, et les informations obtenues devront être utilisées lors de la définition de politiques dans différents domaines.
• Recommandation n° 9 : les instituts de statistiques devraient fournir les informations nécessaires pour agréger les différentes dimensions de la qualité de la vie, et permettre ainsi la construction de différents indices.
• Recommandation n° 10 : les mesures du bien-être, tant objectif que subjectif, fournissent des informations essentielles sur la qualité de la vie. Les instituts de statistiques devraient intégrer à leurs enquêtes des questions visant à connaître l’évaluation que chacun fait de sa vie, de ses expériences et priorités.
• Recommandation n° 11 : l’évaluation de la soutenabilité nécessite un ensemble d’indicateurs bien défini. Les composantes de ce tableau de bord devront avoir pour trait distinctif de pouvoir être interprétées comme des variations de certains « stocks » sous-jacents. Un indice monétaire de soutenabilité a sa place dans un tel tableau de bord ; toutefois, en l’état actuel des connaissances, il devrait demeurer principalement axé sur les aspects économiques de la soutenabilité.
• Recommandation n° 12 : les aspects environnementaux de la soutenabilité méritent un suivi séparé reposant sur une batterie d’indicateurs physiques sélectionnés avec soin. Il est nécessaire, en particulier, que l’un d’eux indique clairement dans quelle mesure nous approchons de niveaux dangereux d’atteinte à l’environnement (du fait, par exemple, du changement climatique ou de l’épuisement des ressources halieutiques).

La légitimité de la commission ou les limites du savoir « expert »

  • 16 Sur le modèle des trois responsables, que l’on peut classer, schématiquement, dans la catégorie des (...)

15Annoncée début 2008, la composition de la commission s’est révélée être un premier enjeu d’importance, exprimé publiquement à diverses reprises par les commentateurs les plus critiques, comme D. Méda et J. Gadrey. La commission Stiglitz regroupe en effet des économistes, certes plutôt « critiques » à l’égard du mainstream, et surtout du néolibéralisme dans sa version radicale, mais consacrés par les institutions académiques internationales16 ; des économistes néo-classiques à forte reconnaissance internationale qui ont œuvré dans la théorie du bien-être ou de la comptabilité nationale, et des responsables d’organismes statistiques nationaux et internationaux ; enfin quelques économistes, plus proches des autres sciences sociales, qui ont contribué à des travaux empiriques originaux dans le domaine. Elle a mobilisé en tant que « rapporteurs » des membres d’organismes nationaux (INSEE, OFCE) et internationaux (OCDE), impliqués dans le mouvement réformateur.

  • 17 En mobilisant des économistes académiques de renom connus pour des travaux dans certains cas concur (...)

16La commission illustre aussi, cela a été moins nettement souligné, la prégnance de la domination américaine en économie (du bonheur), devenue écrasante dans le contexte français contemporain. Sur les 24 membres de la commission, 12 occupent une position dans une université américaine, dont trois à Princeton, deux à Chicago et deux à Columbia. Cinq ont un « Nobel » d’économie. La commission a donc mobilisé un fort capital symbolique académique lié aux États-Unis, des représentants d’organismes statistiques et d’expertise reconnus : c’est du cœur de la science économique « internationale » que vient le signal de la révolution statistique, non sans de multiples tensions internes dont le rapport laisse souvent paraître certaines des traces17.

  • 18 Toute perspective réflexive sur les usages sociaux de la quantification et des « indicateurs » est, (...)
  • 19 La prochaine étape de la consécration internationale des économistes travaillant sur de nouvelles m (...)

17La première exclusion implicite est celle des sciences humaines et sociales. Psychologie (en dehors de mentions ponctuelles), sociologie, démographie, science politique, sans parler de l’histoire18, de la géographie ou de l’anthropologie, sont laissées de côté au profit du couple comptabilité nationale/théorie économique, censé être seul au cœur des enjeux et problèmes du bien-être et de la performance socio-économiques, ce qui implique un biais implicite en faveur d’une vision utilitariste, fût-elle modérée, du bien-être et surtout de la monétarisation comptable, notamment en matière environnementale. Cela contribue à donner de la question une vision plus technicienne et anhistorique, centrée sur la façon dont comptabilité nationale et économie théorique pourraient se développer à l’avenir dans de nouvelles directions19 et nourrir ainsi les travaux dans ce domaine. C’est l’un des aspects de la « captation » et de la « clôture » symboliques que constitue la création de la commission : elle restreint à l’espace de la science économique un ensemble de questions de recherche par nature pluridisciplinaires, ce qui entraîne un biais favorable à une représentation à la fois utilitaire et monétaire du bien-être et de la soutenabilité. Constamment réaffirmée, la mesure et l’explication des inégalités (économiques, sociales, environnementales) se trouvent ainsi reléguées de facto au second plan.

  • 20 L’un des plus souvent cités et discutés est le « Happy Planet Index » de la New Economics Foundatio (...)
  • 21 En particulier celle de Ruut Veenhoven de l’université de Rotterdam : http://worlddatabaseofhappine (...)
  • 22 Voir par exemple : http://nopib.fr/.
  • 23 Le clivage principal dans les débats sur les indicateurs porte en effet sur l’opposition entre indi (...)

18La deuxième exclusion est celle des acteurs de la « société civile » dont certains, de façons très variables, se sont pourtant mobilisés depuis quelques années autour de la question des indicateurs alternatifs, notamment en construisant eux-mêmes des indicateurs20, des bases de données21 ou en faisant des propositions radicales en la matière, avec parfois un fort écho médiatique et politique. Or, la dimension « participative » du projet de « nouveaux indicateurs de richesse » a souvent été mise en avant dans les nombreux débats sociaux à ce sujet22 : il s’agit d’un projet de mobilisation démocratique autant que d’un projet scientifique. Le BIP40 français, par exemple, n’est pas cité lorsque sont évoqués les indicateurs synthétiques de pauvreté et d’inégalité, dans la partie consacrée à la « qualité de la vie ». Le forum FAIR (Forum pour d’autres indicateurs de richesse) s’est, précisément, constitué autour notamment de Jean Gadrey, pour proposer une approche démocratique de l’élaboration et du choix d’indicateurs. Plus généralement, les constructions d’indicateurs synthétiques sont contestées au nom du recours pragmatique à des « tableaux de bord », qui se traduisent in fine par des « batteries d’indicateurs » (ce qui correspond à la position dominante au sein des organismes statistiques officiels, nationaux et internationaux23). Certains auteurs regrettent que le monde « non-marchand », notamment associatif, ne soit pas plus valorisé dans le rapport Stiglitz, contrairement à ce que faisaient, quelques années auparavant, des auteurs comme Patrick Viveret ou Bernard Perret, liés à la « deuxième gauche » (notamment à la revue Esprit) et à la promotion du « tiers-secteur ».

19D’autres insistent, à la suite de Dominique Méda, sur la sous-représentation féminine également manifeste au sein de la commission, qui est la troisième exclusion objective caractéristique de celle-ci. Patrick Viveret, répondant à une question sur le site www.terraeco.net, formule clairement une telle posture :

Il est important qu’une commission avec des économistes de ce calibre reconnaisse le bien-fondé des critiques adressées au PIB depuis plusieurs années, mais qui restaient identifiées aux secteurs alternatifs par l’opinion. Elle nous dit que les indicateurs nous ont rendus aveugles et souligne le besoin de mesurer la soutenabilité écologique et sociale. Le problème, c’est que cette commission a travaillé exclusivement entre économistes et statisticiens, et avec peu de femmes, alors qu’on a besoin d’une sensibilité féminine sur le thème activité-inactivité24.

20Enfin, la discussion sur les indicateurs de soutenabilité est menée de façon très éloignée des spécialistes de l’environnement dominants, rattachés aux sciences de la nature, biologistes en particulier. Or, ceux-ci ont déjà engagé une lutte scientifique intense autour de la construction d’indicateurs de durabilité et sont impliqués dans les recherches très nombreuses sur la dégradation de l’environnement naturel.

  • 25 On est ici dans le cas d’un dispositif de quasi-désamorçage de la controverse, d’évitement de l’aff (...)

21La commission apparaît finalement comme un espace relativement clos, centré sur la science économique académique dominante et sur les appareils statistiques officiels25. Cela explique qu’une partie des critiques formulées à son égard porte, précisément, sur sa composition et ses limites intrinsèques. C’est le cas par exemple de la critique formulée par Dominique Méda, normalienne, agrégée de philosophie, membre de l’IGAS et directrice de recherches au CEE, qui explique :

La commission ne comprenait que deux femmes et une immense majorité d’économistes qui ont travaillé en chambre, sans jamais rencontrer la société civile. Elle a refusé de s’interroger sur la manière dont les citoyens pouvaient décider, ensemble, de ce qui est vraiment important pour eux. En outre, elle a laissé une grande place à des approches très individualistes. Je fais référence à la qualité de vie mesurée par la satisfaction individuelle ou à des indicateurs qui prêtent le flanc à la critique, comme l’épargne nette ajustée. D’un autre côté, la commission s’est fermement opposée à l’idée d’indicateurs synthétiques alternatifs ou complémentaires au PIB. C’est dommage. Enfin, ses préconisations n’ont pour l’instant pas été mises en œuvre, ou à doses homéopathiques, et il n’en est apparemment plus question aujourd’hui (interview à L’Hebdo, par Philippe Le Bé, mis en ligne le 16/06/2010).

22Cette fermeture sociale, avec les conséquences qu’elle implique sur le « contenu » produit et diffusé, peut cependant être vue comme une condition de l’efficacité politique et sociale de la commission, dans la mesure où les dirigeants politiques ont manifestement tenté de mobiliser un maximum de capital scientifique, forme particulière de capital symbolique.

Entre rejet radical, scepticisme, critique nuancée, acceptation pragmatique et enthousiasme prosélyte : une réception diversifiée

23Si la publication très médiatisée du rapport a fait l’objet de nombreux commentaires, ceux-ci émanent en premier lieu des interprètes habituels du jeu politique, porte-parole de partis, journalistes et autres analystes « généralistes » de l’actualité. Les principaux journaux, comme les partis politiques, couvrent cependant l’événement de façon apparemment peu critique, tout en essayant parfois d’en politiser le contenu (voir l’encadré 2 sur le communiqué du PS). Libération invite même Joseph Stiglitz, dont les orientations démocrates et les critiques des politiques néolibérales sont bien connues, à commenter l’actualité dans ses pages le 15 septembre 2009.

Encadré 3. Le Parti socialiste et le rapport Stiglitz

Engagé dans une entreprise de rénovation doctrinale autour du « care », le PS réagit vivement à la publication du rapport Stiglitz, en soutenant ses objectifs tout en condamnant les politiques publiques et en mobilisant un indicateur, le « bonheur intérieur brut », calculé par le CENV, qui est nettement favorable à la politique du gouvernement de « gauche plurielle » : « Les conclusions du rapport Stiglitz reflètent le consensus assez large aujourd’hui sur la nécessité de disposer d’indicateurs économiques qui ne se limitent pas à la mesure de la production des biens et des services. Pour l’information des citoyens, pour le débat démocratique, pour le travail des experts, pour les choix politiques, il est décisif de prendre en compte la qualité de vie, l’environnement, la santé, l’éducation, la culture, la qualité des services publics ou encore les inégalités dans des indicateurs synthétiques simples et transparents. Le Parti socialiste demande leur mise en place et attend avec impatience ce qu’ils vont révéler. Car depuis 2002, la politique de la droite accumule les régressions, ce que montrent très bien les indicateurs de bien-être existants. L’indice de “bonheur intérieur brut” calculé par le Centre d’étude des niveaux de vie (CENV, Canada) a atteint son maximum en France en 2002, après une période de croissance exceptionnelle entre 1997 et 2002, et diminue continûment depuis. Faut-il s’en étonner ? (…). Comme d’habitude, le discours de Nicolas Sarkozy est en totale contradiction avec ses actes. Toute sa politique va à l’encontre de la logique liée à la mise en place des indicateurs de bien-être. Et il est particulièrement choquant de l’entendre proposer de mettre fin à “la religion du chiffre”, alors que c’est lui, notamment pour la politique de sécurité, qui impose cette “religion” avec de nombreux effets pervers. La prise en compte de bien-être dans toutes ses dimensions et la nécessité d’en finir avec la société de la consommation à outrance est au cœur du projet des socialistes et de l’offensive de civilisation lancée lors de l’Université d’été de La Rochelle. » (Communiqué du Parti Socialiste, septembre 2009)

24L’espace des prises de position, tel que l’on peut le décrire sommairement, révèle une grande amplitude interprétative, qui va du rejet radical à l’enthousiasme prosélyte en passant par toutes les nuances et « points de vue », toutes les tonalités, sur le rapport : comme dans de nombreux cas, l’annonce fonctionne aussi comme un « test projectif » qui en révèle parfois tout autant sur les commentateurs que sur l’objet d’étude. Certains analystes colorent ainsi leur présentation du rapport de leurs propres conceptions idéologiques : Le Figaro, qui obtient la primeur de la lecture du rapport, y voit le 11 septembre une légitimation des approches « individualistes », ce qui suscite une vive réaction de Jean Gadrey, incarnation de l’aile « critique » de la commission26. Christine Boutin, à droite de l’espace politique, se saisit de la question de la critique du PIB. On lit ainsi dans un commentaire officiel que « Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien-Démocrate (PCD) a jugé “urgent”, jeudi, dans la foulée du sommet de Copenhague sur le climat, de réformer le PIB pour y intégrer “le capital environnemental et humain” », comme le propose le rapport Stiglitz. « Parmi les diverses causes de “l’échec” de Copenhague », elle relève, dans un communiqué, la « crainte infondée des pays signataires de devoir limiter leur croissance et ainsi s’appauvrir » (…), “l’incapacité flagrante des gouvernants” à mesurer l’accroissement de leur richesse “autrement qu’à travers le PIB” qui n’est qu’un “indicateur de l’activité productive”. Si la France adopte une “double mesure de sa croissance”, l’une conforme aux classifications internationales, l’autre prenant en compte les dimensions sociales et environnementales de l’activité économique, elle sera “à la pointe de la lutte pour la protection de la planète et l’éradication de la pauvreté”, conclut Mme Boutin »27. D’aucuns en appellent à l’utilisation d’indicateurs de bonheur, sur le « modèle » de ce que pratique depuis les années 1970 l’État du Bhoutan avec le « bonheur national brut », par ailleurs très cité dans les commentaires des magazines comme illustration de ces « indicateurs alternatifs » : cette monarchie plutôt « conservatrice », voire « traditionaliste », défend une position hostile au développement de l’industrie touristique et de la mondialisation incontrôlée (Mathou, 2013). Globalement, les réactions semblent cependant plus nombreuses et plus favorables à gauche qu’à droite de l’espace politico-médiatique.

25Les réactions sont, en particulier, nombreuses sur les sites Web des journaux, et sur les « blogs » : 54 « réactions » par exemple sur le site du Figaro, où, à côté de soutiens affirmés, nombre d’internautes sont extrêmement critiques vis-à-vis du rapport, de Joseph Stiglitz, parfois de Nicolas Sarkozy, et soulignent dans certains cas une contradiction entre la tonalité critique du rapport et les orientations du pouvoir en place, également soulignée sur les sites de journaux de gauche. Un certain scepticisme est perceptible quant au fond. Pour Fanch12, « la température est trop élevée ou trop basse, qu’à cela ne tienne, changeons le thermomètre. Tout étant de nos jours affaire de sentiment plus que de réalité, on aura soudain moins chaud ou moins froid. Formidable non ? » (site du Figaro, 11/09/2009). Pour Sacripant, « capable de transcender ses préférences idéologiques et de faire appel à Stiglitz qui ne cache pas ses préférences politiques (aux antipodes de celles de NS), puis de ne pas tenir compte des recommandations qu’il aura pourtant demandées (voir Attali), et enfin de continuer par des inspirations brusques qui désarçonnent même son propre camp. Nicolas Sarkozy, un potentiel grand réformateur mais constamment tenu par les démons de la démagogie, de l’électoralisme et de la communication. Dommage ! » (site du Figaro, 11/09/2009)

26Les 94 réactions à l’article annonçant le rapport Stiglitz sur le site de Libération sont elles aussi souvent négatives, car elles visent souvent avant tout le président de la République et « la droite », accusés à nouveau de « casser le thermomètre », de poursuivre une stratégie de « brouillage idéologique », etc. Le scepticisme sur le fond est lui aussi très présent : « Et ben on se demande bien comment ils vont pouvoir mesurer une valeur aussi relative que le bien-être ? Là, ça sent la couillonnade de première. Nous allons monter de 10 degrés au moins sur l’échelle de DuCon » (professeurMaboul, site de Libération, 14/09/2009). La politisation spontanée de la réception du rapport révèle l’ambiguïté de sa signification : il est perçu, et souvent dénoncé, comme un « coup » politique du président de la République, une simple opération de « racolage » communicationnel. « J’aimerais ajouter à mon précédent commentaire que Monsieur Sarkozy a le don de prendre la réalité des choses à contresens. À la veille de la plus grande crise économique et financière du siècle, Monsieur Sarkozy prêchait le plein-emploi, l’économie à plein tube, etc., etc. (on était tous sous oxygène). Pas une seule fois a-t-il su prévoir cette crise. Cette fois encore, le masque à oxygène sur le nez, il nous propose un “Bonheur National Brut” et des idées dignes d’un exalté. Ça va rechuter, Monsieur le Président, et vous n’êtes toujours pas dans le sens historique. Vous ne manquerez pas une fois encore de sauver le monde et l’univers tout entier. Mais peut être devriez-vous prendre les mesures qui s’imposent avant que ça ne sente vraiment mauvais. “Nous le peuple”, vous en supplions » (« onvouslavaitdit », site de Libération, 14/09/2009). Parfois, un rapprochement est effectué entre les propositions de la commission et la critique altermondialiste. « Il faut écouter plus les alters. Ça fait longtemps qu’ils disent que le calcul de la richesse par le PIB est aberrant. Le PIB mesure des choses en partie fausses. Exemple une tempête détruit et conditionne des reconstructions qui font monter le PIB, alors que cela a tout détruit. Il ne prend pas en compte le poids de l’éducation, car il est difficile d’évaluer la richesse induite par le savoir, car on ne le sait que bien plus tard. C’est contraire au court terme libéral. » (Robert, site de Libération, lundi 14 septembre)

  • 28 Un corpus systématique de prises de position a été construit.
  • 29 Comme par exemple sur le site d’orientation « féministe », les nouvelles news, qui consacre son pre (...)

27On observe, à travers la presse, les sites et les blogs28, de nombreuses attitudes de soutien, qui peut être inconditionnel, marqué ou plus nuancé29. Le « mouvement » est officiellement lancé, ce qui renforce les acteurs mobilisés. En même temps, c’est au sein des instituts de statistiques nationaux et internationaux que se joue la suite des propositions de la commission.

28Le niveau de consensus sur les enjeux et la signification du rapport apparaît assez faible, ce qui confirme l’hypothèse d’une perturbation cognitive notable et généralisée, aussi bien chez les acteurs politiques (schématiquement, la gauche soutient le « fond » du rapport en condamnant le gouvernement, alors que la droite est divisée entre ceux qui suivent le gouvernement et les plus critiques, qui rejettent brutalement ce qui leur apparaît comme un « coup de barre » idéologique) que chez les journalistes et les internautes, interprètes spontanés qui livrent une partie de la réalité des usages politiques et symboliques pouvant en être faits.

Encadré 4. « L’éco, c’est des faits » ou le libéralisme profane heurté de front

Sur le site du Figaro, les réactions sont nombreuses et parfois vives à l’annonce, légèrement anticipée, de la publication du rapport. Celle de cet Internaute exprime une posture idéologique « libérale » que l’on retrouve à de nombreuses reprises et qui concentre un certain nombre de traits discursifs, comme l’invocation de la discipline économique en tant que source de vérités scientifiques oubliées par le rapport, ou encore le caractère « concret » de la mesure monétaire. « [L’IDH] n’est pas un instrument de mesure de performance économique. En quoi l’espérance de vie est-elle caractéristique des performances éco ? Pourtant, c’est inclus dans l’IDH… L’IDH représente une vision subjective de ce à quoi ressemble le bien pour une nation dont l’objectif principal est d’avoir des citoyens bien nourris peu importe ce qu’ils font. (…) L’économie n’est pas du blabla, ce n’est pas simpliste, ce n’est pas non plus compliqué. L’éco, c’est des FAITS. Quand vous avez beaucoup de thunes, il y a deux possibilités. Soit vous l’avez volé, soit vous avez trouvé quelqu’un qui a trouvé judicieux de vous le donner en échange d’autre chose qu’il estimait valoir ce prix. C’est tout. Le reste n’est que chimère. Soit vous gagnez librement votre argent, soit vous l’obtenez par le truchement de l’extorsion. Ça, c’est du concret. Le reste c’est des considérations byzantines sur le “oui mais quoi faire de cet argent qui n’est pas (encore) à nous ?” Assez de l’extorsion de masse des gouvernements amenée insidieusement par des “aspirations plus hautes” qui sont toujours des chevaux de Troie pour la cupidité des hommes au pouvoir se servant de la jalousie des pauvres. (…) Qui crée de la richesse en France ? Le Cac 40 ou la Sécu ? Les PME ou Bercy ? La croissance EST un indicateur imparfait, mais c’est le meilleur que nous ayons parce qu’il est concret : combien de thunes avons-nous produit ? Alors évidemment, la monnaie ne représente pas toute la valeur, mais elle est capable de représenter toute la valeur marchande. Or la valeur marchande est ce qu’on est prêt à échanger volontairement. Le reste, les taxes, etc., c’est le produit de saisies (avec ou sans coopération). C’est de la richesse aussi, mais de la richesse acquise par la force, alors que la richesse des capitalistes dont vous parlez est une richesse créée. (…). Sachant que Stiglitz est un NOUVEAU KEYNESIEN, il est diamétralement opposé aux thèses libérales ».

L’espace des positions « expertes »

29Dans le monde des économistes, la légitimité de la commission, avec ses cinq « Nobel », impose un relatif silence à l’élite académique française. L’école d’économie de Paris organise cependant en mars 2010 (dans le cadre du master de l’ENS Politiques Publiques et Développement) une conférence autour des résultats de la commission, avec François Bourguignon, Marc Fleurbaey (membres de la commission), Denis Cogneau. Du côté de l’école d’économie de Toulouse, d’orientation majoritairement libérale, aucun économiste n’intervient de façon visible dans le débat. La plupart des économistes néolibéraux « modérés » interviennent peu, mais le Conseil d’analyse économique (CAE), majoritairement libéral depuis plusieurs années, est saisi en 2010 par le président de la République et la chancelière allemande de la demande de création d’une batterie de 20 indicateurs de bien-être et de soutenabilité. Christian de Boissieu, président du CAE, défend publiquement ce projet, qui se situe dans la ligne du rapport Stiglitz. Les ultralibéraux sont relativement isolés face à une position qui semble à première vue majoritaire, puisqu’elle regroupe un arc de « courants » allant de sociologues critiques jusqu’à des économistes officiels.

  • 30 À partir du projet de rapport mis en ligne en juin 2009, ils avançaient une première analyse : Jean (...)
  • 31 Cette posture est reprise par nous-mêmes dans la rubrique Alterindicateurs de la revue Savoir/Agir  (...)

30C’est parmi les économistes et socio-économistes hétérodoxes que les prises de position, que l’on peut en général caractériser comme un soutien agrémenté de critiques, sont les plus visibles. Jean Gadrey, énormément cité et repris sur une multitude de sites Web d’associations, partis, de journaux (en premier lieu bien sûr Alternatives économiques qui l’héberge) exprime ce soutien critique. Il est représentatif d’une prise de position courante chez les promoteurs des indicateurs synthétiques de bien-être, parmi lesquels on peut citer Dominique Méda, qui participe avec lui au forum FAIR, Florence Jany-Catrice (maître de conférences à Lille 1, CLERSE) ou encore Patrick Viveret, suivi de nombreux autres auteurs et organismes à l’étranger. Cette « critique interne » s’est manifestée assez rapidement durant les travaux de la commission, après un mouvement d’humeur contre sa composition, qui a conduit Dominique Méda à la contester publiquement. Professeur d’économie émérite à Lille 1, Jean Gadrey est depuis le début des années 2000 l’un des principaux promoteurs en France du mouvement des nouveaux indicateurs de richesse. C’est à travers le forum FAIR (et dans Alternatives économiques) qu’il a développé ses analyses critiques et radicales, de plus en plus fortement inspirées par la thématique de la « décroissance ». Dans un texte publié sur le forum FAIR avec Dominique Méda, Jean Gadrey développe en juin 200930 une critique nuancée du rapport Stiglitz, qui va fonctionner comme prise de position de référence dans une mouvance « non-officielle » : on peut y lire des diagnostics justes, soutient-il, des propositions intéressantes mais timides, et en même temps l’expression de la mainmise des économistes et d’une dangereuse volonté de « monétarisation » des indicateurs, notamment en matière de « soutenabilité » environnementale31. C’est autour de ce troisième volet que ses critiques se concentrent d’ailleurs, ce qui renvoie à l’intensité croissante des enjeux autour des politiques publiques en matière d’environnement et leurs conséquences économiques. Ces prises de position sont largement partagées par les organisations et initiatives qui se sont multipliées autour de ces enjeux.

31Du côté des sociologues, la référence, pourtant importante, aux inégalités sociales (y compris aux inégalités entre catégories socio-professionnelles), ne suscite pas d’enthousiasme débordant, car elle est, à nouveau, « captée » par les économistes et reléguée à un rôle secondaire et correctif. Il est vrai que le rapport reste largement « économique », qu’il s’agisse de la première ou de la troisième partie, privilégiant les mesures de « performance », et que la question des « indicateurs sociaux », comme celle des performances économiques ou de la soutenabilité, n’est pas traitée principalement à travers le prisme des inégalités sociales que les sciences sociales mettent, souvent, au premier plan. De la même façon, la foi des auteurs dans les indicateurs « subjectifs » mesurés de manière très brute par la réponse à des questions de « satisfaction » ne peut que susciter des réactions prudentes chez les spécialistes des méthodes d’enquête par questionnaire, qui savent que les réponses à une question n’ont pas forcément de sens univoque. Enfin, la monétarisation de la mesure des dégradations environnementales apparaît comme une sophistication technique dangereuse car elle peut renforcer les processus de construction de marché « artificiels » (droits à polluer).

  • 32 Voir également les recherches de Jean-Pierre Le Bourhis.

32Des positions de rejet s’expriment cependant parmi les économistes, y compris ceux que l’on appelle les « hétérodoxes ». C’est en premier lieu le cas des économistes marxistes et keynésiens les plus attachés à l’étude du « partage de la valeur ajoutée » (donc au partage du PIB). Christophe Ramaux, économiste keynésien, maître de conférences à Paris 1, membre du Parti de gauche, défend le PIB en tant qu’instrument de mesure de l’activité productive dans un article de Politis publié en juillet 2009, intitulé « Vive le PIB ! Mais pas seulement lui » : s’il prête au PIB un caractère « anti-capitaliste » (il intègre officiellement les services non-marchands) et rappelle qu’il s’agit là d’une convention reposant sur une mesure monétaire irremplaçable pour l’analyse macroéconomique, Christophe Ramaux reconnaît cependant la pertinence d’autres indicateurs. Il critique cependant les limites de l’« empreinte écologique » comme indicateur en matière environnementale promu dans le rapport et plus largement dans l’espace public. Michel Husson, ancien économiste de la ligue communiste révolutionnaire (LCR) et proche de la « gauche critique » (il est chroniqueur dans la revue Regards animée par Clémentine Autain), administrateur de l’INSEE et professeur d’économie montre, dans une note ironique publiée sur son site Web personnel, que les indicateurs de bonheur subjectif promus avec force par la commission sont fortement corrélés avec le logarithme du PIB, ce qui le conduit à relativiser la portée de l’« alternative » développée par la commission et à reprendre une posture « productiviste » que l’on rencontre dans le domaine de l’économie du bonheur. De nombreuses critiques visent les indicateurs environnementaux proposés. Comme le note Yannick Rumpala, ceux-ci se sont multipliés de façon impressionnante durant les dernières années, en lien avec les recompositions de l’action publique (Rumpala, 2009), participant d’une nouvelle gouvernementalité, analysée par ailleurs comme un des aspects de la « nouvelle gestion publique »32. Leur signification et leurs usages peuvent apparaître ambigus et ambivalents.

33Du côté des économistes et penseurs ultra-libéraux enfin, des prises de position parfois très violemment hostiles visent en premier lieu Joseph Stiglitz, qui est constitué comme l’un des ennemis principaux des « vrais libéraux ». Mais ils accèdent peu à l’espace médiatique, en dehors des blogs et des « réactions » sur les sites. Un peu isolé dans ses positions farouchement réactionnaires dans Le Figaro, Alain-Gérard Slama conteste frontalement l’usage d’indicateurs comme l’IDH : « En suivant ces nouveaux critères [de l’IDH], on a vu émerger une autre configuration de la planète (…) À coup sûr, on a gagné au change : aux tumultueuses nations chargées d’histoire, pleines d’invention, de bruit et de fureur, cyniquement surestimées par l’indice du PIB, succédait, comme idéal civilisateur, le fabuleux destin des pays du Nord, dont le regard implacable de Bergman a restitué l’insondable ennui et le conformisme étouffant »33. Sur son blog34, l’essayiste ultralibéral Guy Sorman va encore plus loin :

Jean-Philippe Cotis a présenté à ses collègues, à l’ONU, le rapport Stiglitz où il est proposé de remplacer la mesure classique de la richesse nationale (PIB) par une évaluation qualitative du Bonheur national brut (sic). La communication a retenu l’intérêt des pays les plus pauvres (Maroc en particulier) qui espèrent découvrir ainsi qu’ils ne sont pas si pauvres ! Les Américains n’ont manifesté aucune sympathie pour ce projet (Stiglitz aux États-Unis suscite pas mal de quolibets) et ont rappelé que les mesures qualitatives existant déjà (l’ONU le fait) révèlent, surprise, que les nations les plus riches sont aussi celles où l’on vit le mieux et le plus longtemps.

34Le financier Georges Ugeux, dont le blog est souvent référencé, n’est pas si éloigné et illustre bien le décalage entre le monde étroit des élites économiques et les problématiques soulevés par la commission :

Je rentre d’un dîner new-yorkais où un de mes voisins de table m’a demandé ce que le Président Sarkozy cherchait à réaliser en proposant de mettre la joie de vivre dans le Produit National Brut. Je n’avais pas prêté attention à ce propos présidentiel qui semblait avoir intéressé mes interlocuteurs américains, qui se demandaient si la France avait le monopole de la joie de vivre. Et de faire la liaison avec la tentative de faire entrer la gastronomie française dans les trésors de l’humanité à l’Unesco. La conversation a évolué dans diverses directions : tout d’abord un malaise de ma part. Je suis assez dérouté d’une déclaration d’une telle superficialité en période de chômage profond. Cela ressemble aux brioches que Marie-Antoinette voulait que l’on distribue au peuple qui n’avait plus de pain en 1789. Comment en effet mesurer la joie de vivre d’un homme ou d’une femme qui a perdu son emploi ? Est-ce un propos sarcastique ou inconscient ? (…) La commission française sur ce sujet confirme la légèreté de son parrain, le prix Nobel John Stiglitz, dont le passage comme Chief Economist de la Banque Mondiale a soulevé bien des questions.

Les « suites » du rapport : la révolution en marche ?

  • 35 André Babeau, « Mesurer le bien-être : retour sur le rapport Stiglitz », Commentaire, Hiver 2009-20 (...)

35Plusieurs commentaires critiques insistent sur la lourdeur des changements impliqués par la mise en œuvre des propositions du rapport. La domination du PIB dans l’analyse économique et sociale ordinaire reste très forte, en dépit de la remise en cause croissante et larvée de cet indicateur, qui ne peut être qu’accentuée par la publication du rapport. Les propositions les plus radicales concernant les comptes de patrimoine généralisés font l’objet d’un certain scepticisme, exprimé par exemple par André Babeau dans la revue Commentaire35.

36Dans une conférence de presse donnée le 17 novembre 2009, suivie d’articles (notamment dans Le Monde), Jean-Philippe Cotis, directeur général de l’INSEE, annonce que l’INSEE tiendra compte de l’impulsion que constitue le rapport Stiglitz et avance un important programme de travail et de premiers résultats qui le prolongent, notamment en matière de comparaison internationale. Néanmoins, il s’en tient à l’idée de « compléter » le PIB par d’autres indicateurs et insiste sur la multidimensionnalité du réel. Compte tenu de la prégnance de celui-ci, et de l’encore faible légitimité des indicateurs « alternatifs », il y a peu de risque que les changements de perspective se traduisent par des bouleversements à court terme dans la représentation officielle des performances économiques et sociales. Le directeur de l’INSEE insiste d’ailleurs sur la continuité plus que sur la rupture :

Ce rapport, qui fera date, ne marque pas pour autant une rupture avec les travaux actuels des statisticiens. Il appelle plutôt à accélérer des mutations qui sont déjà engagées ; afin de mieux répondre à la demande sociale. Innover pour mieux répondre à la demande sociale, c’est en tout cas le mandat que nous avons reçu des plus hautes autorités de l’État. Il y a, comme le disent les Anglo-saxons, un travail de « mainstreaming » à accomplir : faire passer des travaux émergents du stade de prototype à celui de production régulière, accessible à un très large public (…) Au plan international, l’Insee travaillera en étroite coopération avec l’OCDE et Eurostat afin de mettre en œuvre les orientations du rapport Stiglitz.

37Jean Gadrey, commentant les récentes évolutions de l’INSEE, exprime un optimisme mesuré, symétrique au scepticisme avec lequel il avait accueilli le lancement de l’opération Stiglitz.

38Au fil du temps, le réalisme voire le scepticisme vont s’imposer dans les commentaires sur une « révolution statistique » qui n’aura finalement que peu modifié les pratiques et les représentations36.

 

39Les controverses autour du rapport Stiglitz renvoient donc à une configuration très spécifique : une commission constituée de façon relativement étroite autour d’économistes dominants, qui propose une rénovation multiforme de l’appareil statistique avec le soutien explicite des instituts officiels, mais qui en « cadre » et en limite en même temps l’ampleur et les conséquences pratiques possibles, tout en laissant « ouverts » (et du ressort des administrations statistiques) les principaux choix opérationnels ; un chef de l’État s’impliquant beaucoup dans la promotion d’un discours qui semble remettre en cause certaines de ses prises de position idéologiques antérieures et suscite un trouble cognitif notable au sein de sa « clientèle » électorale ; des « profanes » tiraillés entre des interprétations « politiciennes », le rejet radical, l’enthousiasme et toutes les nuances possibles d’attitude à l’égard d’un bouleversement projeté des représentations officielles de l’économie ; des acteurs politiques qui tentent d’intégrer le « nouveau discours » tout en politisant leur analyse du contenu du rapport ; des experts critiques qui se félicitent de la légitimation de leurs investissements tout en déplorant la fermeture et l’appropriation d’une problématique par quelques économistes dominants, lesquels s’emparent de la thématique des indicateurs alternatifs, en en désamorçant une partie des effets potentiels : le rapport peut ainsi avoir pour effet paradoxal de fermer l’espace du débat autour des économistes académiques et du même coup, de déposséder partiellement les promoteurs plus conséquents des indicateurs alternatifs de leur visibilité et de leur légitimité.

Bibliographie

Desrosières Alain (2008) L’Argument statistique. Pour une sociologie historique de la quantification (tome I) et Gouverner par les nombres (tome II), Paris, Presses de l’école des Mines.

Fourquet François (1980) Les comptes de la puissance. Aux origines de la comptabilité nationale et du plan, Paris, Encres.

Gadrey Jean, Jany-Catrice Florence (2008) Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, 2e éd.

Le Clézio Philippe (2009) Les indicateurs du développement durable et l’empreinte écologique, Rapport pour le Conseil économique, social et environnemental.

Mathou Thierry (2013) Le Bhoutan. Royaume du Bonheur National Brut. Entre mythe et réalité, Paris, L’Harmattan.

Méda Dominique (2008) Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse, Paris, Flammarion.

Rumpala Yannick (2009) « Mesurer le “développement durable” pour aider à le réaliser ? », Histoire & mesure, vol. XXIV, n° 1, p. 211-246.

Stiglitz Joseph E., Sen Amartya, Fitoussi Jean-Paul (2009a) Performances économiques et progrès social. Richesse des nations et bien-être des individus, Paris, Odile Jacob.

Stiglitz Joseph E., Sen Amartya, Fitoussi Jean-Paul (2009b) Performances économiques et progrès social. Vers de nouveaux systèmes de mesure, Paris, Odile Jacob.

Notes

1 Voir Jean Gadrey, Florence Jany-Catrice, Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, 2016.

2 Une première version de ce passage de notre texte a été publiée dans Savoir/Agir, dans la rubrique « Alterindicateurs ». F. Lebaron, « Le rapport Stiglitz : vers une révolution statistique », Savoir/Agir, 10, décembre 2009. Voir également F. Lebaron, La crise de la croyance économique, Bellecombe-en-Bauges, Croquant, 2010.

3 Sur la naissance de l’IDH, E. Stanton, « The Human Development Indicator : A History », Working Paper Series, 127, PERI, University of Massachusets, february 2007.

4 Voir le site Web officiel de la commission : http://www.stiglitz-sen-fitoussi.fr/fr/index.htm.

5 Nicolas Sarkozy, Grand amphithéâtre de la Sorbonne, lundi 14 septembre 2009, repris dans Stiglitz, Sen, Fitoussi 2009.

6 Le contraste entre l’offensive de communication autour du rapport Stiglitz et le faible écho des rapports du Conseil économique, social et environnemental, comme celui consacré aux indicateurs de développement durable (Philippe Le Clézio, juin 2009), est notable.

7 Joseph Stiglitz a été économiste en chef à la Banque mondiale jusqu’en 2000, avant de recevoir le prix de sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel en 2001 (aux côtés de M. Spence et G. Akerlof). Il enseigne actuellement à la Graduate School of Business de Columbia. Il s’est fait mondialement connaître par ses prises de position critiques sur la gestion de la crise asiatique par le FMI et par ses orientations néo-keynésiennes, notamment durant la crise des subprimes. Il s’est ainsi rapproché des « altermondialistes ».

8 Amartya Sen, « Nobel » en 1998, enseigne à Harvard. Théoricien du développement, du bien-être et de l’économie comme « science morale », il est président honoraire de l’ONG internationale Oxfam et fondateur du Collegium international éthique, scientifique et politique, une association basée en France qui a été fondée en 2002 par Milan Kucan, président de la Slovénie, et dont Michel Rocard, ancien Premier ministre français, fut le co-président, Stéphane Hessel, le vice-président, et Sacha Goldman, le secrétaire général.

9 Jean-Paul Fitoussi est l’artisan de la commission Stiglitz et sans doute l’auteur ou l’inspirateur au moins partiel de certains des textes les plus engagés qui en sont issus (y compris celui du président de la République). Professeur à Sciences-Po Paris, dont il est membre du conseil scientifique, Jean-Paul Fitoussi est alors président de l’Observatoire français des conjonctures économiques. Il est membre du Conseil d’analyse économique. Connu pour ses orientations néo-keynésiennes, Jean-Paul Fitoussi est attaché à l’indépendance de l’expertise économique.

10 Elle est intitulée Synthèse et recommandations.

11 Pour une présentation des enjeux de la comptabilité (privée) environnementale : Jacques Richard, « Pour une révolution comptable environnementale », Le Monde de l’économie, 5 février 2008.

12 « The Institute for Innovation in Social Policy devotes its full capacity to the analysis and publication of social indicators. Established in 1985, the Institute has worked on social indicators at the national, state, and international levels as a way to improve the reporting and understanding of social conditions. The Institute’s work has had significant impact on public policy, public education, and the academic community. Since its inception, the Institute has released numerous social indicator reports and working papers. The Institute staff also collaborated on a book, entitled The Social Health of the Nation, published by Oxford University Press, as well as articles in journals and other publications. In addition, over the past decade, the Institute has conducted eight national conferences on social health and social indicators. Director : Marque-Luisa Miringoff, Ph.D. Associate Director : Sandra Opdycke, Ph. D ». Pour une présentation des « indicateurs sociaux », voir Frédéric Lebaron, Les indicateurs sociaux au vingt-et-unième siècle, Paris, Dunod, 2011.

13 La publication aux éditions Odile Jacob consiste en deux ouvrages, dont le premier, rédigé par les trois animateurs de la commission, contient un essai sur la mesure qui va au-delà des conclusions collectives, plus mesurées. Faute de témoignages directs, il est difficile d’en savoir beaucoup plus sur la nature des désaccords et résistances suscités par les analyses des trois animateurs.

14 C’est ici qu’apparaît une percée récente des problématiques de mesure du bonheur « subjectif » issues notamment de la New Economics Foundation, à l’origine du « Happy Planet Indicator » et qui se sont imposées à la faveur de conférences internationales sur la question de la mesure du « bonheur ».

15 https://www.alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2009/06/12/la-%c2%ab-commission-stiglitz-%c2%bb-et-l%e2%80%99ultimatum-climatique/.

16 Sur le modèle des trois responsables, que l’on peut classer, schématiquement, dans la catégorie des « hérétiques consacrés », selon l’expression de Pierre Bourdieu : Homo academicus, Paris, Minuit, 1984.

17 En mobilisant des économistes académiques de renom connus pour des travaux dans certains cas concurrents, les responsables ont pris le risque de devoir adopter des positions de compromis œcuméniques, ce qui est effectivement le cas à maintes reprises, où sont juxtaposés des cadres conceptuels ou des indicateurs en partie contradictoires, sans que le rapport ne tranche en faveur de tel ou tel. Cf. les remarques de Jean Gadrey et Dominique Méda « Commission Stiglitz : un diagnostic juste, des propositions (encore) timides », IDIES, 9 juin 2009.

18 Toute perspective réflexive sur les usages sociaux de la quantification et des « indicateurs » est, par exemple, largement, et étrangement, absente du rapport. Voir Alain Desrosières, Pour une sociologie de la quantification et Gouverner par les nombres, Paris, École des Mines, 2008.

19 La prochaine étape de la consécration internationale des économistes travaillant sur de nouvelles mesures du bien-être sera sans doute l’attribution d’un « Nobel ».

20 L’un des plus souvent cités et discutés est le « Happy Planet Index » de la New Economics Foundation : http://www.happyplanetindex.org/. L’Institute for Innovation in Social Policy a développé le Social Health Indicator aux États-Unis, avec un fort impact. En France, le BIP40 a initié un mouvement de construction d’indicateurs locaux (y compris au CURAPP, avec le BIP Picardie) : www.bip40.org.

21 En particulier celle de Ruut Veenhoven de l’université de Rotterdam : http://worlddatabaseofhappiness.eur.nl/.

22 Voir par exemple : http://nopib.fr/.

23 Le clivage principal dans les débats sur les indicateurs porte en effet sur l’opposition entre indicateurs synthétiques, défendue par les plus radicaux, notamment dans des associations et think tanks, à la suite du PNUD et les défenseurs de « tableaux de bord ».

24 http://www.terra-economica.info/Sortir-de-la-demesure-et-accepter,7598.html.

25 On est ici dans le cas d’un dispositif de quasi-désamorçage de la controverse, d’évitement de l’affrontement entre positions adverses – les voix hétérodoxes et non institutionnelles étant reléguées à la lisière ou en dehors du dispositif mis en place.

26 http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2009/09/13/le-figaro-et-le-%C2%AB-rapport-stiglitz-%C2%BB/.

27 Communiqué AFP, 22 décembre 2009.

28 Un corpus systématique de prises de position a été construit.

29 Comme par exemple sur le site d’orientation « féministe », les nouvelles news, qui consacre son premier dossier aux indicateurs de richesse : http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/component/content/article/39-editorial/55-editorial.

30 À partir du projet de rapport mis en ligne en juin 2009, ils avançaient une première analyse : Jean Gadrey, Dominique Méda, « Commission Stiglitz… », op. cit.

31 Cette posture est reprise par nous-mêmes dans la rubrique Alterindicateurs de la revue Savoir/Agir : F. Lebaron, art. cit.

32 Voir également les recherches de Jean-Pierre Le Bourhis.

33 Alain-Gérard Slama, « Le bonheur devient un droit », Le Figaro, 16/09/2009.

34 Blog http://gsorman.typepad.com/guy_sorman/2010/02/keynes-combien-de-divisions-.html.

35 André Babeau, « Mesurer le bien-être : retour sur le rapport Stiglitz », Commentaire, Hiver 2009-2010, vol. 32, n° 128, p. 1054 et sq.

36 Voir par exemple, dès 2013, http://www.liberation.fr/evenements-libe/2013/04/02/que-reste-t-il-du-rapport-stiglitz_893177.

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site