Version classiqueVersion mobile

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre XV. Les hautes eaux de la charité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La charité, vertu théologale, exige que les chrétiens se préoccupent du sort des pauvres. Dans un monde où politique et religieux étaient imbriqués l’un dans l’autre, cet impératif chrétien interférait avec l’assistance, nécessité sociale. En effet, dans cette grande ville « industrielle » les « victimes de la maladie, de l’âge, de la solitude » (J.-P. Gutton), auxquels on peut ajouter ceux qui ne gagnaient pas suffisamment leur vie bien que travaillant, représentaient sans doute 10 à 15 % de la population en temps ordinaire ; lors des crises et « calamités » cette proportion pouvait monter à 50 % et plus, car il fallait alors aider ceux qui habituellement parvenaient à vivre de leur travail. Ainsi un récolement de 1772 nous apprend qu’en cette année difficile, on dénombre 27 743 pauvres dans une ville qui compte alors environ 55 000 habitants1. Secourir le prochain dans la détresse s’imposait d’autant plus que les propagateurs de la réforme catholique se chargeaient de rappeler qu’...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search