Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand manger fait société

 | 
Philippe Cardon

II. Des goûts d’ici et d’ailleurs

Migration et nourritures. Un continuum

Jean-Pierre Hassoun et Chantal Crenn

Résumé

Les migrants conservent-ils leurs pratiques alimentaires, adoptent-ils celles de la société où ils s’installent ou bien explorent-ils d’autres voies faites de dépassements, de transgressions et de réinventions symboliques ? Quand ils retournent dans le pays d’où ils sont partis, comment chacun gère-il sa nouvelle morale alimentaire alors qu’États du Nord comme du Sud ne cessent de produire des discours prescriptifs ? Et si, plutôt que servir à mesurer leur intégration dans une société donnée, les pratiques alimentaires des migrants ne reflétaient que les changements qui affectent l’ensemble de cette société ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’intéresser aujourd’hui aux pratiques alimentaires en situation de migration, outre les habituels processus d’identification et de différenciation sociale que ces situations révèlent, oblige à regarder les pratiques alimentaires à travers le prisme de la circulation. Circulations des hommes et des femmes, mais aussi des marchandises, des capitaux et des valeurs. Il s’agit d’abord de prendre acte, enfin, que l’intensification de ces circulations a des effets tout autant sur ceux qui circulent que sur l’ensemble des sociétés où ils s’installent. Se pencher aujourd’hui sur ce que mangent les migrants incite également à rompre avec une vision des choses qui, jusque-là, focalisait le regard sur des populations identifiées comme minoritaires ou marginalisées et sur leur arrivée dans le pays de migration. Contextes de départ et d’arrivée méritent une attention similaire pour mieux comprendre ce qui se trame dans les assiettes.

Se garder du globalisme…

Faut-il utiliser le terme globalisation...

Auteurs

Sociologue, directeur de recherche au CNRS/Iris EHESS Paris

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540