Versión clásicaVersión móvil

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 2. Stéréoscopie et photographie

Faire « plus beau que nature » : la construction culturelle des illusions stéréoscopiques en photographie

Kim Timby

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Dans L’art de l’observateur, étude fondatrice pour l’analyse de l’histoire de la photographie stéréoscopique, Jonathan Crary offrait en 1990 une description de l’illusion donnée par ce type d’image au XIXe siècle. La profondeur de la stéréoscopie est fondamentalement différente de tout ce qui se trouve en peinture ou en photographie, estime-t-il :

« On a le sentiment très net de “devant” et de “derrière”, selon lequel la vue paraît structurée en une série de plans fuyants. De fait, l’image stéréoscopique s’agence fondamentalement sur le modèle du plan. L’observateur perçoit les éléments isolés comme des surfaces planes et découpées, disposées plus ou moins près de lui.1 »

Les historiens ne décrivent que rarement la nature précise des illusions stéréoscopiques en photographie, mais quand ils le font, ils citent souvent un effet de plans superposés. Or, au regard de mon expérience, cette impression est peu courante dans la production historique2. Étudiant récemment le contexte intellect...

Autor

École du Louvre

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search