Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 3. Stéréoscopie et cinéma

Un cinéma qui touche : vers un cinéma relief d’auteur, de l’action au sensible

François Garnier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Figure 1 – de gauche à droite, affiche de : Avatar (James Cameron, 2009), Pina* (Wim Wenders, 2011), Gravity (Alfonso Cuarón, 2013).

Image

* Avec l’aimable autorisation de la Fondation Pina Bausch, Wuppertal, Allemagne.

Figure 2 – Show off 3D film technology, Las Vegas, 19 mars 20051. De gauche à droite : Doug Darrow (TI), George Lucas, Robert Zemeckis, Randal Kleiser, Robert Rodriguez, James Cameron.

Image

Le 19 mars 2005, six grands noms du cinéma spectacle américain annonçaient à Las Vegas que le futur du cinéma serait en 3D. Ce n’était pas la première fois que cette ancienne technique de diffusion stéréoscopique, découverte dès 18382 et intensément utilisée en photographie au XIXe siècle, était annoncée comme révolutionnaire. Les premières projections de cinéma relief payantes eurent lieu dès 19153. Dès les années 1930, la jeune URSS voit dans la stéréoscopie le vrai cinéma socialiste réunissant dans un même espace, acteur et spectateur. Enfin vers 1950, les majors américaines avaient déjà ann...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540