Version classiqueVersion mobile

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Notes sur les monnaies et sur les mesures en usage à Lille

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La livre parisis, monnaie de Flandre (l. p.), à ne pas confondre avec la livre parisis française, ce qui hélas a parfois été fait, est divisée en 20 sols, encore appelés gros. Chaque sol est divisé en 12 deniers. Elle vaut la moitié du florin, autre monnaie couramment utilisée, qui est divisée en 20 patars.

Les comptes de la ville de Lille et des institutions publiques sont tenues en livres parisis monnaie de Flandre jusqu’en 1682, date à laquelle Louis XIV ordonne d’utiliser le florin, très vraisemblablement pour éviter la confusion avec la livre parisis française. La livre de gros, rarement utilisée au XVIIe siècle, est une monnaie « lourde » qui vaut 6 florins et 12 livres parisis, monnaie de Flandre. Le gros est donc à la fois le denier de cette livre (l/240e) et le sol de la livre parisis, monnaie de Flandre (l/20e de cette dernière) puisqu’il y a un rapport de 1 à 12 entre les deux.

Le florin vaut les cinq quarts de la livre tournois française.

La livre parisis, monnaie de Flandr...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search