Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs de sciences humaines et sociales en débat

 | 
Sophie Richardot
, 
Sabine Rozier

Table des matières

Sophie Richardot et Sabine Rozier

Introduction

Impensés normatifs des critiques intellectuelles et savantes
Routines cognitives et professionnelles
Asymétrie des ressources et rapports de force sociaux
Sandra Laugier

Chapitre 1. Le care et le débat care/justice

Le care, controverse éthique
Le care, controverse politique
Le care, controverse sur la justice
Le care, controverse du féminisme
Et qui veut le faire le sale boulot ? La controverse de la vulnérabilité
Sophie Richardot

Chapitre 2. Les controverses au sujet des travaux de Stanley Milgram sur la soumission à l’autorité : enjeux scientifiques ou résistances du sens commun ?

L’objet de la controverse : une étude sur la soumission à l’autorité
Acteurs et motifs de la controverse
Examen des critiques
Les effets de la controverse
Des répliques éthiques ?
Conclusion
Alexandra Oeser

Chapitre 3. Le passé nazi en Allemagne : controverses autour de la production de l’histoire

Les controverses autour des manuels d’histoire : une critique institutionnalisée
Le cadre politique
Le GEI, institution d’analyse et d’expertise pour les programmes scolaires
Le contenu des critiques
La production collective d’un manuel
Contraintes économiques
Critères de jugement et position professionnelle
Conclusion
Étienne Penissat

Chapitre 4. Contester les « chiffres » du chômage. Conditions et limites d’une cause statistique et militante

Les « Autres Chiffres du Chômage » : genèse d’une « cause statistique »
Critiquer les statistiques « officielles » pour dénoncer l’invisibilité des chômeurs
Des agents de l’ANPE en lutte contre le management par le chiffre
Des statisticiens sous pression gouvernementale
Investir l’espace public pour faire entendre des approches économiques marginalisées
« Rendre discutables » les statistiques du chômage : les ficelles d’une mobilisation experte et militante
Retourner les armes de l’institution contre elle-même : les usages de l’information statistique
Fabriquer une controverse ajustée aux formats médiatiques
Capter médiatiquement une polémique politique et institutionnelle
D’une critique des savoirs d’État à la dénonciation de la production étatique de la précarité
Déconstruire la définition officielle du « chômage », construire un indicateur de précarité
Un débat sur les indicateurs qui rejoue les luttes scientifiques quant à la problématisation de la question sociale
Quelques hypothèses sur les limites d’une remise en cause des catégories d’État
Les difficultés à institutionnaliser la précarité comme problème public
Les conditions structurelles d’une clôture du débat sur les politiques d’emploi
Frédéric Lebaron

Chapitre 5. Au-delà du PIB ? Sur quelques enjeux d’une controverse scientifico-politique dans le contexte français (2008-2010)

Les grandes lignes du rapport : ambition et technicité
La légitimité de la commission ou les limites du savoir « expert »
Entre rejet radical, scepticisme, critique nuancée, acceptation pragmatique et enthousiasme prosélyte : une réception diversifiée
L’espace des positions « expertes »
Les « suites » du rapport : la révolution en marche ?
Élisabeth Chatel

Chapitre 6. Controverses relatives aux programmes de Sciences économiques et sociales des lycées français : réflexion sur les évolutions curriculaires

Désaccords sur les programmes de Sciences économiques et sociales : l’alignement sur les disciplines académiques
Programme et contre programme 2010 : oppositions et ruptures
Continuités
Controverses scientifiques et conflits relatifs au curriculum
Déclin de l’histoire et de l’approche intégrée des sciences sociales
Entrée de la Sociologie et de la Science politique
Groupes d’intérêts économiques et courants de pensée économique
Conclusion
Sabine Rozier

Chapitre 7. Le patron et l’enseignant : controverses autour des savoirs économiques des Français

La résurgence d’une controverse ensommeillée
Reconquérir la « confiance » des Français
Une action feutrée
Une communication plus offensive
Faire de la « pédagogie » économique
Une défiance retraduite en un déficit de compréhension
La dénonciation des manuels scolaires
Une critique didactique
Des SES jugées trop peu « scientifiques »
Des conceptions contrastées des méthodes d’apprentissage et des savoirs scolaires
Une critique politique
Conclusion