Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand manger fait société

 | 
Philippe Cardon

III. Des repas à partager

Des banquets révolutionnaires aux banquets républicains

Pierre Birnbaum

Résumé

L’analyse de la place des banquets, de la Révolution française à l’époque contemporaine, se révèle comme un moyen de rendre compte des formes successives de sociabilité mais aussi de commensalité à travers des régimes aux orientations politiques diverses. La dimension unanimiste des banquets révolutionnaires se trouve, en réalité, remise en question tout au long du XIXe siècle, par la quasi exclusion des femmes mais aussi des citoyens juifs qui ne peuvent consommer le cochon qui figure dans la plupart des menus de ces banquets : d’une époque à l’autre, l’analyse de ces menus montre la place constante des nourritures à base de cochon. Ainsi, à travers l’examen des banquets, on retrouve la question de la place du pluralisme social et culturel au sein de la nation française.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Durant la Révolution française, les nombreux banquets sont le lieu où se met en place une forte sociabilité, où se construisent ainsi les fondements d’une communauté nationale. Dès octobre 1789, des banquets célèbrent, sous une forme quasi religieuse, l’avènement de la Révolution et dénoncent ses ennemis : les citoyens ainsi assemblés portent de nombreux toasts en l’honneur du Roi. Puis, ces banquets se radicalisent : c’est dans leur cadre que l’on exige la naissance d’une nation unie au sein de laquelle les intérêts particuliers disparaissent. Le moment emblématique en est la fête de la Fédération, du 14 juillet 1790, qui se tient au Champ de Mars. Comme le montre Mona Ozouf dans son ouvrage La Fête révolutionnaire « aucune place aux déviants, font un crime de l’isolement… l’unanimité paraît la condition expresse de la fête »1. L’historiographie reprend sans cesse à ce propos la remarque de Jules Michelet, dans son livre, Les Banquets qui porte justement sur ce banquet du 14 juille...

Auteur

Professeur émérite de sociologie politique à l’Université Paris 1

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540