Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir de la mémoire

 | 
André Habib
, 
Michel Marie

Deux exemples de restauration à la Cinémathèque québécoise : Kamouraska et Seul ou avec d’autres

Pierre Jutras

Texte intégral

Récit de la reconstruction du film Kamouraska

1Pourquoi la Cinémathèque québécoise a-t-elle réalisé une reconstruction du film Kamouraska de Claude Jutra, tourné en 1972 et sorti au cinéma Saint-Denis à Montréal, le 29 mars 1973, dans une version de 124 minutes ? Parce que cette coproduction franco‑québécoise, impliquant Les productions Carle-Lamy, du côté québécois, et Parc Film (la société de Mag Bodard), du côté français, a plutôt mal tourné et que le réalisateur n’a pas disposé de toute la latitude nécessaire pour terminer son film comme il le souhaitait.

2Cette adaptation du livre d’Anne Hébert – qui a aussi collaboré à l’écriture du scénario avec Claude Jutra – a bénéficié du plus imposant budget jamais atteint jusque-là pour un film québécois (près d’un million de dollars), permettant financièrement à Claude Jutra de donner les rôles principaux à Geneviève Bujold et à Philippe Léotard.

3Au-delà de la reconstitution historique très réussie, Jutra s’intéresse au monde intérieur de son héroïne, Élisabeth d’Aulnières, et en utilisant systématiquement le flashback, tente de réanimer chez cette femme, devenue respectable et mère de nombreux enfants, la passion amoureuse qui jadis la déchira. La version du film, montée par Claude Jutra, est jugée trop longue par la productrice française Mag Bodard qui exige un remontage. Elle demande à Pierre Lamy de lui envoyer à Paris tout le matériel de tournage et engage la monteuse Renée Lichtig pour reprendre le montage du film.

4Voici un extrait d’une lettre de Pierre Lamy envoyée à Mag Bodard, le 27 juillet 1972, révélant son enthousiasme pour le montage de Jutra :

  • 1 Fonds Pierre Lamy, Cinémathèque québécoise.

J’ai vu cette semaine le premier montage des quarante premières minutes de Kamouraska. Il m’est très difficile de vous décrire combien j’ai aimé cette première partie. On y retrouve toute l’émotion ressentie à la lecture du roman et toute la qualité des personnages. Les personnes présentes, dont Jacques Dercourt, de Télécip à Paris, sont sorties estomaquées de ce visionnement. J’ai bien hâte que vous puissiez voir ce montage1.

5Malheureusement, cet emballement ne fut pas partagé par Mag Bodard quelques mois plus tard. Dans une lettre datée du 12 décembre 1972, elle écrit à Pierre Lamy :

Hier en vous téléphonant, je vous ai senti un peu malheureux à l’idée qu’on vous prenne « votre enfant » – de toute façon, Pierre, le film devait se terminer en France. Pour la coproduction vous savez qu’il était nécessaire que nous ayons une monteuse française. D’autre part, Claude Jutra nous a laissés entendre qu’il commençait à « tourner en rond » avec son montage et lui-même a eu le sentiment qu’un dépaysement ne pouvait être que profitable à ce film beaucoup, beaucoup trop long.

Aussi, la seule différence que vous pouvez y voir c’est au lieu de renvoyer la copie là-bas on fait venir les chutes ici, qu’une monteuse proposée par Christian Ferry et avec laquelle Claude Jutra a l’air de bien « coller » se mette immédiatement au travail. C’est la seule façon à mon avis de faire avancer le film vite de manière à ce qu’il soit prêt pour le 15 mars.

Claude vous dira de vive voix comment les choses se sont passées, mais de mon côté je puis vous dire que les réactions à la projection étaient, au bout d’un moment, d’un certain ennui, même si le film est très beau.

  • 2 Idem.

Ne soyez pas triste, Pierre. Je crois qu’un œil neuf (j’allais même dire des yeux neufs) sur ce film nous apporteront (sic) beaucoup et finalement le changement d’aiguillage n’est pas très grand2 !

6Pierre Lamy lui répond le 21 décembre :

  • 3 Idem.

J’ai surtout été plus surpris et indécis que malheureux à l’idée que vous me preniez mon enfant Kamouraska. Comme vous avez pu le constater, je suis complètement d’accord que Claude et son assistante soient à Paris. Je suis également d’accords (sic) avec la cédule préparée par Philippe et j’ai confiance que vous mettrez tout en œuvre pour que le film soit complètement terminé pour le 15 mars3.

7De ce deuxième montage, il résulte une version de 124 minutes (la durée indiquée sur la déclaration en douane de la copie expédiée à Paris, le 30 novembre 1972, était de 165 minutes, probablement sans le générique de début et de fin) ; hélas, cette version amoindrit la présence du personnage féminin pourtant au cœur du roman et du scénario original, et n’a jamais plu à Claude Jutra qui a toujours voulu, par la suite, reconstruire sa première version.

8Donc, en 1983, Claude Jutra reprenait le montage de son film pour en faire une version pour la télévision en quatre épisodes d’environ 52 minutes chacun, reproduite uniquement sur bande-vidéo pour Télé-Québec. Ce travail a permis à Jutra de revenir à son découpage original, avant l’intervention du coproducteur français.

9Dans le but de tirer éventuellement des copies 35 mm de cette version intégrale, Jutra avait commencé la reconstitution d’un négatif en dix-neuf bobines à partir de l’ancien négatif de la version courte dans lequel il avait inséré des scènes prises dans les chutes négatives et positives, conservées dans les réserves de la Cinémathèque. En 1984, Pierre Lamy avait déposé ce négatif inachevé à la Cinémathèque.

10Claude Jutra décède en 1986, sans avoir pu terminer son projet.

11En 1994, la Cinémathèque québécoise a pu faire tirer deux copies 35 mm de cette version longue de 173 minutes, avec l’accord du producteur Pierre Lamy et grâce à l’aide financière d’Astraltech Inc. et de Téléfilm Canada. Pierre Comte et Jacques Leroux (qui avaient travaillé sur la première version du film) avaient parachevé le négatif, Michel Brault avait supervisé l’étalonnage des copies 35 mm, et des travaux optiques et un nouveau générique avaient été réalisés chez Luminefex.

12Le 9 février 1995, cette version intégrale avait été présentée en première mondiale au Musée des beaux-arts de Montréal dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois, en présence de Geneviève Bujold, des acteurs et artisans du film.

13En 2009, le projet Éléphant, financé par Quebecor, a fait numériser en haute définition une des deux copies 35 mm de la Cinémathèque et, grâce à la technologie numérique, certaines imperfections ont pu être corrigées, les saletés nettoyées et l’étalonnage réajusté avec l’aide de Michel Brault. Cette copie numérique haute définition a été projetée le jeudi 3 septembre 2009, au Cinéma Impérial, dans le cadre du Festival des films du monde. Le film est maintenant disponible sur Illico (un service de télévision par câble et de vidéo sur demande).

La restauration de Seul ou avec d’autres

14Ce premier film de Denys Arcand – coréalisé avec Denis Héroux et Stéphane Venne – est la deuxième restauration d’importance réalisée par la Cinémathèque québécoise, après celle du film Kamouraska de Claude Jutra.

15Seul ou avec d’autres est une production de l’Association des étudiants de l’Université de Montréal, tournée en 1961, dont tous les droits ont été cédés à la Cinémathèque en 2006. Depuis 1974, nous conservions les éléments de tirage (un négatif 16 mm, noir et blanc, et un son optique 35 mm) ainsi qu’une copie positive 16 mm en mauvais état. Le film méritait une restauration en bonne et due forme.

16Une restauration numérique complète a été entreprise en 2008, grâce au Fonds Astral pour la restauration du Trust pour la préservation de l’audiovisuel du Canada. Nous avons fait scanner en 2K le négatif original 16 mm et, grâce à la technologie numérique, les saletés, les rayures et les taches ont pu être nettoyées. Puis, ces images furent recopiées sur un nouveau négatif 35 mm, noir et blanc, et nous avons fait tirer de cet élément trois copies positives 35 mm, dont une avec sous-titres anglais. De plus, diverses copies sur support numérique ont été produites par la même occasion, dont deux HDCAM, deux Betacam numériques (dont l’une avec sous-titres anglais). Ce travail a été réalisé chez Vision Globale, sous la supervision de Michel Brault, le directeur photo du film.

17Donc en 1961, trois étudiants au début de la vingtaine parviennent à convaincre leur association de remplacer la traditionnelle revue satirique annuelle de leur université par la projection d’un film qu’ils tourneraient eux-mêmes. L’association étudiante vote en leur faveur un budget de 10 000 $, mais comme ils ne connaissent le cinéma qu’en qualité de spectateurs, ils font appel à quelques professionnels de l’ONF dont ils ont déjà entendu parler. C’est ainsi que Michel Brault devient leur directeur photo, Gilles Groulx, leur monteur et Marcel Carrière, leur preneur de son. Quant aux acteurs, ce seront leurs collègues étudiants.

18Le film est tourné en son synchrone, mais avec une caméra usuelle donc très bruyante, ce qui oblige Michel Brault à se tenir à une bonne distance des comédiens, d’où l’utilisation de longues focales et les nombreux changements d’objectifs à la tourelle. Gilles Groulx, au montage, conserve apparents quelques-uns de ces filés créés lors du changement d’objectif, ce qui donne un petit air d’avant-garde au film.

19Comme vous le savez tous maintenant, les membres de cette équipe marqueront chacun à leur façon le développement de la cinématographie québécoise.

20Le film a été présenté, en 1963, au Festival de Cannes dans le cadre de la Semaine de la critique, la même année que Pour la suite du monde de Pierre Perrault et Michel Brault.

21Je terminerai par une anecdote curieuse, mais assez habituelle dans le domaine des archives du film. Étant donné que la copie présentée à Cannes devait être sur support 35 mm, José Ména, du laboratoire Mont-Royal, avait procédé au transfert du 16 mm au 35 mm, image par image, à l’aide d’une Truca. On a cherché longtemps cette copie unique et elle fut enfin repérée, il y a deux ans, à la Cinémathèque universitaire de Paris qui la conservait bien discrètement et avec grand soin depuis tout ce temps.

Notes

1 Fonds Pierre Lamy, Cinémathèque québécoise.

2 Idem.

3 Idem.

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540