Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le royaume de Naples à l'heure française

 | 
Pierre-Marie Delpu
, 
Igor Moullier
, 
Mélanie Traversier

Partie 4. Pratiques culturelles et artistiques

Chapitre 20. Un musée pour la reine de Naples : Caroline Murat et François Mazois

Maria Teresa Caracciolo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un ouvrage précieux, qui possède, si l’on peut dire, un double statut, à la fois de manuscrit et de recueil d’estampes, est conservé à la Bibliothèque nationale de Naples1. Intitulé Musée de Sa Majesté la Reine de Naples et dédicacé à la Reine le 1er janvier 1814, il rend compte du musée que Caroline Murat, reine de Naples de 1808 à 1815, voulut instituer dans le palais royal de sa capitale, comme du lien qui s’était tissé entre la souveraine et François Mazois, cet architecte français essentiellement connu pour ses travaux consacrés aux antiquités de Pompéi.

Entre 1738 et 1748, la redécouverte des sites antiques d’Herculanum et de Pompéi fut à l’origine de la création d’un musée de la Couronne spécialement destiné à accueillir les œuvres retrouvées au cours des fouilles des deux cités : ce fut, au milieu du XVIIIe siècle, l’Herculanense Museum de Portici. L’institution se révéla très vite inadaptée à la conservation des œuvres, dont on programma le transfert au Palais des Études de ...

Auteur

Université de Lille, IRHiS

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540