Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le royaume de Naples à l'heure française

 | 
Pierre-Marie Delpu
, 
Igor Moullier
, 
Mélanie Traversier

Partie 4. Pratiques culturelles et artistiques

Chapitre 17. Faire la paix ? Pour une lecture diplomatique de la vie musicale à Naples durant le decennio francese

Mélanie Traversier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Aujourd’hui [que] Cimarosa n’est plus, et que Paisiello a quitté l’Italie, la musique commence à y dégénérer », déplore Auguste Creuzé-de-Lesser lorsqu’il visite Naples à l’orée du XIXe siècle1. L’opéra napolitain qui incarnait dans la seconde moitié du XVIIIe siècle la quintessence de l’opéra italien et de la musique en général et dont Cimarosa et Paisiello étaient d’illustres représentants suscite désormais des constats de plus en plus désolés, en Europe comme à Naples même. Les nouveaux souverains français du royaume ne peuvent y être insensibles : en matière musicale aussi, ils sont sommés d’intervenir pour restaurer la suprématie musicale napolitaine sérieusement érodée, car la musique est doublement une affaire d’État. D’une part, les Napoléonides incarnent un nouveau pouvoir monarchique qui doit construire sa légitimité, tant au niveau local qu’international, notamment par le biais d’une communication politique qui implique les arts du spectacle et investit les institutions...

Auteur

Université de Lille, IRHiS, IUF

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540