Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre XV. Les hautes eaux de la charité

Texte intégral

  • 1 Le Magistrat ayant souhaité en 1772 avoir un état exact du nombre des pauvres, les ministres des «  (...)

1La charité, vertu théologale, exige que les chrétiens se préoccupent du sort des pauvres. Dans un monde où politique et religieux étaient imbriqués l’un dans l’autre, cet impératif chrétien interférait avec l’assistance, nécessité sociale. En effet, dans cette grande ville « industrielle » les « victimes de la maladie, de l’âge, de la solitude » (J.-P. Gutton), auxquels on peut ajouter ceux qui ne gagnaient pas suffisamment leur vie bien que travaillant, représentaient sans doute 10 à 15 % de la population en temps ordinaire ; lors des crises et « calamités » cette proportion pouvait monter à 50 % et plus, car il fallait alors aider ceux qui habituellement parvenaient à vivre de leur travail. Ainsi un récolement de 1772 nous apprend qu’en cette année difficile, on dénombre 27 743 pauvres dans une ville qui compte alors environ 55 000 habitants1. Secourir le prochain dans la détresse s’imposait d’autant plus que les propagateurs de la réforme catholique se chargeaient de rappeler qu’au jour du jugement l’homme serait jugé sur ses œuvres et sur la charité qu’il avait manifestée. Par ailleurs, le pauvre reste l’image de Jésus-Christ, tout au moins le « vrai pauvre » tel que le XVIe siècle avait contribué à le définir.

I) Le legs du XVIe siècle

  • 2 Sur cette question, se reporter essentiellement à : Paul Bonenfant, « Les origines et le caractère (...)

2Au début du XVIe siècle, à Lille comme en d’autres villes des Pays-Bas, s’était en effet instauré un vaste débat sur le problème du paupérisme et sur la signification de la pauvreté. Des mesures avaient été prises, des institutions s’étaient créées qui constituent toujours pour les Lillois du XVIIe siècle le cadre légal à travers lequel leur charité est invitée à se manifester2.

  • 3 J.P. Gutton, op. cit. p. 248, intitule précisément son développement : « L’exemple flamand ».
  • 4 Cf. notre communication aux journées internationales d’histoire du droit à Middelbourg en mai 1974, (...)
  • 5 Ce document important figure dans les archives de l’école Bogarde à Bruges ; l’essentiel du texte e (...)
  • 6 P. Bonenfant, art. cité, a souligné à juste titre que les réformes qui interviennent ne sont pas un (...)
  • 7 A.B.B.L., J. XV - 1, 1508. Jusqu’à présent cette pièce est la seule que nous ayons trouvée dans les (...)
  • 8 Le registre aux mémoires No 15 921, Fo 510, mentionne le 19 juin 1526, que sur requête « des minist (...)
  • 9 Voir notre contribution dans Hist. de Lille, t. 2.

3Dans la genèse des solutions nouvelles qui ont été expérimentées en Flandre au début du XVIe siècle, et dont l’importance au niveau européen a été soulignée3, Lille tient un rôle pionnier. En effet, la première tentative de réforme profonde du système d’assistance se situe en 15084. À cette date, le marchand de grains, Paul Castelain, « eenen goeden fijnen coopman van sage auyt der stadt van Rysselle », membre de la Loi, propose à Messieurs des modifications importantes en la matière5. Jusqu’alors les pauvres étaient secourus par la « carité » de leur paroisse. Celle-ci était gérée par des laïcs, les « pauvrieurs », et le clergé était tenu à l’écart de son administration6 Paul Castelain propose que désormais l’aide aux pauvres soit centralisée au niveau de la cité. On désignerait « 4 aumosniers, gens de bien [ayant] la charge et cure des povres personnes ». Ceux-ci recevraient les aumônes des habitants, distribueraient les secours « aux povres honnestes maisnaiges » et seraient aidés dans chaque paroisse par « deux ou trois hommes de bien, choisis par le conseil et congregacion des curés ». Ainsi on remédierait au principal inconvénient du système en vigueur qui entraînait que les « carités » les plus riches, comme celle de Saint-Étienne par exemple, étaient aussi celles qui avaient le moins de pauvres à secourir. Un projet aussi hardi rencontra bien des oppositions ; on voit en effet Catherine Desbuissons donner 100 lp. pour être distribuées de cette manière, à condition que « l’ordonnance encommenché se perfache et apreuve par mesure de Loy et non autrement »7. Ce ne fut pas le cas, semble-t-il, puisqu’aucune ordonnance du Magistrat ne lui donne force de loi8. Soulignons en tout cas que ces propositions sont motivées par les redoutables problèmes que pose l’afflux vers la ville d’une main-d’œuvre abondante qui vient travailler dans la sayetterie et s’entasse dans les quartiers périphériques. Des propriétaires créent alors des « cours » pour les loger9. Il ne faut pas perdre de vue que la réflexion générale qui se développe alors aux Pays-Bas sur cette question intervient dans un monde où la croissance démographique et les migrations posent de redoutables problèmes.

  • 10 P. Bonenfant, art. cité, a montré que Nuremberg en 1522 et Strasbourg en 1523 avaient réformé profo (...)
  • 11 A.M.L., Reg. O.M. No 380, F° 21 et sq, 30 avril 1527.

4À Lille, l’organisation de l’assistance est officiellement restructurée le 30 avril 1527 avec la fondation de la Bourse commune des pauvres. Cette création s’apparente à celle effectuée à Ypres en 1525 et s’inspire du projet présenté par Paul Castelain10. Le texte interdit la mendicité et crée un organe central de cinq « commis », bientôt appelé Ministres généraux, « ayant supérintendance de tous les pauvres dans la ville » ; ils seront aidés dans chaque paroisse par « quattre personnes, gens de bien, dont l’un d’iceulx sera ministre de la carité des povres de sa paroisse ». On espère ainsi désamorcer l’opposition prévisible des « caritables » et on établit la liaison nécessaire avec les « carités ». Car on crée désormais, à l’échelon de la cité, une « bourse commune » dans laquelle les « carités » paroissiales reverseront leurs « boni » après avoir exécuté uniquement les charges auxquelles elles sont expressément tenues par les fondations. Désormais, le produit des « pourchas » (quêtes) faits dans l’église ou dans la paroisse, celui des « troncs et blocqs », seront versés à la Bourse commune. L’aide aux pauvres de la ville « en argent, en pain, bois, ou aultrement » sera distribué par les ministres particuliers sur ordre des cinq commis11. Il faut noter que le texte n’interdit pas à la Bourse de recevoir ou d’acquérir des biens ou des titres de rente, ce qui est capital pour l’avenir.

  • 12 On trouve une analyse succinte du De subventione pauperum de J.L. Vives dans J.P. Gutton, op. cit., (...)
  • 13 A.M.L., Reg. O.M. No 380, F° 21, 30 avril 1527.

5Cette ordonnance fondamentale est précédée d’un préambule qui résume sommairement les idées qui sont alors vulgarisées par J.L. Vives dans son « De subventione pauperum », paru l’année précédente12. Le Magistrat lillois s’en prend à ceux qui « se mettent à l’oiseuse [vie], qui est mère de tous maulx, en délaissant à faire mestier ou stil dont ilz pouroient honnestement vivre… [et qui] sont… sy occupez à brimber [mendier] qu’ilz ne pensent à leur salut ». Ceux-là dérobent aumônes et secours aux « vrais povres mendians » ; ceux-ci en revanche, « indigens, povres, mallades et aultres », doivent être « noris et sustentez » et les chrétiens ont le devoir de les secourir13.

  • 14 Ibidem.
  • 15 A.M.L., No 16 261, compte de la ville en 1527, Fo 186.

6Cette vision du monde des pauvres, cette refonte des structures de l’assistance, les voies nouvelles proposées aux personnes désireuses de faire la charité devaient rencontrer bien des oppositions. « Messieurs » en étaient conscients puisqu’à la fin de leur ordonnance ils « prient instamment… les curez et prédicateurs qu’ilz veullent advancher cest affaire… [la] recommande singulièrement en leurs prédications, confessions, testamens, ordonnances de dernière vollunté ». S’ils reçoivent « des plaintes ou doléances desdits povres ou d’autres », à propos de ces décisions, « qu’ilz ne leur donnent légèrement le droit, mais les consolent pour (sic ! [par]) doulces et bénignes parolles »14. Ce n’était pas suffisant pour désamorcer l’opposition. Le compte de la ville en 1527 nous apprend qu’on a donné « aux curés des cincq églises paroissialles… sept los demy de vin…, le 5e d’aoust présentez, après qu’ilz olrent esté remonstré comment les aulmosnes de ladite ville se refroidoient, par quoy possible ne estoit furnir aux nouvelles ordonnances des povres, n’estoient qu’ils se volsissent employer à recommander les dits povres, plus particulièrement que ilz n’avoient fait »15.

  • 16 A.M.L., Reg. O.M. No 380, F° 41 vo, 16 avril 1528.
  • 17 B.M.L., Ms. No 528, F° 445.
  • 18 Ibidem. Ces réponses sont publiées en pièces annexes par J. Nolf, La réforme de la bienfaisance pub (...)
  • 19 Edit du 7 octobre 1531, publié dans Rec. des Ord. des Pays-Bas, règne de Charles Quint, 2e série, t (...)

7Les opposants ne désarment pas puisque le 8 avril 1528, le Magistrat doit ordonner « que les commis des églises, confraryes, chappelles ou aultres lieux ne pourchassent ne demandent les aulmosnes sur les rues en mettant tables, bachins, plateaux… mais se tiennent chacun en son église, chapelle et aultre »16. Finalement, « comme il sembloit que ladite ordonnance estoit comme empeschée, les Magistrats dudit Lille et Ypre eurent, pour la descharge de leur conscience, recours au doyen et faculté de la Sainte théologie de l’Université de Paris »17. Celle-ci précisa le 16 janvier 1630 que ces mesures « pouvoient estre pratiquées et maintenues » ; de son côté, Josse Clichtove déclara « digne qu’en toutes villes, à l’exemple desdites villes de Lille et Ypre cette ordonnance fut receu et entretenu »18. Finalement Charles Quint, décida de généraliser ces expériences et ordonna le 7 octobre 1531 de créer une bourse ou table des pauvres dans chaque ville et village de ses États de « par deçà », où il n’en existait pas déjà une19.

  • 20 La part croissante prise par le produit des taxes dans les recettes annuelles de la Bourse commune (...)
  • 21 À la fin du XVIe siècle, où le produit de taxes nouvelles a été attribué, les impôts fournissent 36 (...)

8Dès lors, la Bourse commune des pauvres va s’affirmer et jouer le rôle directeur qui lui était assigné. Pour faire face aux charges croissantes, on augmenta le nombre des ministres généraux ; ils sont huit en 1552, douze en 1568 plus un receveur. Les grands marchands qui dirigent la cité, les Castellain, les Fourmestraux, les Denis, les Barge, les Dupont, les Mahieu sont à sa tête. Son budget ne cesse de croître ; pour lui permettre de faire face à ses charges, « Messieurs » décidèrent de lui attribuer le produit de certaines taxes20. Pendant les troubles, le bon fonctionnement de cette institution contribua sans doute à maintenir Lille parmi les « bonnes villes » et lui conféra ses lettres de noblesse21. Ainsi donc, à la fin du XVIe siècle, les Lillois qui désirent faire l’aumône aux pauvres peuvent le faire prioritairement par l’intermé- diaire de la Bourse commune des pauvres. Et, bien entendu, le catholicisme rénové qui leur est enseigné insiste plus que jamais sur la nécessité d’être charitable.

II) « Donnez aux pauvres : leurs mains sont des lettres de change qui ne manquent pas »

  • 22 Géry l’Espagnol, Préservatif., op. cit. p. 16.
  • 23 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192, déposition de N. Pollet, 36 ans, dans le procès de J. C (...)

9Les propagateurs de la réforme catholique ont proclamé haut et clair le devoir chrétien de secourir les pauvres. Ici encore le modèle protestant, tel qu’il avait temporairement existé dans quelques villes et villages de ces provinces pendant les troubles, tel qu’il était visible en Hollande par ceux qui s’y rendaient pour leur négoce, impressionnait les catholiques et servait de stimulant. En 1651, le curé d’Armentières reconnaît que c’est « une tentation non petite de voir la promptitude de ces gens-là à secourir les pauvres et à les accomoder de tout ce qui est leur besoin »22. Par ailleurs, dans une ville où de nombreux habitants vivaient du commerce et de l’artisanat, on sacrifiait volontiers à Mammon. « Avec de l’argent, on peut tout faire » déclare imprudemment le « tondeur de grandes forches » Nicolas Pollet lors d’un procès23 : phrase révélatrice d’une mentalité largement répandue dans la cité et que déploraient les Jésuites dès leur arrivée.

  • 24 Toussaint Bridoul, S.J., Modèle des bons serviteurs... op. cit., p. 27-28.

10Prédicateurs, confesseurs, écrivains, par la parole ou par la plume ont dénoncé l’amour excessif de l’argent et prêché la nécessité de faire l’aumône aux pauvres. Le Père Bridoul rappelle que le Christ a déclaré « qu’il serait plus aisé à un chameau de percer le trou d’une éguille qu’à un homme riche d’entrer au Paradis. Sentence certes effroiable. Quoy, pour l’adoucir, elle s’entend d’une grande difficulté, laquelle en effet se ressent journellement. Ce qui est impossible aux hommes… est possible à Dieu par sa sainte grâce, qui fait que l’homme n’attache entièrement son cœur aux richesses, mais les emploie simplement et purement à la gloire de Dieu ». Et le Jésuite de conclure que « les riches et les nobles ont de plus grands empêchemens dans le chemin de la perfection que les pauvres et viles serviteurs et servantes »24.

11Quant aux religieux de la famille de saint François, ils vulgarisent évidemment le même message, comme en témoignent ces quelques vers extraits des « Amoureux désirs » du P. Bernard Solutive :

  • 25 Les Amoureux désirs du Bienheureux Père Barthélémy Solutive, recollé... Lille, P. de Rache, 1629, p (...)

« Le Riche et le Pauvre débattent
Sur les désirs qui les combattent
À qui aura mieux désiré
Le Riche, la terre désire
et pour l’avoir tousjours soupire
Et sans l’avoir, passe, expire.
Le Pauvre, mesprisant le monde
Un peu plus haut son désir fonde
Ayant la terre desdaigné,
Désirant le Ciel il l’emporte
Que sentence pour luy l’on porte
Disant que le pauvre a gaigné »25.

  • 26 Cf. J.P. Gutton, op. cit. et R. Taveneaux, Le catholicisme... op. cit. p. 204 et sq.
  • 27 Antoine de Balinghen, Après-dinées et propos de tables... Lille, P. de Rache, 1615, p. 120-121.
  • 28 A.M.L., Reg. O.M. No 384, Fo 22-24, 16 avril 1613.
  • 29 Marc de Bonnyers, S.J., L’advocat des âmes du Purgatoire... Lille, P. de Rache, 1632, p. 28.
  • 30 A.M.L., Aff. gén. C. 790 d. 5, 1656.

12La notion du pauvre, image de Jésus-Christ, continue à régner, même si elle est tempérée par la distinction précisée au XVIe siècle26. En effet, on ne reconnaît pas de valeur éminente à un certain type de pauvreté, « signe ou de paresse, ou de vie désordonnée, ou de superfluité et de folie »27. Le Magistrat se préoccupe souvent de limiter le nombre des « fainéants » qui vivent de mendicité, voire de larcins, « sans mesmement penser à leur salut »28. À deux reprises, comme nous le verrons, on pensera à les enfermer pour les rééduquer par le travail et les exercices religieux. Mais pour « Messieurs », comme pour le clergé et le peuple, les pauvres « involontaires » restent les images de Jésus-Christ, et, sauf exception, « personne n’est pauvre de volonté ny de souhaits » déclare le Père de Bonnyers qui insiste sur cette idée du pauvre, figure du Christ. « Messieurs, partagez vos chappons et perdrix avec les pauvres, et quand le Sauveur du monde vous voudra condamner au jugement comme de faux riches, vous direz : « Seigneur, vous en avez mangé avec nous »29. Les échevins partagent cette conception, puisqu’en 1656, ils reprochent aux « caritables » de Sainte-Catherine et aux ministres généraux de dépenser « la substance des pauvres de Jésus-Christ », en menant les uns contre les autres un coûteux procès, d’autant plus scandaleux qu’il oppose des hommes que la « seule charité devrait animer »30.

  • 31 Marc de Bonnyers, op. cit., p. 24 à 27.
  • 32 Antoine de Balinghen, Triomphe de chasteté et totale déffaite de fol amour... Lille, P. de Rache, 1 (...)

13Dans une religion qui vient solennellement de réaffirmer lors du Concile de Trente les principes du salut par les œuvres et de la communion des saints, l’aumône, au sens large du terme, s’impose donc à tous les croyants. Le Père de Bonnyers rappelle que saint Thomas lui donne le premier rang des « œuvres satisfactoires » et il interpelle les riches avec la vigueur du style oratoire propre au prédicateur : « Je vois dans vos coffres de vieux escus, par trop d’habits, la table si chargée de viandes qu’elles vous peuvent suffir pour trois jours et là-dessus je m’escrie : une partie aux pauvres, aux hospitaux, à la prison : on y meurt de faim. Vous croyez que je suis fort en peine pour eux ; il y a du subject. Je le suis encore davantage pour vous : car ce que vous retenez ou prodiguez sans en faire du bien, selon saint Jacques, est capable de vous faire condamner au jugement de Dieu ». Il leur propose en conséquence quelques actes concrets de charité : « Allez à la conciergerie délivrer un prisonnier… Assistez un pauvre malade jusques à ce qu’il soit remis ; donnez à une pauvre famille afin qu’elle ayt de quoi manger : vous l’aurez faict à Jésus-Christ »31. Le Père Antoine de Balinghem, pour sa part, souligne que les œuvres de miséricorde sont nécessaires, mais qu’elles ne dispensent pas de « bien vivre » – « Il ne faut pas penser que l’aumosne délivrera d’enfer celuy qui persévère et meurt en un seul péché mortel… Il ne faut pas croire qu’en continuant à offenser [Dieu], nous obtenions par l’aumosne licence de malfaire »32.

  • 33 A.S.J. Rome, Lettres annuelles, gallo-belge, 1647.
  • 34 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, F° 252, 13-17 août 1651.
  • 35 A.M.L., Reg. aux mémoires, No 15928, F° 27 ; à la suite (Fo 30) figurent les « Instructions pour le (...)
  • 36 A.S.J. Rome, gallo-belge, lettres annuelles, passim. Parmi les Pères volontaires pour soigner les p (...)
  • 37 Cf. P. Hildebrand, Les Capucins en Belgique... op. cit. p. 166.

14N’oublions pas effectivement que les religieux ont souvent donné l’exemple et incité leurs disciples à faire de même. Selon les lettres annuelles des Jésuites par exemple, ceux-ci en 1647 ont visité 600 soldats hospitalisés et 900 prisonniers33. Les membres des sodalités mariales constituées au collège devaient aller visiter les prisonniers et l’on sait que les emprisonnés pour dettes ne manquaient pas. L’activité des Jésuites est même si développée en la matière qu’en 1651 les Récollets, inquiets, se font confirmer par le Magistrat leur privilège d’accompagner jusqu’au bout les condamnés à mort, car certains de ceux-ci, visités en prison par les Jésuites, réclamaient leur présence lors de l’exécution34. Lors des pestes, de nombreux religieux manifestaient un dévouement héroïque. En 1617, un Jésuite se fait « infecter » volontairement, c’est-à-dire ranger parmi les « contagieux » qui sont en contact permanent avec les pestiférés35. De manière générale, lors de chaque épidémie, deux Pères Jésuites et deux frères sont ainsi « expositi » au service des pestiférés36. La disparition des archives du couvent lillois des Capucins ne permet pas d’apporter les mêmes précisions pour ceux-ci, mais on connaît leur abnégation et leur dévouement en ces années tragiques37.

  • 38 Cette citation précise est extraite du testament de Barbe Grue, veuve de Jacques de Lobel, sayetteu (...)
  • 39 Marc de Bonnyers, op. cit. p. 27.

15En fait, le vaste problème de la charité envers les pauvres est vécu dans le cadre global de « l’économie du salut », tous les actes charitables prennent leur signification profonde dans le cadre de la communion des saints. Les catholiques sont invités à donner aux pauvres une partie « des biens que Nostre Seigneur, Père et Créateur (leur) at presté » en ce monde, selon la formule assez couramment usitée dans les testaments38, non seulement parce que c’est une œuvre « satisfactoire » en soi, mais pour s’assurer après leur mort les prières et les suffrages des « pauvres de Jésus-Christ » ; ils veulent ainsi écourter au maximum le temps de leur passage éventuel au purgatoire. Nous reviendrons ultérieurement sur cet aspect, mais il faut dès maintenant le souligner car il est sous-jacent aux dons et fondations que nous allons évoquer, quand il n’est pas clairement exprimé. Le Père de Bonnyers l’explicite d’ailleurs en un langage que les marchands qui l’écoutent comprennent parfaitement. « Il est très vray que l’argent faict tout, mesmes auprès de Dieu. Que ne vous en servez-vous ? Donnez aux pauvres : leurs mains sont des lettres de change qui ne manquent jamais »39. Au XVIIe siècle de nombreux Lillois vont suivre ces recommandations.

III) « Caritables et carités » paroissiales

  • 40 On trouve généralement six pauvrieurs dans les paroisses et huit à Saint-Étienne. En 1599, ceux-ci (...)
  • 41 On trouve Guillaume le Veau comme huit-homme dans le Magistrat de 1612 ; voir la liste publiée en a (...)

16Les « carités » paroissiales, toujours bien vivantes malgré la réduction considé- rable de leur compétence intervenue en 1527, restent une structure privilégiée de contact entre bourgeois et pauvres de la paroisse dans le cadre même de l’église puisque la « carité » y avait son siège. Devenir un des six ou huit « pauvrieurs » de la paroisse était pour un Lillois aisé le meilleur moyen de s’occuper des pauvres ; mais cette charge était en fait réservée aux paroissiens « notables », car elle était conférée par le Magistrat pour une durée de cinq ans ; « Messieurs » choisissaient le nouveau membre dans une liste de trois noms proposés par ceux qui restaient en fonction. Les quelques listes de « pauvrieurs » que l’on possède montrent, dans la mesure où on peut en juger compte tenu de la médiocrité des sources lilloises en la matière, qu’ils appartiennent aux strates sociales supérieures, ou, à la rigueur, médianes de la paroisse40. Comme les marguilliers, ils se recrutent parmi les marchands, les hommes de loi, les médecins, ou parmi les maîtres artisans ayant une certaine importance. Guillaume le Veau par exemple, pauvrieur et receveur de la « carité » de Saint-Étienne vers 1600 est marchand de garance ; Jacques Waresquiel, receveur de celle de Saint-Sauveur, est notaire41.

  • 42 Nous avons vérifié, lorsque nous possédions les noms, que les « pauvrieurs » étaient aussi les quêt (...)
  • 43 A.B.B.L., D. 421, reg. des délibérations des « pauvrieurs » de Saint-Étienne, 1728-1778 ; E. 287, i (...)

17Ces « pauvrieurs » sont en même temps des administrateurs de leur « carité » et les intermédiaires officiels entre les pauvres de la paroisse, les bienfaiteurs et les Ministres généraux de la Bourse commune ; ils sont devenus « de facto » les ministres particuliers prévus par l’ordonnance de 152742. On connaît relativement bien leur tâche et le fonctionnement de la « carité » grâce à quelques comptes et à deux registres de délibérations, datant du XVIIIe siècle, donc à utiliser avec prudence compte tenu des modifications qui ont pu intervenir43.

  • 44 Renseignements extraits des registres cités à la note précédente et des comptes.

18Les « pauvrieurs » doivent être deux chaque dimanche et jours de fête à leur « buffet » pour quêter, recevoir les offrandes, relever les dons faits dans les « troncs et blocqs » ; les autres jours, le « semainier » doit être présent à l’église le matin pour recevoir les dons. Il est également chargé d’assurer la quête « avec la boîte » dans les maisons de la paroisse les jeudis, vendredis et samedis. Tous doivent participer à l’assemblée générale qui se tient une fois par mois à l’église, et aux réunions extraordinaires ainsi qu’à la reddition des comptes tant de la carité que de la Bourse commune. Des amendes frappent les absents ou ceux qui se laissent emporter par la colère. Pendant l’assemblée ordinaire, le semainier reçoit les pauvres, les écoute et les présente aux Ministres généraux le lundi suivant si cela a été décidé. Les « pauvrieurs » enfin doivent être présents au récolement général des pauvres qui se fait annuellement au siège de la Bourse commune ; quant aux distributions de secours en argent, elles se font également par leurs soin44.

  • 45 Les recettes précises des différentes « carités » sont les suivantes :
    Saint-Étienne : 3243 lp + 4 (...)
  • 46 A.B.B.L., F. 192 à 195, comptes de la « carité » de Saint-Sauveur entre 1572 et 1665.
  • 47 Ibidem, D. 421 et D. 426, compte de 1666 à 1676.

19À cette fonction très prenante d’intermédiaires, s’ajoute celle d’administrateurs de la « carité » proprement dite ; celle-ci possède des terres, des maisons, des droits, perçoit des rentes en nature et en argent et dispose de revenus non négligeables puisque vers 1572, on peut estimer que la « carité » de Saint-Étienne a un revenu annuel d’environ 5000 lp, celle de Sainte-Catherine de 4000 lp, celle de Saint-Sauveur de 3000 lp45. Avec ces recettes, les « pauvrieurs », depuis 1527, doivent en principe se borner à exécuter les charges prévues par les fondations et à verser leurs « boni » dans la « bourse commune ». Les comptes de la « carité » de Saint-Sauveur, les seuls partiellement conservés pour notre période, révèlent en effet que les « pauvrieurs » font dire chaque semaine aux frais de la « carité », par exemple 4 messes à l’autel du Crucifix, deux à la chapelle de la Trinité etc ; ils font célébrer des obits, distribuer des pains aux pauvres et tout ceci pour respecter les dernières volontés des fondateurs46. À Saint-Étienne, les caritables doivent faire distribuer 120 parts de viande pour « le Bœuf de la Saint-Luc », et 200 morceaux de porc pour « le Lard des Innocents »47.

  • 48 Ibidem, F. 26 et F. 193 à F. 195.
  • 49 Ibidem, et F. 39.
  • 50 Ibidem, et F. 80.

20Or il faut noter une reprise du mouvement des fondations au XVIIe siècle dans le cadre de ces « carités paroissiales ». Apparemment le Magistrat ne s’est pas opposé à ce que de généreux bienfaiteurs fassent expressément bénéficier les pauvres de leur paroisse, de leurs libéralités ; il est vrai qu’il pouvait contrôler leur bien-fondé puisque les fondations devaient être passées devant ses représentants. Nous en avons ainsi dénombré 12 nouvelles à Saint-Sauveur. Parmi les plus notables, il faut mentionner celle de Mathieu Meurisse et de son épouse qui lèguent en 1616 à la « carité » une maison sise rue d’Amiens, à charge pour les « pauvrieurs » de faire célébrer 2 obits par an pour le repos de leur âme et de donner 100 pains à 100 pauvres à chaque obit48. En 1624, Jean Meurisse, en entrant chez les Capucins où il devient frère Cyprien, donne 4600 lp produisant 266 lp de rente par an à distribuer aux pauvres de la paroisse49. En 1636, Jean Roose, bourgeteur, et son épouse lèguent à la « carité » un capital de 3000 lp dont le revenu servira à fournir « des chausses et des solliers » à six pauvres hommes et six pauvres femmes chaque année et à faire célébrer un obit50.

  • 51 Ibidem, E. 303. À Saint-Maurice, par exemple, on relève des fondations faites par Péronne Cardon, G (...)

21Ce mouvement de reprise des fondations, observé sur Saint-Sauveur, se produit également dans les autres paroisses et on peut en repérer dix ou douze dans chacune d’entre elles. En 1626 par exemple, Pierre Aix, « boulanger de la carité de Sainte-Catherine », lègue à celle-ci 1200 lp dont le revenu annuel servira, entre autres, à faire dire chaque année un obit à sa mémoire51.

  • 52 A.M.L., Aff. gén. C. 790 d. 5 et A.B.B.L., J. IV d. 5.
  • 53 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fos 24 et 25, 1620.

22Quant aux boni, il faut constater que les « pauvrieurs » s’efforcent de ne pas en avoir ; ils trouvent toujours quelque dépense indispensable à réaliser ; la mention « Néant » figure souvent dans les comptes de la Bourse à cette rubrique. Le Magistrat, irrité, ordonne en 1656 que désormais les comptes des « carités » soient remis aux ministres généraux, pour examen détaillé, huit jours avant leur reddition ; cette décision entraîne le procès dont nous avons parlé avec les « pauvrieurs » de Saint-Catherine52. Il faut dire que les « caritables » défendent avec beaucoup d’énergie les intérêts des pauvres de leur paroisse. En 1620, par exemple, un violent conflit oppose ceux de Saint-Étienne aux marguilliers qui refusent de leur verser la moitié du montant des aumônes faites dans les troncs lors du jubilé. « Messieurs » ayant tranché en faveur des « pauvrieurs » et fait observer aux marguilliers qu’en se conduisant ainsi « ils ne faisaient office de bons bourgeois », ces derniers, « assemblés en la tésaurie auroient prins résolution de ne acquitter à ladite ordonnance… et de rendre leurs clefs ausdits Sieurs du Magistrat »53.

IV) L’expression de la charité saisie à travers les comptes de la bourse commune des pauvres

23Conformément à la politique qu’il suivait depuis le début du XVIe siècle, le Magistrat veillait à ce que la charité des Lillois envers les pauvres s’exerçât, autant que possible, dans le cadre de la Bourse commune. Il n’est pas dans notre propos d’étudier ici tous les aspects de cette institution et la fonction d’assistance qu’elle remplit. Nous nous contenterons de donner quelques indications essentielles sur l’importance qu’elle tient dans la vie lilloise et sur les hommes qui la dirigent. En revanche, nous essayerons de cerner de plus près les domaines qui sont des « indicateurs » de la charité manifestée par les Lillois, à savoir le produit des quêtes faites dans les églises et les paroisses, le nombre de legs faits par voie testamentaire, et les fondations charitables, que nous étudierons ultérieurement.

1) Aperçu de l’activité de la Bourse, les ministres généraux.

  • 54 A.B.B.L., J. 630 à J. 785, comptes de la Bourse commune des pauvres, de 1590 à 1667, à raison de de (...)
  • 55 Nous publions en annexes le bilan comptable, année par année, ainsi que le montant des aumônes dist (...)

24La place que tient la Bourse commune des pauvres dans la vie lilloise de l’époque apparaît dans le bilan financier annuel de cette institution. L’impressionnante série de comptes semestriels conservés presqu’intégralement, permet de connaître année après année, recettes, dépenses et montant des aumônes en argent distribuées dans les paroisses54. L’évolution des valeurs décennales moyennes de ces grandes rubriques montre tout de suite l’importance de la Bourse commune55.

  • 56 Une analyse détaillée des recettes et des dépenses de la Bourse commune des pauvres et de leurs flu (...)
  • 57 Dans le premier compte de 1662, par exemple, il est inscrit au 68e chapitre des dépenses : « Mise p (...)

25Sans analyser longuement ces chiffres et ceux de chaque bilan annuel figurant en annexes, il faut faire quelques observations indispensables. Tout d’abord le poids des « calamités » est nettement visible, notamment à partir de 1617. Cette année-là, pour faire face aux dépenses causées par la peste, le Magistrat attribue définitivement à la Bourse le produit de taxes importantes sur les boissons lesquelles désormais vont fournir 40 à 50 % des recettes globales56. Ensuite, il faut souligner que l’augmentation considérable des recettes et des dépenses, très sensible à partir de 1650 et qui culmine en 1661 est artificielle et fictive ; elle est due à l’inscription en recettes dépenses d’arriérés, de loyers et de rentes impayés à cause de la guerre et qui le resteront. En 1662, par exemple, ces recettes et dépenses fictives atteignent 160 000 lp. environ57. Il est mis fin à cette situation artificielle en 1666 et les chiffres de 1667 traduisent mieux le montant réel des dépenses et des recettes de la Bourse.

Recettes de la bourse commune des pauvres de Lille et montant des aumônes distribuées dans les paroisses 1590 -1670

Recettes de la bourse commune des pauvres de Lille et montant des aumônes distribuées dans les paroisses 1590 -1670
  • 58 Sur les Repenties, voir le chapitre VIL
  • 59 Le 16 février 1608, le Magistrat publie un important règlement précisant notamment que « les enfans (...)

26Globalement, on peut dire que la somme des aumônes distribuées en argent dans les paroisses représente environ la moitié des dépenses de la Bourse, et davantage lors des crises bien sûr. Mais en réalité, c’est 90 à 95 % des « mises » qui vont aux pauvres puisque les autres dépenses sont faites pour faire soigner des malades, payer la pension de filles « débiles » placées chez les Repenties58, acheter des draps et des souliers, payer les prébendes prévues par les fondations et la pension d’orphelins placés dans des familles ; ceux-ci ne sont pas moins de 150 ; après les pestes, ils sont beaucoup plus nombreux : 273 en 1618, 340 en 1627 par exemple59. Les Lillois savaient donc que la quasi-totalité de l’argent collecté par la Bourse commune allait réellement aux pauvres et cette certitude pouvaient influencer leur comportement charitable.

  • 60 Les noms des Ministres généraux figurent en tête de chaque compte, ce qui n’est pas le cas pour les (...)
  • 61 Nous avons systématiquement relevé les noms des ministres généraux et suivi leur « carrière » à la (...)

27Quant aux hommes chargés de diriger et de gérer cette institution, ils siègent, ont siégé, ou siégeront au Magistrat ; ils sont donc issus des grandes familles de marchands ou de rentiers. À titre d’exemple, nous avons cherché à mieux connaître les ministres généraux qui sont en fonction en 1612 puisque nous possédons pour cette date quelques renseignements socio-professionnels sur les membres du Magistrat. Six d’entre eux sont en même temps conseillers ou échevins, à savoir Jean Le Vasseur, mayeur, Jacques Castellain, marchand de sayetterie et seigneur d’Ascq, Michel Cardon, marchand de draps de soie, Jean Mahieu, marchand, qui fut auparavant rewart, Hugues de Lobel, marchand de draps en gros, André de Fourmestraux, marchand, « puissant et riche ». Les six autres ministres généraux ont appartenu ou appartiendront au Magistrat, et sont issus des mêmes grandes familles, lesquelles de surcroît sont, toutes ou presque, alliées ensemble par des mariages ; il s’agit de Pierre Desbuissons, Jacques Fasse, Jean Castellain, François Muette, tous quatre marchands ; Auguste Petitpas, écuyer, seigneur de Warcoing, et Martin du Rivaige, licencié en droit et beau-frère du mayeur60. La plupart des Ministres généraux restent longtemps en fonction, tels François Muette de 1581 à 1627, Martin du Rivaige de 1591 à 1625, Jean de Castekere, qui siégea 38 fois au Magistrat, de 1627 à 165861. Comme on peut le constater, l’élite sociale qui dirige la cité ne laisse à personne d’autre le soin de s’occuper des pauvres, parce que c’est un impératif politique et social essentiel mais aussi par sens du devoir chrétien. « Messieurs » aiment s’intituler « les premiers pères des pauvres » de la ville et nous verrons que beaucoup d’entre eux ont fait des fondations dans lesquelles stipulations religieuses et charitables sont étroitement mêlées.

2) Un premier indicateur de la charité : le produit des quêtes

  • 62 Le relevé de ces sommes est extrêmement long car le compteur ne fait pas de totalisation générale, (...)
  • 63 Selon Jean Meuvret qui s’appuie sur les travaux de Natalis de Wailly, en France la livre tournois v (...)

28Les Lillois étaient donc invités chaque semaine à donner anonymement quelque aumône pour les pauvres au « caritable » qui les sollicitait à domicile « avec la boîte », ou les dimanches et fêtes à l’église avec le « platelet » ; ils pouvaient aussi déposer leur offrande dans les troncs. Le produit de ces « pourchas », mois par mois, paroisse par paroisse est scrupuleusement consigné dans les comptes de la Bourse. Sans entrer dans un détail qui serait fastidieux, indiquons les deux caractéristiques essentielles de l’évolution qui se produit. Jusqu’en 1630 environ, « pourchas » et offrandes dans les troncs rapportent de 6000 à 6500 lp. annuellement ; les meilleures recettes sont faites pendant le mois de décembre et ceux de mars-avril, qui incluent respectivement les fêtes de Noël et de Pâques. En effet, l’Église demandait de penser en priorité aux pauvres le Vendredi Saint. À partir de 1630 commence une longue et nette descente. Quêtes et troncs, qui rapportent encore 5500 lp. en 1630, ne fournissent plus que 5000 lp vers 1640, puis 3800 vers 1650, et même moins de 3000 lp. en 1661-166262. La chute est considérable, d’autant plus qu’il s’agit de sommes en valeur nominale et que la livre en 1667 n’a plus la valeur qu’elle avait en 160063. D’ailleurs, depuis 1647, on ne quête plus « avec la boîte » à domicile que dans les paroisses Saint-Étienne et Saint-Maurice habitées par les milieux sociaux les plus aisés.

  • 64 Comparons dans trois paroisses le produit des quêtes pendant le semestre d’été de 1596 et celui de (...)

29Par ailleurs on constate, à la fin du XVIe siècle et dans le premier tiers du XVIIe siècle, que la charité publique se manifeste plus intensément que de coutume lors des calamités qui frappent la ville. Ainsi, pendant la peste de 1597 et de 1598, les « pourchas » rapportent respectivement 8996 lp. en 1597 et 7326 en 1598, au lieu des 6000 lp environ collectées les années précédentes64. On observe le même phénomène en 1617 et 1618, où les quêtes produisent 7142 lp, et pendant la difficile décennie 1620-1629.

3) Un deuxième indicateur de la charité : les legs à la Bourse par voie testamentaire.

  • 65 La liste et le montant des legs par voie testamentaire figurent dans les comptes, en recettes, entr (...)

30On décèle la même inflexion si l’on comptabilise le nombre de personnes qui font un legs à la Bourse par voie testamentaire, en l’occurrence un don pur et simple sans imposer aucune charge. Les moyennes décennales du nombre de donateurs – les plus significatives car le montant du don fait est essentiellement lié à la richesse de celui qui le réalise –, chutent également après 1629. De 1590 à 1629, chaque année, 15 à 20 Lillois faisaient un legs simple à la Bourse. De 1630 à 1649, ils ne sont plus que 11 en moyenne, puis 8 de 1650 à 1659 et enfin 5 de 1660 à 167065. La valeur moyenne des sommes léguées ne baisse pas, bien au contraire, mais ceci s’explique précisément par la diminution du nombre des petits donateurs.

  • 66 Le total exact des sommes léguées est de 251 247 lp. Si l’on tient compte de la valeur moyenne annu (...)

31Constatons en tout cas qu’en 80 ans « ces légats par voie testamentaire » ont fourni près de 265 000 lp à la Bourse qui a pu placer une partie de ce capital en rentes66.

  • 67 Voir celle-ci en annexes du chapitre II.
  • 68 Voir chapitre II et B.M.L., Ms No 320, Fo 123 vo.

32Il reste à tenter d’expliquer pourquoi le produit des quêtes et celui des legs fléchissent aussi nettement à partir de 1630. Cette chute révèle-t-elle un affadissement de la charité, une lassitude devant le problème du paupérisme après l’enthousiasme lié aux débuts de la réforme catholique ? C’est possible et peut-être même partiellement exact. Mais l’histoire religieuse, ou celle des mentalités et des comportements, est inséparable de l’histoire générale et nous pensons que la principale explication réside dans la conjoncture. Il suffit de regarder la courbe figurant l’évolution de la production textile67 et de penser aux conséquences du conflit franco-espagnol pour comprendre cette chute des manifestations de la charité. N’oublions pas le témoignage de Jean de le Barre, témoin oculaire de ces événements, qui en 1656 déplore l’appauvrissement de sa ville natale et ajoute : « Les rentiers étoint puissans en revenus annuels, qui maintenant sont presque réduits sans aulcuns moiens et revenus »68. Il est donc très probable que les Lillois sont toujours aussi charitables envers les pauvres mais la plupart d’entre eux manquent de moyens pour l’exprimer concrètement.

V) L’âge d’or des fondations

33Les Lillois aisés ont surtout manifesté leur charité envers les pauvres par le moyen des fondations. Par ce type d’acte, le fondateur donnait un capital (terres, maisons, titres de rente) garantissant un revenu avec lequel des « charges » bien définies devaient être exécutées. Il peut donc manifester ses intentions et les faire respecter. Ces fondations charitables pouvaient s’inscrire dans le cadre de la Bourse commune des pauvres ou des « carités » ; dans ce cas, les ministres généraux ou les « pauvrieurs » en étaient les gestionnaires directs et les intégraient dans leurs comptes ; elles pouvaient être simplement placées sous la tutelle des ministres généraux mais conserver une certaine autonomie ; enfin, dans un certain nombre de cas, elles aboutissaient à la création d’établissements indépendants, hôpitaux, monts de piété par exemple, dont la gestion était supervisée par le Magistrat.

1) Les fondations charitables intégrées dans la Bourse commune des pauvres.

  • 69 Nous publions en annexes un tableau des fondations charitables intégrées dans la Bourse commune des (...)
  • 70 Quelques personnes font plusieurs fondations, tels les « conjoints » Pierre Delannoy et Anne Pouill (...)

34Les fondations charitables les mieux connues, les seules dont on puisse donner un panorama exhaustif, sont celles qui sont intervenues dans le cadre de la Bourse commune et qui sont intégrées dans les comptes généraux69. Nous en avons répertorié 60 entre 1590 et 167070. Avant 1590, on n’en dénombre que 5 ; encore faut-il préciser que 3 d’entre elles ont été réalisées entre 1584 et 1589. Le lien avec les progrès de la réforme catholique est donc évident et d’ailleurs va apparaître nettement dans les intentions déclarées ou les charges stipulées. 40 d’entre elles interviennent entre 1630 et 1670, presque toujours par voie testamentaire, ce qui témoigne de l’importance de l’imprégnation chrétienne reçue par ces gens dans leur enfance et leur adolescence ; 25 d’entre elles sont le fait de femmes, de veuves (12) ou de filles célibataires (14) ; 7 sont passées par des conjoints, dont 3 par le même couple ; 25 émanent d’hommes, ce qui est une proportion importante ; 9 de ceux-ci sont des ecclésiastiques, des chanoines de Saint-Pierre en majorité. Les autres sont surtout des marchands qui très souvent ont été ministres généraux de la Bourse, tels Jehan de Castekère, François Fernande, et bien d’autres. Les femmes appartiennent elles aussi à des familles dont des membres ont été ministres généraux ou ont siégé au Magistrat, telle Antoinette Déliot, épouse de Jean Le Vasseur, ou Marguerite Le Vasseur épouse de Martin du Rivaige.

  • 71 Jacques Devos et son épouse avaient demandé que ces obits soient célébrés chez les Récollets mais c (...)
  • 72 A.B.B.L., J. XV.
  • 73 Elle n’est évidemment pas la seule dans ce cas ; Baltazar Bauters et son épouse, par exemple, fonde (...)
  • 74 A.B.B.L., J. XV.
  • 75 Ils figurent comme fondations non seulement dans les registres mais chaque semestre dans les compte (...)

35Sur ces 60 fondations, 11 stipulent des charges exclusivement religieuses ; ainsi Jacques Devos et Jeanne Locque donnent 900 lp et demandent que la Bourse fasse dire chaque année 12 obits à leur mémoire71. 17 prévoient à la fois des charges religieuses et des distributions de secours en pains ou en argent. En 1630, par exemple, Agnès de Fourmestraux, veuve d’Arnould de le Cambe, marchand, fonde une messe par semaine à Saint-Étienne, à l’issue de laquelle doivent être distribués 24 sols par personne à 4 « honnestes femmes, vesves ou aultres, non ayans esté maryés et non addonnées à brimberye (mendicité) »72. La fondation faite par Jean de Castekère en 1638 est du même type. 28 enfin imposent à la Bourse uniquement des mesures d’assistance aux pauvres. Mais ceci n’implique nullement l’absence de stipulations religieuses de la part du fondateur. En effet, la Bourse commune des pauvres n’enregistre que la fondation charitable qui la concerne ; mais celle-ci, presque toujours, s’intégrait dans un ensemble testamentaire qui comportait d’autres clauses, religieuses cette fois. Ainsi Antoinette Déliot n’apparaît ici que comme la fondatrice de 12 prébendes de 16 lp par semaine destinées à des pauvres ; mais nous savons par ailleurs qu’elle fonde également une messe par semaine à Saint-Étienne ; simplement elle n’a pas mis celle-ci à la charge de la Bourse des pauvres73. Quelques fondateurs explicitent formellement leur participation au combat de la Contre- Réforme, telle Isabeau Clicquet, veuve de Gilles de Brabant, qui ordonne que les prébendes de 1 lp par semaine qu’elle fonde doivent être attribuées à 4 pauvres de plus de 60 ans, « bons catholiques, non suspects d’hérésie »74. Enfin quatre fondateurs, apparemment, n’ont assigné aucune charge à la Bourse, mais leur acte est bien une fondation et non une donation75.

  • 76 À la fin du XVIIe siècle, un document déclare qu’un ouvrier sayetteur perçoit comme salaire pour so (...)

36Il faut particulièrement souligner que dans une ville où plus de la moitié de la population vit de l’industrie textile, certains marchands chrétiens ont pensé prioritairement aux artisans, aux ouvriers, aux apprentis qu’ils ont côtoyés et dont ils connaissaient les difficultés d’existence. Quatre fondations importantes leur sont spécifiquement destinées. En 1602, François Fernande donne 7000 lp dont les revenus serviront à distribuer 48 lp par an à des maîtres-sayetteurs « déçeues de leurs biens, afin de les remettre sus », et à des « pauvres et honnestes filles pour les advancher à marier »76. Neuf ans plus tard, le marchand Martin Muette, donne la somme considérable de 41 300 lp pour faire distribuer chaque semaine 12 sols parisis à « 50 pauvres et honnestes personnes, non mendiants publicqs » à l’issue de la grand-messe dominicale à Saint-Étienne, laquelle ils devront suivre en priant Dieu pour le repos de son âme. En 1624, le marchand Adrien Desquien donne 26 000 lp pour assurer 2 lp par semaine à « 12 pauvres et anchiens hommes, francques tondeurs, ayant estées maistres audict stil ». Enfin, en 1656, Jean Picavet, marchand de sayetterie, fonde 16 prébendes de 30 lp par mois, garanties par un capital de 24 000 lp, destinées à « plusieurs pauvres garchons natifs de Lille… pour leur faire apprendre leur métier ». Ces quatre fondations, à elles seules, permettent de secourir 85 personnes travaillant ou ayant travaillé dans le textile ; et il y en a d’autres.

37Si l’on additionne le total des capitaux apportés par les fondations à la Bourse commune de 1590 à 1667, on atteint la somme de 380 660 lp ; celle-ci se monte à 436 884 lp si on y ajoute les cinq créées avant 1590.

2)Les fondations « autonomes »

  • 77 Les fondateurs, dans ce type d’acte, précisent le plus souvent qu’ils réservent en priorité les pré (...)

38D’autres Lillois, presqu’aussi nombreux que les précédents peut-être, soucieux de conserver à leur geste un aspect plus personnel et surtout désireux de laisser à leurs descendants ou à des personnes de leur choix le droit de choisir les bénéficiaires, confient la gestion de leur fondation à un receveur particulier nommément désigné77. Pour cette raison, il est relativement difficile de bien les connaître, mais ils sont sans doute près de quarante dont nous n’évoquerons que les plus considérables.

  • 78 A.D.N., 16 G 508 et 1846.
  • 79 Voir chapitre X, p. 188.
  • 80 A.B.B.L., J. 1297. On a conservé de nombreux comptes de cette fondation Hubert Déliot et des listes (...)

39Elles se situent dans la lignée de deux importantes fondations réalisées dans la deuxième moitié du XVIe siècle ; celle de Wallerand Hangouart, doyen du chapitre, qui à sa mort, en 1565, avait donné 39 808 lp dont le revenu devait servir à payer chaque samedi 18 prébendes de 36 sols à 18 « gens anchiens, nullement suspects d’hérésie ne ayant esté reprins de justice » et qui devaient chaque jour entendre « la messe de prime » à Saint-Pierre afin de prier Dieu pour son âme et pour celles des membres de sa famille78 ; celle réalisée en 1584 par les enfants d’Hubert Déliot, selon « la bonne et pieuse intention de leur père », le riche marchand de sayes, vraisemblablement proche de la Réforme, qui avait déjà créé une école portant son nom79. Les Déliot avaient donné 18 000 lp pour alimenter des prébendes par an destinées à « 18 povres maistres saieteurs, pour les aider à remettre audit stil »80.

  • 81 A.B.B.L., J. XV.
  • 82 Ibidem et A.M.L., Reg. No 605, Fo 129, 1631.
  • 83 Ibidem, F° 171, 1644.

40Parmi les fondations « autonomes » faites au XVIIe siècle, mentionnons tout d’abord les 12 000 lp données par le riche marchand André de Fourmestraux en 1604 pour fournir 200 lp par an à trois pauvres personnes déchues de leurs biens81. En 1607, Madeleine Dumortier cède 22 252 lp dont le revenu permettra de donner 24 sols par semaine à 13 pauvres veuves, « afin de prier Dieu pour mon âme ». En 1631, Madeleine Cormontaigne, dit Turpin, fournit 20 000 lp qui servent à payer 1 lp par semaine à 6 hommes et 7 femmes » nullement suspects d’hérésie » ; ils recevront cette somme à l’issue de la messe que leur bienfaitrice a également fondée chaque vendredi à la chapelle de Saint-Roch en l’église de Saint-Étienne82. Le marchand Michel Cardon, qui fut longtemps membre du Magistrat et ministre général des pauvres, fonde 10 prébendes de 6 lp par semaine pour 8 pauvres bourgeteurs et 2 sayetteurs. En 1644, les époux Frémault-Leroy lèguent 30 petites maisons pour y loger gratuitement des pauvres, et fondent également 30 prébendes de 6 lp. par an pour 30 ménages différents des premiers83. Et nous pourrions prolonger cette énumération.

3)Les fondations d’établissements hospitaliers ou charitables.

41Des Lillois fortunés vont penser à ceux qui ne peuvent plus vivre dans leur milieu habituel, même en étant assistés, et léguer une partie de leur fortune, voire la totalité, pour créer un établissement destiné à les recueillir, et ce « pour faire œuvre agréable à Dieu » et pour le salut de leur âme.

  • 84 Sur les hôpitaux lillois au Moyen Âge, voir la partie rédigée par H. Platelle dans le tome I de l’H (...)

42À la fin du XVIe siècle, il existait à Lille deux grands hôpitaux destinés à accueillir les malades, Saint-Sauveur et Comtesse fondés respectivement en 1216 et 1237, ayant chacun une capacité de 60 lits environ. À côté on trouvait de petits établissements à vocation plus spécialisée : Saint-Julien (1321) pour abriter les passagers, les Grimarez (1344) pour héberger momentanément les pèlerins de Saint-Jacques, Saint-Jacques réservé aux « femmes en gésine » afin de les « relever, visiter, servir et seconder », les Marthes (1367) pour huit femmes « chartrières » (impotentes), Ganthois fondé en 1460 par Jean de le Cambe pour 13 vieilles, Saint-Nicolas, Saint-Nicaise et la Trinité supprimés en 1553 parce que trop petits et dont les revenus avaient été convertis en prébendes ; seule subsistait la chapelle de la Trinité qui, comme l’on sait, donnait bien du souci à Pierre Salmon, curé de Saint-Sauveur84. Enfin Jean Barge et son épouse avaient fondé en 1541 l’hôpital Sainte-Catherine de Sienne pour des « vieillettes ». Il faut y ajouter les établissements réservés aux orphelins et orphelines, « la Grange » et les « Bonnes Filles » dont nous avons déjà parlés.

43En 1622, le marchand François Van Hoyqueslot, seigneur de la Hallerie, s’avisant que rien n’était prévu pour les « vieux hommes », lègue 6400 lp pour fonder chez les « Bapaumes » trois places réservées à trois « hommes anciens devant aller ouyr la messe en la chapelle Sainte-Barbe en l’église Saint-Étienne le mardi et le vendredi », messes qu’il avait également fondées. Mais la présence de trois « anciens » dans cet établissement réservé aux jeunes n’était qu’une solution provisoire. « Messieurs », les ministres généraux, vont encourager des bourgeois charitables à créer une « Maison des vieux-hommes ». En 1623, Marguerite du Hot, veuve de Jean Mahieu, membre du Magistrat et ministre général des pauvres de son vivant, donne 22 550 lp pour faire construire cette demeure dont la première pierre est posée le 13 juillet 1624, en présence de l’évêque et de tout le clergé. « Messieurs », pour mener à son terme la construction font organiser en ville un « pourchas » exceptionnel fait par les ministres généraux des pauvres en personne, qui rapporte 3549 lp.

  • 85 A.H.L., 11e fonds, At et A2. Les pièces justificatives et les titres de ces fondations figurent dan (...)

44Dès lors, dans cet hôpital Saint-Charles Borromée, les fondations « d’un lit » se succèdent, ce qui représente un apport minimal de 4000 lp par lit pour produire un revenu annuel moyen de 200 lp. Le sayetteur Mathias Deleporte et son épouse, Catherine Leplat, en fondent un, pour un vieux sayetteur « qui soit bon et fidel catholique, apostolique et romain et nullement suspect d’hérésie ». Successivement la veuve Blauwart, Michel Cardon, Françoise Castel veuve de Jean Cardon, Gilles Cardon, Jacques du Bosquel, Antoinette Castellain veuve de Pierre Desbuissons, Antoinette le Vasseur, veuve de Martin du Rivaige, le médecin Charles Lespillet, Adrien Imbert, seigneur de la Basecque en fondent également un. Il faut accorder une place spéciale à la donation faite par Jean Lequien, boulanger « rue des Cabochus », qui lègue à l’établissement tous ses biens, dont la vente produit 32 000 lp, à condition de faire dire 3 obits par an à Saint-Étienne « pour le repos de son âme ». Au total, en 1640, il existait quinze « lits » fondés par la charité des particuliers ; cinq autres lits s’y ajouteront jusqu’en 1679. Adrien Decroix, pour sa part, avait donné 1200 lp dont le revenu devait servir à offrir à ces « anciens », deux « récréations », l’une à la Saint-Nicolas d’hiver et l’autre à la Saint-Nicolas d’été85.

  • 86 A.H.L., XIIe fonds et A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 54.
  • 87 A.M.L., Reg. No 605, F° 175. Voir notre article dans les Mélanges Poussou, P.U.P.S., 2012.

45Nous pourrions retracer de la même manière, ou presque, la création des autres établissements hospitaliers qui sont alors fondés. En 1633, le marchand François Heddebaut, donne les fonds nécessaires pour la construction de l’hôpital de la Charité, rue Notre-Dame, où l’on accueillera des femmes « chartrières, les plus débiles et abandonnées de secours humain que l’on pourra trouver » qui seront soignées par des religieuses augustines issues de l’hôpital Ganthois. De 1635 à 1663, des personnes charitables, toutes des femmes à l’exception de Jean de Castekere, fondent 12 « lits » qui s’ajoutent aux deux premiers créés par François Heddebaut86. Jeanne Gheluy, à elle seule, donne par voie testamentaire 18 000 lp pour en fonder trois, « à charge d’un service tous les ans pour mon âme, à perpétuité ». Simultanément, elle crée 20 prébendes de 30 sols chacune par semaine, à l’intention de 20 pauvres filles non mariées qui doivent communier tous les cinq jours pour le repos de son âme, et elle charge le recteur du collège des Jésuites de conférer ces prébendes et de désigner le receveur87.

  • 88 A.D.N., 204 H1 et H3 ; A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 55.
  • 89 Voir chap. VII.

46En 1648-1649, le chanoine Jean Dubus, « meu de considération que Nostre Sauveur at tant estimé les œuvres de charité allendroit des pauvres malades qu’il les at tesmoingnez estre faictes à sa propre personne », donne « une maison et héritage rue Saint-Sauveur… qui servira de commencement à un nouveau hospital jugé… totalement nécessaire pour y recevoir charitablement toutte sorte de pauvres femmes et filles malades, affin qu’ayant une maison de refuge en leurs infirmitez, Jésus-Christ ne soit abandonné en ses pauvres, lesquels se trouvans en leurs maladies réduits aux malheurs d’une dernière nécessité, sans aucune assistance humaine, directement contre les ordonnances divines, sont obligées de finir misérablement leur vie par le désolé trespas d’une mort cruelle et douloureuse »88. Discours révélateur du souci qui habitait ces hommes non seulement de soulager la misère des pauvres mais aussi de les aider à gagner leur salut éternel. Le chanoine Dubus confie d’ailleurs la direction de cet établissement à Sœur Suzanne du Toict d’Armentières dont nous avons évoqué la belle figure et la spiritualité élevée89.

  • 90 A.H.L., XIe fonds et A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 58-59.
  • 91 A.H.L., IIIe fonds, B.l.

47En 1650, Jérôme Segon, écuyer, seigneur de Wionval, et sa sœur Françoise en 1652, cèdent tous leurs biens, évalués à 200 000 lp pour fonder l’hôpital du Saint-Esprit destiné à accueillir 14 malades, 10 religieuses et un chapelain. Pendant dix ans, le Magistrat lutte pour obtenir que cette fondation soit exécutée, car des héritiers dépités de voir disparaître une telle fortune font valoir que Jérôme Segon ne jouissait plus de toutes ses facultés lorsqu’il a fait ce testament. En 1665, l’hôpital du Saint-Esprit commence à s’élever rue de l’Abbiette90. L’année précédente, Philippe Descleps, un prêtre, fondait l’hôpital Saint-Joseph pour des « vieux hommes incurables ». On y inclut la fondation de quatre lits faite par Jeanne de Rebreviettes qui avait donné sa maison et 1200 lp de rentes pour fonder un hôpital sous le nom de la « Grande Charité de Notre-Seigneur », ce qui n’avait pu se faire. L’hôpital Saint-Joseph ouvrira en 167191.

  • 92 A.H.L., IVe fonds, B. 27 et B. 25. Sur les Bleuets, voir le chap. X.
  • 93 Parmi les bienfaiteurs des Bonnes Filles, au XVIIe siècle, on peut citer : Pierre Robette, Catherin (...)

48Si la charité a poussé des bourgeois généreux à fonder des établissements destinés à recueillir des vieux et des infirmes, les jeunes et les orphelins n’en ont pas été pour autant oubliés. Certains, tels Louis de Croix, seigneur de Gourguemez, et Jacques Imbert seigneur de Melle se sont préoccupés d’améliorer le sort des orphelins de la Grange. Le premier, en 1660, leur fait construire « ung grand bastiment qui servirat pour un nouveau réfectoire, dorthoir, etc » et fonde 12 prébendes nouvelles destinées à des orphelins qui seront vêtus de drap bleu ; d’où le nom de « Bleuets » que porteront bientôt tous les enfants de l’établissement. Dix ans auparavant, Jacques Imbert avait donné une rente de 96 lp gagée sur ses terres pour permettre à deux enfants choisis par le recteur du collège de la Compagnie de Jésus de faire leurs humanités et d’aller à l’Université92. D’autres bienfaiteurs ou plus souvent des bienfaitrices font profiter de leur générosité les orphelines de la Conception Notre-Dame, ou Bonnes Filles, en prescrivant presque toujours des charges religieuses93.

  • 94 A.D.N., série D 563 à 568 ; mémoire annexe de D.E.S. de Jean Claude Dufermont, sur « Les collèges a (...)

49Jean Morel pour sa part, soutenu par le Magistrat, se préoccupa de recueillir les « pauvres enfans hibernois » qui fuyaient les persécutions auxquels les catholiques étaient soumis. Il leur offrit en 1610 un de ses immeubles, rue de la Vignette, dans lequel ils furent instruits et même préparés au sacerdoce sous la direction des Capucins, notamment de François Nugent. L’évêque de Tournai, Maximilien Villain de Gand, se préoccupa beaucoup de leur sort. Cet établissement prend ainsi sa place dans l’ensemble des collèges anglais, écossais ou irlandais ouverts sur le continent. En 1636, Urbain VIII le réserve aux enfants originaires des provinces de Leinster et de Meath. Mais la maison des Hibernois de Lille a toujours eu de faibles moyens financiers et les jeunes gens vivaient surtout de la charité publique. Le Magistrat les avait autorisés à quêter régulièrement et, comme les Bleuets ou les Bapaumes, à porter en terre les morts ; de nombreux Lillois ne manquèrent pas effectivement, dans leur testament, de requérir leur présence94.

  • 95 Voir chap. X, p. 205.
  • 96 B.M.L. Ms 528, Fo 329 ; A.H.L., XIIIe Fonds.
  • 97 Sur Antoinette Bourignon et sa vie, se reporter à Marthe Van der Does, Antoinette Bourignon, Sa vie (...)
  • 98 Marthe Van der Does, op. cit., p. 86.
  • 99 A.H.L., XIIIe fonds et A.D.N., 193 H 1 et 40.

50Les ravages de la guerre franco-espagnole en Artois, en Flandre et dans la châtellenie, les pestes, provoquent un afflux d’orphelins considérable. Nous avons vu que Martine Degrave et ses filles dévotes en accueillent quelques-unes dans leur école transformée en orphelinat95. En 1656, un riche bourgeois, Jean Stappaert, lègue sa maison située vis-à-vis des Hibernois96. Après quelques hésitations, et sur le conseil d’amis, il en confie la direction à Antoinette Bourignon. Celle-ci, née en 1616 d’un père d’origine italienne qui était lieutenant du prévôt de Lille, était connue pour sa piété exaltée et une fugue qui avait défrayé la chronique97. Directrice du nouvel établissement, elle y fait régner une discipline claustrale. Elle-même s’habille en Augustine, pour échapper aux avances de Jean Sainsaulieu selon ses dires. Les fillettes ne résistent pas longtemps au régime excessif qu’elle impose et des troubles se produisent. Antoinette y voit un phénomène de sorcellerie, fait avouer aux orphelines qu’elles ont passé un pacte avec le diable et fait appel à des exorcistes. Une des fillettes étant morte, à la suite d’un châtiment excessif semble-t-il, « Messieurs » irrités interviennent et font comparaître devant eux Antoinette Bourignon98. Celle-ci, craignant d’être jugée, préfère s’exiler à Gand, Malines, puis Amsterdam, où entourée d’une petite secte elle apparaîtra comme la prophétesse d’une religion nouvelle et écrira des ouvrages sur ce thème. Néanmoins, elle léguera une importante partie de ses biens à l’orphelinat qu’elle avait dirigé et qui, en 1670, passe sous la tutelle des ministres généraux des pauvres99.

  • 100 B.M.L., Ms 528, F° 456 et A.M.L., Aff. gén. C. 607 à 609.
  • 101 A.M.L., Reg. O.M. No 387 , F° 62, 27 août 1625. Le nom de l’auteur n’est pas cité, mais Jean Bouche (...)
  • 102 Jean Boucher, L’Usure ensevelie ou défence des Monts de Piété de nouveau érigez aux Pais-Bas pour e (...)

51D’autres personnes préférèrent manifester leur charité en explorant des voies plus nouvelles. Ce fut notamment le cas de Barthélémy Masurel, riche marchand qui possédait comme ses confrères de nombreux biens immobiliers et notamment la seigneurie des Près à Flers. Il voulut soulager les Lillois qui connaissaient des difficultés pécuniaires et devaient passer sous les « fourches caudines » des usuriers. En 1607, sur le conseil des Jésuites, il lègue tous ses biens, évalués à 150 000 lp, pour fonder un Mont de Piété, destiné à lutter contre l’usure « afin que Dieu nostre Créateur soit de tant plus honoré et glorifié et le pauvre peuple de ladite ville secouru et assisté en ses nécessitez, et aussi pour le salut d’iceluy »100. On y prêtait 60 lp au maximum pour six mois contre la remise d’un gage. Il fut appelé par les Lillois, pour cette raison, le « vrai Mont de piété » ; on le distinguait ainsi d’un second, inauguré en 1628, dans le cadre de la mission confiée à Wenceslas Cobergher par les Archiducs et qui prêtait aux particuliers avec un intérêt de 15 %, contre la remise de gages également. Cette création avait été décidée parce que le Mont de Piété érigé par Masurel « n’estoit pas suffisant pour le grand nombre de pauvre peuple qu’il y a en la ville et aux environs ». Mais les établissements créés par Cobergher étaient l’objet de vives critiques dans tous les Pays-Bas et dénoncés à Rome. En 1625, une ordonnance du Magistrat, prise à la demande du Conseil privé, interdisait de posséder « Le Panthéon usuraire », ouvrage écrit par un certain Jean de Lillers qui les attaquait vivement101. L’archiduchesse Isabelle avait demandé de prendre la défense de ces créations, ce que fit le célèbre Jean Boucher, vicaire général de Tournai, en publiant « L’usure ensevelie ». Il justifie notamment la création du nouveau Mont de piété lillois en faisant observer que là où des « petits Monts auraient été érigez… comme Bruges, Lille et Ypres, le Lombard règne comme devant… il ne laisse d’ouvrir sa table d’usure, où il est sans comparaison plus fréquenté que ne le sont lesdicts petits monts ». Quant à l’intérêt de 15 %, levé pour couvrir les frais, « il diminue dès à présent les charges de 32 et demy et 21 et deux tiers, à 15,12 et moins encore. Qui met au néant le larcin qu’on disoit des semaines rompues, quand pour un jour ou demi-jour on comptoit la semaine entière pour en exiger les profficts ». Jean Boucher plaide pour qu’on lui conserve son nom de « Piété », « pour estre commun aux riches aussi bien qu’aux povres »102. Mais le peuple lillois ne fut pas convaincu puisque le nouvel établissement fut surnommé « le Lombard » et que la rue où il est situé prit ce nom et le garde encore de nos jours !

  • 103 A.S.J. Rome, Fondo Gesuitico, 446, F° 829-830. Toussaint Desbarbieux avait prévu que cette biblioth (...)

52On ne peut cerner tous les actes publics de manifestation extérieure de la charité tant ils abondent. Nous en citerons encore deux, dans des domaines différents, en raison de leur importance. En 1649, le marchand Toussaint Desbarbieux lègue sa riche bibliothèque aux Jésuites, à condition que ses héritiers puissent y accéder une heure par jour, ainsi que des Lillois lettrés dans toute la mesure du possible, clauses qui posent un problème aux Pères ; mais le général de la Compagnie les autorise à l’accepter en raison de l’importance du don. Elle partira hélas en fumée lors de l’incendie de 1740103.

  • 104 A.D.N., 63 H 1, 2, 4 ; A.M.L., Aff. gén. C. 853 ; B.M.L. Ms 528, F° 710. Sur Jean Le Vasseur, voir (...)
  • 105 A.D.N., 63 H 1, 2 et 4. Nous ne pouvons donner ici le détail de toutes les terres données par Jean (...)

53Quant à Jean le Vasseur, qui fut dix fois mayeur de la cité et qui occupait cette charge lorsque Lille fut consacrée à Notre-Dame de la Treille, il fonda un monastère. Ayant hérité de sa sœur et de son neveu des biens considérables, notamment le fief de la Boutillerie près d’Armentières, il décida, étant lui-même sans héritier, de les rendre à Dieu104. Il donna toutes ces terres qui s’étendaient sur près de 200 hectares et qui produisaient un revenu annuel estimé à 12 000 lp pour qu’on élève à Fleurbaix une Chartreuse105. Le général des Chartreux accepta en 1618 cette généreuse donation. Les travaux s’échelonnèrent sur une longue période et furent ralentis par la guerre. En 1627, on commençait les fondations de l’église qui ne fut consacrée qu’en 1644. Sur la fenêtre principale Jean le Vasseur avait fait graver non pas son nom mais Soli Deo gloria. Il y fut enterré cette même année 1644.

  • 106 A.M.L., Reg. 605, F° 116 et Aff. gén. C. 574 ; A.D.N., 200 Ha.
  • 107 A.H.L., XXVe fonds et A.D.N., 200 H 5. Fondation de François de Vicre, A.M.L., Reg. 605, F° 122. Su (...)
  • 108 A.H.L., 11e fonds, A 2.

54Une fondation d’une telle importance, faite par un homme qui à l’échelon échevinal fut le principal dirigeant de la cité de 1600 à sa mort, résume et symbolise le formidable élan de charité envers le prochain et d’amour envers Dieu qui saisit de nombreux Lillois et fut une des faces essentielles de la réforme catholique. Avec les difficultés matérielles, ce mouvement fut freiné ; vers 1660, après le conflit franco-espagnol, une mentalité nouvelle apparaît ; les ministres généraux proposent à « Messieurs » de créer deux maisons pour « forcer et contraindre les hommes et garçons à travailler dans l’une, et dans l’autre les femmes et les filles ». On pourrait y « dresser mollins et outils propres pour, par un travail convenable, leur deslier les membres engourdis de paresse »106. Comme les moyens manquent pour réaliser ce projet, qui serait un grand pas fait vers l’établissement d’un « hôpital général », on décide de commencer par enfermer « toutes les garces et filles desbauchées faisant traffic de leur corps », grâce à la fondation faite par François Gilles, seigneur de Vicre, qui a donné 24 000 lp à cette intention. Dans ce Raspuck, ces filles seront « rééduquées » par le travail et « par le moyen de catéchisme et exortation qu’aucun religieux ou prêtre séculier y viendront faire les festes et dimanches, [afin] de les faire instruire de tout ce qu’elles doibvent scavoir pour vivre chrestiennement et catholicquement ». On prévoit de les arrêter de nuit et de ne pas tenir de registre afin qu’elles ne soient pas diffamées107. Mais cette évolution de la politique envers les pauvres n’empêchera pas des Lillois de continuer à faire des fondations charitables. Celles-ci ne se tariront qu’au XVIIIe siècle et en 1756 un administrateur de la maison des Vieux-Hommes constatera avec nostalgie « que cette charité qui régnoit au temps de nos ancêtres s’est bien ralentie depuis ces temps heureux car depuis plus de soixante ans on ne voit plus aucun vestige de gratifications, de legs ou donnations testamentaires ou autres au profit de cette maison »108 : constatation désabusée sur le comportement des élites au siècle de la philanthropie certes, mais aussi hommage appuyé à la charité des ancêtres ; nous venons de constater qu’il n’est pas immérité et que saint Vincent de Paul n’a pas été considéré sans raison comme « le grand saint du grand siècle ».

Notes

1 Le Magistrat ayant souhaité en 1772 avoir un état exact du nombre des pauvres, les ministres des « carités » paroissiales transmettent les chiffres suivants : Saint-Sauveur : 6846 pauvres ; Saint-Maurice 6154 ; Saint-André 4027 ; Sainte-Catherine 3578 ; La Madeleine 3503 ; Saint-Étienne 2347 ; Saint-Pierre 1288. Total : 27 743 pauvres. A.B.B.L., D. 421.

2 Sur cette question, se reporter essentiellement à : Paul Bonenfant, « Les origines et le caractère de la réforme de la bienfaisance publique aux Pays-Bas sous le règne de Charles Quint », R.B.Ph.H, t. V, 1926, p. 887-904 ; t. VI, 1927, p. 207-230.
J.P. Gutton, La société et les pauvres, l’exemple de la généralité de Lyon 1534-1789, Paris. Les Belles-Lettres, 1971, 504 p. et du même auteur, La société et les pauvres en Europe XVIe-XVIIe siècles, P.U.F., 1974, 207 p.

3 J.P. Gutton, op. cit. p. 248, intitule précisément son développement : « L’exemple flamand ».

4 Cf. notre communication aux journées internationales d’histoire du droit à Middelbourg en mai 1974, « Paupérisme, assistance et répression à Lille du XVIe siècle à la Révolution Française » ; très court résumé dans R.d.N., t. LVII, No 224, janv.-mars 1975, p. 111-112.

5 Ce document important figure dans les archives de l’école Bogarde à Bruges ; l’essentiel du texte est reproduit dans l’Inventaire diplomatique des archives de l’ancienne école Bogarde à Bruges, t. II par Gilliodts Van Severen, p. 375-386 ; il porte la mention : « ce fut ainsy fait et leu par devant nous en pleine halle ». Un autre document des mêmes archives précise que Paul Castelain a demandé une copie du règlement observé à Anvers.

6 P. Bonenfant, art. cité, a souligné à juste titre que les réformes qui interviennent ne sont pas une laïcisation mais une centralisation au niveau municipal.

7 A.B.B.L., J. XV - 1, 1508. Jusqu’à présent cette pièce est la seule que nous ayons trouvée dans les archives lilloises faisant directement allusion au projet d’ordonnance lu en halle par Paul Castelain et conservée dans les archives de l’école Bogarde de Bruges.

8 Le registre aux mémoires No 15 921, Fo 510, mentionne le 19 juin 1526, que sur requête « des ministres des povres honnestes maisnages », expression figurant dans le projet de P. Castelain, « les clercs deniers des caritez des povres se bailleront et délivreront aus dits ministres... pour par eulx les distribuer aus dits povres mesnagers infectés » ; or la Bourse commune des pauvres n’est pas créée officiellement avant le 30 avril 1527. Une structure proche de celle préconisée par Paul Castelain semblait donc préexister.

9 Voir notre contribution dans Hist. de Lille, t. 2.

10 P. Bonenfant, art. cité, a montré que Nuremberg en 1522 et Strasbourg en 1523 avaient réformé profondément l’assistance avant Ypres en 1525. Ce que nous venons de dire sur Lille en 1508 oblige à nuancer ce point de vue et oriente également les recherches sur Anvers. Nous avons signalé cette piste à notre collègue H. Soly, de l’Université de Gand, qui travaille sur ces questions à Anvers.

11 A.M.L., Reg. O.M. No 380, F° 21 et sq, 30 avril 1527.

12 On trouve une analyse succinte du De subventione pauperum de J.L. Vives dans J.P. Gutton, op. cit., pp. 249-250.

13 A.M.L., Reg. O.M. No 380, F° 21, 30 avril 1527.

14 Ibidem.

15 A.M.L., No 16 261, compte de la ville en 1527, Fo 186.

16 A.M.L., Reg. O.M. No 380, F° 41 vo, 16 avril 1528.

17 B.M.L., Ms. No 528, F° 445.

18 Ibidem. Ces réponses sont publiées en pièces annexes par J. Nolf, La réforme de la bienfaisance publique à Ypres au XVIe siècle, Gand 1915. La copie de la Sorbonne publiée ne comporte que le nom d’Ypres.

19 Edit du 7 octobre 1531, publié dans Rec. des Ord. des Pays-Bas, règne de Charles Quint, 2e série, t. III, p. 265-273.

20 La part croissante prise par le produit des taxes dans les recettes annuelles de la Bourse commune des pauvres est bien montrée par R. Saint-Cyr Duplessis dans son article « Charité municipale et autorité publique au XVIe siècle : l’exemple de Lille », R.d.N, t. LIX, No 233, avril-juin 1977 p. 193-220. C’est la partie la plus solide de l’article de ce chercheur américain. En revanche, les chiffres qu’il avance sur le nombre de Lillois secourus sont discutables.

21 À la fin du XVIe siècle, où le produit de taxes nouvelles a été attribué, les impôts fournissent 36,5 % de la recette globale contre 19,3 % entre 1571 et 1580.

22 Géry l’Espagnol, Préservatif., op. cit. p. 16.

23 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192, déposition de N. Pollet, 36 ans, dans le procès de J. Caussenaire.

24 Toussaint Bridoul, S.J., Modèle des bons serviteurs... op. cit., p. 27-28.

25 Les Amoureux désirs du Bienheureux Père Barthélémy Solutive, recollé... Lille, P. de Rache, 1629, p. 90-91.

26 Cf. J.P. Gutton, op. cit. et R. Taveneaux, Le catholicisme... op. cit. p. 204 et sq.

27 Antoine de Balinghen, Après-dinées et propos de tables... Lille, P. de Rache, 1615, p. 120-121.

28 A.M.L., Reg. O.M. No 384, Fo 22-24, 16 avril 1613.

29 Marc de Bonnyers, S.J., L’advocat des âmes du Purgatoire... Lille, P. de Rache, 1632, p. 28.

30 A.M.L., Aff. gén. C. 790 d. 5, 1656.

31 Marc de Bonnyers, op. cit., p. 24 à 27.

32 Antoine de Balinghen, Triomphe de chasteté et totale déffaite de fol amour... Lille, P. de Rache, 1616, p. 387.

33 A.S.J. Rome, Lettres annuelles, gallo-belge, 1647.

34 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, F° 252, 13-17 août 1651.

35 A.M.L., Reg. aux mémoires, No 15928, F° 27 ; à la suite (Fo 30) figurent les « Instructions pour le Jésuite infecté ». Celui-ci, le Père de le Becq succombe quelques mois après ; le Père Le Brun, aidé de deux frères le remplace ; ils resteront gravement malades ensuite.

36 A.S.J. Rome, gallo-belge, lettres annuelles, passim. Parmi les Pères volontaires pour soigner les pestiférés il faut au moins citer le Père Jean Buridant, en 1635-1636 ; il avait accompli le même apostolat à Valenciennes. Il est l’auteur probable d’un Petit traité contre la peste paru chez P. de Rache en 1636.

37 Cf. P. Hildebrand, Les Capucins en Belgique... op. cit. p. 166.

38 Cette citation précise est extraite du testament de Barbe Grue, veuve de Jacques de Lobel, sayetteur, conservé dans les archives paroissiales de Saint-Maurice.

39 Marc de Bonnyers, op. cit. p. 27.

40 On trouve généralement six pauvrieurs dans les paroisses et huit à Saint-Étienne. En 1599, ceux-ci sont Laurent du Béron, Jehan le Cherf, Bernard de le Haye, Guillaume le Veau, Georges Deledeusle, Arnould Bave, Jehan le Boucq, Guillaume de Croix (A.M.L., C. 777). Ce sont des noms de familles dont les représentants siègent souvent au Magistrat. En 1624, les six « pauvrieurs » de Saint-Sauveur sont Paul Becque, Charles Bonnier, Gilles Mannier, Jacques le Roy, Crespin Poutrain, Pierre du Saultoir, des noms de familles moins connues, vraisemblablement ceux de maîtres-sayetteurs ou bourgeteurs. Voir le testament de l’épouse de Gilles Mannier en annexe.

41 On trouve Guillaume le Veau comme huit-homme dans le Magistrat de 1612 ; voir la liste publiée en annexe du chap. VIII.

42 Nous avons vérifié, lorsque nous possédions les noms, que les « pauvrieurs » étaient aussi les quêteurs cités dans les comptes de la Bourse commune des pauvres.

43 A.B.B.L., D. 421, reg. des délibérations des « pauvrieurs » de Saint-Étienne, 1728-1778 ; E. 287, idem pour Sainte-Catherine.

44 Renseignements extraits des registres cités à la note précédente et des comptes.

45 Les recettes précises des différentes « carités » sont les suivantes :
Saint-Étienne : 3243 lp + 406 razières de blé en 1567.
47 866 lp pour 10 ans et demie de 1666 à 1676.
Saint-Maurice : 15 999 lp + 98 razières de blé pour 5 ans de 1664 à 1669.
Sainte-Catherine : 3066 lp + 201 razières de blé en 1572.
15 743 lp pour 3 ans de 1696 à 1699.
Saint-Sauveur : 2421 lp + 141 razières de blé en 1572.
6795 lp + 50 razières de blé pour 2 ans, en 1672 et 1673.
En 1572, la razière de blé vaut 4 lp 6 sols (A.B.B.L., séries D., E, F, G).

46 A.B.B.L., F. 192 à 195, comptes de la « carité » de Saint-Sauveur entre 1572 et 1665.

47 Ibidem, D. 421 et D. 426, compte de 1666 à 1676.

48 Ibidem, F. 26 et F. 193 à F. 195.

49 Ibidem, et F. 39.

50 Ibidem, et F. 80.

51 Ibidem, E. 303. À Saint-Maurice, par exemple, on relève des fondations faites par Péronne Cardon, Gilles de Lescluse, Françoise Ricourt veuve Trezel, Jean Warlop, Jean Rouvroy, doyen et ministre des « caritables » (1648), Evrard du Mont, « caritable », Louise Andrieu, Marie Pesant, Anne Françoise de Lattre, Jean Cleuvis dit Beuellant.

52 A.M.L., Aff. gén. C. 790 d. 5 et A.B.B.L., J. IV d. 5.

53 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fos 24 et 25, 1620.

54 A.B.B.L., J. 630 à J. 785, comptes de la Bourse commune des pauvres, de 1590 à 1667, à raison de deux comptes semestriels par an, l’un de novembre à avril rendu à la Pentecôte, l’autre de mai à octobre rendu à Noël. Lacunes en 1596, 1621, 1636, 1657, années pour lesquelles un compte semestriel subsiste parfois.

55 Nous publions en annexes le bilan comptable, année par année, ainsi que le montant des aumônes distribuées dans les paroisses.

56 Une analyse détaillée des recettes et des dépenses de la Bourse commune des pauvres et de leurs fluctuations n’a pas sa place dans le cadre de cette thèse. Nous nous bornons donc volontairement à donner quelques grandes indications. De 1598 à 1601, pour faire face aux frais considérables causées par les dépenses liées à la peste et la crise, le Magistrat avait attribué à la Bourse le produit de taxes sur les boissons et autres produits (indigo, etc.). Ces impôts servent ensuite à payer les frais de la Joyeuse entrée des Archiducs, puis la construction du collège des Jésuites. En 1617, à cause de la peste, ils sont à nouveau attribués à la Bourse et, cette fois, définitivement.

57 Dans le premier compte de 1662, par exemple, il est inscrit au 68e chapitre des dépenses : « Mise par forme de remise : 80 543 lp 15 sols 7 deniers, à cause des louaiges et maisons icy devant en recepte, néantmoins point encore receu ». Or cette somme représente à elle seule près des deux tiers des « mises » qui s’élèvent à 127 775 lp. pour ce semestre. À la fin de ces comptes figure d’ailleurs « une déclaration de ce que les rentiers sont redevables » à la Bourse commune, soit 80 543 lp. 15 sols 7 deniers.

58 Sur les Repenties, voir le chapitre VIL

59 Le 16 février 1608, le Magistrat publie un important règlement précisant notamment que « les enfans orphenins, procédez de mariage légitime », natifs de Lille sont à la charge de la Bourse commune ; en revanche, « les enffants bastards, les enfans d’estrangiers habandonnez en ceste ville etc » sont directement à la charge de la ville. A.M.L., Reg. aux rés. No 79, F° 126. Les archives municipales conservent d’ailleurs les « comptes des enfants trouvés » de 1617 à 1635 et de 1641 à 1650, ibidem, No 16 009 à 16 011. Rappelons enfin que d’autres orphelins étaient entretenus dans les établissements spécialisés, tels que les Bleuets, les Bonnes Filles, ou l’Hôpital Notre-Dame des sept douleurs.

60 Les noms des Ministres généraux figurent en tête de chaque compte, ce qui n’est pas le cas pour les « pauvrieurs » dans les comptes des charités. Voir la liste des principaux membres du Magistrat en annexes du chap. IV et celle du Magistrat en exercice en 1612 en annexes du chap. VIII.

61 Nous avons systématiquement relevé les noms des ministres généraux et suivi leur « carrière » à la tête de la Bourse.

62 Le relevé de ces sommes est extrêmement long car le compteur ne fait pas de totalisation générale, mais donne les chiffres mois par mois, par paroisse.
Donnons en un seul exemple pour le semestre qui va de novembre 1630 à avril 1631.

Image

63 Selon Jean Meuvret qui s’appuie sur les travaux de Natalis de Wailly, en France la livre tournois vaut 10 gr. 98 d’argent fin en 1602 et 8 gr. 33 le 10 septembre 1666.

64 Comparons dans trois paroisses le produit des quêtes pendant le semestre d’été de 1596 et celui de 1597 (mai à octobre).

Image

On voit nettement la trace de l’effort charitable des paroissiens de Saint-Étienne, notamment lors des quêtes faites à l’église dont le produit triple presque d’une année sur l’autre. La stagnation à Saint-Sauveur s’explique évidemment par le fait que cette paroisse, comme de coutume, compte un très grand nombre de pestiférés et «d’infectés ».

65 La liste et le montant des legs par voie testamentaire figurent dans les comptes, en recettes, entre la 15e et la 20e rubrique selon les années. Nous en publions le relevé, année après année, en annexes.

66 Le total exact des sommes léguées est de 251 247 lp. Si l’on tient compte de la valeur moyenne annuelle par décennie pour les années manquantes, on arrive donc à une somme totale d’environ 265 000 lp.

67 Voir celle-ci en annexes du chapitre II.

68 Voir chapitre II et B.M.L., Ms No 320, Fo 123 vo.

69 Nous publions en annexes un tableau des fondations charitables intégrées dans la Bourse commune des pauvres. Nous l’avons établi à partir des documents originaux ou de copies de ces fondations (A.B.B.L., J. XV), de deux registres des fondations établis au XVIIIe, ibidem, J. 487 et 490, et surtout des comptes semestriels de cette institution, puisque chaque fondation y figure sous une rubrique particulière aussi bien en recettes qu’en mises. Ce sont d’ailleurs les comptes qui permettent de faire clairement la distinction entre fondations et donations.

70 Quelques personnes font plusieurs fondations, tels les « conjoints » Pierre Delannoy et Anne Pouille. Nous les avons considérées comme trois fondations distinctes. En revanche, d’autres personnes se groupent, ou sont regroupées d’office pour en assurer une ; dans ce cas, nous avons considéré la fondation comme une seule et unique entité.

71 Jacques Devos et son épouse avaient demandé que ces obits soient célébrés chez les Récollets mais ceux-ci refusèrent en raison « de la courtresse de la fondation » ; les Clarisses et leurs confesseurs acceptèrent de s’en charger.

72 A.B.B.L., J. XV.

73 Elle n’est évidemment pas la seule dans ce cas ; Baltazar Bauters et son épouse, par exemple, fondent l’office de l’Ange gardien à Saint-Maurice et sont des bienfaiteurs insignes des Jésuites.

74 A.B.B.L., J. XV.

75 Ils figurent comme fondations non seulement dans les registres mais chaque semestre dans les comptes, en recettes tout au moins.

76 À la fin du XVIIe siècle, un document déclare qu’un ouvrier sayetteur perçoit comme salaire pour son ouvrage 4 à 5 livres parisis, monnaie de Flandre.

77 Les fondateurs, dans ce type d’acte, précisent le plus souvent qu’ils réservent en priorité les prébendes qu’ils fondent à leurs parents ou à leurs descendants qui seraient tombés dans le besoin.

78 A.D.N., 16 G 508 et 1846.

79 Voir chapitre X, p. 188.

80 A.B.B.L., J. 1297. On a conservé de nombreux comptes de cette fondation Hubert Déliot et des listes de noms des sayetteurs qui en ont profité. Voir notre article dans les Mélanges Guignet, Lille, 2013.

81 A.B.B.L., J. XV.

82 Ibidem et A.M.L., Reg. No 605, Fo 129, 1631.

83 Ibidem, F° 171, 1644.

84 Sur les hôpitaux lillois au Moyen Âge, voir la partie rédigée par H. Platelle dans le tome I de l’Histoire de Lille. À propos de P. Salmon et de la Chapelle de la Trinité, voir le chap. VI.

85 A.H.L., 11e fonds, At et A2. Les pièces justificatives et les titres de ces fondations figurent dans le même fonds sous les cotes Bt et B6.

86 A.H.L., XIIe fonds et A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 54.

87 A.M.L., Reg. No 605, F° 175. Voir notre article dans les Mélanges Poussou, P.U.P.S., 2012.

88 A.D.N., 204 H1 et H3 ; A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 55.

89 Voir chap. VII.

90 A.H.L., XIe fonds et A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 58-59.

91 A.H.L., IIIe fonds, B.l.

92 A.H.L., IVe fonds, B. 27 et B. 25. Sur les Bleuets, voir le chap. X.

93 Parmi les bienfaiteurs des Bonnes Filles, au XVIIe siècle, on peut citer : Pierre Robette, Catherine Sequedin, veuve de Michel Lefebvre qui donne 1000 lp et fonde un obit annuel, Jeanne de Warenghien, Me Jaspar Legay qui lègue une maison et 22 000 lp, en fondant notamment une messe hebdomadaire à laquelle doivent assister 9 pauvres qui recevront 36 sols, Marguerite Corsin, Catherine Dassonneville, Catherine de Warenghien, Jeanne Gheluy, Marguerite de Lescorre, Catherine Bernisse, ancienne maîtresse de la Maison, etc. A.H.L., XIVe Fonds, B 30 à B 46.

94 A.D.N., série D 563 à 568 ; mémoire annexe de D.E.S. de Jean Claude Dufermont, sur « Les collèges anglais, écossais, irlandais à Lille et à Douai de l’avènement de Jacques II à la mort de Louis XIV », sous la direction de Cl. Nordmann, Lille, 1967, 97 p. ; L. Trenard, « Collèges anglais, écossais, irlandais dans les Pays-Bas français, 1568-1793 », Actes du 95e Congrès national des Sociétés savantes, Reims, 1970, Paris, B.N., 1974, pp. 501 à 536.

95 Voir chap. X, p. 205.

96 B.M.L. Ms 528, Fo 329 ; A.H.L., XIIIe Fonds.

97 Sur Antoinette Bourignon et sa vie, se reporter à Marthe Van der Does, Antoinette Bourignon, Sa vie (1616-1680) - Son œuvre, Holland, University Press, 1974, 218 p. ; et L. Kolakowski, op. cit., p. 284, qui utilisent essentiellement « La vie continuée », sur « l’affaire » de sorcellerie ; mais les membres du Magistrat de Lille se sont plutôt intéressés aux punitions et à la discipline excessive à laquelle étaient soumises les fillettes.

98 Marthe Van der Does, op. cit., p. 86.

99 A.H.L., XIIIe fonds et A.D.N., 193 H 1 et 40.

100 B.M.L., Ms 528, F° 456 et A.M.L., Aff. gén. C. 607 à 609.

101 A.M.L., Reg. O.M. No 387 , F° 62, 27 août 1625. Le nom de l’auteur n’est pas cité, mais Jean Boucher s’en prend à un certain Jean de Lillers.

102 Jean Boucher, L’Usure ensevelie ou défence des Monts de Piété de nouveau érigez aux Pais-Bas pour exterminer l’usure, Tournai A. Quinqué, 1628, IX - 173 p., B.M.L., No 41 712 ; p. 115, 154, 150. R. Taveneaux, Le catholicisme... op. cit. p. 441 et sq fait observer que dans le domaine « de l’économie de crédit, la Réforme catholique adopte [une] attitude de réticence et de rigueur » et combat énergiquement l’usure.

103 A.S.J. Rome, Fondo Gesuitico, 446, F° 829-830. Toussaint Desbarbieux avait prévu que cette bibliothèque irait chez les Capucins si les Jésuites ne pouvaient pas accepter ces clauses.

104 A.D.N., 63 H 1, 2, 4 ; A.M.L., Aff. gén. C. 853 ; B.M.L. Ms 528, F° 710. Sur Jean Le Vasseur, voir article de Philippe Guignet publié dans Les Mélanges, A. Lottin, Arras, A.P.U., 2000.

105 A.D.N., 63 H 1, 2 et 4. Nous ne pouvons donner ici le détail de toutes les terres données par Jean le Vasseur ; elles comprenaient notamment « la terre, cense et seigneurie de la Boutillerie... laquelle consiste en 50 bonniers de terre... le fief et censé de Termises, consistant en 28 bonniers... gissans à Frelinghem..., trente bonniers et demy d’héritage... en une seule masse ès paroisses de Flers et Annapes, etc ». Un bonnier = 1 ha 41 ares.

106 A.M.L., Reg. 605, F° 116 et Aff. gén. C. 574 ; A.D.N., 200 Ha.

107 A.H.L., XXVe fonds et A.D.N., 200 H 5. Fondation de François de Vicre, A.M.L., Reg. 605, F° 122. Sur ce Raspuck, voir notre article à paraître dans les Mélanges Claude Bruneel dans Archives et Bibliothèques de Belgique.

108 A.H.L., 11e fonds, A 2.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Recettes de la bourse commune des pauvres de Lille et montant des aumônes distribuées dans les paroisses 1590 -1670
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site