Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand manger fait société

 | 
Philippe Cardon

II. Des goûts d’ici et d’ailleurs

Mange-t-on des aliments (seulement) pour se nourrir ?

Charles-Édouard de Suremain

Résumé

« Qu’est-ce que manger veut dire ? ». Cette interrogation, apparemment triviale, a aujourd’hui sans doute plus de force qu’hier. L’époque ne laisse-t-elle pas planer de nombreux doutes sur les aliments comme les mangeurs ? En discutant du goût et du dégoût, des prescriptions et des interdits alimentaires, ce texte tente d’apporter quelques éléments de réponse sur les liens établis par l’anthropologie entre alimentation, identité et société.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’alimentation a ceci de contradictoire qu’elle permet autant de réunir les gens que de les opposer. Ne met-elle pas en jeu des goûts qui s’expriment, certes, par le biologique, mais qui renvoient plus largement à la construction sociale et culturelle de soi et des autres ? Comme l’écrit Françoise Héritier-Augé : « L’Autre c’est d’abord celui qui ne mange pas comme soi »1. L’alimentation serait ainsi l’un des socles à partir duquel se développent identités individuelles et collectives. Comme tout fait social, l’alimentation d’un groupe ou d’une société constitue un ensemble de représentations, savoirs et pratiques qui s’affirme dans ses différences par rapport à d’autres ensembles. Cet aspect a été largement repris par la littérature anthropologique : en cristallisant les différences culturelles et identitaires, l’alimentation s’impose comme l’un des fondements de l’existence des groupes et des sociétés2.

Dans cette contribution, je propose de revenir sur le bien-fondé de l’affirmati...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540