Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 3. Stéréoscopie et cinéma

Effets-3-D : renouvellement des formes ?

Martin Barnier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début du film d’animation en 3-D Comme des bêtes, sorti en juillet 2016, les images nous font voler au-dessus de Central Park à New York. Cet effet est particulièrement bien rendu, car on a l’impression de frôler les arbres. Très brièvement (trop brièvement comme les nombreux amateurs de stéréoscopie le remarquent souvent1), on pourrait presque croire toucher la végétation en étirant le bras. Cette impression de proximité tactile avec les extrémités des arbres est celle qui est notée par plusieurs journalistes new-yorkais en 1915. Ils visionnent des films stéréoscopiques, avec des lunettes rouges et bleues, car il s’agit d’un procédé anaglyphique mis au point par Edwin S. Porter. La projection est organisée par Adolph Zukor, à la tête de la Famous Players (la future Paramount) qui a produit les films tournés par Porter. L’un des films documentaires (il y a aussi des extraits de fiction) donne l’impression que des branches dépassent de l’écran et que les premiers rangs pourraient ...

Auteur

Université Lumière Lyon2

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540