Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 3. Stéréoscopie et cinéma

Les effets spéciaux bousculés par le relief ?

Entretien avec Alain Carsoux, superviseur des effets visuels de L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet (Jean-Pierre Jeunet, 2013)

Réjane Hamus-Vallée

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Avatar (James Cameron, 2009), Alice de l’autre côté du miroir (James Bobin, 2016), Voyage au centre de la terre (Eric Brevig, 2008), Star Wars 7 : Le réveil de la force (J. J. Abrams, 2015) : tous ces films sont sortis en salle en relief et tous ont aussi en commun une forte quantité d’effets visuels, comme si le spectaculaire des images était lié au spectaculaire du dispositif. Et si la mode des films en relief, entourant la sortie d’Avatar, semble s’essouffler, moins de dix ans après son démarrage, elle résiste néanmoins sur les plus gros projets, les principaux « blockbusters », qui se retrouvent, de fait, dans les sommets du box-office mondial, hors inflation. Avatar, Titanic (et sa ressortie dimensionnalisée en 2012), Jurassic World, Avengers et Avengers : l’ère d’Ultron, Harry Potter et les reliques de la mort partie 2, Iron Man 3 ou Fast and Furious 7 : tous ces films ont été tournés en relief ou convertis en relief en postproduction. Pourtant, le relief complique considérabl...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540