Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Produire des films

 | 
Claude Forest

Première partie – Le rôle des pouvoirs publics

Un demi-siècle de coproduction entre la France et l’Afrique sud saharienne

Claude Forest

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Curieux destin que d’écrire pour un autre peuple que le sien !
Plus curieux encore que d’écrire pour les vainqueurs de son peuple !

Albert Memmi1

Son passé d’ancienne puissance coloniale a longtemps conféré à la France un statut, un rôle et un sentiment de devoir particuliers vis-à-vis des nations anciennement dominées, notamment africaines. Son empire se constituant concomitamment avec l’apparition du cinématographe, aujourd’hui la borne des indépendances politiques sépare en deux périodes temporellement équivalentes son histoire et sa diffusion sur le continent. Le ministère des Colonies avait centralisé la gestion des territoires de l’Afrique sud saharienne2 francophone (ASF) durant plus d’un demi-siècle au sein de deux regroupements, l’Afrique-Occidentale française (1895-1958) et l’Afrique-Équatoriale française (1910-1958), et une temporalité équivalente s’est écoulée depuis la dissolution de cette administration étrangère aux pays asservis. Dans la première période, la production ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540