Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre XIV. Dévotions, confréries, processions

Texte intégral

  • 1 R. Taveneaux, Le catholicisme... p. 373.

1La foi et la vie religieuse des fidèles, éclairées par la catéchèse et la prédication, nourries par la pratique des sacrements, centrées sur la messe, se manifestent aussi au travers de multiples dévotions collectives. Celles-ci s’expriment presque toujours dans le cadre de confréries qui les canalisent et les valorisent et elles trouvent un moyen privilégié d’expression publique dans les processions. Bien que le culte marial reste le plus « populaire », les propagateurs de la réforme catholique s’attachent avec succès à promouvoir « la spiritualisation à son degré le plus élevé… la dévotion christocentrique »1.

I) Les dévotions christocentriques

1) Le culte du Saint Sacrement

  • 2 H. Platelle, in Hist de Lille, op. cit. t. 1, p. 355. Comme le fait observer cet historien, cette f (...)
  • 3 Ibidem, p. 356. Sur la procession mariale, voir la fin de ce chapitre.

2Le culte de la Présence réelle s’était développé au Moyen Âge. La Fête-Dieu, solennité née dans le diocèse de Liège, figure déjà dans l’Ordinaire de Saint-Pierre de Lille en 1283, « ce qui est tout à fait remarquable car il s’agit encore à cette date d’une nouveauté mal assurée »2. Quant à la procession organisée ce jour, elle apparut au XIVe siècle à une date indéterminée ; mais elle souffrit toujours de la « concurrence de la grande procession mariale » fondée préalablement en 1270 par la comtesse Marguerite, « sommet de l’année pour la population lilloise », et qui précisément avait été fixée au dimanche après la Trinité, c’est-à-dire trois jours après la Fête-Dieu3.

  • 4 Voir notamment la communication de Charles Teysseire, « L’Eucharistie et le Concile de Trente » in (...)
  • 5 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit., p. 77.
  • 6 Concile de Cambrai, 1586, Tit. IX, cap. 1, in Th. Gousset, Les actes... t. III, p. 579.
  • 7 A. Lottin, « Aperçu sur la situation religieuse »... Art. cité.
  • 8 Nous joignons une reproduction de la porte de ce tabernacle. Celle-ci représente la Cène peinte par (...)
  • 9 Ce tabernacle, orné de colonnes, de bossages, de cariatides, de têtes d’angelots, en écaille de tor (...)
  • 10 B.N., Ms Nouv. acq. franc. No 24 089, F° 329.
  • 11 Mahieu Manteau, chron., p. 103, 1607.
  • 12 Ce bel ostensoir est conservé au Musée de Lille.
  • 13 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, F° 12, 13 fév. 1612.
  • 14 B.N. Ms. Nouv. acq. franc. No 24 089, F° 174, 1664.

3Compte tenu de l’âpreté de la polémique sur l’Eucharistie et des prises de position du Concile de Trente sur ce point4, la Contre-Réforme met au premier rang des dévotions l’adoration du Saint-Sacrement. L’hostie consacrée est « une quinte essence de toutes les miséricordes de Dieu, voire Dieu mesme en petit volume, s’il m’est loisible de parler ainsi » écrit Jean Huchon5. Conciles provinciaux, statuts synodaux rappellent que le Saint Sacrement doit être conservé dans un lieu idoine, fermé à clef, et demandent qu’une lampe brûle en permanence devant6. Lors de leurs visites pastorales à la campagne, archidiacres et doyens insistent sur ce point7. À Lille même, l’application de ces recommandations se traduit par l’installation de splendides tabernacles qui prennent place au centre de la « table de d’autel » ; leurs portes ciselées sont des chef-d’œuvre d’orfèvrerie, telle celle exécutée vers le milieu du siècle par Simon Gérard, s’inspirant de la Cène peinte par Rubens et heureusement conservée en l’actuelle église Saint-Étienne8. On peut aussi mentionner le tabernacle réalisé par l’orfèvre François Vrancx pour la chapelle de l’hospice Comtesse9 ; cette installation de nouveaux tabernades se prolonge pendant tout le siècle ; Chavatte, par exemple, salue avec transports en 1687 la mise en place de celui de l’église Saint-Sauveur, « duquel il n’y a pas de pareille ny de semblable par tous l’Europe pour le présent et my en industrie »10. Dans cette même église d’ailleurs, en 1607, on avait créé une chapelle du Saint-Sacrement, « là où estoit le repositoire auparavant et fut enclose de bougonnure de cuivre… et fut donnée par Claude Carlier »11. D’autres bienfaiteurs offrent des « remontrances » ou ostensoirs pour permettre l’exposition de l’hostie consacrée, le plus renommé de ceux réalisés à l’époque étant celui de l’orphelinat Stappaert12. Les prescriptions synodales sont scrupuleusement appliquées. En 1612, les marguilliers de Saint-Étienne chargent Cornille Saint-Martin, fondeur, « de faire une lampe pour poser la chandeille devant le Saint Sacrement, au cœur de cette dite église, de bon et fin airin », moyennant 240 lp.13. Et on pourrait accumuler les exemples. Pour manifester leur dévotion envers l’hostie consacrée d’autres personnes fondent des offices en son honneur. En 1664, à Saint-Sauveur, « est commencée pour la première fois la bénédiction du Sainct Sacrement ou salut, à perpétuelle, que Monsieur Bramme a fondé »14.

  • 15 Jean Huchon, Le Flambeau, op. cit. p. 93.
  • 16 A.D.N., 16 G 354.
  • 17 Jean de le Barre, L’Héraclée flameng..., Fo 137 vo ; Chavatte cite un exemple similaire donné par l (...)

4Les honneurs rendus à l’hostie consacrée ne sont pas réservés aux lieux de culte. Le respect doit d’abord se manifester dans le langage. Jean Huchon témoigne qu’en 1636 des expressions irrévérencieuses telles que « le Blanc Dieu » ou « Jehan le Blanc », employées au XVIe siècle par les calvinistes, sont toujours usitées15. L’Église combat pour imposer le vocable le « Vénérable » avec un certain succès, semble-t-il, puisque de modestes chroniqueurs tels que Mahieu Manteau ou Chavatte l’utilisent couramment. Les statuts synodaux insistent surtout sur la solennité qui doit entourer le port de la communion aux domiciles des malades ; c’est alors Dieu en personne qui passe dans les rues, c’est-à-dire plus que le roi. Le prêtre doit être en habit, précédé d’un enfant de chœur portant une lumière et agitant une sonnette. De pieux paroissiens, telles Michèle le Febvre à Sainte-Catherine par exemple, fondent précisément « un flambeau à porter devant », à chaque sortie16. Non seulement tous doivent s’agenouiller sur le passage du souverain du ciel et de la terre, mais ceux qui le peuvent doivent lui faire escorte et cette démarche leur vaut d’ailleurs le gain de 40 jours d’indulgences. On souligne à l’envie que les rois et les Grands de ce monde donnent l’exemple. Ainsi Jean de le Barre relate admirativement la conduite tenue par l’archiduc Léopold Guillaume. En 1647, à Douai, alors qu’il sortait du refuge de l’abbaye de Marchiennes où il allait quotidiennement entendre la messe, « il rencontra un prebstre qui portoit le vénérable Sainct Sacrement à quelque malade. Aussytost descendit de son cheval et volut suivre ledit prebstre avecq sa dévotion ordinaire, mais ledit prebstre le supplia de ne le point faire, d’aultant qu’il portoit ledit Sainct Sacrement à un qui estoit malade d’infection. Sur ceste remonstrance, il remonta à cheval, apprès s’estre tenu à genouils et reçeu la bénédiction dudict prebstre »17.

  • 18 F. Buisseret, Histoire admirable... op. cit. p. 7.
  • 19 A.D.N., 101 H 2, P 132-133.
  • 20 Livre publié chez N. de Rache en 1672, 194 p.
  • 21 Nous avons joint une reproduction de ce tableau de A. Van Dyck ; il en existe une autre version au (...)
  • 22 « Pratique de la visite du Saint-Sacrement » in Le Miroir de considération, ou recueil de bonnes pe (...)

5Dans le combat permanent mené à propos de l’Eucharistie contre les protestants, prédicateurs, écrivains, artistes soulignent la valeur apologétique des miracles survenus autour de l’hostie consacrée. François Buisseret relate que parmi les sept hosties « rendues » par Sœur Jeanne Ferry, la possédée et ensorcelée de Mons, en « estoit une, laquelle avoit esté percée d’un coup de cousteau au costé, y ayant à l’endroit de la perceure une tasche de sang »18. Sœur Catherine Gheluy, une Clarisse lilloise qui vivait « en grande candeur et pureté… étant encore séculière a aucune fois vu en l’Elévation de la sainte Hostie un très bel enfant et croyait que tout le monde le voyait aussi »19. En 1672, le Père Toussaint Bridoul publie à Lille « L’escole de l’Eucharistie establie sur le respect merveilleux que les bestes, les oiseaux et les insectes ont rendu en différentes occasions au Saint Sacrement de l’autel »20. Cet ouvrage fait écho au tableau peint par Van Dyck représentant une mule s’agenouillant devant l’hostie consacrée que lui présente saint Antoine de Padoue ; cette grande toile était exposée au-dessus de l’autel de la nef droite de l’église des Récollets21. Par l’écrit, la parole et l’iconographie on continuait à proclamer la foi en « l’Agneau mystique » « On dit mesme qu’au ciel après le Jugement, il y aura une saincte hostie qu’on enlèvera du monde et qu’elle sera là exposée, afin que les Saints et les Anges rendent un perpétuel hommage »22.

  • 23 Ibidem., p. 184.
  • 24 Les délices des âmes dévotes... Lille, F. Fiévet, 1684, p. 114 (B.M.L. No 20 157).

6Le catholique lillois n’était pas seulement invité à honorer le Saint Sacrement quand il le rencontrait, mais à venir le visiter à l’église, quotidiennement si possible. « N’oubliez point, avant le soleil couché, de faire visite au Très Saint Sacrement de l’autel… Vous recevrez une grande satisfaction de luy rendre compte de cette sainte journée passée, comme je veux croire, à l’advantage de vostre âme »23. Pour que cette démarche ne sombre pas dans la routine, un autre auteur conseille de l’effectuer avec un état d’esprit constamment renouvelé. « Le dimanche, on le visitera comme un enfant qui va voir son père ; le lundi… en qualité de sujet qui va faire la cour à son Roy ; le mardi… comme un pauvre criminel… ; le mercredi, comme un languissant malade qui va consulter son médecin, le jeudi… en qualité d’un vray chrétien… le vendredi, comme non impatient, pour lui demander cette sainte vertu ; le samedi… comme l’Amy va voir et visiter son Amy »24. Constatons par ailleurs que toutes ces recommandations insistent beaucoup plus sur la rencontre avec un Dieu d’amour, un père, un ami, que sur la crainte et la peur.

7Quelques manifestations constituent les temps forts du culte eucharistique. En dehors de la procession de la Fête-Dieu, en grande partie structurée selon le modèle de la procession de Lille que nous évoquerons, les cérémonies les plus marquantes sont les prières de 40 heures et celles qui sont organisées par la confrérie du Saint-Sacrement.

  • 25 L’origine des prières de 40 heures est mal connue selon Jean Mauzaize... Le rôle... op. cit. p. 827 (...)
  • 26 P. Hildebrand, Les Capucins... op. cit., p. 114.
  • 27 Mahieu Manteau, chron. p. 144.
  • 28 Ibidem, p. 134.

8Les prières de 40 heures devant le Saint Sacrement sont l’apanage des Capucins qui les avaient introduites en 159525. Toutes les heures, un Père prononçait une brève exhortation puis les fidèles priaient et méditaient devant l’hostie consacrée. Confessions et communions se succédaient ; en 1612, les Capucins lillois distribuent 12.000 hosties en deux jours. En 1611, les membres du Magistrat en robe, un cierge à la main participent à la procession de clôture26. Ces cérémonies étaient d’autant plus suivies que les papes Clément VIII, Paul V et Urbain VIII avaient accordé une indulgence plénière à ceux qui y participaient. Les Capucins les organisaient chaque année dans leur église, généralement pendant les trois jours qui précédaient le Mercredi des Cendres afin de mieux lutter contre le Carnaval ; mais ils venaient également animer celles qui se déroulaient dans les églises paroissiales en certaines circonstances exceptionnelles. À Saint-Maurice par exemple, en 1620, elles se déroulent « pour les nécessités de l’Église et roiaume et des Pays-Bas »27. Mais les Capucins n’ont pas le monopole de ce type de manifestation pieuse ; ainsi lorsque la peste commence ses foudroyants ravages en 1617, les prières de 40 h sont faites non seulement par les Capucins et conclues par une procession « pour appaiser l’yre de Dieu », mais les Récollets, puis les Dominicains font de même ; « et fut fait ainsi à tous les couvents de la ville l’un après l’autre »28.

  • 29 A. Lottin, Vie... d’un Lillois... op. cit. p. 243.
  • 30 Ibidem.

9Quant à l’adoration perpétuelle devant le Saint Sacrement, on en voit apparaître une première version en 1667, à l’annonce de l’invasion de la Flandre par Louis XIV. « Furent faicts les prières à Sainct-Sauveur de quatre jours durant, avec le vénérable sainct sacrement possée sur l’autel ; et une chacune rues alloit faires sa prières une heures par jour, telle heure qui estoit dit sur le biliez, afin que Dieu nous eussent préserver du siège »29. À cette date, cette pratique est donc liée à un événement exceptionnel ; en revanche, en 1675, elle semble s’instituer normalement et définitivement. « Le 13 de juin 1675, par le jour du très auguste adorable sainct sacrement fut faicts les prières toutes les heures du jour durant l’octave pour les paroissiens, une heure à chasque jour, les rues en suivant, comme premièrement la rue de Sainct-Sauveur à 5 ou 6 heures du matin et les autres rues ensuivant jusque après le Salve, ce pour la première fois »30.

A. Van Dyck, Le miracle de la mule, Palais des Beaux Arts de Lille.

A. Van Dyck, Le miracle de la mule, Palais des Beaux Arts de Lille.

La mule s’agenouille devant l’hostie consacrée que lui présente saint Antoine de Padoue.
L’hostie occupe le centre de ce grand tableau de Van Dyck (325 x 212) qui ornait l’autel de la nef droite de l’église des Récollets.

Cliché Hugo Maertens.

  • 31 R. Taveneaux, Le catholicisme... op. cit. p. 243.
  • 32 A.D.N. 16 G 1199.
  • 33 A.D.N. 16 G 1074.
  • 34 Abbrégé des faveurs illustres de la mère de Dieu... par le P. Ignace Godscalk, Les lettres annuelle (...)
  • 35 A.D.N., 16 G 1074.

10Cette dévotion, en un siècle marqué par « la tendance générale de la réforme catholique de tout institutionnaliser »31, s’exprime surtout dans le cadre de la confrérie du Saint-Sacrement établie dans l’église Sainte-Catherine. Celle-ci est la seule de son espèce car « il est d’usage dans la ville de Lille que chaque paroisse a des confrairies particulières, en telle sorte qu’on ne trouve point deux mesmes confraries sous un seul titre dans les églises de la ville »32. Elle a été créée, sans doute, vers la fin du XVIe siècle et on a conservé le registre des adhésions entre 1635 et 164533. Pendant ces onze années, 2.935 personnes s’y font enregistrer. Le recrutement est particulièrement important en 1637, 1638 et 1639 puisque pendant ces trois années 1349 personnes s’y font enrôler ; la triste conjoncture n’est sans doute pas étrangère à cet élan de dévotion ; il faut dire également qu’en 1637 les Jésuites y font inscrire d’un coup les 348 membres de la sodalité des « Jeunes bourgeois honnêtes ». Vingt ans plus tard, leur directeur, le Père Godscalk louera leur zèle : « Aussi est-ce en la vue du Soleil et Justice, je veux dire en présence du Vénérable Sacrement de l’autel, que votre ferveur éclate ; vous êtes journellement attaché à ses autels, vous le suivez chaque mois, le flambeau à la main, faisant gloire de laisser tous les divertissements pour trouver, adorer et suivre l’Enfant de Marie en la procession de la confrérie du Saint-Sacrement »34. Mais il faut souligner l’importance des adhésions féminines puisque 1992 confrères sur ces 2.935 nouveaux adhérents sont des femmes, soit environ 70 % ; sur ces 1992, 1097 sont des « filles non mariées » ; une telle proportion permet d’ailleurs de mieux comprendre pourquoi réguliers et séculiers se disputent sévèrement la clientèle des « filles dévotaires ». Par ailleurs 31 % de l’ensemble des nouveaux inscrits habitent la paroisse Sainte-Catherine ; 25 % demeurent sur Saint-Étienne, la paroisse la plus proche et la plus riche, 12 % sont de Saint-Maurice. En revanche Saint-Sauveur, la plus lointaine n’en fournit que 2,6 %. Quelques habitants des paroisses extra-muros, La Madeleine et Saint André, ou de villages de la châtellenie (Marquette, Lesquin, Ronchin) s’y font également recevoir. Les adhésions interviennent essentiellement à la Saint-Mathias en février, ou lors de la Fête-Dieu. Comme il est de règle à Lille à l’époque, le marguillier qui tient le registre n’inscrit que très rarement des indications professionnelles ; on ne trouve que 123 mentions, et 41 % de celles-ci concernent des prêtres ou des religieux. On ne peut donc en tirer aucune conclusion sur ce point35.

  • 36 En 1678, cette procession est reportée à la troisième semaine de juillet.

11La confrérie organisait chaque premier dimanche du mois une procession autour de la paroisse à l’issue de la messe. Chaque jeudi et chaque dimanche étaient célébrés les Vêpres et Salut du Saint-Sacrement. Chaque année commençait à la Saint-Mathias une semaine de prières et d’offices terminée par une grande procession36.

2) La dévotion à la Passion du Christ

  • 37 Nous en avons donné de nombreux exemples dans Les « casseurs de l’été 1566 », op. cit. Rappelons ég (...)
  • 38 P. Hildebrand, Les Capucins... op. cit. p. 109.
  • 39 Nous avons joint une reproduction de ce tableau, p. 260.
  • 40 Mahieu Manteau, chron. p. 143, 8 juillet 1620 et A.D.N. 16 G 409.
  • 41 A.D.N. 16 G 1200, 1613. H. Platelle, dans le t. I de l’Histoire de Lille ne mentionne pas l’existen (...)
  • 42 A.D.N. 16 G 409. « Doresnavant les confrères dudit Saint Sépulcre ayant faict le voiayge et résiden (...)

12L’autre grande dévotion christocentrique est sans conteste celle à la Passion et à la Croix. Ici encore, n’oublions pas que les iconoclastes, au nom de la « nouvelle religion », s’en étaient pris non seulement aux statues de la Vierge et des Saints, mais aux représentations du Christ et surtout aux crucifix37. Par-delà cette césure, la Contre-Réforme renoue avec les courants spirituels qui s’étaient manifestés avec force au XVe siècle et elle les approfondit. Tout le clergé a travaillé à répandre la dévotion à la Croix, mais sans doute personne plus que les Capucins. « Partout, au couvent et au jardin, on trouvait des croix pour rappeler le signe de la Rédemption… Sur les collines de Spa et de Malmédy, on en plaça de fort grandes pouvant être vues de loin »38. Les Capucins lillois ne font pas exception à la règle. Ce n’est pas un hasard si le grand tableau qui dominait le maître-autel de leur église était la « Descente de croix » peinte par Pierre-Paul Rubens39. En 1620, ils sont à l’origine d’une plantation de calvaire en plein centre de la ville. « Fut assise la croix rouge de bois… à l’endroict de la rue de Sainct-Nicaise… Les Pères Capucins l’ont faict planter »40. Ils entretiennent des liens étroits avec l’une des grande confréries lilloises de la réforme catholique, celle de la Sainte-Croix établie à Saint-Maurice. Dans cette église, en effet, existait cette « chapelle et confrérie fort hantée par le publique ». On ignore la date précise de sa création, mais celle-ci semble dater du début du XVIIe siècle puisqu’un document de 1613 révèle que les administrateurs de la confrérie s’opposent aux marguilliers parce que ceux-ci ne voulaient leur concéder leur chapelle que pour douze ans et non à perpétuité comme les autres41. Elle regroupait les pèlerins du Saint Sépulcre et tous les dévots à la Croix42. Très vite, elle prend une place importante dans la vie religieuse lilloise.

P.P. Rubens. « La Descente de Croix », Musée de Lille.

P.P. Rubens. « La Descente de Croix », Musée de Lille.

Cet immense tableau (425 x 295), se dressait au-dessus du maître-autel de l’église des Capucins de Lille.Il témoigne de l’importance de la dévotion christocentrique, notamment à l’égard de la Passion du Christ.

Cliché Hugo Maertens

  • 43 Mahieu Manteau, chron. p. 106.
  • 44 A.M.L. Reg. aux rés. No 279, Fo 188 vo, 4 juillet 1613.
  • 45 A.M.L. No 6661, compte de mai 1630 à mai 1632, et de mai 1632 à mai 1636 ; No 6662. de mai 1657 à m (...)
  • 46 Ibidem ; le compte de 1632-1636 mentionne aussi le paiement de 78 lp à Gilles Ceullet, « pour avoir (...)

13« Le 14 de septembre 1608, par le jour de Saincte Croix, fut fait pour la première fois de jamais une procession pour les confrères du sainct voiage de Jérusalem, laquelle se fera annuellement le dit jour… lesquels estoient accompaignés des Pères Capucins, Cordeliers et Frères Prescheurs à l’église de Saint-Maurice ». Cette procession fait le tour de la ville sur les remparts, en descendant chaque fois que cela est possible pour passer par les cimetières paroissiaux : « De Saint-Maurice elle vint à Saint-Sauveur et elle alla autour de la cimentière… et puis elle alla au rampar jusque au château ». Trajet symbolique associant les vivants et les morts, proclamant le lien entre la Croix, la Rédemption et l’espérance de la Résurrection. Le frère Pierre Desruy, célèbre prédicateur dominicain et lui-même « pèlerin du sainct voyaige de Hiérusalem » assure trois sermons, dont l’un « en la cimentière de Sainct Sauveur ». Sur le trajet étaient dressés neuf autels, « où que le Vénérable reposoit… Sur les rampars estoient plantées trois croix de bois et autres pièces de bois… là où estoient rerésentée la Passion de Nostre Seigneur Jésus-Christ »43. Ces croix demeurent en place ; d’autres s’y ajoutent et les remparts de la ville deviennent ainsi un vaste chemin de croix. En 1613, le Magistrat prend la résolution de « garantir de double fil d’aghaure les stations nouvellement faictes sur les rampars de ceste ville »44. Les quelques comptes de la chapelle Sainte-Croix qui ont été conservés montrent que très vite ces « stations » sont devenues un des hauts lieux de la dévotion populaire, notamment pendant la semaine sainte. Des confrères et des « écoliers » se tiennent en permanence le Jeudi Saint et le Vendredi Saint auprès d’elles pour donner à baiser des reliques aux Lillois qui font spontanément le chemin de croix et pour recueillir les offrandes45. La semaine sainte est en effet un des temps forts de la vie de la confrérie. À l’aide d’images de cire habillées, on reconstitue chaque année dans la chapelle le « Jardin des olliviers » et on expose des tableaux représentant la Passion46.

  • 47 Ibidem ; en 1630-1632. sont payées 50 lp. au supérieur des Hibernois... « pour avoir envoyé 4 de se (...)

14La confrérie organise annuellement deux grandes processions qui visitent les stations sur les remparts, les jours de l’Exaltation et de l’Invention de la Sainte Croix ; les reliques, et notamment le fragment de la Vraie Croix conservé à Saint-Pierre, y étaient portées ainsi que les tableaux. Au retour, un Père Capucin assurait un sermon à Saint-Maurice47. Enfin chaque premier vendredi du mois une procession plus modeste se déroulait sur le territoire paroissial.

  • 48 A.M.L. Aff. gén. No 6661.
  • 49 Voir chapitre IV et A.D.N. 16 G 1200.

15On ne sait pas exactement combien de membres comprenait cette confrérie, mais tout indique que dans cette paroisse centrale ils devaient être presqu’aussi nombreux que dans celle du Saint-Sacrement, c’est-à-dire quelques milliers. En quatre ans, de mai 1632 à mai 1636, le montant des offrandes récoltées est de 3668 lp., et 148 confrères décédés ont été accompagnés à leur dernière demeure par le gonfanon de la confrérie48. D’ailleurs nous savons qu’en 1646 les administrateurs de la chapelle et confrérie obtiennent d’être dispensés, ainsi que leurs successeurs, de la charge de marguillier, « en raison du travail accablant qui est le leur »49.

  • 50 Abrégé des merveilles arrivées à Gembloux devant l’image miraculeuse du Sauveur flagellé, Lille.
  • 51 « Le Père Jean Bouvier, gardien, donna permission au bon Père Emmanuel de Glines qui pour lors étai (...)
  • 52 Le récit de ces miracles a été publié par H. Platelle, Les chrétiens, op. cit... p. 220 et sq.
  • 53 A.M.L., Aff. gén. C 853 d. 5.

16À la fin de notre période réapparaît avec beaucoup de vigueur la dévotion à « Jésus flagellé », le « Dieu piteux », cher au XVe siècle. Celle-ci s’adresse aux copies du « Dieu de Gembloux » qui vient de réaliser des « merveilles » éditées et publiées un peu partout50. À Lille, le principal centre de cette dévotion est la chapelle du couvent des Clarisses. Les Récollets, qui en assuraient le service, le 6 janvier 1662 y placent une copie de la statue miraculeuse, en présence du comte de Bruay, gouverneur51. Bientôt des miracles se produisent : une aveugle-née, fille d’un cordonnier lillois, y recouvre la vue. Jean Warloppe, marchand de draps, qui souffrait d’une jambe « pesante comme une masse de terre » depuis 14 à 15 ans, est guéri52. Selon un voisin, « l’église est fréquentée pour ce subject par un concours continuel de peuple53. Seuls, ou presque, les administrateurs de la chapelle Sainte-Croix n’apprécient guère car l’essor de la dévotion au Sauveur flagellé porte tort à leur confrérie.

Chapelle de Notre-Dame de Grâce à Loos. La réputation de ce sanctuaire miraculeux était considérable au début du XVIIe siècle

Chapelle de Notre-Dame de Grâce à Loos. La réputation de ce sanctuaire miraculeux était considérable au début du XVIIe siècle

Publié par J.M. Duvosquel (dir.), Albums de Croy, t.XII, pl. 4, Bruxelles 1985

  • 54 Jean Huchon, Thrésor des confrairies... op. cit. pp. 36, 64, 75.
  • 55 Sur la confrérie du Saint Nom de Jésus chez les Dominicains, A.D.N., 127 H 133, 134, 135.
  • 56 A.D.N., 118 h 14 et Louis Bocquet, Bref description... B.M.L., Ms No 89, F° 39.

17On enregistre également l’essor incontestable de la dévotion au Saint Nom de Jésus, surtout au début du XVIIe siècle. Il s’agit principalement de lutter contre les « blasphémateurs » ; dans les églises se créent des chapelles dédiées à ce vocable, à Saint-Étienne par exemple54 et surtout des confréries dont la plus importante est à Saint-Sauveur, mais elle est concurrencée par une autre créée par les Dominicains sous le même titre55. Enfin, en 1662, est inaugurée chez les Sœurs grises une confrérie de l’enfant Jésus56.

II) Le culte marial

18La dévotion mariale avait connu un grand essor au XIIIe siècle, notamment avec l’apparition du culte de Notre-Dame de la Treille, puis au XVe siècle qui est le temps de la dévotion à la Vierge des sept douleurs et au Rosaire. Ensuite la dévotion mariale fut sévèrement combattue par les protestants. Les propagateurs de la réforme catholique, qui savaient à quel point était enracinée dans les populations la confiance envers « la Mère de Dieu et de tous les hommes », vont la faire renaître et lui donner une formidable vigueur.

1) Le culte de Notre-Dame de Grâce à Loos

  • 57 Il s’agit de la guérison de J. Dubois, un Lillois qui souffrait d’apoplexie et de Meme de Varennes, (...)
  • 58 A.D.N., 27 H 12 ; traduction française, en 1626, par Philippe-Lamoral Villain de Gand d’un recueil (...)
  • 59 Martin Lhermitte, Hist. des Saints... op. cit. p. 578.
  • 60 Ibidem.

19Le renouveau du culte marial à Lille se manifeste à la fin du XVIe siècle avec l’essor fulgurant de la dévotion à Notre-Dame de Grâce à Loos. Phénomène significatif de la reconquête catholique du plat pays que cette démarche qui pousse les citadins et les ruraux vers cette statue miraculeuse placée dans un arbre, près de l’abbaye de Loos, à la limite d’une zone que catholiques et protestants se sont âprement disputés pendant près de vingt ans. Les premiers miracles interviennent vers 158157, mais l’insécurité qui règne encore dans ce « quartier » explique que cette dévotion et ce sanctuaire ne s’affirment que dans la dernière décennie du XVIe siècle. En 1591, l’évêque Jean Vendeville vient bénir la chapelle qui a été élevée pour abriter la statue et il ordonne de consigner par écrit les miracles qui y surviennent ; 62 seront répertoriés entre 1591 et 159258. « L’enfer en brusloit d’envie, qui enflamma quelques apostats, tous imbus de sacrilèges, à jetter les mains sur l’image vénérable et la ravir de nuict ». Les auteurs de cet « attentat » signent d’ailleurs leur acte en laissant un billet « qui déclaroit… leurs erreurs »59. Ce rapt, qui s’ajoute aux gestes iconoclastes qui sont alors commis à Lille et que nous avons signalés, suscite un émoi considérable ; il provoque dans l’immédiat une relance des poursuites et des procès en matière religieuse au niveau de la Gouvernance ; il accroit l’élan de la dévotion. L’évêque Jean Vendeville revient en personne placer dans la chapelle une réplique de la statue qui venait du chœur de l’église abbatiale. Il exhorte, « de sa bouche, le peuple à continuer sa dévotion en ce lieu, l’asseurant que la Vierge ne laisserait pas d’y faire des miracles, à cause qu’elle l’avoit choisy pour y estre servie et honorée, non pas comme Dieu, mais comme Mère de Dieu. Et nonobstant que son image ne fust pas la première, elle ne laisseroit pas d’estre la mesme auprès du Tout Puissant et d’avoir la clef des thrésors du Paradis »60.

  • 61 A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 76.

20Plus que jamais, les pèlerins affluent vers le sanctuaire où des miracles continuent à se produire. Nous avons eu le bonheur de retrouver aux archives de l’État à Tournai, quelques comptes de la fin du XVIe siècle relatifs à l’administration de cette chapelle61. Ils montrent effectivement l’importance de ce pèlerinage puisque, bon an, mal an, les recettes qui proviennent exclusivement des offrandes des pèlerins et de l’achat par ceux-ci d’images, de chapelets, de « baniérettes », de croix et de médailles se situent entre 4000 et 5000 lp. Dans le compte de l’année 1599-1600, le plus fiable, parce que le mieux tenu, ont été vendus,

  • 62 Ibidem.

2940 images « d’argent », à raison de 161 douzaines de petites à 10 sols la pièce, 54 douzaines de moyennes à 14 sols et 30 de grandes à 12 sols.
29700 images « de glaces », à 6 deniers la pièce.
7776 croix et médailles.
4880 « tableaux » à 18 deniers la pièce.
3000 « baniérettes », fabriquées par les Sœurs grises.
1392 chapelets à 3 sols la pièce62.

21Encore faut-il souligner que la peste qui sévit toujours partiellement a dû contrarier la venue des pèlerins.

  • 63 Cette rubrique mentionne l’achat de « pains d’hostel » à raison de 60 sols le mille. Cette expressi (...)
  • 64 B.M.L.,Ms No 152, Fo 436.
  • 65 Les Archiducs firent don d’une lampe d’argent et d’une rente annuelle de 25 florins pour l’entretie (...)
  • 66 Nous avons joint une reproduction photographique de cette œuvre.

22Les dépenses faites pour l’achat de « pains d’autels » servant à dire la messe, (3000 en 1598-1599, 2400 en 1599-1600), ou pour le vin (60 lots de 2, l.09 le lot en 1598-1599) indiquent également que de nombreuses messes y étaient célébrées chaque jour63. Aux fêtes de la Purification de la Vierge, de Pâques, de la Pentecôte, etc, on distribuait aussi des « nieulles » (petits gâteaux) aux visiteurs et la chapelle, comme les églises paroissiales, était décorée à la belle saison « d’estramures d’esté… et de branches de may ». Annalistes et chroniqueurs évaluent même à 10.000, voire à 20.000 le nombre des pèlerins les jours de grande fête64. La réputation du sanctuaire est telle que les archiducs Albert et Isabelle, après avoir fait leur Joyeuse Entrée à Lille en 1600, viennent se recueillir devant la statue miraculeuse65. Quelques années plus tard, les artistes qui peignent pour le duc de Croy des vues cavalières des villes et villages de la châtellenie n’oublient pas de la faire figurer dans leur album66. Buzelin, en 1625, n’hésite pas à comparer l’audience de Notre-Dame de Grâce de Loos à celle des plus prestigieux sanctuaires des Pays-Bas, à savoir Montaigu et Notre-Dame de Foy près de Dinant.

  • 67 A.D.N., 16 G 92 et Chron. de Chavatte, 1660.

23Néanmoins après 1635 son déclin est amorcé. En raison des hostilités et des incursions des Français dans le plat pays, la statue est rapportée à Lille et placée dans la chapelle de la Trinité, puis en 1649 dans le refuge de l’abbaye. En 1660, elle regagne Loos, accompagnée par une procession solennelle67. De plus, il faut constater qu’aucun ordre religieux, aucune confrérie organisée, n’avaient pris en mains ce pèlerinage. Et la chapelle était seulement « desservie » par un chapelain, sous le contrôle du doyen de chrétienté de Lille. Il était donc inévitable qu’il pâtît de la concurrence d’autres sanctuaires.

  • 68 Histoire et Origine de la chapelle de Notre-Dame de Consolation... par J. de Lescurie, Chapelain, L (...)
  • 69 Martin Lhermitte, op. cit., p. 521, « C’est à ce sanctuaire, comme à la piscine de Jérusalem qu’ont (...)

24Parmi ceux-ci, on peut mentionner au faubourg de la Barre, Notre-Dame de Consolation, patronne des bateliers. En 1615, s’y crée une confrérie de la Nativité de la Vierge ; le pape accorde à ses membres, comme il est classique en pareil cas, la possibilité de gagner une indulgence plénière, à l’entrée, chaque année à la Pentecôte, et à l’article de la mort68. Un peu plus loin, à Marquette, on vénérait également une statue miraculeuse, Notre-Dame de la Barrière ; celle-ci était placée dans un mur, à l’endroit même où les calvinistes de La Noue, dit Bras-de-fer, avaient vainement tenté de pénétrer dans l’abbaye en 1578. En 1662, l’abbesse Marguerite du Chatel y fait construire une chapelle, « élégamment décorée »69. Mais se faisait surtout sentir la concurrence du pèlerinage de Notre-Dame de Réconciliation à Esquermes, pris en mains par les Jésuites. Ceux-ci avaient rapidement assuré son succès, grâce en particulier à leurs importantes congrégations mariales.

2) Les ordres religieux et le culte marial

25Si les Capucins et les Récollets tiennent le premier plan dans la promotion des dévotions christocentriques, les Jésuites, et à un moindre degré les Dominicains, sont les ardents propagateurs du culte marial.

a) Les Jésuites et les congrégations mariales

  • 70 Voir les archives de la province de Champagne de la Compagnie de Jésus, et P. Delattre, Les établis (...)
  • 71 Ignace Godscalk, Abbrégé des faveurs... op. cit. p. 19.

26Peu après leur installation, les Jésuites créent donc à Lille, comme ils le faisaient partout, des « sodalités » mariales qui ont chacune leur siège et leur chapelle dans l’église du collège. Celles-ci, réservées au sexe masculin, ce qui les différencie de la plupart des autres confréries qui sont mixtes, s’adressent aux enfants, aux jeunes gens, aux adultes ; leur diversité témoigne d’une stratégie pastorale très habile. La première, dite de l’Annonciation, créée officiellement en 1597, était réservée aux « bourgeois mariés » et regroupait essentiellement les « cadres » de la société urbaine ; elle comprend 400 membres en 1638. Celle de « la Purification Notre-Dame » (1610) comprenait les « jeunes gens honnêtes » issus des mêmes milieux sociaux ; ils sont 350 en 1651. Celle de l’« Assomption » (1611) s’adressait aux élèves du collège et était divisée en deux sections, celle des « rhétoriciens » et celle des « syntaxistes ». En 1626, les enfants fréquentant l’école dominicale sont accueillis dans celle de « Marie, reine des Anges ». La minorité flamande n’était pas oubliée, et la sodalité de « l’Immaculée Conception » leur était destinée. Enfin, dans une ville toute entière vouée au commerce et à l’industrie, deux importantes congrégations s’adressaient aux travailleurs issus de ces milieux ; celle de la « Nativité de la Vierge » accueillait les jeunes artisans âgés de 18 ans et moins ; ils sont 400 en 1651 ; celle de « Marie, reine de tous les Saints », était réservée aux « grands artisans » et elle comprend 1100 membres à la même date70. En 1656, le Père Godscalk évalue à 3.000 le nombre des confrères dans ces sodalités71.

  • 72 Exposé réalisé d’après le livre du Père Godscalk cité à la note précédente et Règle de la confrérie (...)

27Toutes ces congrégations, agrégées à la Prima primaria de Rome, étaient structurées de la même manière. Leur directeur était un Jésuite, assisté d’« officiers » laïcs élus par les confrères, à savoir un Préfet, deux assistants, six conseillers et un secrétaire. La finalité de la sodalité était la recherche « de la vertu et piété chrestienne… Pour y atteindre la pratique des sacrements est très utile ». Ceux qui choisissaient ainsi Marie pour « Dame, Patrone et Advocate » devaient être admis au préalable dans la congrégation. À leur entrée ils faisaient une confession générale et un don pour les pauvres, selon leurs possibilités. Ils s’engageaient à se confesser et à communier le premier dimanche de chaque mois et lors des grandes fêtes, à participer chaque dimanche à une conférence spirituelle ; celle-ci reposait sur l’échange et le dialogue car « tous doivent estre prêts à dire ce qui leur sera inspiré, toutes et quantes il leur sera demandé » ; elle était suivie par un sermon. La règle insistait sur la nécessité de pratiquer les œuvres de miséricorde, de visiter les malades et les prisonniers, d’accompagner les confrères décédés lors de leur enterrement ; ils devaient également prier quotidiennement le matin et le soir et faire leur examen de conscience avant de se coucher. Bien entendu, il était possible de gagner des indulgences plénières et une messe était dite à l’autel privilégié pour chaque confrère défunt72.

  • 73 Tous ces renseignements sont extraits de A.P.Ch.S.J., Ms No 157. « Registre d’aucunes coustumes et (...)

28Un registre contenant les décisions de la congrégation des grands artisans nous est parvenu. En 1623, donc à la création de celle-ci, le Conseil assistant le directeur était composé de 2 maîtres-bourgeteurs dont l’un était préfet, de 5 maîtres-sayetteurs, de 3 maîtres-cordonniers, d’un maître d’école, d’un maître-filletier et de 4 « serviteurs » ; on veillait à ce que les maîtres-sayetteurs et les maîtres-bourgeteurs ne monopolisent pas toutes les charges car ils représentaient la majorité des adhérents. En principe, les statuts prévoyaient que « les seuls maistres travaillant à leurs pièches en leurs logis auront droit de se présenter pour estre de nostre assemblée » ; néanmoins on trouve constamment parmi les confrères des ouvriers ou « serviteurs », mais en nombre limité. On se dispute l’honneur de porter les « torches » de la confrérie lors des processions ; en 1672, on décide qu’il ne peut pas y avoir plus de 63 porteurs. La congrégation fonctionnait également comme société de secours mutuel pour les confrères malades, à condition qu’ils aient été membres de la congrégation depuis au moins dix ans. « On donne à chaque malade qui demande assistance, après avoir été visité par le Père Directeur et allicté quelque jours, la première semaine 20 patars (2 lp.), autant la deuxiesme, et si la maladie continue, 20 patars par mois, encore qu’elle dureroit des années » ; on prêtait également des draps et des couvertures ; enfin « en temps de contagion, on donne trois florins (6 lp.), à ceux qui sont en leur maison infectés ; 30 patars (3 lp.), à ceux qui vont au riez ». Les confrères s’engagent aussi à faire abstinence la veille des cinq principales fêtes de la Vierge. Comme ces artisans pouvaient difficilement être présents à chaque messe particulière dite pour un confrère défunt, on décide en 1660 que tous les çongréganistes assisteront désormais le premier lundi du mois à une messe de requiem dite pour les trépassés73.

  • 74 B.N. Ms Nouv. acq. franc. No 24 089, F° 202, 1668.

29De temps à autre, une grande cérémonie rassemble les membres d’une sodalité dans l’église. Ainsi, le 8 septembre 1668, « ceux de la soldalitez des jeunes artisants du matin ont faicts leurs jubilez de cincquante ans et les prières ont durez neuf jours ». Chavatte, qui y a assisté, nous en a laissé une relation détaillée. Pendant la grand-messe en musique, « à l’offertoire… vint un jeune garchon en forme d’un ange apportant une chandelle blance allumez avec un billiez… contenant les honneurs de la Vierge » que le préfet lit à haute voix. À l’élévation, « tous ceux qui estoient officiers sont venus avec un flambeau allumez, en bel ordre et modestie au devant du Sauveur ». Ce sayetteur avait sans doute appartenu à cette congrégation lorsqu’il était adolescent, car il montre qu’il connaît très bien les lieux. « Et dedans la chambre, là où on fait la soldalitez, estoit si bien parez, que tout au long de la muraille, là où que le Père presche, y avoit un drap bleue… lequelle avoit des fleurs de lis taillée de diverses couleurs »74.

  • 75 Martin Lhermitte, Hist. des saints... op. cit. p. 486 et sq. Les Jésuites publièrent en 1625, un pe (...)

30Chaque année, le dimanche dans l’octave de la Visitation, les membres de toutes les congrégations participaient à un pèlerinage collectif à Notre-Dame de Réconciliation à Esquermes, village situé près des portes de Lille. En 1622, en effet, le prévôt de la collégiale avait cédé aux Jésuites le prieuré d’Esquermes. Ceux-ci avaient relevé ce sanctuaire ancien et édifié une chapelle pour abriter la statue de la Vierge. En 1635, les Pères placent le long du chemin qui y mène et qui longeait un canal, sept tableaux représentant les sept voyages de la Vierge sur terre. Ces « stations » jalonnent ainsi le trajet des pèlerins. Le jour de l’inauguration, les Lillois avaient été invités à communier dans leurs églises ; les Jésuites, à eux seuls, avaient distribué 9.000 hosties dans la leur. L’après-midi, après les Vêpres, la statue qui avait été rapportée la veille au collège est reconduite en procession solennelle. Celle-ci s’arrête à chaque « station » qui est « consacrée » par le prélat de Loos. En 1645, en raison des incursions des ennemis dans la châtellenie, la statue est placée à l’autel de saint Victor dans l’église du collège. Elle y reste jusqu’au 10 mai 1660, date à laquelle elle est reportée à Esquermes lors d’une grande procession75.

  • 76 P. Delattre, Les établissements... op. cit., col. 1217. Le Père Bouille avait publié en 1620 un ouv (...)
  • 77 Voir le chapitre XVI.

31Trois autres statues de la Vierge sont vénérées dans l’église des Jésuites. Une copie de Notre-Dame de Montaigu tout d’abord, dont le culte s’étend alors dans tous les Pays-Bas ; une autre de Notre-Dame de Foy surtout. En effet, le Père Bouille, un dinantais, avait été prédicateur à Lille de 1609 à 1612 et il avait beaucoup œuvré pour promouvoir la dévotion à cette Madone. En 1621, une réplique de la statue de Notre-Dame de Foy faite avec le bois du chêne qui abritait initialement l’original, est solennellement installée dans l’église des Pères, en présence de Monseigneur Maximilien Villain de Gand. Bientôt elle opère des « merveilles ». Des missionnaires lillois, tels les Pères du Toict ou de Marcques répandront son culte au Paraguay76. Enfin, vers 1661, se développe la dévotion à Notre-Dame des Agonisants, dont nous reparlerons77.

b) Les autres ordres religieux et la dévotion mariale

  • 78 Martin Lhermite, op. cit. p. 543.
  • 79 La façon de bien et fructueusement réciter le rosaire... par le R.P. Thomas Le Roy, Lille, J. Ch. M (...)
  • 80 127 H 62, 1639.
  • 81 A.D.N., 127 H 112 à 120.
  • 82 Martin Lhermite, Hist. des Saints... op. cit. p. 545.

32La dévotion au Rosaire, évocation des souffrances et des joies de la Vierge, avait été inaugurée à Lille même en 1462 par le célèbre Dominicain Alain de la Roche ; elle s’affirma grâce à l’activité de son ami, le Père Michel François. « C’est de Père Michel, vray nourrisson de la piété, que les Bourgeois de Lille ont suché la dévotion au Sacré Rosaire, donnnant leurs noms à la Confrérie »78. Celle-ci est approuvée en 1478. Avec les progrès de la réforme catholique, cette dévotion connaît à nouveau un vif succès. On ignore quel était le nombre exact de ceux qui s’engageaient notamment à « bien et fructueusement réciter le Rosaire » chaque semaine79, mais tous les indices montrent qu’ils étaient quelques milliers. En 1639, le prieur des Dominicains, André Godin, fait observer que la décision épiscopale de les « exclure de la chaire ou stations ordinaires » va scandaliser « une infinité de gens de bien et d’honneur, confrère de la sodalitez de Nostre-Dame du Sainct Rosaire »80. Les quelques comptes de cette archiconfrérie conservés pour les années 1660 à 1664, montrent qu’elle a une large audience. Chaque année, le produit des troncs, les « oblations et les pourchas » rapportent entre 574 lp. et 502 lp., et 15 à 20 confrères décédés ont réclamé le port du gonfanon de leur confrérie lors de leur service funèbre. De nombreuses femmes lèguent à leur mort leurs bagues, croix d’argent, anneaux d’or, Agnus Dei et autres médailles ; vendus au poids de l’or et de l’argent, ils rapportent entre 72 lp. et 140 lp. selon les années. Le samedi, jour consacré à la Vierge, est célébrée une messe solennelle à l’autel du Rosaire, et chaque premier lundi du mois un obit solennel ; pendant que se déroule celui-ci, sont dites 12 messes en vertu de la fondation réalisée en 1636 par Pierre Van Ackère81. Les fêtes de la Vierge sont commémorées solennellement. Deux grandes processions sont organisées annuellement, après qu’une grand-messe en musique ait été célébrée dans l’église conventuelle, l’une le jour de l’Annonciation, l’autre le jour du Saint Rosaire dont la célébration a été fixée au 7 octobre par le pape Grégoire XIII pour commémorer la victoire de Lépante. La procession avait lieu le premier dimanche d’octobre. Pendant celle-ci, « les roses, les lys, les Anges et les Vierges font très belle monstre… tous les mystères du chapelet y sont représentés magnifiquement en peintures, enseignes et personnages ; icy mesme l’Église militante paroit entre ses ennemis vaincus et semble estre desjà triomphante au ciel »82.

  • 83 A.D.N. Cumulus, No 15944/2.
  • 84 Voir chap. VIII, p. 152.
  • 85 A.M.L., Reg. O.M. No 387. Fo 21 vo, 29 nov. 1624.
  • 86 A.D.N., 47 H 9 et A.C. Tournai, 3 K 5/6. Le chanoine Platelle a publié quelques procès verbaux de m (...)

33En réalité, on ne peut passer en revue toutes les dévotions mariales, car chaque couvent, chaque communauté a la sienne. Nous en évoquerons sommairement encore trois, et tout d’abord celle qui apparaît en 1624 envers Notre-Dame de Miséricorde. Elle naît à la suite d’un « attentat » perpétré contre une petite statue, comme il en existait beaucoup, qui était primitivement placée « en certaine muraille de la taverne du Bœuf ». Or, le 20 juillet 1624, « quatre personnaiges de ceste ville » qui avaient passé la soirée à « boire et gaudir » s’en emparent ; ces ivrognes vont s’asseoir sur un banc avec elle, chantent « plusieurs chansons scandaleuses » ; l’un d’entre eux, « se mocquants de ladicte imaige… » dit à l’un de ses camarades « qu’il avoit une amoureuse pour luy » ; ils l’emportent dans leur chambre, et au réveil, la jettent dans le canal des Dondaines où elle sera retrouvée, « flottant sur l’eau » et exhalant une mauvaise odeur, comme si elle « avoit esté frottée avec des aulx » ; mais la pollution des eaux de ce canal suffisait à expliquer cette particularité ! Les coupables, arrêtés, protestent de leur catholicisme et attribuent leur geste au fait qu’ils étaient « surprins de boisson »83. Ils sont jugés, châtiés, mais échappent à la peine capitale comme nous l’avons signalé84 ; la statue est reportée solennellement dans la chapelle des Augustins qui en ont obtenu la « surintendance »85. Bientôt les miracles se succèdent et sont soigneusement consignés86.

  • 87 A.D.N. 139 H 5, F° 129 et H. 27.
  • 88 Ibidem, 139 H 28.

34De leur côté, les Minimes contribuent à développer à Lille la dévotion à Marie. Eux aussi avaient en leur église une « image de bois » de Notre-Dame de Foy placée en 1628 ; s’y ajoute en 1649 une statue de Notre-Dame de Montaigu faite également du bois de l’arbre qui portait la statue originale et qui leur est donnée par Monsieur Waterloop87. Enfin, en 1662, cet ordre qui prônait la dévotion à l’anneau de Pérouse, crée une confrérie « des espousailles de la Vierge avec saint Joseph »88.

  • 89 H. Platelle, Les chrétiens... op. cit., p. 149 et sq.

35Le couvent des Urbanistes ou Riches Claires est le centre de la dévotion à Notre-Dame de Bonsecours. Dans ce village, situé près de Peruwelz, on vénérait également une statue attachée à un arbre. De 1644 à 1646, des miracles surviennent devant la copie de cette image placée chez les Urbanistes89.

3) « Insula, civitas virginis »

  • 90 L. Bocquet, dans sa chronique, B.M.L., Ms No 89, Fo 36 parle de Notre-Dame de Réconfort.
  • 91 B.M.L. No 26 649, « Devoirs auxquels s’obligent les confrères de Notre-Dame de Hal ».
  • 92 « Aucun vouloient passer de force. Ils furent très bien batus de la garde et aucun blessée et ammen (...)

36On ne peut davantage rendre compte de la diversité et de la multiplicité des formes du culte marial dans les églises. Chacune a ses chapelles, ses confréries, ses statues, telles Notre-Dame de Paix à Sainte-Catherine ou Notre-Dame de Réconfort à Saint-Étienne90. À Saint-Maurice, est créée en 1658 une confrérie de Notre-Dame de Hal. Ceux qui désirent y adhérer paient 5 patars (10 sols) à leur entrée et 6 patars chaque année à l’Assomption ; ils sont rangés « sous quatre bannières, rouge, violetre, bleue et blanch » et s’engagent à se rendre en pèlerinage avec leur bannière, une année sur quatre, à « la belle image de Hal »91. Lorsque les autorités françaises voudront leur interdire d’y aller, après la prise de Lille par Louis XIV, une échauffourée éclatera entre les confrères, qui veulent tenir leur promesse, et les soldats français qui ont ordre de les empêcher de sortir.92

  • 93 A.M.L., Aff. gén. C. 793 d. 2.
  • 94 A.M.L., No 15 023 et 15 024, comptes de la chapelle Notre-Dame de Lorette.
  • 95 B.M.L. No 16 031, Règles de la confrérie de N.D. de Lorette érigée en l’hôpital Saint-Sauveur.
  • 96 Martin Lhermite, op. cit., pp. 498-499.
  • 97 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, F° 261 vo.

37À Lille même, deux petits sanctuaires étaient fort réputés ; la chapelle de Notre-Dame de Lorette qui s’élevait près de l’église Saint-Étienne et qui avait été fondée en 1537 par Jean Ruffault, intendant général des finances de Charles Quint. Au milieu de l’autel, on admirait une statue de la Vierge « sortie d’une maîtresse main »93. Un prêtre, accompagné de quatre « bons enfans » auxquels il faisait l’école, y disait la messe chaque jour, selon les intentions du fondateur94. La confrérie de Notre-Dame de Lorette avait son siège à l’hôpital Saint-Sauveur ; les membres s’y retrouvaient le 28 août, fête de Saint-Augustin, pour y suivre la messe et la prédication et le lendemain à l’obit célébré pour les trépassés. Par ailleurs, « ceux et celles qui auront le loisir, liront tous les jours les litanies de Notre-Dame de Laurette, autres le chapelet, ou autres oraisons selon leur dévotion »95. Notre-Dame des Ardents était un autre centre de la dévotion mariale. « La chapelle de l’Impératrice du ciel [est] dressée devant la Maison de ville, où elle tient foire continuellement et marché franc, pour y desploier les précieuses denrées des grâces divines ». Elle abritait un cierge fourni par « distillation » de celui d’Arras ; chaque année on en faisait couler quelques gouttes dans de l’eau « exorcizée pour chasser toutes les forces ennemies » ; les pèlerins y recouraient pour lutter contre les « ardeurs malignes » et les fièvres96. Mais cette ancienne chapelle était fort mal placée au centre de la grand’place et les marchands lillois avaient besoin d’une Bourse. Le Magistrat, après avoir obtenu de l’évêque l’autorisation de « polluer » l’autel, la fit détruire en 1652. « La Sainte Chandeille » fut alors transportée dans la chapelle Notre-Dame de Lorette97.

  • 98 Histoire de Notre-Dame de la Treille, auguste et miraculeuse dans l’église collégiale de Saint-Pier (...)
  • 99 Martin Lhermite, Hist. des Saints... op. cit. p. 501.

38Mais à Lille la dévotion mariale par excellence était celle qui s’adressait à Notre-Dame de la Treille. Elle était née au XIIIe siècle, aux beaux temps de la piété mariale. Des miracles s’étaient alors produits devant une statue de la Vierge protégée par une treille de fer. Une confrérie avait été instituée vers 1269 et l’année suivante la comtesse Marguerite créait en son honneur la grande procession que nous évoquerons. Ce culte, après avoir connu une certaine éclipse, est à nouveau en plein éclat au XVe siècle. La chapelle est reconstruite de 1430 à 1453 ; le mausolée de Louis de Mâle y est élevé. Des miracles s’y produisent toujours ainsi qu’au début du XVIe siècle. Ce sanctuaire était particulièrement renommé pour la guérison des possédés du démon98. Puis à nouveau, « cette rare dévotion à l’endroit de la Vierge immaculée s’envieillit peu à peu et se refroidit, soit par les ruines de guerres, et les troubles des temps, soit par l’impiété des hérésies »99.

  • 100 Origine de la Confrérie de Notre-Dame de la Treille... par Pierre Turbelin, Lille, P. de Rache, 163 (...)
  • 101 Ibidem..., et A.D.N. 16 G 549. Les confrères, lors de leur réception, devaient faire profession de (...)
  • 102 Martin Lhermite, Hist. des Saints... op. cit., p. 510.

39Au début du XVIIe siècle, la dévotion envers Notre-Dame de la Treille reprend une vigueur considérable plus spécialement sous l’impulsion de deux hommes, Pierre Turbelin, régent du collège de Saint-Pierre et chapelain de la confrérie et surtout du Père jésuite Jean Vincart. Le premier, dans un petit ouvrage, fait l’historique de la confrérie et de la procession100 ; il fait connaître les larges indulgences concédées par les papes aux confrères ; Clément VIII, en 1602, avait accordé une indulgence plénière aux conditions habituelles et notamment à ceux qui participeraient à la procession collective, ou feraient le même trajet pendant l’octave ; Paul V concède également une indulgence plénière à tout porteur d’une médaille de Notre-Dame de la Treille qui, après s’être confessé et avoir communié, récite un Pater et un Ave aux intentions du Souverain Pontife101. Le nombre des adhérents croît ; en 1632, on embellit et on agrandit la chapelle, « couronnée d’une tourelle de verrière »102.

  • 103 Miracles, arrivez par l’intercession de Notre-Dame de la Treille... l’an 1634 et 1638, Lille, P. de (...)
  • 104 Martin Lhermitte, Hist des Saints... op. cit. p. 511. Nous avons reproduit cet étendard qui est la (...)
  • 105 Martin Lhermitte, Hist. des Saints... op. cit. p. 512. Il faut évidemment souligner la portée polit (...)

40Cette dévotion prend un essor extraordinaire lorsque le Père Vincart est chargé de la prédication à la collégiale. Né à Lille en 1592, ce Jésuite considérait qu’il avait été guéri miraculeusement du bégaiement qui l’empêchait d’entrer dans la Compagnie de Jésus par l’intercession de Notre-Dame de la Treille. Il met donc tout son talent et ses forces à promouvoir le culte de sa bienfaitrice. Bientôt de nouveaux miracles se produisent. Marie de Lescurie, « possédée du diable », est guérie après une neuvaine et des exorcismes103. En cette année 1634, où l’on craint que n’éclate entre la France et l’Espagne un conflit tant redouté, le Père Vincart suggère à « Messieurs » de consacrer Lille à la Vierge. Sa démarche est bien accueillie, et le 28 octobre 1634, le mayeur Jean le Vasseur, au nom du Magistrat, offre solennellement les clefs de la cité à Notre-Dame de la Treille. « L’étendar de la Dédicace, tissé de fine soye, semé des plus beaux traits de l’art et de l’or, monstroit d’un costé la Reyne du ciel, qui des nues comme des Treilles bien heuroit de ses plus doux aspects le peuple de Lille suppliant avec ce mot : Dicet habitor Insulae hujus, haec est spes mea… etc. »104. Cette éclatante manifestation déclenche un formidable mouvement en faveur de la confrérie ; Jean Vincart parle de 10.000 adhésions en un jour. Le Père Florent de Montmorency, ancien recteur du collège de Lille, alors en Autriche, obtient celle de l’Empereur « qui n’ayme sa grandeur que pour aggrandir la Mère de Dieu, ny ses couronnes que pour les mettre sur la teste de la Reyne du Ciel. [Sachant que], s’il escrivoit son nom, il seroit plus avant gravé dans les cœurs des Flamends et Lillois… [il] coucha de sa propre main son nom ainsi que l’Impératrice » et les principaux membres de la Cour. Lorsque ces documents sont reçus à Saint-Pierre, le Père Vincart prêche sur le thème « Resjouissez vous que vos noms soit escris au ciel », car figurer parmi les membres de la confrérie « c’estoit estre escrit au livre de vie et des prédestinez de la gloire »105.

  • 106 Ibidem, p. 513.
  • 107 Jean de le Barre, l’Héraclée Flameng... Ms No 319 et B.M.L., Ms. No 678, F° 280.

41La guerre éclate en 1635 ; pendant celle-ci les Lillois estimeront que leur ville a été préservée de l’invasion par la protection spéciale de la Vierge. En 1638, le Jésuite Martin Lhermitte écrit : « En ce temps désastreux de guerres sanglantes qui mettent la désolation par tout, ne diriez-vous pas que Lille est la prunelle des yeux virginaux… Aussi diroit-on, à voir la piété de cette ville, qu’elle est convertie en un temple de la Sacrée Vierge qui preste un lieu de franchise au bonheur »106. Après l’échec des attaques menées par les Français en 1641 et en 1645, les habitants pensent que la cité a été préservée par l’intervention de la Vierge. « C’est presque un miracle d’avoir eu si peu de dommage, après attaques furieuses commandées par des maréchaux de France hérétiques qui ne cherchoient que pillage. C’est une marque de la protection singulière de Notre-Dame de la Treille, patronne de cette ville », dont l’image était précisément peinte sur la porte Saint-Pierre avec cette inscription : « Soyez, Mère et Fille de Dieu La Sauvegarde de ce lieu »107.

  • 108 Jean Vincart, Hist. de N.D. de la Treille... op. cit. F° 103.

42Dans les villes voisines, notamment à Tournai en 1659, sont créées des confréries de Notre-Dame de la Treille qui viennent chaque année en pèlerinage à Lille108.

  • 109 En 1635, est publiée chez P. de Rache à Lille, « La façon de bien faire les sept stations douloureu (...)

43Signe des temps, la dévotion à Notre-Dame des Sept Douleurs, qui avait également son centre en la collégiale Saint-Pierre et qui avait bénéficié autrefois des libéralités de Philippe le Bon, renaît simultanément. En 1635, toujours sous l’impulsion du Père Vincart, sont posés en cette église sept tableaux représentant les « sept stations douloureuses de la Vierge ; les deux dernières, figurant la descente de croix et la mise au tombeau étaient d’ailleurs placées dans la chapelle même de Notre-Dame de la Treille. Des petits livrets, publiés en 1635 et en 1639 enseignent aux Lillois « la façon de bien faire les sept stations douloureuses »109.

Frontispice de l’ouvrage du Père Jean Vincart consacré à Notre-Dame de la Treille (1636).

Frontispice de l’ouvrage du Père Jean Vincart consacré à Notre-Dame de la Treille (1636).

Cliché Naessens

44Ainsi, dans cette méditation ou dans celle du Rosaire, dévotion christologique et culte marial étaient étroitement mêlés.

  • 110 Le triomphe annuel de Notre-Dame... par le R.P. Toussaint Bridoul, Lille, P. de Rache, 1640, 2 vols (...)
  • 111 B.N. Ms. Nouv. acq. franc. No 24 089, 1665. En 1662 était publiée la bulle « Sollicitudo » du 8 déc (...)
  • 112 Nous avons évoqué cet important conflit dans Vie... d’un Lillois, pp. 239-241.

45L’ardente dévotion mariale des Lillois impliquait de facto la croyance en l’Immaculée Conception que répandaient plus spécialement les Récollets et les Jésuites. Rappelons que l’église de ces derniers lui était consacrée ; le Père Toussaint Bridoul, dans « Le triomphe annuel de Notre-Dame », évoque le vœu fait à Naples en 1618 par le Vice-Roi, la Cour, le corps de l’Université, « confessant que votre Conception a toujours été immaculée », et il ajoute ce commentaire personnel : « J’ai horreur de penser que Celle qui a porté Dieu dans son ventre ait été esclave du Diable un seul moment ; aussi est-il véritable que si Notre-Dame avoit affaire de la vie et du sang de cent mille hommes pour maintenir son Immaculée Conception, elle les trouveroit en un jour »110. L’ouvrier sayetteur Chavatte aurait été de ceux-là, puisqu’après avoir relaté que les Dominicains avaient perdu leur procès à Rome sur cette matière contre les Franciscains et que ceux-ci avaient créé à Lille une confrérie de l’Immaculée Conception, il ajoute : « Douche Vierge Marie, on scai fort bien que vous avez venu au monde sans péché originelle »111. Comme ses contemporains, qui ont été élevés comme lui dans la ferveur mariale, il est révolté lorsque l’évêque Gilbert de Choiseul recommande la lecture des Monita salutaria d’Adam de Widenfeld. Pour lui, le prélat « qui estoit françois » a « mal parlé » de la Vierge ; il approuve « tous les Pères Jésuites prédicateurs et tous les Ricolets qui preschoient à rencontre de luy » et il précise que son sentiment est largement partagé par les Lillois, car « toute la ville mesme estoit à rencontre de l’évesque de Tournai »112.

III) Le culte des saints

  • 113 Certaines chapelles sont certes dédiées au Christ ou à la Vierge, mais en revanche il y a parfois d (...)
  • 114 A. Van Gennep, dans le Folklore de Flandre et du Hainaut français, Paris, 1925, 2 vol. écrit : « Un (...)
  • 115 Bosio a consacré 36 années à préparer sa Rome souterraine qui paraît en 1632.

46Il est hors de cause, et d’ailleurs vraisemblablement impossible, de faire une étude exhaustive du culte des saints à Lille ; en effet, il y a presque autant de saints honorés qu’il y a de chapelles dans les églises et les couvents113. Il faut cependant souligner qu’à cette époque ce culte semble être moins important que celui rendu au Christ et à la Vierge, ce qui constitue, peut-être, une différence sensible avec la situation dans certains villages. Ici encore, les dévotions aux saints s’épanouissent le plus souvent au sein de confréries auxquelles les papes ont accordé des indulgences pour les membres ; elles s’appuient également sur des statues, ou des images, mais plus encore sur des reliques. Le premier XVIIe siècle, à Lille comme aux Pays-Bas, est véritablement l’âge d’or des reliques114. Elles arrivent massivement de Rome où l’on a « découvert » les Catacombes, ce qui permet de satisfaire les demandes, et elles ne manquent pas115.

1) Dévotions et confréries traditionnelles

  • 116 « Exaudi nos Deus salutaris noster : et intercedente beata et gloriosa Dei génitrice Maria semper V (...)
  • 117 A.D.N., 16 G 1200. On trouve dans ce dossier la trace du conflit entre les marguilliers de Saint-Ma (...)
  • 118 En 1619, les administrateurs de la confrérie de saint Roch sollicitent l’autorisation d’agrandir le (...)
  • 119 B.N. Ms. Nouv. acq. franc. No 24 089, Fo 168 vo. À la suite d’une querelle un homme fut tué, ce qui (...)

47En un temps où de terribles pestes frappent si durement la population, la dévotion envers les saints protecteurs contre ce fléau reste vive. Saint Sébastien et saint Roch sont les plus anciennement honorés, ceux dont le culte est le plus solidement implanté. Le premier est d’ailleurs le seul à être nominalement cité dans les « Preces tempore mortalitatis et pestis » que l’évêque prescrit aux curés et aux fidèles de réciter publiquement en ces circonstances116. La confrérie qui lui est dédiée à Lille avait quitté cette église pour Saint-Sauveur vers 1563 à la suite d’un conflit avec les marguilliers de Saint-Maurice. En fait, elle était avant tout la confrérie des archers, une des quatre « milices sermentées » de la cité ; pour cette raison sa vie interne tumultueuse est davantage celle d’une association martiale et de « sociabilité » que d’une confrérie de dévotion117. Ce n’était pas le cas pour celle dont le patron était saint Roch, établie à Saint-Étienne, mais on ne sait presque rien sur elle, sinon qu’elle avait été créée vers 1492118. Il semble bien d’ailleurs que la plupart des églises de la ville et celles des villages du plat pays avaient au moins une statue de ce saint populaire. En 1659 par exemple, la guerre étant finie, les habitants de Wazemmes, paroisse des faubourgs, viennent « avec leurs armes, pour faire honneur à saint Roch », rechercher leur statue qu’ils avaient mis à l’abri derrière les murs de Lille119.

  • 120 Brief narré du culte de Mr Saint Eloy en l’église paroissiale de Saint Maurice... Lille, B. Le Fran (...)
  • 121 Une confrérie se crée également à Cambrai et les chanoines de Saint-Pierre de Lille s’enrôlent dire (...)

48Lors de la dernière grande peste, qui commence à la fin de 1667, est érigée à Saint-Maurice une confrérie qui se place sous le patronage de saint Éloi. Celui-ci, « jadis evesque de Tournay et fidèle pasteur de nos ancêtres », était depuis longtemps imploré contre ce fléau. Bien que cette initiative soit présentée comme le « réveil » d’une ancienne confrérie établie à Saint Maurice, on assiste bel et bien à la création d’une association centrée sur une dévotion ancienne120. En fait, il s’agit d’une extension dans la région du culte de saint Éloi, sous l’impulsion de la célèbre confrérie des charitables de Béthune121.

  • 122 A.D.N., 16 G 1212, comptes de la confrérie de Saint-Nicolas en 1593-1594.
  • 123 Il s’agit vraisemblablement du tableau, « Saint Nicolas arrêtant le bourreau prêt à trancher la têt (...)
  • 124 A.M.L., Aff. gén. C. 797 d. 3. Conflit entre les marguilliers et les administrateurs de la chapelle (...)

49En dehors de ces protecteurs invoqués contre « la maladie contagieuse », trois saints traditionnels, dont le culte avait été florissant au Moyen Âge, restent chers aux Lillois, saint Nicolas, sainte Barbe et surtout saint Jacques. Des chapelles sont dédiées au premier dans la plupart des églises, et la confrérie qui l’honore comme patron a son siège à Saint-Maurice. Elle ne manque pas d’adhérents puisqu’on dénombre 45 confrères décédés pendant l’année 1593-1594 laissant à la confrérie les 20 sols prévus dans la règle, comme ils s’y était engagés122. Cette chapelle était également le siège de la « corporation » des tanneurs. La dévotion à saint Nicolas se maintient pendant toute la période et nous voyons en 1679, Martin Desbuissons, seigneur de Biache, offrir un tableau à cette chapelle123. Sainte Barbe, priée en particulier contre la « male mort », était aussi honorée dans de nombreuses églises et avait sa confrérie à Saint-Étienne. Celle-ci, comme celle de Saint-Sébastien, avait la particularité d’être aussi celle des « canonniers », un des quatre « serments » de la cité124.

  • 125 A.D.N., 16 G 1109 à 1120, comptes de la chapelle Saint-Jacques, parfois incomplets ; l’année compta (...)
  • 126 A.D.N., 16 G 1112.

50Mais le saint traditionnel le plus populaire restait saint Jacques. On sait la place tenue par le pèlerinage à Compostelle dans la chrétienté médiévale ; de surcroît, il était le patron de l’Espagne. Sa chapelle à Saint-Étienne était un haut lieu de la dévotion populaire et contenait d’ailleurs l’autel privilégié de cette église. Quant à la confrérie, elle comptait sûrement plusieurs milliers de membres puisque le compte de 1612-1613 révèle qu’en cette seule année, qui n’est pas marquée par une crise importante, sont décédés 324 confrères laissant les 20 sols traditionnels. Comme cette liste, exception notable, contient des indications socio-professionnelles, on peut constater qu’elle recrute dans toutes les strates sociales à l’exception classique des couches inférieures de la société. À côté d’écuyers, de bourgeois, de marchands, de nombreux sayetteurs et bourgeteurs, on trouve des « brouteurs de bière », ou des « racoutreurs de futaine ». Parmi les confrères décédés en cette année, on relève les noms d’Antoine Muyssart, procureur postulant à la gouvernance, d’Antoinette Déliot, femme du mayeur Jean le Vasseur, du poète Hubert le Clercq, chapelain de Saint-Pierre, mais aussi celui de Catherine Plaisant, grand-mère de Pierre Ignace Chavatte, de Jean Prévost, « trippier de tripes », pèlerin de Saint Jacques et de Notre-Dame de Lorette et de nombreux autres Lillois et Lilloises issus du « petit peuple », qui ont tenu à s’enrôler sous la bannière de « Monsieur saint Jacques »125. Il faut cependant noter que ce culte traditionnel a légèrement fléchi ensuite, concurrencé par des dévotions nouvelles ; en effet, en 1636-1637, on ne compte plus que 221 confrères décédés dans l’année, ce qui est une notable diminution mais reste un chiffre considérable. D’ailleurs, les administrateurs se plaignent de ne plus trouver de volontaires pour remplacer ceux qui partent. «... Ils ne scavent trouver aultre personne à raison des grandes charges et fonctions qu’il leurs convient supporter… si comme d’estre tousjours au buffet à son tour durant la grand-messe tous les dimanches de l’an et aultres jours sollennels pour y distribuer pain et argent des fondations, d’assister alternativement à un grand nombre d’obits annuels..., de faire parer l’autel, de vacquer à maintenir les biens temporels d’icelle… le tout soulzs de grosses amendes pour les défaillans qui causent, avec leurs bienvenues et festins, de très grands frais et préjudices »126.

  • 127 Ces quelques comptes du corps de la sayetterie pour le début du XVIIe siècle sont conservés dans A. (...)
  • 128 B.N., Ms. Nouv. acq. franc., No 24 089, Fo 178,1665. Sur ce conflit, voir A. Lottin, Vie... d’un Li (...)
  • 129 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, passim.

51On peut partiellement assimiler à ces confréries celles des divers corps de métier (43 en 1565) qui cependant ont une activité religieuse un peu moins marquée. Nous prendrons l’exemple de celle des sayetteurs, d’une part parce qu’il s’agit, et de loin, de la principale corporation, d’autre part parce que quelques comptes « du corps » nous livrent des lumières sur elle127. La confrérie a pour patron saint Jean Baptiste et elle entretient une chapelle en son honneur en l’église Saint-Maurice ; chaque semaine y est dite une messe pour les confrères défunts. La grande fête annuelle est la « Saint Jean Décolace » le 29 août ; une grand-messe, à laquelle doivent assister tous les sayetteurs, est célébrée dans l’église même ; un Capucin assure la prédication et on distribue des images du saint. Le lendemain est célébré un obit solennel. La confrérie invite encore tous les sayetteurs à assister à une grand-messe le jour de la Nativité de saint Jean Baptiste, de la Saint-Mathias et de la Saint-Marc. Ses ressources proviennent d’une cotisation de 6 patars par an (après 1625) payée par les maîtres, d’amendes, des droits d’inscription des apprentis, des « maistres baillant enseigne », etc ; elles sont en général insuffisantes et, pour combler le déficit chronique, en 1646 on impose une taxe exceptionnelle de 16 sols sur chaque métier. Notons que le conflit social qui, en 1665, oppose des maîtres à des ouvriers a des répercussions sur le plan religieux puisque cette année-là, « les ouvriers de saieteurs ont faict chanter une messe à Saint-Maurice en l’honneur de saint Jean, ensuite les maistres une aussi »128. Toutes les autres confréries de métier ont une activité similaire. Ainsi le registre des marguilliers de Saint-Étienne nous apprend que, dans les chapelles de cette église, les poissonniers, les bourgeteurs, les boulangers, les fourreurs, les ciriers, les orfèvres, les hommes de loi, les apothicaires font dire une messe chaque semaine. Ces derniers, par exemple, font faire à leurs dépens une « table d’autel » (retable) dans la chapelle Sainte Marie-Madeleine129.

2) Dévotions et confréries nouvelles ou rénovées

  • 130 Mahieu Manteau, chron., p. 147. La canonisation de saint Ignace et de saint François Xavier est déc (...)
  • 131 H. Platelle, Les chrétiens... op. cit. p. 84 et sq

52La vie religieuse lilloise, en ce domaine comme en beaucoup d’autres, est marquée par le formidable effort fait par les religieux récemment arrivés ou réformés pour promouvoir la dévotion aux « nouveaux » saints issus de leur ordre. Le 21 avril 1622, une grande « réjouissance » salue la canonisation à Rome de saint Ignace et de saint François-Xavier. Dans la rue, en face du collège des Pères, on a dressé un arc de triomphe sur lequel jouent des musiciens, un théâtre pour donner une représentation. Pendant la messe, chantée par l’évêque de Tournai, « il y avait plus de 1000 chandelles ardentes dans l’église ». « Messieurs » du Magistrat, faveur insigne sont invités à un banquet au collège. Le soir, après les Vêpres et le sermon, les confrères de Sainte-Barbe viennent « devant le collège les saluer à forche d’arquebuse » et 150 coups de canon sont tirés sur les remparts, pendant que s’allument en ville plus de 100 feux de joie. « Sur l’église du collège, fut posée une grande couronne papale »130. Dans les semaines qui suivent, les Lillois accourent honorer saint Ignace avec d’autant plus de ferveur que la ville retentit du bruit des miracles qui surviennent par son intercession131.

  • 132 Mahieu Manteau, chron. p. 148.

53Trois mois plus tard, le 10 juillet 1622, Lille se réjouit à nouveau, avec les Carmes déchaussés cette fois, de la canonisation de sainte Thérèse, leur réformatrice. Une indulgence plénière a été accordée à ceux qui se confesseront et communieront à cette occasion. La messe est chantée à nouveau par l’évêque de Tournai. L’après-midi, une procession parcourt les rues décorées, ornées d’arcs de triomphe ; sur l’un de ceux-ci, « estoit représenté plusieurs miracles de ladite saincte ». Le cortège entre à Saint-Pierre, où « fut chanté de beaux cantiques », arrive devant la maison de ville « où il y avoit attaché [en] effigie toute la vie » de la sainte. L’évêque de Tournai portait « le vénérable », et quatre religieux « la représentation de Madame sainte Thérèse, vestue d’un accoustrement ; et elle estoit aussi grande qu’une personne ; et puis la représentation de la Vierge Marie tenant son fils entre ces bras et puis la représentation de saint François, lequel présentoit une grappe de raisin bleu au petit Jésus ». Partout le soir, ce n’est que « feu arficiel, pétards, gaillardise… dragon jettant feu par la gueule », au son du canon. Le lendemain, les écoliers du collège Saint-Pierre jouent « à la court du roy » (Rihour) une tragédie contenant la vie « de sainte Thérèse »132. Ainsi l’église militante, déployant tout le faste des pompes baroques, honorait l’église triomphante.

54Commémorer la mémoire des saints était bien, mais posséder une parcelle de leur dépouille mortelle était mieux. La réception réservée en 1612 au corps de saint Victor, offert à la ville par le général des Jésuites pour la remercier d’avoir élevé à ses frais le magnifique collège inauguré l’année précédente, est révélatrice de l’engouement des Lillois du XVIIe siècle pour les reliques. Les corps de saint Victor et de son compagnon sont accueillis comme des princes. Ils sont attendus au pont de Tressin, par le comte d’Annappes, gouverneur, accompagné « de beaucoup de gentilshommes avec tous les sergeans de la gouvernance et du baliage… à cheval… Les corps saincts estoient dessus un carose et au devant y avoit un père Jésuiste lequel portoit une croix d’argent ». L’évêque de Tournai suivait également dans un carrosse. Le cortège est accueilli aux portes de Lille par tout le clergé… « et ceux du Magistrat avec chacun un flambeau en la main » pendant qu’étaient tirés cent coups de canon. Les dépouilles mortelles des deux saints passent la nuit dans la chapelle de la Maladrerie, hors les murs, « gardés » par des Jésuites « avec plusieurs comfrères des 4 serments ».

  • 133 Ibidem, pp. 118-120.
  • 134 H. Platelle, Les chrétiens... op. cit. p. 73.

55Le lendemain, ils font leur « Joyeuse entrée » en ville, accompagnés par une procession solennelle. Ils sont portés par « 2 pères Jésuites vestus de cappes rouges, porté soubs chacun un pavillon ou daiz », suivis par le gouverneur, « ceux de la gouvernance, ... ceux du Magistrat et aussi tous ceux du bailiage portant chacun un flambeau », les abbés de Loos, de Cysoing et l’évêque de Tournai « en pontificat, avec sa mitre et sa croche ». Cinq autels étaient dressés le long du trajet, « où furent reposez les dicts saints et là on chantoit quelque louange ». Le soir, « on tire 150 coups de canon et l’on fait quatre feux de joie ». Le dimanche dans l’octave, après une procession dans l’église et une grand-messe, « furent mis et posés les deux corps saincts en haut du grand autel »133. Le Magistrat assigne à la « fierte » de saint Victor une place de choix dans la procession de la ville, à savoir juste devant les chasses de la collégiale. Il est vrai que saint Victor, à peine arrivé dans les murs de Lille, avait déjà accompli quelques miracles retentissants134.

  • 135 Mahieu Manteau, chron. p. 131.
  • 136 Ibidem... p. 139.
  • 137 A.D.N. 139 H 20 ; textes des miracles publiés par H. Platelle, op. cit. p. 167.
  • 138 On en trouve une énumération dans B.M.L., Ms. 528, Fo 14, et dans Bauduin Willot, Martyrologue ou H (...)

56Avec moins de faste et d’éclat, des manifestations similaires se reproduisent les années suivantes. Sans entrer dans le détail, mentionnons par exemple qu’en 1616 l’évêque et le Magistrat conduisent processionnellement chez les Brigittines deux « fiertes » contenant « des ossemens, le nombre de 14 saincts et sainctes »135. Deux ans plus tard, les Franciscains accueillent « des ossemens des corps des martyrs de Gorcum », victimes des « hérétiques zélandais » pendant les troubles136. Mais, pour l’accumulation des reliques, la palme revient sans doute aux Minimes lillois qui, au milieu du siècle, ont l’avantage d’avoir un des leurs, Baltazar d’Avila, à la tête de l’ordre à Rome. En 1648, celui-ci envoie à ses compatriotes le corps de sainte Félicité ; bientôt des miracles surviennent par son intercession137. Quelques temps après, les Minimes reçoivent encore 12 corps de saints138.

  • 139 Mahieu Manteau, chron. p. 154 et 158.
  • 140 Nous avons joint la reproduction de ce tableau ; rappelons que le « Martyre de Sainte-Catherine » d (...)
  • 141 Ouvrage publié à Douai chez B. Bardou.

57Les églises paroissiales ne sont pas en reste et obtiennent également des reliques, si possible de leur saint patron, avec l’actif concours des Capucins. En 1624, arrivent coup sur coup à Lille des reliques de saint Étienne, de saint Maurice, mais celles-ci chez les Clarisses, et une chasse destinée à l’église Sainte-Catherine contenant des « reliques fort notables, comme la sainte vraie croix, une partie du mouchoir de Nostre-Seigneur, des cheveux de Nostre-Dame et de saint Jean-Baptiste, de saint André, de saint Jacques le majeur, apostre, de sainte Marie-Madeleine, [etc]… Les reliques estant arrivée en ladite église, fut fait une prédication par un Père Capucin »139. Phénomène significatif de la remise en honneur du culte des saints-patrons des paroisses ; l’iconographie témoigne du même mouvement ; Rubens peint « le martyre de Sainte-Catherine » pour l’église du même nom ; à Saint- Maurice, un tableau de facture naïve et archaïque glorifie le saint guerrier et ses compagnons140. Le Jésuite Martin Lhermite, pour sa part, met à l’honneur les saints régionaux en publiant en 1638, son « Histoire des saints de la province de Lille, Douay, Orchies, avec la naissance, progrès, lustre de la religion catholique en ces chastellenies »141.

  • 142 Les documents et comptes de la confrérie de saint Charles Borromée sont conservés aux A.B.B.L., sér (...)

58Il faut encore mettre en valeur la naissance, ou le renouveau de quelques autres dévotions. En 1667, pendant la peste, se crée à Saint-Étienne une confrérie pour réclamer l’intercession de celui qui est par excellence le saint de la réforme catholique post-tridentine, Charles Borromée, dont la conduite héroïque pendant la peste qui avait ravagé Milan en 1576-1578 était dans toutes les mémoires. Les Lillois s’adressent à lui, car « l’expérience [a] fait veoir que plusieurs villes des Pays-Bas ont été délivrées de ce fléau si tost qu’elles l’ont réclamé comme patron tutélaire contre la peste, instituant des sainctes confréries à son honneur »142. Celle de Lille, établie à Saint-Étienne, exercera surtout une action charitable, la peste ayant disparu de nos régions ensuite.

  • 143 Jean Huchon, Thrésor des confrairies... op. cit.

59S’affirme également le culte de la Sainte Famille, notamment dans le but de proposer des exemples aux fidèles alors qu’on magnifie le mariage chrétien. Jean Huchon écrit un petit livre à l’intention des « dévots paroissiens de l’église Saint-Sauveur pour leur proposer de s’enrôler en une milice plus sublime soubs les estendarts des cincq honorables et vénérables noms de Jésus, Marie, Joseph, Joachim et Anne ». Evoquant les parents de la Vierge il écrit : « O que voyla deux personnes bien unies ensemble ; ô que voyla un mariage avantagé de toute bénédiction céleste »143.

  • 144 Mahieu Manteau, chron. p. 142.
  • 145 A.M.L., Aff. gén. Reg. aux résol., No 283, F° 181 vo.
  • 146 Le livre du Père Coret paraît chez N. de Rache en 1672.

60Il faut particulièrement noter l’effort fait par les Jésuites pour promouvoir le culte de saint Joseph, modèle des artisans, du bon époux et du bon père, et patron de la bonne mort. Le 19 mars 1620, à Saint-Sauveur, donc dans la paroisse qui est par excellence celle des travailleurs manuels, « a été instituée la confrérie de sainct Joseph pour la première fois » ; l’évêque en personne célèbre la messe, y prêche en présence des abbés de Loos, de Cysoing et de Phalempin, et porte ensuite le Saint Sacrement en procession dans la paroisse144. On ne saurait mieux souligner l’importance que la hiérarchie y attachait ; mais cette confrérie n’aura pas le rayonnement espéré en raison de l’opposition entre les administrateurs et le curé Salmon145. En 1672, le Père Coret, S.J. fera paraître son « Joseph le plus aimé de Dieu et le plus aimant des hommes »146.

  • 147 Une confrérie de l’Ange gardien est créée à Sainte-Catherine vers 1683. On trouve trace de l’office (...)

61Le Jésuites sont également les grands promoteurs de la dévotion à l’Ange gardien. Dans un monde où l’on voit partout les esprits infernaux, cette dévotion rassure. Pour lutter contre la tentation, et surtout à l’heure de la mort comme nous le verrons, l’homme peut compter sur cet ami puissant que Dieu a délégué à ses côtés. Bien que des dirigés des Jésuites, tels Baltazar Bauters en 1606 à Saint-Maurice, ou Jean de Seur et Marie de Paty à Sainte-Catherine en 1618, fondent des offices de l’Ange gardien, cette dévotion s’épanouit surtout dans la deuxième moitié du XVIIe siècle147.

IV) Les processions officielles

1) « A fame, peste et bello, libera nos Domine »

62À côté de toutes les processions organisées par les ordres religieux ou les confréries, il en existe de plus officielles ordonnées par le Magistrat, parfois au nom du souverain. Elles visent à rassembler tous les habitants pour communier dans une même demande ou dans le même hommage. Toutes ont pour point commun de partir de la collégiale Saint-Pierre vers une église paroissiale, où est assurée une prédication, avant de revenir au point de départ. Le long du trajet, les habitants sont invités à nettoyer les rues et les trottoirs et à parer leurs maisons. Presque toutes ces processions sont des manifestations de remerciement ou de supplication et ont un lien étroit avec les traditionnels fléaux de Dieu, la peste, la famine, la guerre.

Saint Maurice et ses compagnons. Panneau peint, fin XVIe - début XVIIe ? Église Saint-Maurice.

Saint Maurice et ses compagnons. Panneau peint, fin XVIe - début XVIIe ? Église Saint-Maurice.

La réforme catholique encourage la dévotion aux saints patrons des églises. Des reliques du saint et de ses compagnons arrivent à Lille en 1624.

Cl. François Richir

63Les plus nombreuses se rapportent à la lutte que soutiennent le Roi catholique ou le pape contre les « rebelles », les infidèles ou les ennemis.

  • 148 Les calvinistes lillois avaient prévu d’ouvrir de nuit une des portes de la ville aux Tournaisiens (...)
  • 149 A.M.L., Reg. O.M. No 384, F° 53, 10 mars 1590.
  • 150 Ibidem, Fo 60 vo, 18 août 1590.
  • 151 Ibidem, F° 82, 9 janvier 1593.
  • 152 Ibidem, Fo 116, 13 oct. 1595 pour Cambrai et Fo 156, 22 mars 1597.
  • 153 Ibidem, Fo 173, 4 juin 1598 et surtout très longue description dans Mahieu Manteau, chron. p. 60 à (...)

64Significative du climat de « Contre-Réforme » qui marque la fin du XVIe siècle est la procession qui, de 1582 à 1600, se déroule chaque année au début de mai « pour remerchier la divine bonté de la préservation de la trahison qui estoit machiné par les rebelles de Sa Majesté contre ceste ville » en 1581148. Ainsi, cet épisode qui avait fortement marqué les mentalités, a été adroitement utilisé pour maintenir dans la ville un esprit de « croisade » contre les hérétiques. Le 10 mars 1590, on invite de la même manière les Lillois à défiler et à prier, « afin qu’il plaise à la divine Majesté de prospérer les affaires de la Franche, convertir les hérétiques et aultres cœurs déviés du droit canon »149. Le 18 août, alors que l’armée de Farnèse marche sur Paris pour obliger l’« hérétique » Henri IV à lever le siège de cette ville tenue par les Ligueurs, on appelle à nouveau les Lillois à implorer Dieu « pour le bon succès de l’exercice et gendarmerie, tant de celle de par deçà que de celle de France »150. En 1593, on prie toujours pour « l’armée de Sa Majesté au pays de France, mais aussi pour l’anéantissement du Turc »151. En 1595, une procession remercie Dieu pour la reprise de Cambrai par le comte de Fuentès, et, en 1597, une autre, parce « qu’il lui auroit pleu mettres ès mains de Sa Majesté la ville d’Amiens »152. Mais aucune nouvelle n’est accueillie avec autant de transport que la paix de Vervins. Mahieu Manteau a laissé une relation très détaillée de la grande procession organisée à cette occasion. Y participent tous « les estats ecclésiastiques » et le Magistrat ; on y porte le Saint Sacrement et les reliques les plus précieuses des églises. Le cortège parcourt des rues parées au milieu d’une population en liesse. Sur son passage, dans chaque quartier, les « compagnies » des places représentent des « histoires » parfois tirées de l’histoire sainte. Ainsi, place des Reignaux, on voyait « une histoire représentant l’anunciation de la Vierge Marie avec le Sainct Esprit qui descendoit dedans son oratoire »153.

  • 154 A.M.L., Reg. O.M. No 385, F° 90, 96, 104, années 1605 à 1606.
  • 155 Ibidem, No 387, F° 33 vo, 12 juin 1625. Comme nous l’avons signalé dans quelques articles, des feux (...)

65Mais la guerre continue contre les hérétiques hollandais dans la Flandre toute proche. En 1604, on rend grâce de la reprise d’Ostende ; en 1606, on organise plusieurs processions « pour incliner Dieu à favoriser la cause pour laquelle se faict ceste guerre, à la confusion et ruine des rebelles de leurs Altesses Sérénissimes »154 ; bien ententu la Trêve de 1609 est saluée par une procession d’action de grâces. Lorsque les hostilités reprennent au Nord, les processions recommencent pour prier Dieu de favoriser les armes du roi catholique. Le 12 juin 1625, on salue avec éclat la prise de Bréda ; on ordonne même, à cette occasion, aux « maîtres des places » de faire le soir des feux, aux endroits où on est accoutumé les faire « les jours de Saint-Jean et Saint-Pierre »155.

  • 156 Jean de le Barre, L’Héraclée flameng... Fo 18 vo et 58.
  • 157 A.M.L., Reg. O.M. No 388, f° 2, 28 juin 1640. Nous ne pouvons évidemment signaler toutes les proces (...)
  • 158 Ibidem, Fo 39 vo, 28 août 1642 ; F° 63, 8 juillet 1645.
  • 159 Jean de le Barre... L’Héraclée flameng, op. cit. F° 155 et 106. Nous avons entrepris pour le C.T.H. (...)
  • 160 B.N., Ms Nouv. acq. franc. No 24 089, Fo 169.

66Quant au conflit franco-espagnol qui éclate en 1635, pour les Lillois, comme pour les autres habitants des Pays-Bas, il s’inscrit dans un contexte politico-religieux à la fois de guerre contre l’étranger et de lutte contre l’hérétique. La chronique de Jean de le Barre témoigne abondamment de cet état d’esprit. Pour cet observateur « le deuxième boutefeu de l’Europe… [après le comte Palatin] at esté un nommé Jan Armand du Plessis, franchois de nation, prebstre de profession… homme prodigieux et monstrueux si jamais il y at eu un ». Satan et les hérétiques sont derrière lui, car « ces deux nations, franchoises et hollandaises, avoint un dessein délibéré d’engloutir la Flandre… Mais nostre bon Dieu, qui at tousjours bataillé pour la très auguste et très catholique maison d’Austriche, at emprins sa cause et monstre ses miracles très évidens »156. Persuadés que Dieu combat avec les catholiques Espagne et Autriche, les Lillois multiplient les processions. Mais bientôt les revers s’accumulent ; le 28 juin 1640, le cœur serré, on en organise une « pour prier nostre bon Dieu qu’il vueille délivrer et faire par sa bonté désiéger la ville et cité d’Arras »157. En 1642, on le remercie « d’avoir préservé ceste ville de l’invasion des ennemis françois l’année passée »158. Le doute et le découragement assaillent les esprits. « L’on faisoit des prières partout et des processions générales, mais pour cela rien ne changeoit… Ce grand Dieu bouchoit ses oreilles à nos alarmes », avoue Jean de le Barre. Il ne voit plus qu’une seule explication : « Ce grand Dieu souverain, modérateur de toutes choses, et à qui nulle volonté humaine ne peut résister, semble avoir choisy ce jourd’hui la nation franchoise pour servir de fléau et de verge à la plus part de la chrestienté »159. Et l’on comprend mieux pourquoi la grande procession organisée le 18 mars 1660 pour la publication de la paix des Pyrénées est suivie par « une grande multitudes de peuples ». Après avoir subi les « misères et calamités d’une guerre continuelle par l’espace de vingt quatre à vingt cinq ans », on rendait grâce à Dieu « d’un si grand bien »160.

  • 161 Manuale pastorum... éd. 1625. Il existait également, selon la nécessité, des prières, « ad petendam (...)
  • 162 A.M.L., Reg. O.M. No 384, F° 10, 4 juillet 1587. On trouve des prescriptions similaires lors de cha (...)

67Or les maux de la guerre n’étaient pas les seuls à accabler les Lillois, et ils avaient bien d’autres occasions de supplier Dieu d’arrêter ou d’abréger certaines calamités qui les frappaient. Lors des graves crises frumentaires, l’évêque prescrivait de dire dans les églises les « Preces dicendae tempore penuriae et famis ». Pendant celles-ci, la foule à genoux, après avoir récité les grandes litanies et le Pater noster écoutait le prêtre lire les oraisons habituelles, demander à Dieu de pardonner les péchés de son peuple et de mettre fin « aux verges » avec lesquelles il le punissait161. De son côté, le Magistrat de la cité ordonnait de faire une procession publique, « afin qu’il plaise à sa divine bonté envoyer temps serain et convenable pour fructifier et advanchement aux biens de la terre, ou soulagement de son povre peuple tant affligé par la misère et cherté ». Le Saint Sacrement y était porté, et « Messieurs » souhaitaient qu’il soit accompagné « avec prières et oraisons, en la plus grande dévotion que se polra »162. Il était souvent précisé que la procession avait également pour but « d’apaiser son ire ».

  • 163 Ibidem, No 384, P 24 vo.
  • 164 Ibidem, No 384, F° 160.
  • 165 Ibidem, No 386, F° 120, 27 oct. 1618. Sur la peste, voir chap. II.

68Les mêmes motivations jouaient en temps de peste, mais les échevins étaient évidemment beaucoup plus réticents à l’égard des processions en raison des risques de contagion. C’est pourquoi celles-ci sont plutôt organisées à titre préventif, comme en 1601 par exemple ; on supplie Dieu de bien vouloir « conserver ceste ville des maux que les inconvéniens journaliers semblent présager »163. En revanche le Magistrat ordonne régulièrement des processions d’actions de grâces, lorsqu’il « at pleust [à Dieu] nous descharger de la malladie contagieuse »164. Néanmoins, lorsque le fléau prend une ampleur telle qu’il sème la terreur et que les hommes succombent par centaines, on n’hésite pas alors à se tourner vers Dieu, la Vierge et les Saints et à prescrire une procession publique ; c’est le cas le 2 août 1597 : le Saint Sacrement y est porté ; le 27 octobre 1618, s’y ajoutait le « reliquaire de Monsieur Saint Macaire » que l’archevêque Van der Bruch avait fait venir de Gand à Cambrai ; il est vrai qu’à cette date le fléau avait nettement diminué d’ampleur165.

  • 166 Jubilé : indulgence plénière accordée par le pape lors des années saintes, à son avènement, ou en c (...)

69À ces processions liées aux malheurs du temps, s’ajoutaient celles prescrites par le pape lors des « Jubilés » pour gagner les « pardons » accordés à la chrétienté166. Mais le sommet de l’année était évidemment la procession de Lille.

2) La procession de Lille

  • 167 Sur la création de la procession de Lille, voir H. Platelle, in Histoire de Lille, t. 1, p. 359. Se (...)
  • 168 Cf. les Mémoires de la procession de Valenciennes par Simon Le Boucq, 1653, édités chez Giard en 19 (...)
  • 169 Martin Lhermitte, Histoire des Saints... op. cit., p. 508.
  • 170 Mahieu Manteau, chron. p. 43.

70La procession de Lille qui se déroule chaque année le dimanche après la Trinité était la grande manifestation cultuelle de la cité. Elle avait été fondée en 1270, par la comtesse Marguerite en l’honneur de Notre-Dame de la Treille. Les « corps et collèges » de la ville ainsi que les reliques insignes des églises et couvents précèdent la « fierte » de Notre-Dame contenant des cheveux et du « lait » de la Vierge167; ils décrivaient autour de la ville un vaste arc de cercle. La procession de Lille appartient donc à cette vaste série de cortèges, dérivés des « amburbalia » antiques qui « sacralisent » l’espace urbain et le placent sous la protection directe de la divinité : la procession de Notre-Dame du Saint-Cordon à Valenciennes en est un autre exemple168. La signification de ce rite de protection reste présente à l’esprit des hommes du XVIIe siècle ; en 1638, Martin Lhermite souligne que « les armes de l’hérésie ont toujours menacé la ville de près sans y pouvoir ampiéter ni jetter un dard… La Vierge a mesme borné les courses de l’impiété par le circuit d’une procession ancienne qui se faisoit hors des murailles et a servy de retranchement aux fauxbourgs contre les furies d’enfer »169. En 1580 cependant, « la procession ne sortit plus dehors de la ville pour les grands troubles » écrit Mahieu Manteau170. Dès lors la plus grande partie du cortège reste « intra-muros », mais le clergé et les reliques continuent à faire partiellement le circuit à l’extérieur des remparts. La veille, des délégués des échevins et des chanoines allaient à cheval reconnaître le chemin, s’assurer que les trous étaient bouchés et les ponts en bon état.

  • 171 P. Turbelin, Origine de la confrérie... et de la procession, op. cit... passim.

71L’ordre du cortège était fixé selon une longue tradition. Les confréries « sermentées », archers, arbalétriers, canonniers, escrimeurs ouvraient la marche. Ils étaient suivis par les corps de métier, portant une image de leur saint patron, leurs « torses » et des chandelles ; puis venaient les pèlerins, ceux de saint Jacques par exemple, et les membres des confréries de dévotion. Ensuite s’avançaient le Magistrat « en corps et en robe », le clergé des couvents et des paroisses, puis celui de la collégiale Saint-Pierre précédant les « fiertes et reliques » dont la dernière était celle de Notre-Dame comme nous l’avons dit171. L’ordre de la procession du Saint-Sacrement était le même, mais les chasses et reliques n’y figuraient pas et donc ne faisaient pas le tour extérieur.

  • 172 A.M.L., Aff. gén. C. 796.

72Au XVe et dans les deux premiers tiers du XVIe siècle la procession de Lille, et à un degré moindre celle du Saint-Sacrement avaient pris un aspect « festif » très prononcé. Les corps de métier et les compagnies de jeunesse s’étaient chargés de représenter, sur des chariots, des « histoires », mettant en scène des épisodes de l’histoire sainte. L’après-midi ces jeux scéniques étaient répétés dans les quartiers et devant la maison de ville et les échevins décernaient des prix aux meilleurs. On possède les listes complètes de ces « histoires » pour quelques années du XVIe siècle ; en 1535 par exemple, les peigneurs de sayette représentaient « les trois Rois », les « caucheteurs », l’histoire de Job, les brasseurs, « l’Ecce homo », etc.172.

  • 173 Ibidem, Reg. O.M. No 380, P 132 ; No 381, F° 6.
  • 174 Sur l’ordonnance de 1560, voir chap. VIII, dernière partie.
  • 175 Tiroux, Histoire de Lille et de sa châtellenie, Lille, 1730, p. 189.
  • 176 Mahieu Manteau, chron. p. 35, donne la liste complète des 43 « histoires » représentées en 1565.

73Avec les progrès de la Réforme ces habitudes paraissent dangereuses. En 1535 et en 1547, le Magistrat demande que « les histoires qui se feront par les mestiers d’icelle seront figurez de viez Testament allencontre du nouveau », l’échevinage se chargeant de faire représenter, aux frais et sous la responsabilité de la ville, la Passion173. Cette mesure n’est pas seulement dictée par un désir de « planification », mais aussi par la volonté de ne pas laisser tourner en dérision certaines scènes de la vie du Christ. L’ordonnance de Philippe II de 1560 interdisant toutes les représentations dont le sujet est tiré de la Bible porte un coup fatal à cette coutume174. Tiroux, dans son Histoire de Lille parue au XVIIIe siècle, commente ainsi cette décision : « Comme ces représentations se faisoient par gens de métiers plus capables d’exciter la risée que la piété, de sorte qu’on auroit dit une masquarade spirituelle, Messieurs du Magistrat, lorsque beaucoup d’habitans de la campagne estoient infectez de l’hérésie de Calvin, pour ne leur point donner occasion d’attribuer à l’Église un abus introduit par les peuples ordonnèrent de les supprimer »175. Il est vrai que certains thèmes, tels que « Jésus circoncis », ou « Salomon monstra sa sapience à l’endroit de deux paillardes », ou encore « la cocubine du roi Darius mettoit et ostoit sa couronne de son chef et luy donnoit des baffes »176 devaient plus susciter le rire que la dévotion.

  • 177 A.M.L., Reg. O.M. No 384, P 28 vo, 24 juin 1588. Cette ordonnance est republiée en 1590, 1591, 1601

74Avec la mise en œuvre de la réforme catholique, le Magistrat et le clergé s’efforcent de donner au cortège un aspect plus dévot. En juin 1588, sans doute sur intervention du Lillois Jean Vendeville qui vient d’être nommé évêque de Tournai, « Messieurs » édictent quelques mesures pour faire respecter l’ordre. Ils invitent les membres des confréries de métier portant les torches et les chandelles de leur corps à se rassembler près de Saint-Pierre dès 7 heures afin de se mettre en route au plus tard à 8 heures ; ils défendent aux « espeullemans, apprentis de saieteurs et bourgeteurs de ne se trouver avecq eux… ne faire bruit ne insolence par les rues… » Les pèlerins et confrères de saint Jacques en particulier sont priés de « eulx conduire et maintenir paisiblement et en toute honnesteté, sans chanter, faire bruict, crieries, murmure ne insolence, et aussi qu’ils ne polront brimber ne demander quelques chose par les maisons ne par les rues ». Ils interdisent enfin « aux gens lais, tant hommes que femmes, josnes gens et enffans de se mesler au clergé »177. Texte révélateur, qui montre bien qu’en ce jour de fête, sacré et profane étaient étroitement mêlés, selon la tradition médiévale.

  • 178 A.M.L., Reg. O.M. No 385, F° 58, 31 mai 1603.
  • 179 Turbelin, Hist. de l’archiconfrérie... op. cit... pp. 78-82. Le raccourcissement officiel du parcou (...)
  • 180 A.M.L., Reg. O.M. No 385, Fo 58, 31 mai 1603.
  • 181 Ibidem, No 387, Fo 85 vo. On trouve une ordonnance sur l’interdiction de présenter des boissons en (...)
  • 182 Ibidem, No 389, F° 45, 1665.

75Au début du XVIIe siècle, échevins et chanoines accentuent leur effort pour faire de la procession de Lille une manifestation plus pieuse. Ils rappellent qu’elle « at esté instituée et ordonnée à l’honneur de Dieu et de la glorieuse Vierge Marie » et que la dévotion surtout y est requise178. Or il apparaît que sa durée excessive nuit beaucoup à la piété. Selon Turbelin, chapelain de la confrérie de Notre-Dame de la Treille, « pendant que les confrères et autres, en bonne dévotion, faiseoient le tour, des mestiers ou des bourgeois sermentez se retiroient à banqueter [et] il arrivoit que qu’aucuns, ayans excédez les limites de la sobriété, donnoient quelque disgrâce à la procession ». Comme l’agrandissement qui venait d’être effectué exigeait que l’on revoie le parcours, on décide en conséquence que le chemin « serrant » de plus près les fossés de la ville sera aménagé et emprunté désormais par le clergé et les porteurs des chasses contenant les reliques179. Le Magistrat se préoccupe à nouveau d’améliorer la formation et la marche du cortège. Désormais, les membres des corps de métier se rassembleront à 6 heures et non plus à 7 h, de telle manière que le clergé puisse « commencher à marcher à huict heures ». Il veille surtout à bien organiser le demi-tour qui s’effectue à l’opposé de la cité autour de l’église de Saint-Sauveur et à occuper les participants pendant le temps où ils attendent l’arrivée du clergé et des reliques. Les membres des corps de métier doivent se regrouper rue des Malades, les pèlerins et les confrères rue Saint-Sauveur, les « serments » rue des Robleds et rue de Fives. Surtout, « pour accomoder ceulx desdictz sermentz, pèlerins, et confraries, et les distraire de desbauches et boissons, aultant que faire se peult, seront dictes et célébrées messes par leurs chappelains, respectivement en l’église Sainct Saulveur et chappelles à chacun d’eulx désignées ». Pour les suppôts des corps de métier, trois messes successives sont prévues en la chapelle de la Trinité. Enfin, plus généralement, « pour obvier au désordre et insolence qui s’est perchue du passé… [Messieurs] ordonnent à tous allant à ladicte procession iceulx conduire modestement, sans mener bruit par crier, chanter, haulcher les imaiges ou aultrement »180. Limiter les excès en ce jour de liesse n’était pas tâche aisée et à plusieurs reprises le Magistrat doit interdire de « présenter ou donner quelque boisson à ceulx marchant à ladite procession », et à ces derniers de les « prendre ou recevoir »181. En 1665, il défend à des garçons de « s’accoutrer en croates » et aux filles en « sébilles et petits diables »182.

  • 183 Ibidem, Reg. O.M. No 389, Fo 22, 1659.

76En 1659, surgit un incident à la fois révélateur des tensions entre clergé séculier et régulier et de l’importance attachée aux préséances dans cette « société d’ordres et d’états ». En l’occurrence, les vivants s’affrontent par saints interposés. Les Jésuites avaient été autorisés en 1613 à faire figurer « le corps de saint Victor », à une place très honorifique, à savoir immédiatement avant les reliques de la collégiale ; or, vers le milieu du siècle, ils sont « déboutez par surprise » par les porteurs des reliques de saint Maurice et de saint Étienne, et ce « par voye de fait, sans pouvoir y remédier par les Pères accompagnants, leur robbe ne permettant semblable force, avec scandal du peuple ». Les Jésuites demandent au Magistrat de rendre au « corps de saint Victor », qui a été donné à la cité par le général des Jésuites et appartient à l’ensemble de la population la place qui était la sienne. « Messieurs », embarrassés, déclarent que « leur intention n’est d’entrer en aulcun conteste ou procès avec lesdits pasteurs touchant l’ordre de marche des fiertes » ; néanmoins ils considèrent qu’il n’est pas souhaitable de modifier la décision prise en 1613. Cette timide prise de position leur vaut une sévère réplique des curés et des marguilliers de Saint-Étienne et de Saint-Maurice. « Messieurs ne voudraient en rien diminuer l’honneur deu au premier de tous les mártires… espérant qu’ils voudront en ce fait imiter l’action de Sainct Laurent… Le jour de la translation des reliques de Sainct Estienne en la ville de Rome et pose au sépulchre de Sainct Laurent, le sacré corps de celuy-ci se retira de soy-mesme au costé gauche, donnant la droite à Sainct Estienne, d’où il mérita le titre de l’Espagnol courtois ». D’ailleurs la maison de ville n’est-elle pas « soubz la protection de ce grand martir à quy l’église at donné le premier rang dans les litanies ? » ; n’est-il pas « le patron tutélaire de Messieurs et par conséquent de tous leurs sujets ? »183. On ignore comment se termina l’affaire, mais il semble douteux que les Jésuites aient pu reconquérir la place qu’ils avaient perdue, car le rapport de forces sur le terrain ne leur était pas favorable !

  • 184 Abbrégé des faveurs... op. cit. p. 274.
  • 185 A.D.N. 16 G 350 et 1073.
  • 186 A.M.L., Aff. gén. C. 486, d, 8, 1670.

77Par-delà ces manifestations collectives de dévotion, il faut souligner à quel point toutes les confréries ont contribué à promouvoir la prière et plus spécialement à répandre largement la prière vocale. Certes la dévotion « privée » échappe presque toujours au regard de l’historien. Mais on constate que toutes les règles de ces associations pieuses demandaient aux adhérents de réciter des prières quotidiennes, ou à tout le moins chaque semaine. Nous n’en donnerons que quelques exemples. Les 3.000 adolescents et adultes qui, en 1656, sont inscrits dans les congrégations mariales établies chez les Jésuites, se sont engagés chacun individuellement à dire le matin 3 Pater et 3 Ave, le Credo et le Salve Regina et le soir, après avoir fait leur examen de conscience, à nouveau 3 Pater et 3 Ave et un De Profundis pour les trépassés184. Les confrères du Rosaire, qui sont aussi des milliers, promettent, comme on le sait, de réciter au moins 3 chapelets par semaine. Les règlements de modestes confréries paroissiales ont des exigences limitées mais réelles en la matière. Les confrères et surtout « consœurs » de la confrérie de sainte Dorothée à Sainte-Catherine, qui demandent à la sainte d’intercéder pour que « les femmes en travail d’enfants soient délivrées » dans de bonnes conditions, promettent de dire 5 Pater et 5 Ave par semaine185. Quant aux jardiniers « amateurs » de la paroisse Saint-Sauveur, des artisans et des ouvriers du textile pour la plupart, se regroupant en 1670 pour « servir saint Paulin », ils s’engagent à réciter chaque jour trois fois l’oraison dominicale et la salutation angélique, « en l’honneur de Dieu, la très Saíncte Vierge Marie et Saint Paulin »186.

  • 187 Toussaint Bridoul, Modèle des bons serviteurs et servantes, Lille, N. de Rache, pp. 94-95, 1658.
  • 188 Géry L’Espagnol, Le bon chrétien... p. 20.
  • 189 De nombreux ouvrages que nous avons cités à d’autres sujets contiennent aussi des propositions d’ex (...)
  • 190 « Les petits offices pour chaque jour de la semaine avec celuy de saint Joseph... traduit du latin. (...)

78Prédicateurs et confesseurs recommandent de surcroît aux Lillois et aux Lilloises de pratiquer l’oraison jaculatoire. Le Père Bridoul demande « aux serviteurs et aux servantes » d’offrir dans la journée leur travail à Dieu… à tout moment et tout lieu… soit en prononçant [ces oraisons jaculatoires] de bouche… soit en les repassant en son cœur »187. « De toute chose prenez occasion d’admirer Dieu, le louer, l’invoquer, le remercier » recommande pour sa part Géry l’Espagnol, curé d’Armentières188. À tous ceux qui le peuvent, notamment les rentiers, les filles dévotes, les femmes qui ne travaillent pas, on propose des exercices pieux chaque jour189. On renoue en particulier avec la tradition médiévale en leur conseillant de réciter chaque jour « les petits offices de la semaine », sorte de bréviaire du laïc. L’ouvrage du Père Chiflet qui paraît en 1669 sous ce titre compte rapidement cinq éditions, ce qui témoigne du succès qu’il rencontre190.

  • 191 Selon l’expression de R. Taveneaux, Le catholicisme... op. cit. p. 420. Sur la prière, cf. H. Bremo (...)
  • 192 Méthode facile pour pratiquer l’oraison mentale... par Fr. Daniel d’Anvers, prédicateur capucin, Li (...)
  • 193 Les secrets de la science des Saints... par le R.P. Antoine Civoré, S.J., Lille, Ign. et N. de Rach (...)
  • 194 E. de Bonis, Miroir de confession, op. cit. p. 38.
  • 195 Les amoureux désirs du B. Père Barthélémy Solutive..., Lille, P. de Rache, 1629, p. 77.
  • 196 Le Directeur spirituel... op. cit.
  • 197 Cette traduction des Exercices spirituels paraît en 1614 chez P. de Rache, en même temps qu’une édi (...)

79Enfin, à tous ceux qui en avaient la possibilité et la capacité, directeurs spirituels et écrivains proposent de s’élever vers Dieu par la « prière pure »191. En 1669, le Capucin Daniel d’Anvers présente une « méthode facile pour apprendre l’oraison mentale », en proposant de multiples sujets de méditation192. Le Jésuite Antoine Civoré s’efforce de vulgariser « les secrets de la science des saints… » et même la « théologie mystique »193. Tous ces ouvrages insistent sur l’échange d’amour qui doit s’opérer entre Dieu et sa créature. « O Dieu qui estes essentiellement amour, amour incréé, amour infini, amour sans mesure, non seulement amateur, mais tout amour », s’écrie le Jésuite de Bonis194. Pour beaucoup de ces auteurs, l’idéal est de se fondre en Dieu. Dans « les amoureux désirs » du P. Bernard Solutive, récollet, celui-ci propose une longue « déclaration » sur le Pater noster, « qui illumine l’entendement et conduit la volonté à l’amour unitif »195. Pour « le Directeur spirituel des âmes dévotes », l’idéal à atteindre est un « desgagement du cœur chrestien de toute chose pour suivre la volonté de Dieu recogneue »196. Et aucun fait ne résume mieux sans doute l’essor de la vie spirituelle chez les élites que la parution en 1614, chez P. de Rache à Lille, de la première traduction française des « Exercices spirituels » de saint Ignace, « avant même qu’il n’en ait paru en espagnol… édition en feuilles séparées, à l’usage des retraitants »197.

Notes

1 R. Taveneaux, Le catholicisme... p. 373.

2 H. Platelle, in Hist de Lille, op. cit. t. 1, p. 355. Comme le fait observer cet historien, cette fête avait certes été « étendue à l’Église entière en 1264 par le pape français Urbain IV, mais en fait elle ne réussit pas à s’imposer avant des confirmations successives de Clément V et de Jean XXII au XIVe siècle ».

3 Ibidem, p. 356. Sur la procession mariale, voir la fin de ce chapitre.

4 Voir notamment la communication de Charles Teysseire, « L’Eucharistie et le Concile de Trente » in Histoire de la messe, op. cit., p. 27-36.

5 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit., p. 77.

6 Concile de Cambrai, 1586, Tit. IX, cap. 1, in Th. Gousset, Les actes... t. III, p. 579.

7 A. Lottin, « Aperçu sur la situation religieuse »... Art. cité.

8 Nous joignons une reproduction de la porte de ce tabernacle. Celle-ci représente la Cène peinte par Rubens qui se trouve à la Brera à Milan. Simon Gérard exécuta également en 1666 un buste-reliquaire en argent de saint Eubert pour la collégiale.

9 Ce tabernacle, orné de colonnes, de bossages, de cariatides, de têtes d’angelots, en écaille de tortue, fut exécuté en 1662-1663 ; il est à nouveau à l’Hospice Comtesse.

10 B.N., Ms Nouv. acq. franc. No 24 089, F° 329.

11 Mahieu Manteau, chron., p. 103, 1607.

12 Ce bel ostensoir est conservé au Musée de Lille.

13 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, F° 12, 13 fév. 1612.

14 B.N. Ms. Nouv. acq. franc. No 24 089, F° 174, 1664.

15 Jean Huchon, Le Flambeau, op. cit. p. 93.

16 A.D.N., 16 G 354.

17 Jean de le Barre, L’Héraclée flameng..., Fo 137 vo ; Chavatte cite un exemple similaire donné par le roi d’Espagne en 1685 ; A. Lottin, Vie... d’un Lillois... p. 302.

18 F. Buisseret, Histoire admirable... op. cit. p. 7.

19 A.D.N., 101 H 2, P 132-133.

20 Livre publié chez N. de Rache en 1672, 194 p.

21 Nous avons joint une reproduction de ce tableau de A. Van Dyck ; il en existe une autre version au Musée de Toulouse provenant de la chapelle des Récollets de Malines.

22 « Pratique de la visite du Saint-Sacrement » in Le Miroir de considération, ou recueil de bonnes pensées pour tous les jours du mois... Lille, N. de Rache, 1666, p. 185 (B.M.L. No 20 102).

23 Ibidem., p. 184.

24 Les délices des âmes dévotes... Lille, F. Fiévet, 1684, p. 114 (B.M.L. No 20 157).

25 L’origine des prières de 40 heures est mal connue selon Jean Mauzaize... Le rôle... op. cit. p. 827, mais c’est surtout Mathias Bellintani da Salo qui avait contribué à les répandre avec son ouvrage Trattato della santa Oratione della quarante hora... paru à Venezia en 1586.

26 P. Hildebrand, Les Capucins... op. cit., p. 114.

27 Mahieu Manteau, chron. p. 144.

28 Ibidem, p. 134.

29 A. Lottin, Vie... d’un Lillois... op. cit. p. 243.

30 Ibidem.

31 R. Taveneaux, Le catholicisme... op. cit. p. 243.

32 A.D.N. 16 G 1199.

33 A.D.N. 16 G 1074.

34 Abbrégé des faveurs illustres de la mère de Dieu... par le P. Ignace Godscalk, Les lettres annuelles des Jésuites mentionnent également cette adhésion.

35 A.D.N., 16 G 1074.

36 En 1678, cette procession est reportée à la troisième semaine de juillet.

37 Nous en avons donné de nombreux exemples dans Les « casseurs de l’été 1566 », op. cit. Rappelons également que les gestes iconoclastes qui surviennent à Lille à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe sont commis essentiellement contre des crucifix ou des statues du Dieu de Pitié.

38 P. Hildebrand, Les Capucins... op. cit. p. 109.

39 Nous avons joint une reproduction de ce tableau, p. 260.

40 Mahieu Manteau, chron. p. 143, 8 juillet 1620 et A.D.N. 16 G 409.

41 A.D.N. 16 G 1200, 1613. H. Platelle, dans le t. I de l’Histoire de Lille ne mentionne pas l’existence de cette confrérie au Moyen Âge.

42 A.D.N. 16 G 409. « Doresnavant les confrères dudit Saint Sépulcre ayant faict le voiayge et résidens en ceste ville, auront droit d’estre ensépulturez en icelle chapelle Sainte-Croix ou à l’environ... le prouffict appartiendrai à ladite chapelle... Pour les non-pèlerins... demeurera le droict... au prouffict de l’église ».

43 Mahieu Manteau, chron. p. 106.

44 A.M.L. Reg. aux rés. No 279, Fo 188 vo, 4 juillet 1613.

45 A.M.L. No 6661, compte de mai 1630 à mai 1632, et de mai 1632 à mai 1636 ; No 6662. de mai 1657 à mai 1666.

46 Ibidem ; le compte de 1632-1636 mentionne aussi le paiement de 78 lp à Gilles Ceullet, « pour avoir travaillé aux personnaiges de chire servans à ladite chapelle ; 35 lp. à Me Nicolas Postte, tailleur d’imaiges pour avoir faict les postures des personnes de chire... ; 20 lp. pour louaige d’acoustrement pour les personnaiges de chire », etc.

47 Ibidem ; en 1630-1632. sont payées 50 lp. au supérieur des Hibernois... « pour avoir envoyé 4 de ses enffans aux stations pour donner à baiser les sainctes reliques » ; en 1632-1636, on paie 24 lp. « aux estudians des Pères de la Compagnie de Jésus pour avoir porté, esdites processions les 10 tableaux des stations ». On trouve également trace d’un don gratuit, de 6 lp. par an en moyenne, aux Capucins pour avoir assuré la prédication.

48 A.M.L. Aff. gén. No 6661.

49 Voir chapitre IV et A.D.N. 16 G 1200.

50 Abrégé des merveilles arrivées à Gembloux devant l’image miraculeuse du Sauveur flagellé, Lille.

51 « Le Père Jean Bouvier, gardien, donna permission au bon Père Emmanuel de Glines qui pour lors était notre terminaire de mettre dans le chœur une petite image de Jésus flagellé qu’on lui avait fait présent et avait touché la miraculeuse à Gembloux... le Père de Glines fit la prédication... et prit pour thème Ignoto Deo, A.D.N., 101 H 2, chronique de sœur Becquet.

52 Le récit de ces miracles a été publié par H. Platelle, Les chrétiens, op. cit... p. 220 et sq.

53 A.M.L., Aff. gén. C 853 d. 5.

54 Jean Huchon, Thrésor des confrairies... op. cit. pp. 36, 64, 75.

55 Sur la confrérie du Saint Nom de Jésus chez les Dominicains, A.D.N., 127 H 133, 134, 135.

56 A.D.N., 118 h 14 et Louis Bocquet, Bref description... B.M.L., Ms No 89, F° 39.

57 Il s’agit de la guérison de J. Dubois, un Lillois qui souffrait d’apoplexie et de Meme de Varennes, percluse de tous ses membres. J. Buzelin, Annales... op. cit. p. 587.

58 A.D.N., 27 H 12 ; traduction française, en 1626, par Philippe-Lamoral Villain de Gand d’un recueil établi en flamand en 1601 par Cornille Vrancx. Ce texte a été publié in extenso par Ch. Liagre, Le culte de Notre-Dame de Grâce à Loos pp. 14-21, Lille, 1912, 116 p.

59 Martin Lhermitte, Hist. des Saints... op. cit. p. 578.

60 Ibidem.

61 A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 76.

62 Ibidem.

63 Cette rubrique mentionne l’achat de « pains d’hostel » à raison de 60 sols le mille. Cette expression désigne l’hostie utilisée par le prêtre pour la messe et non celles destinées aux fidèles qui communient. Ceci est confirmé par le prix. En effet, en 1649, les marguilliers de Saint-Étienne signalent qu’on paie « 80 sols du mille » les pains pour célébrer la messe et 30 sols du mille ceux pour communier les fidèles.

64 B.M.L.,Ms No 152, Fo 436.

65 Les Archiducs firent don d’une lampe d’argent et d’une rente annuelle de 25 florins pour l’entretien du luminaire.

66 Nous avons joint une reproduction photographique de cette œuvre.

67 A.D.N., 16 G 92 et Chron. de Chavatte, 1660.

68 Histoire et Origine de la chapelle de Notre-Dame de Consolation... par J. de Lescurie, Chapelain, Lille, S. Le Francq, 1661, 59 p.

69 Martin Lhermitte, op. cit., p. 521, « C’est à ce sanctuaire, comme à la piscine de Jérusalem qu’ont recours ceux qui, par défluxion, deviennent aveugles, sourds, muets et affolés de membres ». Rien qu’en 1623, on compte 27 guérisons reconnues comme miraculeuses par l’évêque.

70 Voir les archives de la province de Champagne de la Compagnie de Jésus, et P. Delattre, Les établissements... op. cit. p. 1214.

71 Ignace Godscalk, Abbrégé des faveurs... op. cit. p. 19.

72 Exposé réalisé d’après le livre du Père Godscalk cité à la note précédente et Règle de la confrérie de la Bienheureuse Vierge Marie, mère de Dieu, éditée à Douai chez B. Bellère. (B.M.L. No 115 723).

73 Tous ces renseignements sont extraits de A.P.Ch.S.J., Ms No 157. « Registre d’aucunes coustumes et ordonnances de la deuxième sodalité des bourgeois mariez »... commencé en 1624.

74 B.N. Ms Nouv. acq. franc. No 24 089, F° 202, 1668.

75 Martin Lhermitte, Hist. des saints... op. cit. p. 486 et sq. Les Jésuites publièrent en 1625, un petit ouvrage sur Notre-Dame de Réconciliation, dite d’Esquermes, de son origine, antiquité, sodalité et miracles chez P. de Rache, et en 1635 « Pèlerinage d’Esquermes aux sept stations dans le chemin, selon les sept pèlerinages de la Vierge » chez le même éditeur. Une des rues qui mènent à Esquermes, englobé dans Lille au XIXe siècle, s’appelle toujours rue des stations. Les sept voyages de la Vierge sont la Présentation, la Visitation, le Voyage de Bethléem, la Purification, la Fuite en Égypte, le Voyage de Jérusalem, la Rencontre sur la voie douloureuse. Sur la porte de la chapelle de Notre-Dame de Réconciliation était représenté le huitième et dernier, l’Assomption.

76 P. Delattre, Les établissements... op. cit., col. 1217. Le Père Bouille avait publié en 1620 un ouvrage sur Notre-Dame de Foy ; le Père Antoine de Balinghen en publie une traduction latine.

77 Voir le chapitre XVI.

78 Martin Lhermite, op. cit. p. 543.

79 La façon de bien et fructueusement réciter le rosaire... par le R.P. Thomas Le Roy, Lille, J. Ch. Malte, 1679, in 16, 98 p.

80 127 H 62, 1639.

81 A.D.N., 127 H 112 à 120.

82 Martin Lhermite, Hist. des Saints... op. cit. p. 545.

83 A.D.N. Cumulus, No 15944/2.

84 Voir chap. VIII, p. 152.

85 A.M.L., Reg. O.M. No 387. Fo 21 vo, 29 nov. 1624.

86 A.D.N., 47 H 9 et A.C. Tournai, 3 K 5/6. Le chanoine Platelle a publié quelques procès verbaux de miracles dans Les chrétiens... op. cit. p. 116 et sq.

87 A.D.N. 139 H 5, F° 129 et H. 27.

88 Ibidem, 139 H 28.

89 H. Platelle, Les chrétiens... op. cit., p. 149 et sq.

90 L. Bocquet, dans sa chronique, B.M.L., Ms No 89, Fo 36 parle de Notre-Dame de Réconfort.

91 B.M.L. No 26 649, « Devoirs auxquels s’obligent les confrères de Notre-Dame de Hal ».

92 « Aucun vouloient passer de force. Ils furent très bien batus de la garde et aucun blessée et ammenez en prison », B.N., Nouv. acq. franc. Ms. No 24 089, chron. de Chavatte, Fo 205.

93 A.M.L., Aff. gén. C. 793 d. 2.

94 A.M.L., No 15 023 et 15 024, comptes de la chapelle Notre-Dame de Lorette.

95 B.M.L. No 16 031, Règles de la confrérie de N.D. de Lorette érigée en l’hôpital Saint-Sauveur.

96 Martin Lhermite, op. cit., pp. 498-499.

97 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, F° 261 vo.

98 Histoire de Notre-Dame de la Treille, auguste et miraculeuse dans l’église collégiale de Saint-Pierre, patronne de Lille... par le R.P.J. Vincart, S.J., Tournai, A. Quinqué, 1671. Traduction, avec des augmentations, du livre écrit en latin en 1636 (voir bibliographie). La B.M. de Lille possède un Livre d’exorcismes à l’usage du chapitre Saint-Pierre de Lille, datant du XVIe siècle, Ms No 314 (ancien No 42).

99 Martin Lhermite, Hist. des Saints... op. cit. p. 501.

100 Origine de la Confrérie de Notre-Dame de la Treille... par Pierre Turbelin, Lille, P. de Rache, 1632, 173 p.

101 Ibidem..., et A.D.N. 16 G 549. Les confrères, lors de leur réception, devaient faire profession de foi catholique. E. Hautcœur, Histoire de Notre-Dame de la Treille... Lille, 1920, a fait reproduire quelques fac-similés de ces médailles.

102 Martin Lhermite, Hist. des Saints... op. cit., p. 510.

103 Miracles, arrivez par l’intercession de Notre-Dame de la Treille... l’an 1634 et 1638, Lille, P. de Rache, 1639, 72 p., B.M.L., No 20 484. H. Platelle, Les chrétiens... op. cit., a publié notamment le récit de la guérison de Marie de Lescurie d’après le texte du Père J. Vincart ; celle-ci était la sœur de Jean de Lescurie, chapelain de Notre-Dame de Consolation, qui écrivit l’Histoire de cette chapelle (Cf. note No 68 de ce même chapitre).

104 Martin Lhermitte, Hist des Saints... op. cit. p. 511. Nous avons reproduit cet étendard qui est la gravure qui figure en tête de l’ouvrage « Beata Virgo Cancellata », publié en 1636 par le Père J. Vincart chez P. de Rache ; (B.M.L. No 31 082).

105 Martin Lhermitte, Hist. des Saints... op. cit. p. 512. Il faut évidemment souligner la portée politique indirecte de ces gestes et de ce discours à cette date.

106 Ibidem, p. 513.

107 Jean de le Barre, l’Héraclée Flameng... Ms No 319 et B.M.L., Ms. No 678, F° 280.

108 Jean Vincart, Hist. de N.D. de la Treille... op. cit. F° 103.

109 En 1635, est publiée chez P. de Rache à Lille, « La façon de bien faire les sept stations douloureuses de la Sainte Vierge érigées dans la principale église de Saint-Pierre » ; en 1639, chez le même éditeur paraît... « Practique des sept douleurs, etc., 40 p.

110 Le triomphe annuel de Notre-Dame... par le R.P. Toussaint Bridoul, Lille, P. de Rache, 1640, 2 vols, 8 déc. Fête de l’Immaculée Conception.

111 B.N. Ms. Nouv. acq. franc. No 24 089, 1665. En 1662 était publiée la bulle « Sollicitudo » du 8 déc. 1661 plus favorable à cette doctrine.

112 Nous avons évoqué cet important conflit dans Vie... d’un Lillois, pp. 239-241.

113 Certaines chapelles sont certes dédiées au Christ ou à la Vierge, mais en revanche il y a parfois deux autels dans la même chapelle.

114 A. Van Gennep, dans le Folklore de Flandre et du Hainaut français, Paris, 1925, 2 vol. écrit : « Une tendance qui me paraît avoir atteint dans l’Artois, la Morinie, la Flandre, le Cambrésis... un degré presque exagéré est la collection de reliques. Nulle part en France... on ne constate des collections aussi formidables, et ceci jusque dans les moindres villages », p. 302. Lille en est un bel exemple. Des auteurs comme Gazet ou De Raysse en ont d’ailleurs dressé des listes impressionnantes.

115 Bosio a consacré 36 années à préparer sa Rome souterraine qui paraît en 1632.

116 « Exaudi nos Deus salutaris noster : et intercedente beata et gloriosa Dei génitrice Maria semper Virgine et beato Sebastiano martyre tuo, et omnibus sanctis, populum tuum ab iracundiae tuae terroribus libera, et misericordiae tuae fac largitate securum », Manuale pastorum, éd. 1625, p. cliv, première prière.

117 A.D.N., 16 G 1200. On trouve dans ce dossier la trace du conflit entre les marguilliers de Saint-Maurice et les confrères. Sur la confrérie de Saint-Sébastien, voir aussi A.G.R. Bruxelles, Cons. privé espagnol, No 1289 à 1291.

118 En 1619, les administrateurs de la confrérie de saint Roch sollicitent l’autorisation d’agrandir leur buffet. A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, F° 19 vo.

119 B.N. Ms. Nouv. acq. franc. No 24 089, Fo 168 vo. À la suite d’une querelle un homme fut tué, ce qui évidemment assombrit beaucoup la procession.

120 Brief narré du culte de Mr Saint Eloy en l’église paroissiale de Saint Maurice... Lille, B. Le Francq, 36 p. B.M.L., No 20 943. On trouve effectivement trace au XVIe siècle d’une « image » de saint Eloi dans l’ancienne chapelle des confrères de saint Sébastien à Saint-Maurice.

121 Une confrérie se crée également à Cambrai et les chanoines de Saint-Pierre de Lille s’enrôlent directement dans la confrérie de Béthune ; P. Vidal-Sébille, le culte de saint Eloi dans le Nord, T.E.R., Lille III, 1979, sous la direction d’A. Lottin, 127 p. + annexes.

122 A.D.N., 16 G 1212, comptes de la confrérie de Saint-Nicolas en 1593-1594.

123 Il s’agit vraisemblablement du tableau, « Saint Nicolas arrêtant le bourreau prêt à trancher la tête d’un captif » peint par Van Oost le Jeune ; Saint-Maurice possède encore d’autres tableaux de ce peintre qui a exécuté de nombreuses commandes à Lille sous Louis XIV.

124 A.M.L., Aff. gén. C. 797 d. 3. Conflit entre les marguilliers et les administrateurs de la chapelle Sainte-Barbe.

125 A.D.N., 16 G 1109 à 1120, comptes de la chapelle Saint-Jacques, parfois incomplets ; l’année comptable va d’une Saint-Jacques à l’autre. En 1612-1613, les revenus de cette chapelle qui possèdent des biens, des terres, des rentes, sont de 1337 lp. et les dépenses montent à 1030 lp.

126 A.D.N., 16 G 1112.

127 Ces quelques comptes du corps de la sayetterie pour le début du XVIIe siècle sont conservés dans A.M.L., Aff. gén. C. 1169, d. 6.

128 B.N., Ms. Nouv. acq. franc., No 24 089, Fo 178,1665. Sur ce conflit, voir A. Lottin, Vie... d’un Lillois, p. 86 et sq.

129 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, passim.

130 Mahieu Manteau, chron., p. 147. La canonisation de saint Ignace et de saint François Xavier est décidée le 12 mars 1622 et publiée le 6 août 1623.

131 H. Platelle, Les chrétiens... op. cit. p. 84 et sq

132 Mahieu Manteau, chron. p. 148.

133 Ibidem, pp. 118-120.

134 H. Platelle, Les chrétiens... op. cit. p. 73.

135 Mahieu Manteau, chron. p. 131.

136 Ibidem... p. 139.

137 A.D.N. 139 H 20 ; textes des miracles publiés par H. Platelle, op. cit. p. 167.

138 On en trouve une énumération dans B.M.L., Ms. 528, Fo 14, et dans Bauduin Willot, Martyrologue ou Hagiologe belgique, Lille, Ig. et N. de Rache, 1658 (B.M.L. No 10 080).

139 Mahieu Manteau, chron. p. 154 et 158.

140 Nous avons joint la reproduction de ce tableau ; rappelons que le « Martyre de Sainte-Catherine » de Rubens est au Musée de Lille.

141 Ouvrage publié à Douai chez B. Bardou.

142 Les documents et comptes de la confrérie de saint Charles Borromée sont conservés aux A.B.B.L., série D.

143 Jean Huchon, Thrésor des confrairies... op. cit.

144 Mahieu Manteau, chron. p. 142.

145 A.M.L., Aff. gén. Reg. aux résol., No 283, F° 181 vo.

146 Le livre du Père Coret paraît chez N. de Rache en 1672.

147 Une confrérie de l’Ange gardien est créée à Sainte-Catherine vers 1683. On trouve trace de l’office fondé en 1618 dans les comptes de la fabrique, 16 G 1094 ; les fondateurs, Jean de Seur et Marie de Paty sont les donateurs du tableau de Rubens, « Le martyre de Sainte-Catherine ».

148 Les calvinistes lillois avaient prévu d’ouvrir de nuit une des portes de la ville aux Tournaisiens et aux Hurlus de Menin ; le mot de passe était : « l’infant dort-il ? » ; mais apparemment il ne dormait pas et le complot fut éventé. Le principal inculpé, Jean Drumez, fut « triné sur une claie depuis les prisons jusques à la maison de ville pour estre décapité et sa tête mise dessus la porte des Malades au bout d’une lance, (regardant vers Tournai, donc) ; et après son corps fut pendu par les pieds » (Mahieu Manteau, chron. p. 44). On peut éventuellement s’interroger sur la réalité et l’importance du « complot », qui est suivi de la politique de proscriptions massives que nous avons signalées chap. VIII. L’ordonnance prévoyant la procession commémorative de ce fait, vers le 13 mai, figure régulièrement dans les registres aux ordonnances du Magistrat entre 1582 et 1600. A.M.L. No 383, 384. 385.

149 A.M.L., Reg. O.M. No 384, F° 53, 10 mars 1590.

150 Ibidem, Fo 60 vo, 18 août 1590.

151 Ibidem, F° 82, 9 janvier 1593.

152 Ibidem, Fo 116, 13 oct. 1595 pour Cambrai et Fo 156, 22 mars 1597.

153 Ibidem, Fo 173, 4 juin 1598 et surtout très longue description dans Mahieu Manteau, chron. p. 60 à 69. Il mentionne toutes les « histoires » jouées dans les quartiers sur le passage de la procession.

154 A.M.L., Reg. O.M. No 385, F° 90, 96, 104, années 1605 à 1606.

155 Ibidem, No 387, F° 33 vo, 12 juin 1625. Comme nous l’avons signalé dans quelques articles, des feux de joie se déroulent régulièrement en ville pendant cette période le jour de la Saint-Jean et de la Saint Pierre - Saint Paul.

156 Jean de le Barre, L’Héraclée flameng... Fo 18 vo et 58.

157 A.M.L., Reg. O.M. No 388, f° 2, 28 juin 1640. Nous ne pouvons évidemment signaler toutes les processions qui interviennent pendant la guerre. Celle-ci avait été précédée par d’autres organisées en 1636 pour la levée du siège de Dole, en 1638 pour les victoires de « Callo et Werbroock », pour la levée du siège de Thionville. Reg. O.M. No 387, passim ; elle sera suivie par d’autres.

158 Ibidem, Fo 39 vo, 28 août 1642 ; F° 63, 8 juillet 1645.

159 Jean de le Barre... L’Héraclée flameng, op. cit. F° 155 et 106. Nous avons entrepris pour le C.T.H.S. la publication de cette belle chronique qui constitue un exceptionnel témoignage sur ces temps difficiles en Artois et en Flandre.

160 B.N., Ms Nouv. acq. franc. No 24 089, Fo 169.

161 Manuale pastorum... éd. 1625. Il existait également, selon la nécessité, des prières, « ad petendam pluviam » ou « ad postulandem serenitatem », ou « ad repellendam tempestatem » ; pendant ces dernières, « pulsantur campanae ». Dans les églises lilloises, les règlements imposaient d’ailleurs aux sonneurs d’être présents au clocher en cas d’orage pour sonner.

162 A.M.L., Reg. O.M. No 384, F° 10, 4 juillet 1587. On trouve des prescriptions similaires lors de chaque grande crise frumentaire, notamment en 1594, 1608, 1628, 1632, etc.

163 Ibidem, No 384, P 24 vo.

164 Ibidem, No 384, F° 160.

165 Ibidem, No 386, F° 120, 27 oct. 1618. Sur la peste, voir chap. II.

166 Jubilé : indulgence plénière accordée par le pape lors des années saintes, à son avènement, ou en certaines circonstances exceptionnelles.

167 Sur la création de la procession de Lille, voir H. Platelle, in Histoire de Lille, t. 1, p. 359. Selon Mgr. E. Hautcœur, Hist. de la collégiale, op. cit., t. I, p. 366, « le lait de la Vierge » était une substance crayeuse provenant d’une grotte voisine de Bethléem où l’on dit que la Vierge allaita l’enfant Jésus. Mais il n’est pas évident que les hommes du XVIe-XVIe ne donnaient pas à cette expression un sens plus littéral.

168 Cf. les Mémoires de la procession de Valenciennes par Simon Le Boucq, 1653, édités chez Giard en 1908.

169 Martin Lhermitte, Histoire des Saints... op. cit., p. 508.

170 Mahieu Manteau, chron. p. 43.

171 P. Turbelin, Origine de la confrérie... et de la procession, op. cit... passim.

172 A.M.L., Aff. gén. C. 796.

173 Ibidem, Reg. O.M. No 380, P 132 ; No 381, F° 6.

174 Sur l’ordonnance de 1560, voir chap. VIII, dernière partie.

175 Tiroux, Histoire de Lille et de sa châtellenie, Lille, 1730, p. 189.

176 Mahieu Manteau, chron. p. 35, donne la liste complète des 43 « histoires » représentées en 1565.

177 A.M.L., Reg. O.M. No 384, P 28 vo, 24 juin 1588. Cette ordonnance est republiée en 1590, 1591, 1601.

178 A.M.L., Reg. O.M. No 385, F° 58, 31 mai 1603.

179 Turbelin, Hist. de l’archiconfrérie... op. cit... pp. 78-82. Le raccourcissement officiel du parcours n’est enregistré qu’en 1607, Reg. aux rés. No 279, P 116.

180 A.M.L., Reg. O.M. No 385, Fo 58, 31 mai 1603.

181 Ibidem, No 387, Fo 85 vo. On trouve une ordonnance sur l’interdiction de présenter des boissons en 1629, 1631, 1635, 1650.

182 Ibidem, No 389, F° 45, 1665.

183 Ibidem, Reg. O.M. No 389, Fo 22, 1659.

184 Abbrégé des faveurs... op. cit. p. 274.

185 A.D.N. 16 G 350 et 1073.

186 A.M.L., Aff. gén. C. 486, d, 8, 1670.

187 Toussaint Bridoul, Modèle des bons serviteurs et servantes, Lille, N. de Rache, pp. 94-95, 1658.

188 Géry L’Espagnol, Le bon chrétien... p. 20.

189 De nombreux ouvrages que nous avons cités à d’autres sujets contiennent aussi des propositions d’exercices dévots, tels les Instructions spirituelles... pour bien practiquer les exercices journaliers... op. cit. du P. Vaillant.

190 « Les petits offices pour chaque jour de la semaine avec celuy de saint Joseph... traduit du latin... par le R.P. Laurent Chifletius, Lille, Ignace de Rache, 1669, 115 p. Le fidèle récite le dimanche l’office de la Sainte Trinité, le lundi celui du Saint Nom de Jésus, le mardi celui des Saints Anges, le mercredi celui du Saint-Esprit, le jeudi celui du Saint-Sacrement, le vendredi celui de la Passion et de la Sainte-Croix, le samedi celui de Notre-Dame, qualifié ici d’Immaculée Conception.

191 Selon l’expression de R. Taveneaux, Le catholicisme... op. cit. p. 420. Sur la prière, cf. H. Bremond, Hist. littéraire, op. cit. t. X.

192 Méthode facile pour pratiquer l’oraison mentale... par Fr. Daniel d’Anvers, prédicateur capucin, Lille, B. Le Francq, 1669, 573 p.

193 Les secrets de la science des Saints... par le R.P. Antoine Civoré, S.J., Lille, Ign. et N. de Rache, 1651, 654 p. Le Père Civoré, né à Lille en 1608, y revient en 1649 comme directeur des jeunes religieux étudiants ; il meurt pendant la peste de 1668.

194 E. de Bonis, Miroir de confession, op. cit. p. 38.

195 Les amoureux désirs du B. Père Barthélémy Solutive..., Lille, P. de Rache, 1629, p. 77.

196 Le Directeur spirituel... op. cit.

197 Cette traduction des Exercices spirituels paraît en 1614 chez P. de Rache, en même temps qu’une édition latine. La B.M.L. en possède un exemplaire ; voir aussi P. Delattre, Les établissements... op. cit. col. 1278.

Table des illustrations

Titre A. Van Dyck, Le miracle de la mule, Palais des Beaux Arts de Lille.
Légende La mule s’agenouille devant l’hostie consacrée que lui présente saint Antoine de Padoue.L’hostie occupe le centre de ce grand tableau de Van Dyck (325 x 212) qui ornait l’autel de la nef droite de l’église des Récollets.
Crédits Cliché Hugo Maertens.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre P.P. Rubens. « La Descente de Croix », Musée de Lille.
Légende Cet immense tableau (425 x 295), se dressait au-dessus du maître-autel de l’église des Capucins de Lille.Il témoigne de l’importance de la dévotion christocentrique, notamment à l’égard de la Passion du Christ.
Crédits Cliché Hugo Maertens
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Chapelle de Notre-Dame de Grâce à Loos. La réputation de ce sanctuaire miraculeux était considérable au début du XVIIe siècle
Crédits Publié par J.M. Duvosquel (dir.), Albums de Croy, t.XII, pl. 4, Bruxelles 1985
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Frontispice de l’ouvrage du Père Jean Vincart consacré à Notre-Dame de la Treille (1636).
Crédits Cliché Naessens
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21720/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Saint Maurice et ses compagnons. Panneau peint, fin XVIe - début XVIIe ? Église Saint-Maurice.
Légende La réforme catholique encourage la dévotion aux saints patrons des églises. Des reliques du saint et de ses compagnons arrivent à Lille en 1624.
Crédits Cl. François Richir
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21720/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site