Version classiqueVersion mobile

L'avenir de la mémoire

 | 
André Habib
, 
Michel Marie

La Cinémathèque chinoise à l’heure de l’ouverture politique et du numérique

Christophe Falin

Texte intégral

  • 1 Il existe aussi la Hong Kong Film Archive et la Taipei Film Archive respectivement à Hong Kong et à (...)

1La Cinémathèque chinoise a été fondée en 1958 et est membre depuis 1980 de la Fédération internationale des archives du film (FIAF). Elle est la seule institution de République populaire de Chine assurant la conservation et la restauration des archives du cinéma1. Dépendante du Ministère de la radio, du cinéma et de la télévision ainsi que du Bureau du cinéma, ses missions comprennent la collecte et la préservation du patrimoine cinématographique, la numérisation et la restauration de films, la mise à disposition du public d’une partie de ses archives, et la publication d’ouvrages consacrés au cinéma. Elle est engagée dans de nombreux échanges et collaborations avec des cinémathèques nationales et participe à des rétrospectives sur le cinéma chinois partout dans le monde, notamment en France. Elle est depuis plusieurs années confrontée à deux défis : l’ouverture politique du pays et le passage au numérique.

La Cinémathèque chinoise aujourd’hui

2La Cinémathèque chinoise a considérablement évolué depuis l’ouverture du pays en 1978. Une partie de ses collections a été ouverte au public et l’accès aux films est devenu plus facile. La Cinémathèque a aussi développé un centre de recherche et multiplié les publications sur les cinémas chinois et étrangers. Elle est aujourd’hui lancée dans une dynamique de collecte, de préservation et de valorisation de son patrimoine.

Les collections

3La Cinémathèque chinoise dispose depuis 1969 de deux dépôts où sont conservées et protégées ses collections : le premier est situé à Pékin et le second à Xi’an, ancienne capitale chinoise où a été découverte la grande armée de terre cuite. Ses collections sont aujourd’hui estimées à environ 50 000 films, de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, pour la plupart chinois. Elles contiennent aussi de nombreux périodiques, des photographies, des affiches, des ouvrages et des éléments de décors. Depuis 2006, le projet « National Film Database » de la Cinémathèque a pour mission la numérisation des documents écrits et des photographies de cette collection. À peu près au même moment, fin 2007, a été fondé le nouveau Département des collections de la Cinémathèque qui s’est lancé dans la collecte de films, textes, photographies et autres archives de cinéma partout à travers le pays, notamment dans les studios de provinces et dans les grandes villes. De nombreuses archives y ont été découvertes et sont désormais conservées dans les dépôts de la Cinémathèque.

Figure 1. Le dépôt de la Cinémathèque chinoise à Pékin.

Figure 1. Le dépôt de la Cinémathèque chinoise à Pékin.

La bibliothèque

  • 2 50 yuans, soit environ 5 euros.
  • 3 15 yuans, soit 1,50 euros.

4Une partie de ces collections est mise à la disposition du public à la bibliothèque de la Cinémathèque à Pékin. Disposant d’une vingtaine de places, cette bibliothèque est accessible aux étudiants, aux chercheurs et aux enseignants. Y sont disponibles un ensemble d’ouvrages consacrés aux cinémas chinois et étrangers (plus de 12 000 selon les sources internes), des revues ainsi que des articles de presse en chinois et en langues étrangères (les plus anciens consultables sur microfiches dans une salle prévue à cet effet). Des films peuvent aussi être consultés sur place moyennant une petite somme2, mais les films proposés sont très souvent ceux déjà disponibles dans le commerce pour un prix moins important3 que celui demandé par la Cinémathèque.

5L’accès à tous ces documents est cependant relativement difficile pour des personnes n’étant pas étudiants ou enseignants au sein de la Cinémathèque. Le bâtiment accueillant ces structures n’étant pas accessible librement au public, il est souvent impossible d’y pénétrer sans avoir préalablement été mis en relation avec des personnes y travaillant.

Les publications

  • 4 Par exemple : Le cinéma muet chinois, recueil d’articles des années 1920 et 1930, Dai Xiaolan (dir. (...)

6La Cinémathèque chinoise participe, en collaboration avec la China Film Press, à la publication d’ouvrages consacrés aux cinémas chinois et étrangers, fruit la plupart du temps du travail de son personnel enseignant à partir de ses propres collections. Parmi ces ouvrages se trouvent des annales photographiques du cinéma chinois et des recueils d’articles sur le cinéma parus dans la presse des années 1920 à 19604.

7Par ailleurs, la Cinémathèque publie deux revues, Contemporary Cinema et China Film Weekly, la première étant une revue académique dédiée aux recherches théoriques et historiques sur les cinémas chinois et étrangers, et la deuxième une revue mensuelle d’information sur le cinéma.

  • 5 Respectivement nos 118, 119, 120, 121, 122, publiés entre janvier et mai 2004.

8Contemporary Cinema bénéficie d’une grande autorité en Chine pour la qualité de ses articles et de ses traductions d’articles parus dans la presse étrangère. À l’approche du centenaire du cinéma chinois, Contemporary Cinema avait publié une série de numéros spéciaux sur les grands réalisateurs de l’histoire du cinéma chinois, avec notamment Xie Jin, Zheng Zhengqiu, Li Minwei, Cai Chusheng et Wu Yonggang5. Auparavant, en 1996, la revue avait déjà consacré un numéro spécial à Fei Mu qui avait permis de mettre de l’avant ce réalisateur longtemps ignoré pendant la période 1949-1978. Contemporary Cinema est ainsi une des rares revues chinoises à publier des articles de fond sur la période du cinéma chinois qui a précédé la prise de pouvoir des communistes en 1949.

La recherche et l’enseignement

9Depuis 1984, un centre d’enseignement et de recherches (le China Film Art Research Center) est attaché à la Cinémathèque chinoise. Ce centre, situé dans les murs de la Cinémathèque à Pékin, est composé de plusieurs départements : le département de recherche sur l’histoire du cinéma chinois, le département de recherche sur le cinéma étranger, le département de recherche sur le cinéma chinois contemporain et le département de recherche sur la théorie du cinéma. Des enseignements sont dispensés et des diplômes équivalents au Master 1 et au doctorat sont attribués à la fin des études. Bénéficiant des avantages de l’accès à ses collections, le China Film Art Research Center se différencie des autres écoles de cinéma (notamment de l’Institut du cinéma de Pékin, plus axé sur l’acquisition des techniques et la réalisation) par la qualité de son travail académique et de ses publications. Les enseignants du centre publient régulièrement des ouvrages, comme par exemple Li Suyuan et Hu Jubin qui ont collaboré à l’écriture de Chinese Silent Film History, publié par la China Film Press en 1997 et aujourd’hui traduit en anglais.

10En 2007, le China Film Art Research Center s’est lancé dans un grand projet intitulé « Chinese Oral Film History » qui consiste à recueillir les témoignages de ceux qui ont fait l’histoire du cinéma chinois : des acteurs, des réalisateurs, des producteurs, des critiques, etc. Deux années plus tard, une cinquantaine d’entretiens avaient été accordés, dont ceux de Wang Decheng, réalisateur de documentaires, et de Li Xi, le fils de Li Minwei, le père du cinéma hongkongais. Une partie de ces entretiens fut publiée dans la revue Contemporary Cinema et une conférence fut organisée en mars 2009 à la Cinémathèque. En 2010, le projet compte en 2010 plus de 200 entretiens réalisés à Shanghai, Nanjing, Pékin et Hong Kong, des villes où s’est écrite l’histoire du cinéma chinois.

Valorisation du patrimoine

11La valorisation de son patrimoine est l’une des missions fondamentales de la Cinémathèque chinoise, notamment à travers l’organisation de projections destinées au public. Elle dispose pour cela d’une salle de projection rénovée d’environ 1 000 places. Jusqu’à ces dernières années, avant la multiplication des salles de cinéma à Pékin, cette salle était l’une des plus belles de la capitale. De nombreuses rétrospectives consacrées à des acteurs, à des réalisateurs ou à des cinématographies étrangères y sont régulièrement organisées.

Figure 2. Salle de projection de la Cinémathèque.

Figure 2. Salle de projection de la Cinémathèque.

Les rétrospectives consacrées au cinéma chinois

  • 6 Le premier film chinois, Le Mont Dingjun, fut réalisé en 1905.

12La dernière grande rétrospective consacrée au cinéma chinois fut organisée en septembre et octobre 2005, à l’occasion du centenaire du cinéma chinois6. De 1922 à 1964, 43 films y furent projetés, dont la moitié (21) dataient des années 1920-1940. La plupart des films proposés étaient déjà largement connus des cinéphiles, la seule surprise venant de la projection de L’héroïne rouge (Wen Yimin, 1929), le seul film d’arts martiaux des années 1920 à avoir été conservé.

13Le centenaire du cinéma chinois fut aussi pour la Cinémathèque chinoise l’occasion d’organiser, du 10 au 13 décembre 2005, un colloque international avec la participation de nombreux spécialistes chinois et étrangers. Les intervenants abordèrent de très nombreux thèmes qui présentèrent, en une soixantaine d’interventions, une vue d’ensemble de l’histoire du cinéma chinois, de sa diversité et des défis auxquels il doit répondre. Le cinéma shanghaïen des années 1930 fut évidemment mis en valeur avec notamment les interventions de Richard J. Meyer sur Ruan Lingyu, Ohba Masatoshi sur Sun Yu et Li Yizhong sur Cai Chusheng. Les liens entre les cinémas de Chine populaire, de Hong Kong et de Taïwan (interventions de Huang Shixian et Law Kar), les influences du cinéma soviétique sur celui de Chine continentale (Sergey Toroptsev) et le cinéma chinois contemporain, furent aussi traités.

  • 7 Acteur, entre autres films, de Corbeaux et moineaux (Zheng Junli, 1949) et de Printemps précoce (Xi (...)
  • 8 Réalisateur de films dès les années 1930 à Shanghai, il s’est réfugié après 1945 à Hong Kong où il (...)

14Depuis, la Cinémathèque a notamment organisé des rétrospectives consacrées à l’acteur Sun Daolin7 en 2008, à Fei Mu (à Shanghai) et à Xie Jin en 2009. Elle a aussi fourni quatre films de Zhu Shilin8 pour la rétrospective de 29 films qui lui était consacrée par la Hong Kong Film Archive en 2008.

Les coopérations internationales

  • 9 De décembre 1984 à février 1985, lors de la rétrospective consacrée au cinéma chinois par le Centre (...)

15Profitant de l’ouverture du pays et de l’intérêt pour sa cinématographie, la Cinémathèque chinoise multiplie depuis quelques années les coopérations avec les cinémathèques mondiales (Italie, Russie, Japon, États-Unis, Norvège, Mexique, Égypte, France, etc.) pour des échanges et l’organisation de rétrospectives ou de colloques. En France, la Cinémathèque chinoise a permis la grande rétrospective organisée en 2004-2005 par la Cinémathèque française à l’occasion du centenaire du cinéma chinois et de l’année croisée entre la Chine et la France. À cette occasion avaient été projetés une centaine de films des années 1920 à 1980. Sans surprise, la rétrospective 2004-2005 avait permis de voir ou de revoir des films difficiles d’accès, exception faite de La vie de Wu Xun (Sun Yu, 1950) qui avait déjà été projeté en 1985 au Centre Georges Pompidou9. La Cinémathèque chinoise avait fourni les copies et avait organisé à Pékin une rétrospective consacrée au cinéma français.

16La Cinémathèque collabore aussi, en offrant l’accès à ses copies, à des festivals et des panoramas consacrés, en France, au cinéma chinois (par exemple, le Festival du cinéma chinois de Paris). L’édition de 2008 (qui avait pour thème « Cinéma et opéra en Chine ») et celle de 2009 (avec un hommage à l’actrice Hu Die) ont offert au public français des films très rares qui n’avaient jusqu’ici pas été projetés à l’étranger comme Le fard et les larmes (Wu Yonggang, 1938), remake parlant de La divine (Wu Yonggang, 1934), un classique du cinéma muet des années 1930.

17La Cinémathèque chinoise a aussi récemment participé à l’organisation de rétrospectives au Canada (en novembre 2007 avec un hommage à l’actrice Zhou Xuan), en Australie, en Russie et dernièrement, en janvier 2010, au Mexique, une première dans ce pays, avec 11 classiques du cinéma chinois.

18En Chine, la Cinémathèque a organisé depuis 1985 plus d’une vingtaine de rétrospectives en partenariat avec des institutions étrangères, notamment la « London Film Week » en décembre 2007, une rétrospective consacrée au cinéma italien en 2008 et un hommage à Ingmar Bergman en 2009.

Les restaurations

  • 10 State Administration of Radio, Film and Television.

19Depuis 2006, avec l’arrivée du numérique, la Cinémathèque s’est lancée dans un programme de restaurations et de numérisations de films intitulé « Project of Archival Film Digital Restoration ». Pour cela, la Cinémathèque s’est associée avec le SARFT10, le Beijing Film Laboratory et la Hualong Film Digital Restoration Company. Des techniciens étrangers sont venus en Chine pour former le personnel de la Cinémathèque qui s’est ensuite rendu au Japon, au National Film Center, en 2008, afin de profiter de l’expérience japonaise.

20Les deux premières restaurations, celles de La romance de Liang Shanbo et Zhu Yingtai (Huang Sha et Sang Hu, 1954) et Dragon Beard Ditch (Xian Qun, 1952) furent lancées en 2008.

  • 11 Le film, adapté d’une légende populaire, fut le premier film chinois de République populaire à être (...)

21La première achevée fut La romance de Liang Shanbo et Zhu Yingtai11 dont une copie avait été récupérée au dépôt de Xi’an. Le film restauré fut projeté à la Cinémathèque à l’occasion du cinquantenaire de l’institution. La restauration de Dragon Beard Ditch, entreprise par la Hualong Film Digital Production Company et la China Film Group Digital Production, fut terminée quelques mois plus tard.

22D’autres restaurations sont actuellement en cours, notamment celles de La romance d’un marchand ambulant (Zhang Shichuan, 1922), de The Naval Battle of 1894 (Lin Nong, 1962) et de Song Of Youth (Cui Wei, 1959).

Les DVD

23L’avènement du numérique et le développement des formats VCD puis DVD (depuis le début des années 2000) a aussi permis l’édition de nombreux films chinois anciens. La Cinémathèque chinoise a participé à ces sorties sous format numérique en fournissant une partie de ses copies à des maisons d’édition. Parmi les différentes collections de VCD ou DVD, la plus complète fut celle intitulée « Début du cinéma chinois », éditée par la société Beauty Culture Communication, avec 80 films des années 1920 à 1940. Cette édition comportait des films déjà connus comme Romance d’un marchand ambulant (Zhang Shichuan, 1922) et La chambre de l’ouest (Hou Yao, 1927), des « classiques » tels que La divine (Wu Yonggang, 1934), La route (Sun Yu, 1934), Les anges du Boulevard (Yuan Muzhi, 1937) et Printemps dans une petite ville (Fei Mu, 1948), ainsi que quelques films de la période de l’occupation japonaise comme Wu Zetian (Fang Peilin, 1939) et Le rêve dans le pavillon rouge (Bu Wancang, 1944). Mais la Cinémathèque avait aussi fourni des copies de films plus rares, dont certains étaient auparavant considérés disparus, notamment Voisins écœurants (Ren Pengnian, 1933) et Regrets éternels (Fei Mu, 1948). Les copies de ces films n’étaient malheureusement pas restaurées et certains VCD étaient de très mauvaise qualité. Depuis, d’autres maisons d’édition ont sorti ces films en DVD. Il est ainsi aujourd’hui possible de trouver dans le commerce un nombre important de films qui étaient encore très difficiles d’accès il y a quelques années.

Un bilan contrasté

  • 12 Critiqué par Mao Zedong à sa sortie en 1951.

24Malgré la multiplication des collaborations avec des institutions étrangères et l’organisation de quelques rétrospectives en Chine, la collection de films de la Cinémathèque chinoise reste trop peu exploitée. La Cinémathèque organise peu, voire pas du tout, de projections quotidiennes destinées au public. En effet, hormis les rétrospectives, les projections sont réservées aux films étrangers et aux films commerciaux chinois récents. Les principales raisons de cette situation résident sans doute dans la lourdeur administrative d’une telle institution et dans la volonté d’attirer le plus large public possible. La Cinémathèque est ainsi assise sur un trésor qu’elle n’exploite pas assez, de nombreux films qu’elle possède dans ses collections et qu’elle dévoile au compte-gouttes étant introuvables ailleurs. De plus, les films politiquement sensibles, comme La vie de Wu Xun12, sont toujours précieusement gardés à l’écart du public chinois, en attendant l’autorisation de leur exploitation. Cependant, l’apparition depuis quelques années, dans certaines rétrospectives, de films chinois considérés disparus ou n’ayant pas été montrés au public depuis très longtemps, ainsi que les programmes de numérisations de documents et de restaurations de films, montrent que la Cinémathèque chinoise ouvre peu à peu ses archives et est prête à répondre à l’intérêt croissant porté à l’histoire du cinéma chinois.

Notes

1 Il existe aussi la Hong Kong Film Archive et la Taipei Film Archive respectivement à Hong Kong et à Taïwan.

2 50 yuans, soit environ 5 euros.

3 15 yuans, soit 1,50 euros.

4 Par exemple : Le cinéma muet chinois, recueil d’articles des années 1920 et 1930, Dai Xiaolan (dir.), Pékin, China Film Press, 1996.

5 Respectivement nos 118, 119, 120, 121, 122, publiés entre janvier et mai 2004.

6 Le premier film chinois, Le Mont Dingjun, fut réalisé en 1905.

7 Acteur, entre autres films, de Corbeaux et moineaux (Zheng Junli, 1949) et de Printemps précoce (Xie Tieli, 1963).

8 Réalisateur de films dès les années 1930 à Shanghai, il s’est réfugié après 1945 à Hong Kong où il a poursuivi sa carrière dans les Studios Great Wall et Phoenix.

9 De décembre 1984 à février 1985, lors de la rétrospective consacrée au cinéma chinois par le Centre Georges Pompidou et la Cinémathèque française.

10 State Administration of Radio, Film and Television.

11 Le film, adapté d’une légende populaire, fut le premier film chinois de République populaire à être diffusé en France.

12 Critiqué par Mao Zedong à sa sortie en 1951.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le dépôt de la Cinémathèque chinoise à Pékin.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/2254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Figure 2. Salle de projection de la Cinémathèque.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/2254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search