Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 3. Stéréoscopie et cinéma

L’illusion partielle de la 3D : distorsions spatiales, stéréoscopie et Au cœur de l’océan1

Nick Jones
Traduction de Frank Boulègue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son livre de 1996 Technologies of Seeing, Brian Winston décrit la façon dont les médias 3D « nourrissent notre dépendance au réalisme, mais la laissent quelque peu insatisfaite2 ». Cela explique selon lui pourquoi la 3D ne parvient jamais vraiment à s’emparer du paysage des médias. En dépit d’adoptions cinématographiques occasionnelles tout au long du vingtième siècle – telles celles effectuées aux États-Unis au cours des années 1950 et 1980 –, le cinéma 3D était relativement rare à l’époque du texte de Winston. Pourtant, quelque vingt ans après ce diagnostic, les films en 3D font maintenant partie du paysage cinématographique de façon permanente – bien que sujets à controverses et loin d’être universellement acceptés. Entre trente et cinquante films en 3D sortent par an, surtout issus des majors d’Hollywood, mais également avec un nombre croissant en provenance des studios asiatiques. La prévalence des films en 3D aujourd’hui implique donc qu’ils ont rencontré quelques succès ...

Auteur

Queen Mary University of London

Frank Boulègue (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540