Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le royaume de Naples à l'heure française

 | 
Pierre-Marie Delpu
, 
Igor Moullier
, 
Mélanie Traversier

Partie 3. Circulation et diffusion des savoirs

Chapitre 15. Le premier laboratoire de chimie de l’université de Naples était-il français ?

Corinna Guerra
Traduction de Kelly Mayjonade-Christy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1916, le physicien Pierre Duhem (1861-1916) posait la question suivante : la chimie est-elle une science française1 ? Cette question essentielle était en fait le titre d’un petit livre qui atteste des rivalités entre les nations européennes dans la recherche scientifique. Pour certains, c’est d’ailleurs cette course européenne effrénée dans la recherche scientifique qui aurait conduit à la Grande Guerre2. Aussi, il semble intéressant de tenter de comprendre pourquoi Duhem sentit la nécessité de clarifier, avec la publication d’un tel titre, si la chimie pouvait être considérée comme une science française ou non, puisque l’utilisation de l’adjectif « français » dans le titre suggère que ce dernier ne qualifiait pas un simple pays.

Il est certain que cette profonde réflexion par Duhem sur le caractère français de la discipline a pour origine l’influence que la révolution chimique – que l’on doit au chimiste français A.L. Lavoisier (1743-1794)3 – a eue sur la naissance de la chimie m...

Auteur

LabEx Hastec

Kelly Mayjonade-Christy (Traducteur)

Sorbonne Université-Centre d’histoire du XIXe siècle

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540