Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand manger fait société

 | 
Philippe Cardon

Introduction1. Les grammaires du manger. Quand manger fait société

Philippe Cardon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quoi de plus banal que de manger ! Acte quotidien par excellence, occupant plus de deux heures journalières des Français (on estime qu’un être humain de 80 ans aura passé en moyenne deux ans de sa vie à manger), manger n’est pas seulement un acte visant à subvenir à nos besoins physiologiques… Que l’on soit d’ici ou d’ailleurs, l’acte de manger est un acte hautement culturel, symbolique et social parce qu’il présuppose, avant même que la nourriture soit consommée et incorporée, un véritable travail de mise en culture alimentaire, c’est-à-dire un travail matériel, social et culturel par lequel la communauté des hommes désigne, non seulement ce qui est bon à manger (certaines nourritures consommées par les uns car jugées propres à la consommation ne sont pas celles des autres parce que considérés comme impures, impropres à la consommation), mais également les modalités par lesquelles ces biens nourriciers doivent être fabriqués (de la terre au terroir, à la cuisine), comment ils doive...

Auteur

Maître de conférences en sociologie, membre du laboratoire Ceries (centre de recherche individus-épreuves-société), Université de Lille – sciences humaines et sociales. Chercheur associé au laboratoire ALISS (Alimentation et sciences sociales) – INRA

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540