Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréoscopie et illusion

 | 
Miguel Almiron
, 
Esther Jacopin
, 
Giusy Pisano

Partie 2. Stéréoscopie et photographie

Stéréo-Alpinistes : les vues stéréoscopiques du Massif des Alpes et la possibilité d’une esthétique basée sur la technique1

Teresa Mendes Flores

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un texte célèbre sur les relations entre la peinture et le cinéma, Jacques Aumont, au lieu de considérer Lumière comme l’inventeur du cinéma, le présente comme « le dernier peintre impressionniste », cherchant à prouver, du reste, une affirmation précédente de Jean-Luc Godard2. Critique de l’historiographie téléologique des « premières fois », Aumont décide de brouiller un peu les termes et au lieu de mettre Lumière « au commencement » d’une histoire, parce que « tout le monde, toujours, fait commencer quelque chose avec lui3 », il le place à « la fin » d’une autre, « le dernier peintre impressionniste ». Ce revirement nous permet de prendre conscience de la culture visuelle sous-jacente aux divers médias, en problématisant son histoire ; car après tout, nous savons tous que Lumière ne peint pas, n’utilise ni toiles ni encre ! Allant plus loin dans sa vision que les frontières dictées par le médium, Aumont nous fait voir les questions culturelles et contextuelles qui façonnent ...

Auteur

Cic. digital-Nova et Universidade Lusófona de Humanidades e Tecnologias

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540