Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 3. Stéréoscopie et cinéma

Rencontre avec Jean-Pierre Jeunet et Demetri Portelli1

Esther Jacopin (éd.)
Traduction de Giusy Pisano

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Q : Pouvez-vous revenir sur la genèse de L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet (2013) et les raisons qui vous ont poussé à réaliser le film en 3D stéréoscopique ?

Jean-Pierre Jeunet : D’abord, il faut savoir que le film est tiré d’un livre. Le personnage principal est un enfant, un petit scientifique qui imagine plein de choses. Le livre contient plein de dessins sur les bords des pages qui illustrent, entre autres, les choses que l’enfant imagine. J’ai donc tout de suite pensé que cela pourrait être payant de reprendre cet aspect-là en relief. Ce qui apporte vraiment une plus-value en 3D c’est quand les objets se baladent en jaillissement et qu’on a envie de les attraper à la main. C’est plus efficace que lorsqu’il ne se passe rien, ce qui est le cas de beaucoup de films en 3D, qui sont convertis de la 2D à la 3D et qui ont été tournés par des metteurs en scène qui ne se préoccupaient pas de la 3D. Le film a donc vraiment été pensé en 3D, story-boardé pour la 3D, é...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540