Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 3. Stéréoscopie et cinéma

L’art et le business de la 3D

Anticiper un futur fantastique pour la réalisation en 3D1

Demetri Portelli
Traduction de Franck Boulègue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment j’ai débuté la 3D

Technicien caméra, je suis arrivé à la 3D par hasard. Je travaillais avec des zombies sur Resident Evil, ils m’ont demandé si je voulais continuer à travailler comme 1er assistant caméra à faire le point ou bien si je voulais faire de la 3D, et j’ai dit « la 3D ! ». Il n’était pas rare à cette époque, quand on était assistant caméra, de charger les bobines de pellicule 35 mm, mais le numérique était en pleine croissance. Avec la 3D, j’ai vu l’opportunité d’apprendre quelque chose de nouveau, d’explorer un nouveau langage et, ce qui était important, d’apprendre rapidement. Puis le milieu est devenu très actif, et j’ai fait de mon mieux pour être associé autant que possible au travail en 3D, plutôt que de continuer à faire la mise au point.

Mon travail, la 3D

Comme vous le savez peut-être, la 3D nécessite deux caméras, fixées sur un support : c’est ce qu’on appelle le rig. La profondeur de la 3D dépend de la distance des deux caméras, que nous appelons l’inter-a...

Auteur

Stéréographe

Franck Boulègue (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540