Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 3. Stéréoscopie et cinéma

Les effets spéciaux bousculés par le relief ?

Entretien avec Alain Carsoux, superviseur des effets visuels de L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet (Jean-Pierre Jeunet, 2013)

Réjane Hamus-Vallée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avatar (James Cameron, 2009), Alice de l’autre côté du miroir (James Bobin, 2016), Voyage au centre de la terre (Eric Brevig, 2008), Star Wars 7 : Le réveil de la force (J. J. Abrams, 2015) : tous ces films sont sortis en salle en relief et tous ont aussi en commun une forte quantité d’effets visuels, comme si le spectaculaire des images était lié au spectaculaire du dispositif. Et si la mode des films en relief, entourant la sortie d’Avatar, semble s’essouffler, moins de dix ans après son démarrage, elle résiste néanmoins sur les plus gros projets, les principaux « blockbusters », qui se retrouvent, de fait, dans les sommets du box-office mondial, hors inflation. Avatar, Titanic (et sa ressortie dimensionnalisée en 2012), Jurassic World, Avengers et Avengers : l’ère d’Ultron, Harry Potter et les reliques de la mort partie 2, Iron Man 3 ou Fast and Furious 7 : tous ces films ont été tournés en relief ou convertis en relief en postproduction. Pourtant, le relief complique considérabl...

Auteur

Université d’Evry

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540