Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le royaume de Naples à l'heure française

 | 
Pierre-Marie Delpu
, 
Igor Moullier
, 
Mélanie Traversier

Partie 5. Circulations politiques et constructions mémorielles

Chapitre 25. Les Napolitains face aux souvenirs d’Empire (1815-1860) : reconstructions mémorielles et mobilisation politique

Pierre-Marie Delpu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les premières décennies du XIXe siècle, la postérité du decennio francese dans la société du royaume des Deux-Siciles a donné lieu à des images contrastées. Lorsqu’il rapporte son voyage à Naples en 1817, Stendhal montre comment la mémoire de cette période dissocie le souvenir du roi et celui des réformes qu’il a engagées : « Joachim, malgré sa bêtise, est très regretté (conversation avec mon cocher) ; mais on a rendu justice à l’esprit du ministre qui a rendu possible le dénouement de cette comédie »1. En 1835, un lettré français en voyage en Italie du sud, Adolphe Pezant, signale la faible portée de l’expérience française, et juge « le souvenir [des souverains français] oublié au point que tout y a été rétrogradé »2. Ces observations suggèrent la difficulté à cerner le rapport de la société napolitaine à un héritage politique encombrant, celui d’une expérience de la modernité politique et administrative et de l’occupation militaire par la satellisation du territoire méridiona...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540