Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transition énergétique : un concept historique ?

 | 
Pierre Lamard
, 
Nicolas Stoskopf

Troisième partie. Des transitions, des contraintes

Table ronde sur la transition énergétique

Pierre Lamard, François de Charentenay, Yves Dreyer et Pierre Schmitt

Texte intégral

1Pierre Lamard : Trois temps structurent le déroulement de cette table ronde. Tout d’abord, François de Charentenay fera part des travaux qui sont conduits au sein de l’Académie des technologies, tout en contextualisant le propos au prisme des grands objectifs mondiaux et nationaux (réduction de la consommation d’énergie et réduction des émissions de gaz à effet de serre). Le cadre des enjeux posé et les paramètres du paysage énergétique déclinés, il s’agira d’aller dans un deuxième temps à la rencontre du terrain en se tournant vers les responsables d’entreprise. Après une rapide présentation de leurs activités et de leurs fonctions, ceux-ci donneront un éclairage sur la stratégie de leur groupe en direction de l’environnement et des questions connexes. Ils illustreront leur propos par des exemples concrets sur fond de certification et de réglementation. Qu’en est-il des mesures prises et de leur efficience au sein de leurs entreprises ? Quels sont les dynamiques et les freins internes comme externes dans le déploiement d’une politique énergétique ? Des échanges constitueront le dernier temps de cette table ronde.

 

2François de Charentenay : En tant que membre de l’Académie des technologies, je suis persuadé que les analyses historiques des évolutions des techniques peuvent apporter un regard original très utile. L’histoire de l’énergie montre une succession de périodes entrecoupées de phase de transition, sous la forme d’additions successives de nouvelles ressources : après le bois, le charbon, puis le pétrole, le gaz et enfin le nucléaire, ainsi que les énergies dites renouvelables (EnR) exploitées comme l’éolien et le solaire grâce à de nouvelles technologies. Ces différentes sources énergétiques coexistent et constituent les briques de « mix » énergétiques. Ces mix énergétiques varient en fonction des pays et des évolutions technologiques.

3La transition énergétique amorcée à la charnière des XXe et XXIe siècles a un caractère original. Elle est motivée en Europe par une double crise, celle de la prise de conscience de la disparition à terme des ressources fossiles et celle des menaces à moyen terme du changement climatique. C’est aussi une transition à l’échelle mondiale, aussi bien par les effets potentiels du changement climatique que par les solutions à envisager même si certains pays sont moins engagés que d’autres. Les États-Unis par exemple sont plus orientés vers des stratégies de compétitivité avec le développement du pétrole et du gaz de schiste.

4Nous allons traiter ici le cas de la France en le comparant avec d’autres pays mais il faut d’abord décrire le paysage énergétique. Considérons d’abord les ressources énergétiques utilisées sous forme d’énergie primaire (énergie calculée à la source en 2012) :

Énergie Pourcentage
Charbon 4 %
Pétrole 36 %
Gaz 13 %
Nucléaire 39 %
Hydraulique 6 %
Énergies renouvelables 2 %

5On retient de ce tableau la prééminence des énergies fossiles (53 %) et le taux élevé d’énergie nucléaire. Notons également que l’énergie primaire d’origine nucléaire est comptée non pas en électricité, mais en production thermique initiale avant transformation par turbines et alternateur en électricité. Ainsi les chiffres de ressources énergétiques ne correspondent pas à la disponibilité réelle de l’énergie sous forme électrique.

6Il est important d’examiner la répartition des usages en aval, au niveau du consommateur (chiffres donnés dans « Bilan énergétique de la France 2012 ») :

7Par type d’activité consommatrice :

  • Résidentiel et tertiaire (44,6 %)
  • Transports (31,6 %)
  • Industrie (20,9 %)
  • Agriculture (2,9 %)

8Par type d’énergie finale :

  • Charbon (3,4 %)
  • Fuel et carburants (41,5 %)
  • Gaz (21,2 %)
  • Électricité (24,6 %)
  • EnR (9,7 %)

9Récemment, en particulier sur les propositions de Paul Caseau dans le cadre de l’Académie des technologies, a été introduite la notion de vecteurs, c’est-à-dire les modes de transfert entre les énergies primaires et les usages qu’au final nous faisons de l’énergie. Les principaux vecteurs sont les carburants, le gaz et l’électricité. Citons aussi le charbon (en décroissance), les réseaux de chaleur (en développement) et, pour le futur assez lointain, l’hydrogène.

10Nous allons nous intéresser plus particulièrement au vecteur électrique pour ses qualités, en particulier son adaptabilité à toutes sortes d’utilisations. Ce vecteur permet la distribution d’énergie centralisée mais il peut aussi collecter les énergies locales comme l’éolien et le solaire photovoltaïque.

Puissance et production d’électricité en France.

Origine de l’électricité Capacité (ou puissance de pointe, GW électrique) Énergie produite (TWh) en 2012
Nucléaire 63,1 405
Hydraulique 25,4 63,8
Centrales Charbon 7,9 18,1
Centrales Fuel 9,4 6,6
Centrales Gaz 10,5 23,2
Éolien 7,4 14,9
Photovoltaïque 3,5 4
Autre EnR 1,4 5,9
Total 128,6

2012, d’après S. Candel, Académie des technologies.

11Ce tableau montre que les centrales (charbon, gaz, fuel) ainsi que l’éolien et le photovoltaïque sont loin de leur possibilité maximale. Ceci est inhérent au caractère intermittent des sources d’énergies renouvelables telles que le vent et le soleil. En l’absence de vent et de soleil, les centrales thermiques à flamme doivent prendre le relais. En conséquence, plus il y aura d’EnR dans le mix énergétique, plus il faudra de puissance de pointe installée. C’est le cas de l’Allemagne qui, pour des pics de demande de 100 GW, a une capacité totale installée en pointe de 200 GW. En France pour des pics de demandes équivalents, la capacité installée en 2012 est proche de 130 GW, ce qui est un peu limite (d’après S. Candel, Académie des technologies).

12La loi sur la transition énergétique du 14 octobre 2014 peut se résumer par les cinq axes suivants :

  • réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050,
  • réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 % (1990>2020) et diviser par quatre à l’horizon 2050,
  • porter la part du nucléaire à 50 % dans la production d’électricité à l’horizon 2025,
  • 23 % d’énergie renouvelable en 2020, 32 % en 2030 (9,7 % en 2012),
  • réduire la consommation des énergies fossiles de 30 % en 2030.

13Les deux premiers axes sont des objectifs à atteindre et les trois suivants sont les leviers principaux à mettre en œuvre.

14Le premier objectif est très difficile à atteindre en 2050. Les plans de réduction des dépenses de chauffage nécessitent des niveaux de financement incompatibles avec la situation actuelle. Pour les transports, les études prévoient plutôt 40 % de réduction. Quant à l’industrie, les efforts en réduction des dépenses énergétiques font déjà l’objet d’une attention particulière. Notons qu’une relance industrielle nécessaire à la croissance entraînera au moins dans un premier temps un accroissement des consommations d’énergie.

15La division par quatre du CO2 émis, objet du deuxième objectif, devrait être atteint au mieux dix ans après 2050. En effet, la réduction en 2030 de 30 % des consommations d’énergies fossiles, si elle est atteinte (voir 5e axe), ne constitue qu’une fraction très faible du chemin pour parvenir au facteur 4. L’objectif en 2020 ne sera pas atteint si le plan de réduction du nucléaire est retenu. Pour les EnR, le passage de 9,7 % en 2012 à 23 % dans sept ans est peu réaliste, là encore à cause du montant des investissements nécessaires.

16Enfin la réduction de 30 % des énergies fossiles en 2030 sera rendue très difficile pour deux raisons : les mutations des véhicules routiers ne seront pas encore majoritaires dans le parc roulant ; la croissance demandée à l’éolien et au photovoltaïque s’accompagnera de celle de la puissance installée des centrales relais, fuels et gaz, et est fortement dépendante de la mise à niveau du réseau (smart grid).

17Comment agir sur les émissions de CO2 ? Quels sont les grands secteurs qui permettent cette réduction et par quel biais atteindre les objectifs fixés ?

  • L’habitat (résidentiel et tertiaire) : le gisement principal est celui de l’isolation thermique et sa principale difficulté est le financement de la transformation de l’habitat existant.
  • L’industrie : la réduction de l’empreinte carbone est associée aux renforcements de la maîtrise de l’environnement (composés organiques volatils, eaux, pollutions,…) et à la réduction des énergies fossiles. Chaque entreprise, chaque site industriel a maintenant son responsable énergie et environnement.
  • Les transports : ils consomment à plus de 90 % des dérivés pétroliers. Les actions à poursuivre ou à développer : réduction des consommations des véhicules, (renouvellement lent de la flotte des véhicules), accroissement du nombre des véhicules électriques, hybrides et hybrides rechargeables, mutation vers le véhicule électrique en milieu urbain (batteries, réseau de recharge, coût), biocarburants, nouvelles modalités d’usage (auto partage, Autolib, location,…) L’objectif est de diviser par trois les émissions de CO2.

18Mais ce type de transition durera au moins quarante ans, car il existe des verrous techniques et des effets pervers. Quels sont-ils et de quels types ?

  • Les coûts en investissements (niveaux et temps d’amortissement),
  • les obstacles technologiques (batteries, pile à combustible, réseau de recharge, process pour les biocarburants du futur, la gestion des grands réseaux électriques de transport et distribution confrontés en temps réel à des pics de consommation et des trous de production des EnR),
  • l’acceptabilité sociale (nucléaire, gaz de schiste, écotaxe…),
  • les normes quelquefois improductives. Voici un exemple simple : dans l’habitat, la norme RT 2012 sur les constructions neuves impose une limite drastique des consommations électriques en comptant les KWh avec une surévaluation (coefficient 2,58). Cette norme a entraîné pour l’eau chaude sanitaire, un passage de l’électricité au gaz et donc l’impossibilité d’utiliser les cumulus comme stockage de calories en heures creuses.

19Quant aux effets pervers, nous pouvons mentionner les variations brutales des prix de rachat de l’électricité éolienne et photovoltaïque ou, pour les biocarburants, les équilibres avec les besoins en terre agricole. Dans le domaine des interactions entre les différentes énergies, il faut savoir que les énergies éoliennes et photovoltaïques doivent être complétées en cas d’absence de vents ou de soleil par des turbines à gaz dont l’utilisation très partielle les rend non rentables.

20Pour conclure, il faut retenir quelques points clés :

  • cette transition énergétique durera longtemps et demandera des investissements colossaux,
  • la complexité du système énergétique en cours d’évolution demande l’élaboration d’une stratégie claire sur le long terme et une gouvernance adaptée,
  • il faut souligner l’importance du vecteur électrique, en particulier pour l’éolien, l’hydrolien et le photovoltaïque, avec un changement stratégique qui fera que la production d’électricité ne se fera plus seulement en fonction de la demande mais c’est la demande qui devra s’adapter à la production,
  • le développement du vecteur chaleur ouvrira de nouveaux gisements de calories, par exemple en exploitant les chaleurs fatales (tous les rejets « tièdes » urbains et industriels, sans oublier la géothermie),
  • une connaissance, même partielle, des ressources potentielles en pétrole et gaz de schiste permettrait d’avoir une vision long terme plus réaliste.

21Au-delà de ces nouvelles potentialités, la transition énergétique qui s’annonce a une dimension systémique alors qu’avant on avait des transitions plus simples. Aujourd’hui lorsqu’un élément du système bouge, les conséquences sont multiples et complexes.

 

22Pierre Lamard : Je retiendrai qu’il n’y a pas de french bashing puisque la France est très bien placée pour le CO2. En revanche, nous affichons toujours des objectifs de réduction que nous ne tenons pas car malheureusement les chiffres infirment les discours. C’est maintenant à Yves Dreyer de s’exprimer.

 

23Yves Dreyer : Le groupe LISI (Link Solutions for Industry) est un groupe franc-comtois dont la holding se trouve à Belfort. Nous avons trois divisions : aérospace qui est la plus grande, automobile et médicale puisque nous fabriquons également des prothèses. Notre spécialité, c’est de fabriquer des systèmes de fixation pour les avions ou pour les automobiles. Dans une automobile, il y a entre 3 000 et 6 000 points de fixations non visibles mais qui existent bel et bien. LISI emploie aujourd’hui à peu près 10 500 personnes dans quarante usines dans le monde entier pour un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros. La taille de ces usines varie entre 60 personnes et 700 personnes suivant leur spécialité. Personnellement au niveau du groupe, j’ai la responsabilité de toutes les questions HSE (Hygiène Sécurité Environnement) sachant que chaque division à son propre directeur HSE et que chaque usine à son propre responsable HSE. J’ai donc avant tout un rôle de coordinateur. Pour moi, il s’agit de travailler sur les gains énergétiques, de regarder les bonnes pratiques, de les partager, il s’agit de stimuler l’organisation HSE en fixant régulièrement des objectifs. À ce titre, nous avons un forum HSE tous les trois ans : en 2014, on a fixé un objectif de réduction des consommations d’énergie de 10 % à la fin de l’année 2016. Puisque le coût de l’énergie va sans doute augmenter, il faut à tout prix réduire la consommation.

24Nous essayons également d’anticiper la réglementation. Tous nos sites sont certifiés ISO 14 001. En cas d’acquisition, nous faisons en sorte que le nouveau site soit rapidement certifié de façon à insuffler un changement de culture au niveau du personnel. Nous travaillons beaucoup sur les compresseurs et sur tous les équipements qui sont consommateurs d’énergie, nous faisons la chasse aux fuites et adoptons les énergies renouvelables dès que les conditions budgétaires sont réunies. Dernièrement un projet d’installation de panneaux solaires sur le toit d’une usine a été abandonné car le retour sur investissement était de quatorze ans.

25Toutes les demandes d’investissement passent entre les mains des responsables HSE. Nous mettons deux paramètres en avant, la sécurité et la consommation d’énergie. Nous faisons intervenir EDF également pour des diagnostics qui seront obligatoires d’ici décembre 2015. Par ailleurs, tous nos sites seront certifiés ISO 50 001 en 2016, ce qui veut dire qu’ils s’engagent à réduire les émissions de gaz à effet de serre et les rejets de polluants de 1,5 % par an. Nous voulons aller au-delà de ces 1,5 %, car notre société est très volontariste sur ce point.

 

26Pierre Lamard : Pierre Schmitt n’est responsable que d’un seul site mais pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de Sochaux, encore l’un des plus importants en terme d’effectifs en France.

 

27Pierre Schmitt : Je suis responsable du service énergie et environnement de PSA de Sochaux qui était encore il y a trente ou quarante ans le plus grand site industriel d’Europe. Aujourd’hui, environ 12 000 personnes y travaillent et nous fabriquons 350 000 voitures par an. Ce site est déjà engagé dans la démarche de management environnemental, car depuis 1999 nous sommes certifiés ISO 14 000. Nous sommes concernés maintenant par la norme européenne ISO 50 001 sur laquelle nous travaillons depuis trois ans.

28L’objectif d’un ISO, ce n’est pas de se dire qu’on répond à une norme, c’est plutôt d’obtenir une labellisation, une certification. En matière de maîtrise de l’énergie, l’objectif est la réduction de la facture énergétique, car elle pèse sur le prix de revient. PSA a commencé à classer ses usines (A, B, C), afin de bien pouvoir identifier les différents niveaux de performance énergétique. Puis en 2011, nous sommes allés un peu plus loin dans l’évaluation pour parvenir à une sorte de maturité de maîtrise de la consommation. Cette maturité vous permet ensuite de tendre vers une certification. Son enjeu est assez simple, c’est d’anticiper une réglementation. À partir du 1er janvier 2016, les industriels devront faire un diagnostic énergétique de leur entreprise. Or si on a la norme ISO 50 001, on échappe à ce diagnostic, donc aux coûts qu’il représente.

29Une politique structurée de maîtrise de l’énergie au niveau d’un site industriel passe d’abord par ce qu’on appelle une démarche managériale de type top down. Chez PSA, notre politique englobe la maîtrise de l’énergie, l’émission de CO2 et les rejets d’organes volatiles comme par exemple les peintures. À cela s’ajoute, le zéro déchet enfoui, car nous essayons de valoriser tous nos déchets à travers des filières. Cela montre les corrélations entre l’énergie et l’environnement.

30Nos outils de maîtrise d’énergie permettent d’évaluer tous les types d’énergie. 400 compteurs envoient environ un millier d’informations qui permettent d’avoir en permanence une vision sur l’ensemble du dispositif. Nous suivons quotidiennement les consommations et dressons un tableau de bord hebdomadaire, mensuel, annuel. Nous affichons les courbes de charges par type de compteurs et de secteurs. Mais tout ce dispositif n’a de sens qu’il est associé à de bonnes pratiques managériales et techniques. Il permet en définitive de mesurer des indicateurs de performance comme par exemple le kwh/voiture : toutes les consommations d’énergie étant converties en kwh, on peut calculer le coût en kwh pour chaque voiture fabriquée. D’autres indicateurs de performance concernent la consommation hors fabrication. Nous avons même un terme qui nous est propre, « le talon » : on mesure par exemple le talon de nuit, quand l’usine ne fabrique pas, ou le talon de week-end, quand l’usine est en repli pendant deux jours, le talon de la période de travaux d’arrêt qui permet à tout moment de positionner l’usine dans sa performance de repli au cours de différentes périodes de l’année.

31Certains indicateurs concernent les métiers. En matière d’efficacité du chauffage, le watt/heure/jour unifié par mètre carré permet de connaître les performances en matière de ressources watt sur le mètre carré chauffé. Dans nos usines nous avons des compresseurs. Nous avons un certain nombre d’équipements qui produisent de l’énergie pour des proches particuliers comme pour tout ce qui est visseuse et machines à base d’air comprimé. Nous avons donc également un ratio de performance de fabrication de cet air comprimé, de même des kilowatts-heures par coups de presses, des kilowatts-heures par point de soudures, des kilowatts-heures par caisses peintes… Tout cela donne ce qu’on appelle un reporting énergétique qui vous permet très bien de connaître votre situation est bien sûr d’en déterminer les objectifs par rapport à la réduction de consommation.

32La consommation d’énergie fluctue de façon permanente. Nous essayons de faire en sorte que le talon mesuré soit le plus proche du « talon construit ». La modélisation est sans cesse confrontée au terrain.

33Il ne faut pas oublier la dimension humaine de tout ce dispositif. Il s’agit d’amener les hommes à mieux comprendre quel est le sens de la démarche. L’implication de l’ensemble du personnel est extrêmement importante. Pour qu’elle soit efficace, il faut qu’a minima elle soit « rebouclée », car il faut à la fois donner des indications, des objectifs et des résultats concrets sur le terrain qui permettent d’associer tout le monde aux résultats.

 

34Pierre Lamard : Je voudrais rebondir justement sur ces questions de management et d’usages finalement parce qu’on voit bien que le système est capable de paramétrer parfaitement ce qu’il cherche, de fixer ces objectifs. La bonne ou la mauvaise stratégie justement n’est-elle pas dans le management ? J’aimerais vous entendre en tant qu’hommes de terrain. Comment combattre les routines ? Quand les outils sont là, quand on en montre les intérêts, comment arrive-t-on à ce que la routine ne soit plus force d’inertie ? Comment atteindre l’efficience ?

 

35Yves Dreyer : Aujourd’hui, nous avons des routines même si je n’aime pas trop ce mot. Chaque mois, chaque usine doit montrer sa performance par rapport à des objectifs et à des budgets. Il existe ainsi un effet incitatif par le résultat qui provoque systématiquement un effet de réaction. Si les objectifs ne sont pas atteints, il faut mettre d’autres plans d’actions en place, il faut que le directeur d’usine avec son responsable HSE soient plus volontaristes et entraînent le reste des équipes à faire mieux. Nous avons des comités de risques sécurité et environnement qui analysent les résultats tous les deux mois. Il existe donc dans chaque usine un rituel de mesures de la performance dans tous les secteurs de l’activité de l’usine.

36Ce qui fait la différence entre deux usines, c’est l’appropriation du directeur. Si ce dernier est plus vite dans le lean, il sera plus vite aussi dans la partie environnementale. Pour moi le vrai relais sur le terrain, c’est le directeur d’usine. Si ce dernier est convaincu de la démarche, il enlève toutes les barrières qu’il a devant lui, il entraîne son comité de direction et son responsable HSE.

 

37Pierre Lamard : Très bien, mais l’argument technique n’est-il pas quelquefois bloquant ? Un exemple : il y a des fours qui redescendent en température et qui sont énormément énergivores lorsqu’il faut les faire remonter. Dans toute entreprise, il existe des savoir-faire qui sont consolidés, solidifiés, pendant des dizaines d’années. Comment faire admettre maintenant qu’il faut garder constamment la même température ?

 

38Yves Dreyer : Nous avons dépassé ce stade car nous avons des experts en traitement de surface ou en traitement thermique et on sait très bien qu’on ne doit pas maintenir les fours à une certaine température quand il n’y a pas d’activité. Après, le tout est de savoir à quel niveau, il faut baisser la température pour éviter une surconsommation d’énergie quand on remonte en puissance. Les soi-disant spécialistes de la vieille école qui disent « j’ai appris comme ça », sont de plus en plus rares.

 

39Pierre Schmitt : Pour prolonger ce que vient de dire Yves Dreyer, il y a forcément une approche technique au bout de tout cela. Bien sûr, les machines ont été conçues à une certaine époque pour offrir le rendement optimal en utilisation. Il faut donc surveiller de très près les modes d’arrêts et de démarrage.

40En matière de motivation, il est clair que pour mobiliser les gens, il faut proposer aussi des challenges. Dans l’animation énergie, nous avons deux temps forts, le 1er mai et le 1er novembre, tout simplement parce que ce sont deux jours où l’activité est faible. L’objectif sera le 1er novembre prochain de faire 12 % de mieux que l’année dernière en consommation d’énergie. Nous allons donc mesurer tout notre savoir-faire depuis un an. Il faut vérifier si toutes les bonnes pratiques, tous les usages mis en œuvre depuis un an sont bien maîtrisés. Il faut de temps en temps donner des rendez-vous qui permettent de dire que ce n’est pas seulement du reporting réalisé dans un bureau, loin du terrain et des ateliers. Il faut aller chercher des kwh et les Gwh avec tout le monde. En général, dans toutes les démarches on progresse rapidement au début parce que les gens sont motivés, mais très vite la lassitude gagne si les résultats ne sont pas pérennisés. Il faut donc avoir une vision à moyen et long terme.

41C’est vrai en termes de ressources, mais aussi de management. Dans une démarche de certification, rien n’est jamais acquis puisqu’il faut repasser l’échéance tous les trois ans. À l’heure actuelle (2012), aucune usine du site de Sochaux n’est labellisée A, donc nous n’avons pas encore établi les critères pour aller jusqu’au A. Deux usines sont classées B, quatre C et une D. Nous posons à chaque usine un challenge pour qu’à un moment donné elles comprennent qu’il y a du benchmarking à faire juste à côté. Il faut que le responsable de l’unité se sente un peu piqué… Nous pouvons aussi être « challengés » au niveau du groupe par rapport aux autres sites du groupe qu’ils soient en France, en Espagne, en Amérique latine, voire en Chine !

 

42Pierre Lamard : Justement venons-en et là et je m’adresse à Yves Dreyer. Vous qui voyagez, qui avez des sites dispersés partout dans le monde, quel est votre sentiment sur les différences d’approche culturelle entre la France, l’Allemagne ou la Californie, des postures ou des managements variant en fonction des lieux ?

 

43Yves Dreyer : La réglementation peut être différente d’un pays à un autre. Il faut l’accepter et la prendre en compte, le groupe LISI veut quand même standardiser le déploiement de méthodes et de système de management. Ce que nous mettons en œuvre dans une usine en Californie, nous pouvons également l’appliquer dans une usine en France. Nous cherchons à faire le partage des bonnes pratiques. C’est pourquoi, lors du forum que nous organisons régulièrement nous impliquons les directeurs d’usine, les responsables HSE et tous les comités de directions au niveau du groupe pour les trois divisions. Les objectifs sont communs, sont partagés et le cadre est le même pour tous.

 

44Pierre Lamard : Donc il n’y a pas de singularité française ?

 

45Yves Dreyer : Non. La différence c’est l’appropriation, c’est la possibilité d’atteindre l’objectif à une vitesse qui peut être différente, mais l’objectif et la feuille de route ne sont pas remis en cause.

 

46Pierre Lamard : François de Charentenay, vous avez donc entendu ce qui se pratique concrètement sur le terrain. Quelle est votre réaction par rapport aux réflexions que vous développez à l’Académie des technologies ?

 

47François de Charentenay : Les deux exposés ont montré que l’industrie met en place des pratiques avec une volonté extrêmement importante, parce que c’est un objectif économique pour la réussite des entreprises. Il existe une forte motivation pour mettre en place des techniques managériales qui évoluent et font participer l’ensemble du personnel.

48Mais face à cette réalité, il y a quand même toutes les dépenses des administrations, des hôpitaux, de tout un ensemble de structures, par exemple en France, qui malheureusement non pas du tout intégré ou très peu intégré toutes ces dynamiques et ces pratiques. Ayant vécu sous plusieurs horizons, je perçois les différences. Le grand public ne se rend absolument pas compte qu’il y a des possibilités extraordinaires de progrès mais à condition que tout le monde soit motivé, soit vraiment pris par un objectif. Voilà qui me frappe le plus. Le secteur industriel ne m’inquiète pas trop et à la limite, si la dépense d’énergie augmente un peu, cela prouvera au moins que l’activité redémarre. En revanche pour tout ce qui est domestique, l’usager devra être responsabilisé en particulier pour sa consommation électrique avec des systèmes de tarifs actifs et réactifs.

 

49Pierre Schmitt : Je reviens juste sur un propos en matière de ressources. En France, nous sommes plutôt bien placés car c’est un avantage concurrentiel d’avoir l’électricité au prix où nous la payons aujourd’hui. Il faut le dire clairement et de façon forte, puisqu’au niveau du groupe PSA je fais la différence avec mes collègues d’autres pays.

50Mais, je souhaite revenir sur la politique énergétique, à partir d’un exemple concret. En matière de chauffage nous avons opté il y a douze ans maintenant pour une technique de cogénération. Cette technique a été très réglementée par l’État français. Nous n’étions intéressés que par l’achat vapeur pour le chauffage, du 1er novembre au 31 mars. Nous avions un premier contrat qui a duré douze ans avec un opérateur qui a investi dans des turbines à gaz. Mais l’État a décidé entre-temps de changer la réglementation et a divisé par deux la capacité énergétique fabriquée par le mode de cogénération. Les installations pouvaient durer quarante ans, nous les avons arrêtées au bout de douze ans. Je m’en suis ouvert récemment devant un politique parce que cela me laisse un goût amer quand je vois les efforts que nous devons faire, nous industriels pour aller chercher des gouttes… J’appelle ça des gouttes parce que nous ne sommes pas en amont de la ressource mais tout au bout de la chaîne pour essayer de minimiser la consommation.

 

51Pierre Lamard : Une dernière question : est-ce que les réseaux de chaleur sont une technologie qui peut intéresser les entreprises ?

 

52Yves Dreyer : Pour le chauffage, nous veillons surtout à l’isolation. Lorsqu’on construit une nouvelle usine, on met partout le bardage double peau justement pour éviter les déperditions.

 

53François de Charentenay : À propos des réseaux de chaleur, on peut dire un mot sur les chaleurs fatales produites par tout ce que l’homme rejette dans les égouts. Ce sont des eaux tièdes qui peuvent être récupérées par des pompes à chaleur. Il existe actuellement un certain nombre d’initiatives qui sont en train de démarrer. Il y a des grands hôtels qui « recrachent » une quantité d’eau tiède assez importante et des entreprises qui ont inventé des gros collecteurs avec un système d’échangeur pour pouvoir monter des pompes à chaleur là-dessus et récupérer une chaleur qui est recyclée à l’intérieur même de l’hôtel.

 

54Nicolas Stoskopf : Vous avez dit que les industriels étaient très motivés pour faire des économies d’énergie, vous avez dit aussi que l’électricité était bon marché en France. Seriez-vous vraiment motivés s’il n’y avait pas des injonctions gouvernementales, des règlements ?

 

55Pierre Schmitt : La première motivation, c’est toujours le prix, en l’occurrence, le prix de revient de la construction automobile. Il faut donc pratiquer une décomposition du prix de l’énergie toutes énergies confondues (électricité, gaz, vapeur…) pour savoir laquelle est la meilleure pour telle ou telle étape de transformation. Réduire la consommation reste une vraie préoccupation sans parler d’une ressource très peu évoquée, l’eau. À Sochaux, nous avons divisé maintenant pratiquement par dix la consommation d’eau. Nous étions, il y a vingt ans, à 10 millions de m3 prélevés, nous ne sommes pas loin aujourd’hui d’un million de m3. La baisse de la consommation se traduit en euros gagnés.

56Sur un autre plan, nous sommes aujourd’hui en contact avec un opérateur français pour essayer de faire changer nos éclairages autrement dit il n’y aura plus d’investissements d’industriels sur l’éclairage mais l’opérateur retenu gagnera sa vie en investissant lui-même dans une technologie, puis en vendant de l’électricité. Simplement il la vendra en nous faisant faire des économies puisqu’il nous aura contribué à mettre en place un dispositif complet qui consommera moins.

 

57Yves Dreyer : Chez LISI, c’est la pression de la concurrence qui nous amène à prendre en compte tous les éléments de coût, notamment les consommations. Le coût unitaire de l’énergie va augmenter et donc il faut être extrêmement vigilant là-dessus. Il faut attaquer tous les éléments de coût, y compris ceux qui sont liés aux énergies.

 

58Nicolas Stoskopf : Vous reconnaissez que si on était devant la crise de 1974, vous seriez encore plus motivé ?

 

59Yves Dreyer : Non, car la même préoccupation existe depuis des années et des années, c’est un travail de longue haleine. Ce n’est pas quand on a le couteau sous la gorge qu’il faut agir, mais quand on gagne bien sa vie. Nous sommes sur une activité de longue durée, régulière, pérenne, sans à-coup. On sait où on veut aller et on fixe les objectifs pour cela.

 

60François de Charentenay : D’autre part il ne faut pas oublier que jusqu’en 1973, on était dans une politique de la demande. C’est cette demande qui gouvernait parce que l’offre n’arrivait pas à suivre le taux de croissance. Il y avait des délais de livraison de qui étaient de l’ordre de six mois ou un an dans les années 1960.

 

61Pierre Lamard : « Une Peugeot, cela se mérite », tel était le slogan chez Peugeot à cette époque.

 

62François de Charentenay : Il ne faut pas oublier non plus que de très nombreux prix de matières premières étaient fixés par l’État. Nous avons basculé d’un seul coup dans une période de l’offre avec de nouvelles exigences : coûts plus bas, qualité, innovation, etc. La demande baissant, il a donc fallu s’engager dans une lutte concurrentielle âpre. Le paradigme avait changé.

 

63Didier Garret : Je tiens d’abord à remercier les industriels qui par cette démarche sont vraiment en avance par rapport à deux autres secteurs, le bâtiment et le transport. Pour information, l’UTBM va se lancer dans une démarche ISO 40 001. Nous sommes en train de réfléchir à former dans un premier temps les enseignants-chercheurs, puis les étudiants-ingénieurs. Nous réfléchissons à la mise en place d’un Centre d’innovation et de management de l’énergie (CIME). Étant en charge de ce projet, nous pensons aider les collectivités locales, les grosses structures comme les hôpitaux à mettre en place un plan de management de leur énergie. C’est très important pour le futur.

 

64Pierre Lamard : Les industriels ne sont-ils pas obligés parfois de répercuter les coûts d’investissements sur les prix des produits ?

 

65Yves Dreyer : Nous ne pouvons pas répercuter les coûts d’investissements sur les clients, car nous sommes remis en cause régulièrement par les donneurs d’ordres. Ceux-ci sont en demande constante de baisse de prix et je peux vous dire nos difficultés à réduire les coûts. Cela signifie qu’il faut gagner en efficacité opérationnelle, notamment sur la consommation d’énergie.

 

66Yves Bouvier : On comprend bien qu’il y a une monétarisation de la démarche et qu’il y a un calcul interne en termes de coûts et de rentabilité. Est-ce qu’au-delà de vos usines, vos entreprises proprement dites, vous entrez également dans une logique de diffusion de votre démarche hors des murs, notamment avec vos clients ou fournisseurs en faisant apparaître les efforts de façon très concrète ? Est-ce que vous-même dans des cahiers des charges, vous êtes soumis ou un prescripteur en termes de normes à respecter. Pour le dire un peu autrement notamment à Sochaux, est-ce que les efforts que vous faites se répercutent sur l’ensemble de la chaîne de vos fournisseurs ? Est-ce qu’il n’y a pas parfois des dépenses qui sont faites avant sur des matériaux ou autres qui vous permettraient vous, de faire des économies ?

 

67Yves Dreyer : La certification ISO 14 001 est presque obligatoire aujourd’hui. La question ne se pose donc pas. C’est un critère de sélection des fournisseurs pour un donneur d’ordre. Nous avons décidé de passer à une certification ISO 18 001 pour la partie sécurité avant de passer à l’ISO 50 001. C’est un problème de timing et de ressources aussi car on ne peut pas mener de front plusieurs certifications en même temps. Les donneurs d’ordres sont exigeants sur la partie certification, au risque d’être en business hold pour les nouvelles applications. On peut continuer à les livrer parce qu’on est fournisseur, mais, de leur côté, ils peuvent priver de nouveaux développements ceux qui ne sont pas certifiés. C’est un risque.

 

68Yannis Laopoulos : Les transports en France consomment plus ou moins un tiers de l’énergie primaire. Or pour 2012 ou 2013 dans le mix énergétique concernant les transports, il y a 97 % pour le pétrole et environ 3 % pour l’électrique. Ces proportions ne vont pas beaucoup évoluer dans les années à venir. Peut-on espérer une augmentation de l’énergie électrique qui en est à 3 % depuis une trentaine d’années. Peut-on entrevoir une diminution du pétrole et donc des carburants dans un futur proche ?

 

69François de Charentenay : Le pourcentage de l’électricité est dû essentiellement au transport sur rail. Sur route, c’est une toute petite fraction inférieure à 1 %. Il faut arriver à diminuer la consommation de chaque véhicule en particulier pour les poids lourds. Je ne pose pas la question du transfert de camions sur train du fait de l’organisation et des pratiques de la SNCF qui attend qu’un train soit complet pour le faire rouler. Quant aux autres véhicules, la technologie hybride permet déjà une réduction de consommation qui va de zéro sur autoroute à 30 ou 40 % en circulation urbaine. Le renouvellement du parc progresse. L’hybride rechargeable serait un progrès sensible.

70Les perspectives sont là, mais la mise en œuvre généralisée risque d’être longue. La mutation vert le véhicule tout électrique est improbable en dehors des agglomérations à cause des capacités des batteries. Pour 1 kg d’essence ou de gazole, il faut 10 kg de batterie pour obtenir à peu près les mêmes performances. Donc 60 l de gazole nécessitent un pack de batterie de 600 kg comme sur la Tesla. Est-ce que c’est vraiment une solution à long terme ? Je n’en suis pas sûr du tout.

 

71Pierre Lamard : En guise de conclusion, il faut d’abord relever une politique très volontariste de certains États en faveur d’un mix énergétique dépendant des options technologiques maîtrisées et surtout de l’historique des choix antérieurs. Au-delà des objectifs globaux chiffrés et fixés, cette réalité est aujourd’hui relayée au sein des entreprises, ici internationalisées. La nomination d’un haut cadre responsable de ces questions montre que la course aux certifications ISO prend de l’ampleur avec une mise en œuvre effective de mesures phares.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/26157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 441k

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site