Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 3. Stéréoscopie et cinéma

Rencontre avec des stéréographes1

François Garnier, Jean-Marie Boulet, Yves Pupulin et Fabien Remblier
Guillaume Méral et Esther Jacopin (éd.)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Guillaume Méral : Je voudrais commencer cette rencontre en vous demandant comment est né votre intérêt pour la stéréoscopie, comment vous en êtes venu à vous y investir au point d’en faire votre activité principale ?

Yves Pupulin : Pour ma part, tout a commencé en 1991. Roland Taipeau (qui était de la même promotion que moi) nous parlait souvent de stéréoscopie à Christophe Ducolier et moi. À l’époque, j’étais un peu réticent… Je me disais que le cinéma, c’était déjà formidable en 2D ! J’avais l’impression que ce n’était pas mon truc. On s’est d’abord lancés dans les effets spéciaux, qui à l’époque reposaient vraiment sur des trucages optiques en direct sur le plateau. On faisait aussi du motion control régulièrement. À force d’en discuter, Roland a réussi à nous convaincre et, grâce au savoir-faire acquis avec les effets spéciaux, on a pu évaluer les besoins pour maîtriser la stéréoscopie. C’est ainsi que nous sommes parvenus à coupler en temps réel zooms, mise au point, diaphragmes...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540