Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le royaume de Naples à l'heure française

 | 
Pierre-Marie Delpu
, 
Igor Moullier
, 
Mélanie Traversier

Partie 4. Pratiques culturelles et artistiques

Chapitre 16. Voyager dans le royaume de Naples à l’époque française

Nicolas Bourguinat

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point Rosa Maria Delle Quadri, Nel Sud romantico. Diplomatici e viaggiatori inglesi all (...)

1La littérature de voyage consacrée à l’Italie méridionale n’est pas très riche pour l’époque napoléonienne, alors même qu’elle était très abondante dans les deux décennies prérévolutionnaires 1770 et 1780 et même encore pendant l’époque révolutionnaire elle-même jusqu’à la césure de 1799. On aurait presque du mal à isoler des textes relatifs à la période 1806-1815 correspondant aux règnes de Joseph et de Murat qui relèveraient exactement du récit de voyage au sens générique du terme. Il s’agit plutôt de mémoires, parmi lesquels un certain nombre de souvenirs militaires très souvent cités comme ceux de Duret de Tavel ou d’Hauteroche, et de correspondances diverses – celles de Paul-Louis Courier et de Lamartine en tout premier lieu, plutôt que de récits de voyage en bonne et due forme. Par ailleurs, nombre de ces souvenirs n’évoquent que très vaguement le voyage et le séjour dans les États napolitains et ne traitent presque que de la vie de cour et de l’entourage des souverains : ainsi ceux de Juliette Récamier, ceux d’Ida Saint-Elme, ou ceux de Catherine Davies, la gouvernante anglaise des enfants du ménage Murat… Les étrangers ont été également très peu prolixes pour la brève période du decennio, que ce soient les Anglais, qui n’étaient pas personna grata dans une péninsule italienne toute entière soumise à l’influence française ou les Allemands, pourtant déjà familiers de ces terres de l’extrême-Sud mais bien plus discrets que pendant la décennie 17901.

  • 2 Voir ainsi diverses contributions sur l’image de la ville de Naples au temps des Lumières : Sandrin (...)
  • 3 Auguste Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile fait en 1801 et 1802, Paris, Didot, 1806, p (...)

2Compte tenu de l’insurrection sanfédiste de 1799 et de la répression qui s’ensuivit, de la résistance armée de 1806 et du banditisme endémique qui subsista dans l’extrême-Sud, avec un réveil marqué après les premiers mois de 1813, une image de violence et de cruauté semblait coller désormais à la région. Cette mise à distance du Sud de la péninsule italienne, comme une terre rebelle et ingouvernable, avait été préparée par la critique du gouvernement napolitain de la part les auteurs des Lumières2. Peut-on néanmoins penser qu’elle a franchi un gradient supplémentaire avec les relations politiques liées à la domination française, ou bien dans la perspective d’un cultural imperialism ? Tout emblématique de cette interprétation serait justement un texte relevant du récit de voyage, celui de Creuzé de Lesser, qui fut publié en 1806, inspiré d’un séjour fait quelques années plus tôt, et qui resta célèbre pour sa formule à l’emporte-pièce : « L’Europe finit à Naples, et même, elle y finit assez mal. La Calabre, la Sicile, tout le reste est de l’Afrique »3. Resterait toutefois à établir si le règne des Napoléonides fut enregistré par les visiteurs et autres observateurs comme un jalon significatif de ce changement.

L’Italie méridionale : un espace marginal, accidenté et peu sûr

  • 4 Atanasio Mozzillo, La frontiera del Grand Tour. Viaggi e viggiatori nel Mezzogiorno borbonico, Napl (...)
  • 5 Voir ainsi la carte donnée par Enrico Iachello et Paolo Militello, « Strade e rote di posta all’ini (...)
  • 6 Joseph Hugo, Mémoires du général Hugo, Paris, Ladvocat, 1823, t. 1, p. 120-140. Il souligne aussi l (...)

3Les conditions du voyage n’avaient guère changé par rapport à ce qu’elles étaient sous les derniers Bourbons de Naples. Longtemps, le royaume était demeuré une terre relativement fermée au regard des étrangers, du fait de la difficulté des communications par voie terrestre. C’est pourquoi jusqu’aux publications très célébrées en leur temps de Brydone et Swinburne il pouvait passer plus ou moins pour la « frontière du Grand Tour », pour reprendre l’expression d’Atanasio Mozzillo4. En dehors de la liaison routière entre Rome et Naples, assez souvent évoquée, le trafic de voyageurs était plus modeste et surtout moins régulier sur les axes desservant les autres provinces du royaume, notamment la route allant d’ouest en est de Capoue à Foggia et Bari et la traversée de l’Apennin de Potenza à Tarente5. L’amélioration ou la prolongation des routes carrossables étaient des chantiers déjà ciblés comme prioritaires avant 1806, comme en témoigne le rapport dont avait été chargé l’abbé Galiani sur les anciennes voies romaines. Les travaux à mener pour moderniser le réseau des transports méridionaux préoccupèrent donc très tôt les autorités françaises, d’autant que dans certaines régions comme la Molise, ainsi que l’observe le général Hugo dans ses mémoires6, les dégâts infligés par le tremblement de terre de 1805 avaient été très importants. Les conseils provinciaux furent mis à contribution, bien que le système le plus efficace pour hâter les chantiers s’avérât être l’adjudication. Mais pour des raisons militaires et stratégiques, l’effort financier porta surtout sur le relèvement des ponts effondrés et sur les routes se dirigeant vers les Calabres, comme l’axe Lagonero-Cassano.

  • 7 Voir Jacques Rambaud, Naples sous Joseph Bonaparte, Paris, Plon, 1911, p. 430, note 3.
  • 8 J. Hugo, Mémoires du général Hugo, op. cit., t. 1, p. 153.

4La circulation des voyageurs apparaît avoir été à tout le moins hasardeuse, si ce n’est aventureuse. Les routes de corniche, par exemple entre Castellamare et Sorrente, ou même de Naples à Portici étaient jugées très accidentées et dangereuses7. La surreprésentation des témoignages laissés par des militaires est potentiellement trompeuse, puisqu’ils évoquent surtout des reconnaissances et des poursuites à travers bois, sur des sentiers muletiers mal praticables, ou à travers des lits asséchés des torrents, au point qu’on voit peu apparaître les grandes routes. Joseph Hugo signale dans ses mémoires qu’après la capture de Fra Diavolo, on lui avait donné pour mission « de faire une exacte reconnaissance des communications carrossables »8 entre les Pouilles et les provinces de Caserte, Naples et Salerne. Les liaisons régulières des voiturins et autres corricolos sont finalement bien rares, et c’est un peu à chacun de tenter sa chance, en particulier dans les monts des Abruzzes et des Calabres où l’on fait son possible avec les sentiers muletiers et les lits de torrents asséchés. Paul-Louis Courier écrivit à une de ses cousines :

  • 9 Lettres datées de Naples, 8 octobre 1808, dans Paul-Louis Courier, Pamphlets politiques. Lettres d’ (...)

Dans ces montagnes, les chemins sont des précipices, nos chevaux marchaient avec beaucoup de peine ; mon camarade allant devant, un sentier qui lui parut plus praticable et plus court nous égara (…). Nous cherchâmes, tant qu’il fit jour, notre chemin à travers ces bois ; mais plus nous cherchions, plus nous nous perdions9.

  • 10 Duret de Tavel, Séjour d’un officier français en Calabre, Paris, Béchet, 1820, p. 4-5.

5Nul doute qu’il n’exagérait pas beaucoup. Questionnés par Duret de Tavel, les libraires de Naples se montraient formels et assuraient qu’aucun guide ne décrivait cette partie « la plus reculée du royaume » : « Il paraît que les bandits et la difficulté des chemins ont empêché les voyageurs d’y pénétrer »10, conclut l’officier français.

  • 11 Voir par exemple Teodoro Scamardi, Viaggiatori tedeschi in Calabria dal Grand Tour al turismo di ma (...)

6La surreprésentation de la Calabre dans le corpus des textes disponibles pour le decennio n’aide guère l’historien : les Pouilles, ainsi, sont extrêmement peu décrites alors même qu’elles avaient eu avant 1799 une série de visiteurs lettrés tout à fait importante, avec par exemple J.H. Riedesel et F. Stolberg11. Pour y apprécier le sentiment des voyageurs quant aux conditions de confort ou de sécurité des itinéraires, on en est donc réduit aux conjectures.

  • 12 Sur le banditisme méridional, voir par exemple les vues synthétiques de John A. Davis, Conflict and (...)

7La sûreté des routes n’avait jamais été le fort du royaume bourbonien12, mais à partir de 1806 l’existence d’une guerre de partisans, ou tout au moins d’un banditisme larvé, était si connue des visiteurs qu’une forme de malaise transparaît dans les comptes rendus qu’ils ont laissés de leurs pérégrinations, même lorsqu’ils n’étaient pas militaires. Alphonse de Lamartine en donne une bonne illustration, même s’il écrivit ses souvenirs près d’un demi-siècle après les faits, pendant sa retraite hautaine de l’époque du Second Empire – il était donc moins suspect de sympathie que jamais vis-à-vis d’un régime napoléonien qu’il avait toujours rejeté, dans le même esprit que sa famille et son milieu nobiliaire d’origine. À l’en croire, insécurité et brigandage régnaient sur les routes, et l’arrivée à Naples telle qu’elle est racontée dans les Mémoires de jeunesse est précédée par de sérieux incidents :

  • 13 Alphonse de Lamartine, Mémoires de jeunesse, éd. de Marie-Renée Morin, Paris, Tallandier, 1990, p.  (...)

Après avoir couché à Terracine, à cause des brigands qui rendaient la nuit périlleuse, nous entendîmes les coups de feu éclater sur les collines, à gauche, dans les bois d’oliviers, et nous fûmes bientôt arrêtés par les spectacles de la voiture du courrier de Rome à Naples qui brûlait sur la route. Deux cadavres de voyageurs tués et un cheval blessé gisaient au milieu du chemin […] ; des soldats faisaient le coup de fusil avec les assassins, de roche en roche, sur la montagne13.

8Cette attaque aurait pris place dans les derniers jours de novembre 1811. Lamartine en a-t-il réellement été le témoin, ou s’agit-il juste d’un effet de mise en scène, destiné à assombrir l’humeur des voyageurs (c’est-à-dire lui-même et un jeune négociant lyonnais qui l’avait accepté dans sa voiture) et par contraste, à mieux les préparer aux enchantements de la cité parthénopéenne ? Peu importe, en un sens.

  • 14 ASN, Interno II, 2243, 16 novembre 1806, cité par John A. Davis, Naples and Napoleon. Southern Ital (...)

9Cette insistance sur les périls menaçant les voyageurs, particuliers, négociants ou courriers, aussi peu compromis fussent-ils avec l’occupation française, est en tout cas une manière de laisser entendre que la sécurité n’était vraiment assurée qu’aux environs de Naples elle-même, et que ni Joseph ni Murat ne tenaient réellement le pays. Du reste, c’est également ce sentiment que laissent parfois transparaître les correspondances administratives. Ainsi en juge par exemple le secrétaire de l’intendance de Calabre Citérieure : « La vérité, indique-t-il à Miot de Mélito, qui tient le portefeuille de l’Intérieur, à Naples, c’est que nous tenons Cosenza mais quelques autres villes seulement ; le reste de la province est complètement infesté de brigands, et proie offerte à l’incendie et au massacre »14. La correspondance des militaires, qui se trouve aux archives de Vincennes, montre qu’ils étaient conscients que dans les zones très disputées comme les monts de Sila, les masse ciblaient les routes les plus stratégiques, par exemple les cols permettant de basculer d’une mer vers l’autre, de la façade tyrrhénienne à la façade ionienne. Inversement, les autorités cherchaient à s’assurer les axes de communication qu’elles jugeaient prioritaires, ou bien qui leur apparaissent comme tels en fonction des besoins du moment – ainsi Murat, pendant l’été 1810, lorsqu’il eut besoin d’avoir les mains libres pour tenter le passage en Sicile, par rapport à la route de Reggio.

  • 15 Sur tout ceci, voir Milton Finley, The Most Monstrous of Wars. The Napoleonic Guerrilla War in Sout (...)
  • 16 AN, F7, 8939 : lettre de Savary au comte Miollis, gouverneur général des États romains, 22 août 181 (...)

10C’est également pour ce motif que les autorités françaises investirent autant sur des politiques de « sécurisation » qui supposaient qu’on contrôle au maximum les communications, au point d’accentuer l’isolement déjà très grand des communautés villageoises de la montagne. On sait que cela fut la stratégie du général Manhès à partir de 1810, qui reçut le nom de ristretta : les villages jugés suspects de complicités actives avec les brigands étaient placés sous couvre-feu, et toutes les entrées et sorties, y compris celles des enfants, y étaient strictement contrôlées afin d’empêcher le ravitaillement des bandes et la circulation des renseignements. Les contrevenants étaient passés par les armes, sans autre forme de procès15. Parallèlement, des colonnes mobiles composées de cavaliers et de gendarmes expérimentés, aidées de gardes civiques et d’informateurs locaux, parcouraient la montagne dans tous les sens afin de couper les issues des bandes et d’accenteur leur isolement. En 1811, ces méthodes furent exportées vers les zones frontalières avec les départements romains, sous les ordres du général Heyligers, car celles-ci servaient traditionnellement de refuge. Savary jugeait que les confins entre le royaume et les anciens États du pape ne devaient plus servir d’asile aux bandits, et que la purge devait être sans pitié : « Il faut que le coup soit tellement décisif qu’il ne soit plus nécessaire d’y revenir, écrivait-il, et que la sécurité soit aussi grande […] que dans les départements de l’ancienne France »16. C’était pourtant dans les mêmes confins, entre Bénévent, Volturno et les rives du Garigliano que Fra Diavolo avait tenu en échec ses poursuivants plusieurs semaines durant à l’automne 1806.

Le royaume de Naples, au bout de l’Europe ou au ban de l’Europe ?

  • 17 En dehors de la publication de ses dépêches éditées par Françoise Janin, on peut lire aussi la synt (...)

11Les observations des voyageurs qui se transportèrent en terre napolitaine pendant le decennio francese marquent une nette continuité par rapport aux impressions qui prévalaient avant 1799. Publiant en 1806 mais venu en fait cinq ans plus tôt pour une mission à Palerme auprès de la cour bourbonienne, peu avant qu’elle ne revienne de son exil forcé, Auguste Creuzé de Lesser faisait écho à Dominique-Vivant Denon, lui aussi venu sur place pour le compte des Affaires étrangères, mais en 1785, et prompt à pointer dans ses dépêches comme dans son récit de voyage les faiblesses constitutives du royaume méridional17. La propension à cibler l’impéritie et l’inefficacité du gouvernement napolitain avait d’ailleurs trouvé à s’appuyer sur quelques-unes des particularités du milieu géographique. Le thème de la paresse comme inclination naturelle des habitants était en effet déjà développé, bien en amont de l’ère révolutionnaire, sous l’influence de la théorie des climats. Ne citons à ce sujet que le marquis de Sade, fin observateur de la vie napolitaine pendant l’hiver 1775-1776 : cet hiver-là, se souvient-il,

  • 18 Donatien-Alphonse de Sade, Voyage d’Italie, ou dissertations critiques, historiques, politiques et (...)

il n’y eut pas huit jours où le feu fût indispensable. La nature qui semble avoir favorisé ce beau pays, de préférence à toute l’Europe, y produit de tout, naturellement, sans soin et sans culture et on peut dire avec vérité que si l’industrie des habitants répondait aux efforts de la nature, il n’y aurait pas un plus magnifique pays ni un plus riche au monde. Mais l’agriculteur, naturellement lâche et paresseux, amolli par la température du climat, se confie à la nature et elle agit presque seule dans ce divin pays18.

  • 19 Robert Shackelton, « Travel and the Enlightenment Naples as a specimen », dans Jean Macary (éd.), E (...)
  • 20 Sous le titre de Campi Phlegraei (2 vol., Naples, 1776) ; voir l’article d’Élisabeth Chevallier, «  (...)
  • 21 Stendhal, « Journal. A Tour through Italy. 1811 », Œuvres intimes, éd. de Victor Del Litto, Paris, (...)
  • 22 Voir Juan Rigoli, Le voyageur à l’envers. Montagnes de Chateaubriand, Genève, Droz, 2005, ainsi que (...)
  • 23 Simone Balayé, « Corinne et la Ville italienne ou l’espace extérieur et l’impasse intérieure », dan (...)

12Par rapport à d’autres pôles de civilisation de l’Italie moderne, Naples avait peu retenu l’attention pour son rayonnement intellectuel. Ainsi que le notait Robert Shackelton, « les voyageurs n’accordaient guère d’attention à ces développements. Ils écrivaient infailliblement sur les sites et les expériences habituels »19, tels que la Grotta del cane, la liquéfaction du sang de saint Janvier, « miracle » sur lequel on ironisait beaucoup, et bien sûr le Vésuve… Les caprices du volcan, tout comme d’ailleurs les tremblements de terre, en particulier celui de 1783, attiraient à Naples nombre de savants et de minéralogistes : Lamartine affirme avoir croisé sur place en 1812 Wilhelm von Humboldt – ce qui est peu vraisemblable car il avait quitté l’Italie en 1809, et on se souvient que les mémoires rédigés par l’ambassadeur anglais Sir William Hamilton pour la Royal Society de Londres avaient été commentés dans toute l’Europe20. L’excursion sur les pentes du volcan était devenue au moins depuis le dernier tiers du XVIIIe siècle un passage obligé, un rendez-vous de curieux. En 1811, Henri Beyle déchiffra dans le fameux livre de l’ermite les noms de Mme de Staël et d’August Schlegel à côté d’une « platitude signée Bigot de Préameneu »21, conseiller d’État et ministre des Cultes de l’empereur qui était venu en 1805 et avait ramené un rapport sur l’éruption de cette année-là. Le discours sur le Vésuve pouvait également prendre à revers la sensibilité romantique à la montagne (notamment aux Alpes, avec leurs cimes, leurs précipices, leurs glaciers). Mais ses colères imprévisibles étaient devenues emblématiques d’une sorte de dernière extrémité dans l’instabilité, de porte ouverte à tous les débordements dont l’image s’attachait à Naples. Ainsi le volcan devenait-il potentiellement une représentation allégorique de la Révolution, et de façon plus générale du dérèglement des passions humaines22. Cette ambiguïté se retrouva, fortement inscrite, dans le texte staëlien inspiré par le voyage de 1805, Corinne, où « l’accueil généreux [de] Naples et [de] la Campanie, leur apparence plus ouverte ne dissimulent même pas des menaces mortelles »23, ainsi que l’avait finement observé Simone Balayé.

 

  • 24 Voir l’article très informé d’Alessandro Tuccillo, « La frontière de la civilisation. royaume de Na (...)
  • 25 Voir l’entrée de son journal du 9 octobre 1811 : « J’ai vu Naples en dehors de la société. Tout y é (...)
  • 26 Amélie Odier, Mon voyage en Italie, 1811-1812, Genève, Éditions Passé Présent, 1993, p. 220.

13On imagine aisément que de tels stéréotypes furent ranimés par la résistance à la domination française manifestée dès 1806 par l’insurrection calabraise, partiellement attisée et armée par les Anglais, puis par le banditisme endémique qui en subsista. Tout cela s’adjoignait au souvenir des exactions de l’insurrection sanfédiste, en 1799, pour donner à cet extrême-Sud italien une réputation de rudesse et de noirceur. Ainsi se trouvait relayée et réactualisée l’image d’une terre violente, rebelle à l’emprise de l’appareil d’État, sous-administrée ou mal gérée, voire négligée par la monarchie – tout comme par la noblesse – que les commentateurs éclairés du XVIIIe siècle avaient déjà propagée dans l’opinion européenne24. Le défaut d’éducation de la noblesse, la dépravation des femmes, la passion de l’étiquette avaient été montrés du doigt et l’étaient toujours, à l’heure française. Pour un Henri Beyle, qui s’octroya un congé en Italie en 1811 et resta six jours à Naples, la capitale souffrait d’un grave déficit de la vie de société par rapport aux salons qui faisaient ses délices dans sa ville de prédilection, Milan25. Une visiteuse suisse comme Amélie Odier n’hésitait pas à écrire : « Notre petite ville de Genève a mille fois plus de ressources que Naples, soit pour l’éducation, soit pour la société »26. Néanmoins, qu’elle fût discrètement présente ou bien solidement installée, cette vue critique était loin encore de contrebalancer la fascination que la civilisation et la nature napolitaines exerçaient sur les étrangers de passage ou sur les expatriés. Bien différente apparaît par exemple la perception d’un Lamartine, pour qui

  • 27 Le ton change nettement une fois qu’il atteint l’Italie centrale : voir ainsi l’appréciation de Cha (...)
  • 28 Alphonse de Lamartine, Cours familier de littérature, Paris, s.n., 1856, t. 2, VII, XXVI, p. 39.

« l’Italie moderne », celle du nord de la péninsule, ne véhiculait que fort peu de séductions27. Les ressources architecturales et artistiques ne lui manquaient certes pas, jugeait-il, mais on n’y rencontrait « aucune politesse, aucune prévenance, personne qui réponde aux vôtres. Oh ! le triste pays […], si on veut y vivre avec les vivants »28.

  • 29 L’expression est d’Anne-Marie Jaton, Le Vésuve et la Sirène. Le mythe de Naples chez Madame de Staë (...)
  • 30 A. de Lamartine, Mémoires de jeunesse (1790-1815), op. cit., p. 132.
  • 31 Duret de Tavel, Séjour d’un officier français, op. cit., p. 7.
  • 32 Voir François Michel, « Un ami de Stendhal : Lambert de Lyon », dans id., Études stendhaliennes, Pa (...)
  • 33 Sur la crise musicale pendant la période des Napoléonides, voir Mélanie Traversier, Gouverner l’opé (...)
  • 34 Voir Élisabeth Chevallier, « Le lazzarone napolitain vu par les voyageurs étrangers du XVIIIe siècl (...)
  • 35 A. d’Hauteroche, La vie militaire en Italie…, op. cit., p. 147. Le même juge cependant un peu plus (...)
  • 36 Ida Saint-Elme, Souvenirs d’une courtisane de la Grande Armée, éd. de Jacques Jourquin, Paris, Tall (...)

14Car le revers de ce type de représentation, c’est bien entendu une manière d’idéalisation qui, excitée par l’enchantement exercé par le cadre naturel du golfe, élevait les populations locales au rang de « bons sauvages européens »29. La ville et le golfe de Naples revêtaient facilement, dans ce type d’imaginaire, un caractère à la fois édénique et primitif : « Aucune ville ne m’a jamais produit cet enivrement, devait juger Lamartine. Rome était un monastère. Naples un Éden. La nature et les hommes ne se sont nulle part mieux accordés pour enchanter un séjour humain »30. Duret de Tavel ne disait pas autre chose, parlant de ces « aspects alternativement riants et terribles, ou tout charme les sens et exalte l’imagination », et reprenant l’opposition avec « […] Rome dont les habitants semblent errer comme des ombres au milieu de ces antiques monuments du génie des arts »31. Cette exaltation saisissant les observateurs étrangers possédait déjà une longue histoire littéraire. Devenue capitale napoléonienne, Naples ne cessa donc pas d’être une expérience exceptionnelle pour les voyageurs, mais cela ne devait rien aux transformations urbanistiques impulsées par Murat ou à la vie de cour rénovée par la reine Caroline. Le discours des voyageurs à propos de la cité parthénopéenne avait d’ailleurs fortement tendance à essentialiser les choses et à les détacher, finalement, d’une actualité politique qui paraissait, par instants, d’importance très secondaire. Naples avait toujours été et serait toujours identique à elle-même. C’est pourquoi on ne trouve pas de rupture franche entre les jugements pré-1806 et les appréciations post-1815, tant chez les Britanniques ou les Allemands que d’ailleurs chez les Français. Ce sont surtout les premiers qui avaient propagé l’éloge de Naples, après le milieu du XVIIIe siècle, avec James Boswell, Joseph Wright of Derby, David Garrick, et finalement Beckford, sans parler des savants comme Gibbon et des connoisseurs et amateurs d’art tels que Richard Payne Knight. L’héritage de la Magna Graecia et les vestiges de l’Antiquité romaine qu’offraient Herculanum et Pompéi étaient bien sûr présents à tous les esprits – l’entourage de Murat avait d’ailleurs bien senti l’intérêt que la nouvelle monarchie aurait à encourager, à son tour, après les initiatives bourboniennes en ce sens, les travaux des archéologues. La ville et ses palais, ses églises baroques, étaient en général des objets d’admiration. La vie musicale napolitaine offrait aussi souvent matière à chroniques et réflexions : en 1811, Stendhal semble y avoir consacré l’essentiel de ses journées, après s’être fait préparer par son ami Léon Lambert, qui était sur place depuis 1805 comme administrateur militaire32, des notes abondantes sur les conservatori et les diverses traditions lyriques de la ville, et avant de conclure par un propos plutôt négatif33. On ne se choquait pas franchement de la misère, même si certains observateurs rejetaient la vision idéalisée du petit peuple napolitain et s’affichaient prêts à renouer avec les préventions des Silhouette et des De Brosses, c’est-à-dire des visiteurs du premier XVIIIe siècle34. Il y avait sur ce terrain-là quasiment de quoi faire des observations d’histoire naturelle, du moins est-ce le ton qu’adoptait d’Hauteroche pour décrire la classe des mendiants rassemblés dans les ruelles du port, aux environs du fort des Carmes et dans les perpendiculaires à la via Toledo, que « la misère, la crapule et l’avilissement (…) ont rendus en tout semblables aux animaux les plus immondes »35. De même brodait-on souvent sur le luxe inouï de la cour de Naples, auquel les Napoléonides ne mirent pas spécialement de réserve, et qu’on retrouve bien présent dans les observations, idylliques au point d’en sembler suspectes, de certaines voyageuses – ainsi la courtisane et actrice Ida Saint-Elme, qui parle pour l’arrivée à Caserte de « routes ornées de myrtes, d’orangers et de mille objets plus délicieux les uns que les autres »36.

  • 37 Lady Blessington, The Idler in Italy, Londres, 1839, t. 1, p. 102, cité par Edward Chaney, « The Gr (...)
  • 38 Stendhal, Rome, Naples et Florence en 1817, dans Voyages en Italie, op. cit., p. 58.

15Ainsi, comme le remarquait par exemple Edward Chaney, la Révolution et l’ère napoléonienne ne modifièrent rien de très substantiel à l’approche du royaume de Naples dans la culture du voyage européen. Encore en 1839, Lady Blessington dans son Idler in Italy de 1839 reproduirait les mêmes impressions que ses prédécesseurs : « plus je vois les Napolitains, écrit-elle, […], plus je les aime »37. Même Stendhal, dans la première version de Rome, Naples et Florence en 1817, dont une grande partie de la matière est justement constituée par le journal qu’il avait tenu sur place en 1811, ne devait pas montrer la même propension à opposer l’autorité bourbonienne rétablie en 1815 avec celle du roi Murat que celle qu’il mettait à opposer les actes du gouvernement de la Restauration romaine, sous Consalvi, avec les succès obtenus avant 1814 par Tournon, Gérando et la Consulta. Dans le cas de Naples, en effet, l’ouvrage ne prend pas aussi nettement que pour le reste de l’Italie le tour d’un pamphlet politique. Les ambiguïtés de Murat en 1814 et son effondrement sur le terrain militaire en 1815 étaient sans doute passés par là, même si Henri Beyle souligne qu’il est, « malgré sa bêtise », « regretté » par l’homme de la rue (en l’occurrence son cocher)38. Si l’on devait distinguer un témoin du decennio francese pour la finesse de ses observations, qui semblent trancher avec les vues des Lumières tardives ou préromantiques que propageait encore dans la fiction le Corinne de Germaine de Staël, sans doute serait-ce Astolphe de Custine, dont le regard fut connu du public seulement en 1830. Il est le seul, certainement, à montrer de réelles capacités d’observation de la vie sociale et des mœurs, en particulier au sujet des Calabres, et à se jouer des stéréotypes sur nature et civilisation – ainsi lorsqu’il dépeint Reggio :

  • 39 Astolphe de Custine, Mémoires et voyages, Paris, François Bourin, 1992, p. 167. Le passage est daté (...)

Les prétentions d’un genre quelconque sont un défaut rare chez les Calabrais de l’intérieur des terres ; leur ambition se borne à porter un fusil sur l’épaule en allant se promener ; mais aux approches de Reggio, on trouve un peuple perfectionné par le commerce, c’est-à-dire qui a changé ses vertus particulières contre les vices du monde entier […]. Dans mes illusions, je croyais aux habitants de ce pays des formes rudes mais une sorte de fierté sauvage : je n’ai vu parmi eux que des hommes à demi cultivés qui vivent dans une fausse aisance, avec un luxe mesquin39.

16Mais l’inquiétude et le sentiment de marginalité qui animent Custine – du reste un des seuls à voir les lieux sans être militaire ni fonctionnaire, simplement en désœuvré et en curieux – font de lui un auteur sans véritable équivalent pour témoigner de l’Italie méridionale au temps de cet « épisode napoléonien ».

 

  • 40 Ange Goudar, Naples : ce qu’il faut faire pour rendre ce royaume florissant, Amsterdam, 1771, ch. 4 (...)
  • 41 8 mars 1817, dans Stendhal, Rome, Naples et Florence en 1817, op. cit., p. 58. Mais ce n’est pas le (...)
  • 42 Voir Giuseppe Galasso, L’autre Europe. Pour une anthropologie historique du Mezzogiorno, Rome, Écol (...)

17En somme, l’expérience des voyageurs ayant arpenté le royaume de Naples pendant le decennio francese demeure mal documentée et délicate à préciser. Le corpus est trop mince, malheureusement, et trop exclusivement français, pour pouvoir proposer des conclusions très assurées. Il ne semble pas, globalement, que la période ait été marquée par une mue spectaculaire de la perception du royaume, ni pour son potentiel économique, ni pour les caractères prêtés à sa population. La découverte de la région était un phénomène somme toute encore récent, et nul n’ignorait qu’elle avait subi la loi de plusieurs puissances étrangères successives, et s’était « accoutumée à toutes ; une nation qui eût reçu elle seule tous les coups de la fortune, qui au lieu de libérateurs ne se fût donnée que des maîtres »40, ainsi que l’écrivait Ange Goudar dès 1771. Pour les hommes et les femmes du XIXe siècle qui se transportaient sur place, la présence d’une cour, de corps de troupes et de cadres administratifs estampillés « français » était-elle bien un enjeu essentiel, un terrain de curiosité prioritaire ? On peut en douter. Quant au peuple, depuis le lazzarone napolitain jusqu’au berger calabrais, sa différence frappait, en bien ou en mal, jusqu’à constituer une véritable altérité. Quand il revit les lieux en 1817, six ans après son congé de 1811, Stendhal parla de « la grossièreté de ce peuple demi-nu, […] ces barbares [qui] sont friponneaux parce qu’ils sont pauvres, mais ne sont pas méchants »41. Comme il a été souvent souligné, c’est seulement au-delà de 1860 que l’image du Sud allait connaître une dégradation décisive, touchant l’ensemble du royaume de Naples et non plus seulement ses périphéries, atteignant même sa capitale : le baroque architectural n’y intéresserait plus personne, et le peuple joyeux et bien portant chanté par les observateurs du XVIIIe siècle finissant et des premières années du XIXe siècle y cèderait la place à une plèbe répugnante, symptomatique de la dégradation générale des races latines42.

Notes

1 Voir sur ce point Rosa Maria Delle Quadri, Nel Sud romantico. Diplomatici e viaggiatori inglesi alla scoperta del Mezzogiorno borbonico, Naples, Guida 2012 ; Alida Fliri, « La Sirena e il Lazzarone. Viaggiatori tedeschi nella Napoli del Settecento », dans Donatella Mazzoleni (éd.), La Città e l’immaginario, Rome, Officina editoriale, 1985, p. 151-163, et Lucia Tresoldi, Viaggiatori tedeschi in Italia, 1452-1870. Saggio bibiografico, 2 vol., Rome, Bulzoni, 1975-1977 ; Rossana Curreri, Sebastiana Cutuli et Maria Teresa Puleio (éds), Il sogno italiano dei viaggiatori francesi. L’Italie dans les rêves des voyageurs français : atti del convegno internazionale, Catania, 28-30 giugno 2007, Catania, Italie, CUECM, 2007. Comme pour les Anglais, les voyages des Allemands vers l’Italie reprennent avec vigueur dès le lendemain de 1815. On prendra en considération ici tous les textes exploitables évoquant un séjour dans (ou un passage par) le royaume de Naples, soit une petite quinzaine de documents : les relations de voyage dûment estampillées comme telles (une poignée), les récits militaires (de loin les plus nombreux, parfois assimilable à la catégorie précédente), les mémoires, les journaux intimes et correspondances (très faiblement représentés). Paradoxalement, la proportion de contributions féminines est plus élevée que dans la dernière décennie de l’Ancien Régime, du fait du poids des épouses, domestiques, gouvernantes et dames de compagnie venues sur place…

2 Voir ainsi diverses contributions sur l’image de la ville de Naples au temps des Lumières : Sandrine Iraci, « La découverte de Naples et de ses alentours par les voyageurs français du XVIIIe siècle. Du Grand Tour au voyage artistique et littéraire », dans Gilles Bertrand (éd.), Voyage et représentations réciproques, XVIe-XIXe siècle. Méthode, bilans, perspectives, Grenoble, CRHIPA, 2009, p. 77-94 ; Brigitte Marin, « Des délices et merveilles de la capitale espagnole à la critique économique et sociale de la métropole des Lumières », dans Emanuele Kanceff et Roberta Rampone (éd.), Viaggio nel Sud, t. 2, Verso la Calabria, Moncalieri, CIRVI, 1999, p. 47-61 ; Anthony Blunt, « Naples as seen by the French travellers, 1630-1780 », dans The Artist and the Writer in France. Essays in Honor of Jean Seznec, Oxford, Clarendon Press, 1974, p. 1-14.

3 Auguste Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile fait en 1801 et 1802, Paris, Didot, 1806, p. 96. Sur le séjour de Creuzé, voir quelques éléments de contexte dans Hélène Tuzet, Voyageurs français en Sicile au temps du romantisme, Paris, Boivin, 1944.

4 Atanasio Mozzillo, La frontiera del Grand Tour. Viaggi e viggiatori nel Mezzogiorno borbonico, Naples, Liguori, 1992. Voir également, du même, Passagio al Mezzogiorno. Napoli e il Sud nell’immaginario barocco e illuminista europeo, Milan, Leonardo, 1993.

5 Voir ainsi la carte donnée par Enrico Iachello et Paolo Militello, « Strade e rote di posta all’inizio dell’Ottocento », dans M. P. Donato, D. Armando, M. Cattaneo et J.-F. Chauvard (éd.), Atlante storico dell’Italia rivoluzionaria e napoleonica, Rome, École française de Rome, 2013, p. 32-33.

6 Joseph Hugo, Mémoires du général Hugo, Paris, Ladvocat, 1823, t. 1, p. 120-140. Il souligne aussi les destructions infligées aux rares ponts, d’où la pénibilité et la difficulté du passage à gué des torrents grossis par les pluies d’automne et d’hiver, un thème sur lequel reviennent bien d’autres militaires, par exemple le sous-lieutenant d’Hauteroche : voir Antoine d’Hauteroche, La vie militaire en Italie sous le Premier Empire (Campagne des Calabres) 1806-1809. Souvenirs du sous-lieutenant d’Hauteroche, Saint-Étienne, Imprimerie Théolier et Cie, 1894, p. 40-48.

7 Voir Jacques Rambaud, Naples sous Joseph Bonaparte, Paris, Plon, 1911, p. 430, note 3.

8 J. Hugo, Mémoires du général Hugo, op. cit., t. 1, p. 153.

9 Lettres datées de Naples, 8 octobre 1808, dans Paul-Louis Courier, Pamphlets politiques. Lettres d’Italie, Paris, La Renaissance du Livre, 1927, p. 226.

10 Duret de Tavel, Séjour d’un officier français en Calabre, Paris, Béchet, 1820, p. 4-5.

11 Voir par exemple Teodoro Scamardi, Viaggiatori tedeschi in Calabria dal Grand Tour al turismo di massa, Soveria Mannelli, Rubbettino, 1998.

12 Sur le banditisme méridional, voir par exemple les vues synthétiques de John A. Davis, Conflict and Control. Law and Order in Nineteenth Century Italy, Londres-Basingstoke, Macmillan Education, 1988, p. 74-80. Sur les dynamiques sociales et économiques, abstraction faite de l’orientation anti-française, voir par exemple Francesco Gaudioso, Brigantaggio, repressione e pentitismo nel Mezzogiorno preunitario, Galatina, Congedo editore, 2002.

13 Alphonse de Lamartine, Mémoires de jeunesse, éd. de Marie-Renée Morin, Paris, Tallandier, 1990, p. 131. Lamartine passa d’abord par Rome puis il poussa jusqu’à Naples où il disposait d’une recommandation auprès d’un parent de sa mère, Dareste de la Chavanne. Sans être un familier de Murat, ce dernier avait des protections et faisait des affaires : il avait notamment reçu en concession l’exploitation de la régie royale des Tabacs. Arrivé sur place le 30 novembre 1812, Lamartine y demeura presque cinq mois. Son séjour fut notamment marqué par la liaison avec une jeune femme qu’il a transposée dans son roman Graziella publié en 1850. On peut se référer aussi à la Correspondance Alphonse de Lamartine-Aymon de Virieu, éd. de Marie-Renée Morin, t. 1, 1807-1815, Paris, PUF, 1987, et la Correspondance d’Alphonse de Lamartine. Deuxième série (1807-1829), éd. de Marie-Renée Morin et Christian Croisille, t. 1, 1807-1815, Paris, Champion, 2003.

14 ASN, Interno II, 2243, 16 novembre 1806, cité par John A. Davis, Naples and Napoleon. Southern Italy and the European Revolutions, 1780-1860, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 217.

15 Sur tout ceci, voir Milton Finley, The Most Monstrous of Wars. The Napoleonic Guerrilla War in Southern Italy, 1806-1811, Columbia (SC), University of South Carolina Press, 1994, p. 131-144 et mon propre article : Nicolas Bourguinat, « Gendarmerie, insoumission et brigandage dans l’Italie centrale et méridionale à l’époque napoléonienne », dans Jacques-Olivier Boudon (éd.), Police et gendarmerie dans l’Empire napoléonien, Paris, STM, 2014. On peut consulter aussi le témoignage de Manhès lui-même : Jean Garrigoux (éd.), Manhès, vice-roi des Calabres, Aurillac, Impr. Gerbert, 2000, et l’étude d’Umberto Caldora, Fra patrioti e briganti, Bari, Adriatica, 1974.

16 AN, F7, 8939 : lettre de Savary au comte Miollis, gouverneur général des États romains, 22 août 1811.

17 En dehors de la publication de ses dépêches éditées par Françoise Janin, on peut lire aussi la synthèse de Jean-Claude Waquet, « Lente dégénérescence, imminente révolution. Dominique-Vivant Denon, voyageur et négociateur dans le royaume des Deux-Siciles », dans Les fruits de la récolte. Études offertes à Jean-Michel Boehler, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2007, p. 437-456.

18 Donatien-Alphonse de Sade, Voyage d’Italie, ou dissertations critiques, historiques, politiques et philosophiques sur les villes de Florence, Rome, et Naples, 1775-1776, dans Œuvres complètes du marquis de Sade, éd. de Gilbert Lely et Georges Daumas, Paris, Cercle du livre précieux, 1967, t. 16, p. 383. C’est moi qui souligne.

19 Robert Shackelton, « Travel and the Enlightenment Naples as a specimen », dans Jean Macary (éd.), Essays on the age of Enlightenment in honor of Ira O. Wade, Genève, Droz, 1977, p. 281-293.

20 Sous le titre de Campi Phlegraei (2 vol., Naples, 1776) ; voir l’article d’Élisabeth Chevallier, « La finalité du Vésuve : force du mal ou instrument de la providence selon les étrangers venus à Naples au XVIIIe siècle », dans Raymond Chevallier (éd.), Histoire et historiographie, Paris, Les Belles Lettres, 1981, ici p. 366-369.

21 Stendhal, « Journal. A Tour through Italy. 1811 », Œuvres intimes, éd. de Victor Del Litto, Paris, Gallimard-La Pléiade, t. 1, p. 796. L’entrée est du jeudi 10 octobre 1811.

22 Voir Juan Rigoli, Le voyageur à l’envers. Montagnes de Chateaubriand, Genève, Droz, 2005, ainsi que Béatrice Didier, « Sade, Juliette et le Vésuve », dans E. Kanceff et R. Rampone (éd.), Viaggio nel Sud, op. cit., t. 2, ici p. 361-364, et mon propre article : Nicolas Bourguinat, « Le voyage de jeunesse de Lamartine en Italie (1811-1812) : de la libre mémoire à la mémoire libérée », dans Sarga Moussa et Sylvain Venayre (éd.), Le Voyage et la mémoire au XIXe siècle, Grâne, Créaphis, 2010, p. 241-256 notamment p. 253-255.

23 Simone Balayé, « Corinne et la Ville italienne ou l’espace extérieur et l’impasse intérieure », dans ead., Madame de Staël. Écrire, lutter, vivre, Genève, Droz, 1994, p. 102. Rappelons que Corinne parut en librairie en 1807.

24 Voir l’article très informé d’Alessandro Tuccillo, « La frontière de la civilisation. royaume de Naples et Méditerranée dans les écrits des illuministi méridionaux », Rives Méditerranéennes, n° 49, 2014, p. 159-174. Voir également Nicolas Bourguinat (éd.), L’invention des Midis. Représentations de l’Europe du Sud, XVIIIe-XXe siècle, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2015, et en particulier mon introduction, « Le Midi comme énigme historique », p. 5-17.

25 Voir l’entrée de son journal du 9 octobre 1811 : « J’ai vu Naples en dehors de la société. Tout y était mort pour moi. La bonne musique m’eût ranimé ; je n’y ai entendu que de mauvaise » (dans Œuvres intimes, op. cit., t. 1, p. 796).

26 Amélie Odier, Mon voyage en Italie, 1811-1812, Genève, Éditions Passé Présent, 1993, p. 220.

27 Le ton change nettement une fois qu’il atteint l’Italie centrale : voir ainsi l’appréciation de Charles Dédeyan, Lamartine et la Toscane, Genève, Slatkine, 1981, p. 15-17.

28 Alphonse de Lamartine, Cours familier de littérature, Paris, s.n., 1856, t. 2, VII, XXVI, p. 39.

29 L’expression est d’Anne-Marie Jaton, Le Vésuve et la Sirène. Le mythe de Naples chez Madame de Staël et Nerval, Pise, Pacini, 1988, p. 25. Un essai de synthèse sur les vues courantes au sujet du sud de l’Italie d’avant 1860 se trouve dans Nelson Moe, The view from Vesuvius, Italian Culture and the Southern Question, Berkeley, University of California Press, 2002, p. 13-83.

30 A. de Lamartine, Mémoires de jeunesse (1790-1815), op. cit., p. 132.

31 Duret de Tavel, Séjour d’un officier français, op. cit., p. 7.

32 Voir François Michel, « Un ami de Stendhal : Lambert de Lyon », dans id., Études stendhaliennes, Paris, Mercure de France, 2e éd., 1972, p. 113-124.

33 Sur la crise musicale pendant la période des Napoléonides, voir Mélanie Traversier, Gouverner l’opéra. Une histoire politique de la musique à Naples, 1767-1815, Rome, École française de Rome, 2009, p. 536-578.

34 Voir Élisabeth Chevallier, « Le lazzarone napolitain vu par les voyageurs étrangers du XVIIIe siècle : est-il bon, est-il méchant ? », Bulletin de l’Association amicale des anciennes élèves de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, n° 90, novembre 1970, p. 18-29, et Anne-Marie Jaton, Le Vésuve et la Sirène, op. cit., p. 26-33. Des années 1820 aux années 1850, le sujet ne disparut nullement du champ de la curiosité des voyageurs écrivants : cf. l’analyse d’une dizaine de titres donnée par Philippe Gut, « Les capitales de l’Italie pré-unitaire vues par les voyageurs français », dans Le Città capitali degli Stati pre-unitari. Atti del LIII° congresso di storia del rosrogimento italiano, Rome, ISRI, 1988, ici p. 449-454.

35 A. d’Hauteroche, La vie militaire en Italie…, op. cit., p. 147. Le même juge cependant un peu plus loin que « la classe des lazzaroni », qui étaient à l’en croire au nombre de 30 à 40 000, aurait « considérablement diminué depuis l’arrivée des Français » (ibid.).

36 Ida Saint-Elme, Souvenirs d’une courtisane de la Grande Armée, éd. de Jacques Jourquin, Paris, Tallandier, 2004, p. 491 (il s’agit de la réédition des Mémoires d’une contemporaine, parus en 1827). Voir aussi à propos de Portici, Catherine Davies, Eleven Years of Residence in the Family of Murat, King of Naples, Londres, How and Parsons, 1841, p. 21-22. Sur l’appréhension du Sud par les femmes, je me permets de renvoyer à Nicolas Bourguinat, La Bella Libertà ? L’Italie des voyageuses, 1770-1870, Montrouge, Édition du Bourg, 2017 : ici, les textes sont trop peu nombreux et trop centrés sur la vie de cour et l’entourage royal pour que l’on puisse en titrer des conclusions.

37 Lady Blessington, The Idler in Italy, Londres, 1839, t. 1, p. 102, cité par Edward Chaney, « The Grand Tour and beyond : British and American travellers in Southern Italy 1545-1960 », dans Oxford, China and Italy. Writings in honour of Sir Harold Acton, Londres, Thames and Hudson, 1984, p. 133-153.

38 Stendhal, Rome, Naples et Florence en 1817, dans Voyages en Italie, op. cit., p. 58.

39 Astolphe de Custine, Mémoires et voyages, Paris, François Bourin, 1992, p. 167. Le passage est daté de Reggio, 19 juin 1812.

40 Ange Goudar, Naples : ce qu’il faut faire pour rendre ce royaume florissant, Amsterdam, 1771, ch. 4, cité par Gianfranco Dioguardi, Un aventurier à Naples au XVIIIe siècle, Castelnau-le-Lez, Climats, 1993 [Palerme, 1983], p. 98.

41 8 mars 1817, dans Stendhal, Rome, Naples et Florence en 1817, op. cit., p. 58. Mais ce n’est pas le propre du petit peuple de la capitale : en effet, bien qu’il ne soit allé dans les îles ni en 1811 ni en 1817, Beyle estime que « les bons habitants d’Ischia sont (…) des sauvages africains » (21 février 1817, ibid., p. 49). Dans l’édition de 1826, titrée simplement Rome, Naples et Florence, il étend ces observations au paysan napolitain, qui est tout simplement « un sauvage, heureux comme on l’était à Otaïti avant l’arrivée des missionnaires méthodistes » (23 février 1817, ibid., p. 518).

42 Voir Giuseppe Galasso, L’autre Europe. Pour une anthropologie historique du Mezzogiorno, Rome, École française de Rome, 1997 ; John Dickie, Darkest Italy. The Nation and Stereotypes of the Mezzogiorno, 1860-1900, New York, St. Martin’s Press, 1999 ou encore Claudia Petraccone, Le due diviltà settentrionali e meridionali nella storia d’Italia dal 1860 al 1914, Rome, Laterza, 2000.

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site